Réviser en rêvant … ou en riant?

30 05 2008

Petite expérience poético-ludico-grammaticale.

Les élèves se sont livrés à une entreprise créatrice : des cadavres exquis oraux autour de l’articulation cause / conséquence. Plusieurs formules pêle-mêle :

– des propositions subordonnées circonstancielles de cause ou de conséquence pour orner quelques principales

– deux indépendantes reliées par un mot coordonnant exprimant la cause ou la conséquence

Saurez-vous distinguer? Pour réviser en rêvant ou en riant.

cadavres-exquis.mp3tableau-de-mots2.jpg

Ils pouvaient s’inspirer, auparavant, d’un tableau

                                            de mots


         Pour le texte (les créations d’élève) : 

C’est ici    fleche.gif                    ta-peur-me-craint.doc

        Pour les réponses (identification des propositions)

C’est là          fleche.gif                 ta-peur-les-reponses.doc      



Des p’tits papiers (1)

28 05 2008

1059067259_7718f9cd3b_m.jpg


Essais : compte-rendu d’une expérience pédagogique


Prévenir :

* Considérer quelques élèves (une classe par exemple)
* Leur donner un travail de lecture à faire (une nouvelle par exemple)
* Annoncer une date d’évaluation

Agir :

* Distribuer un p’tit papier à chacun
* Demander à chacun de composer une question portant sur le texte lu. Faire préciser par les élèves ce qu’ils considèrent comme une « bonne » question.
* Relever les
p’tits papiers
* Sélectionnez, trier les
p’tits papiers, choisir ceux qui seront conservés pour le contrôle pendant que les élèves préparent leur feuille
* Lire chacune des questions sélectionnées à haute voix et en préciser l’auteur. Les élèves répondent sur leur copie à chaque question.

Avec les p’tits papiers, un p’tit cadeau : les élèves dont la question aura été sélectionnée ont un bonus de point (au choix du professeur)

Et à présent laissons parler les p’tits papiers



Découvrez Regine!

Offrir :

Voici un exemple de p’tits papiers : thème : vérification de lecture des derniers chapitres de La Ferme des animaux, Orwell **


1/ Combien de fois le moulin à vent a-t-il été détruit? (Thelma)
2/ Quels détails montrent que les cochons se prennent pour des humains? (Yacouba)
3/ A qui Napoléon est-il comparé dans le dernier chapitre dans la réunion avec les hommes? (Sué)
4/ Quel est le nom, à la fin du livre, de la ferme? (Fatoumata)
5/ D’après les inscriptions sur le camion, où Malabar est-il emmené? (Ilham)
6/ Quel est l’animal qui, vers