JOURS APRES JOURS

Prouve ta jeunesse par ta curiosité et ton désir! Exige l'inaccessible ! (V.Cespèdes)

Une poignée d’étoiles : réponse à quelques questions difficiles…

corrige partiel OI une poignee détoiles

Vous trouverez dans ce fichier :

– l’explication de la différence entre une métaphore et une comparaison,

– une explication de l’histoire de l’oiseau arc-en-ciel,

– une hypothèse sur la guerre évoquée p.96,

– et une courte explication d’une histoire racontée par l’Oncle Salim (celle de l’homme trop instruit).

Commentaires fermés sur Une poignée d’étoiles : réponse à quelques questions difficiles…

5e-GRAMMAIRE- comparaisons, métaphores, expansions du nom

GRAMMAIRE

La grammaire offre des moyens pour enrichir les textes, les rendre plus vivants, plus intéressants et plus personnels. Pour écrire tes articles, utilise les moyens suivants… pour mieux lire les textes aussi…

1. Les comparaisons et les métaphores

Pour mieux faire comprendre un mot, une idée, une situation… pour permettre à l’interlocuteur d’imaginer, on utilise des comparaisons ou des métaphores.

    A. La comparaison

Cette figure de style crée une équivalence, une égalité entre deux réalités différentes qui sont mises sur le même plan ou crée une hiérarchie entre elles :

Pierre est malin comme un singe (Pierre = singe à cause de sa malice). (Relation d’égalité)

Paul est plus malin que Pierre (Paul > Pierre en malice). (supériorité relative)

Pierre est moins malin que Paul (Pierre < Paul en malice). (infériorité relative)

La comparaison se construit avec :

un élément comparé + un mot de comparaison + un élément comparant. Pour comparer deux éléments, ils doivent avoir un point commun.

ex : Loïc est têtu comme un âne. Point de comparaison : l’entêtement.

Mots qui permettent la comparaison :

  • locutions prépositives : à l’exemple de…, à l’instar de… comparativement à…

  • adjectifs : semblable à… analogue à… différent de… égal à …

  • verbes : avoir l’air de…ressembler à, imiter (+ COD), paraître…

  • conjonctions de subordination : comme… de même que… autant que…

  • des adverbes : autant… plus… moins…

  • des déterminants : tel...(s’accorde avec le nom qu’il précède : tels, telle, telles).

Les comparaisons sont très fréquentes dans les textes poétiques.

Exercice :

Voici une série de comparaisons.
Place les éléments de la comparaison dans la bonne colonne, en les recopiant. La première ligne est complétée pour te servir d’exemple.

  1. Il est beau comme un prince.

  2. Ses cheveux sont blonds comme l’or fin.

  3. Son front blanc et pur comme taillé dans le marbre ou l’ivoire.

  4. Le blanc sur le vermeil éclaire son visage mieux que sinople1 sur argent ».

  5. Son front buté semblait celui d’un bovin.

  6. Ses dents désordonnées comme les créneaux d’une forteresse.

  7. Sa dent empiétait telle la défense d’un éléphant.

  8. Ils se mesurent avec rage, on aurait dit deux rocs.

  9. Je ne veux pas être comme le chien qui se hérisse et retrousse les babines.

  10. Les hauts flamands rassemblés s’efforcent de ressembler à des roses sur leur tige.

Ex : Je cherche un mot vaste et chaud comme une chambre.

Elément comparé

Mot de comparaison

Elément comparant (pour comparer)

Point commun qui permet la comparaison

Ex Mot comme chambre « vaste et chaud » : idée de confort, d’agrément.

B. La métaphore

    C’est une sorte de comparaison… sans mot de comparaison apparent.

Exemple dans le portrait de Quasimodo (Victor Hugo) :

Toute sa personne était une grimace. (sous-entendu : toute sa personne était comme une grimace)

La métaphore produit plus d’effet que la comparaison. Elle frappe immédiatement l’imagination.

La lune est une faucille d’or (La lune est comme une faucille d’or).
La lune, faucille d’or, illumine la nuit (La lune,
comme une faucille d’or illumine la nuit).

Exercice 1 : transformez les comparaisons de l’exercice précédent en métaphores. Utilisez- les dans uen phrase.

Exercice 2 : Complétez le tableau ci-dessous à partir des métaphores soulignées. Attention, la métaphore est parfois une devinette !

Ex : Des chemins dorment sur ta joue

  1. Le temps vieillard souffrant de multiples entorses (Robert Desnos).

  2. L’heure? Un bourgeon qui fuse (Gisèle Prassinos).

  3. La nuit servante lasse qui s’éloigne (Jean-Vincent Verdonnet).

  4. L’horloge qui s’ennuie dans son armoire de chêne / Fait aller et venir son gros nombril doré (Maurice Maeterlinck).

  5. Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges jeter l’ancre un seul jour?

  6. La nuit met en mes mains le bouquet de tes rêves.

2. Les expansions du nom

L’expansion du nom consiste à préciser et à étendre la signification d’un nom en lui ajoutant :

  • un autre nom (propre ou commun) ou un groupe nominal ;

  • un ou plusieurs adjectifs qui s’accordent avec le nom ;

  • une proposition.

On peut utiliser les trois procédés à la fois.

Exemple (les expansions du nom sont entre crochets ; le nom principal est en caractères gras)

Le jardin

Le jardin [de mon grand-père]

Le jardin [de mon grand-père] [Arthur]

Le jardin [de mon grand-père] [maternel]

Le [grand] jardin [de mon grand-père] [Arthur]

Le jardin [de mon grand-père] [Arthur], [qui est le plus grand du quartier], nous donne des fruits et des légumes toute l’année.

Définitions à savoir :

Le nom se reconnaît parce qu’il est précédé d’un déterminant (le, la, les, un, une, des, quelques, trois etc..) qui indique le genre et le nombre du nom.

L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom (sauf exceptions)

Une proposition se compose obligatoirement ainsi : Sujet + Verbe + complément ou attribut du sujet.

Ex : « qui est le plus grand »

S + V + attribut

«il nous donne beaucoup de fruits »

S + C2 + V + C1

La proposition relative est introduite par un pronom relatif qui remplace un nom dans la proposition principale. Voir leçon détaillée.

Exercice : Dans les phrases ci-dessous, identifie le nom noyau et son expansion. Indique la nature de l’expansion. Complète le tableau ci-dessous en suivant l’exemple.

1. Monseigneur Yvain entendait les cris de douleur.

2. Jamais on ne réussira à en donner une description juste.

3. Le cortège passa, mais au milieu de la salle, se fit un grand remue-ménage de gens qui s’assemblaient autour de la bière, car de la plaie du mort s’écoulait un sang chaud.

4. C’était là un signe véridique que celui qui avait engagé le combat et qui avait tué et vaincu leur seigneur se trouvait à l’intérieur.

5. Les cris effroyables ne cessaient de croître à la vue des plaies qui crevaient.

6. Tous s’interrogent devant le prodige qui les fait saigner, et restent impuissants.

7. La dame affligée s’exclame : « ne trouvera-t-on pas le traître qui a tué mon vaillant époux ? »

8. Jamais on n’a vu un déni de justice semblable.

9. Je suis victime d’un maléfice.

10. A moins que ce ne soit un lâche qui a peur de moi ?

Ex : Je quittai le rustre qui m’avait bien montré le chemin.

Nom noyau

Expansion

Nature

Ex

rustre

Qui m’avait bien montré le chemin

Proposition subordonnée relative

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10

1Sinople : variété de quartz ou espèce de minerai d’or (donc pierrerie).

Commentaires fermés sur 5e-GRAMMAIRE- comparaisons, métaphores, expansions du nom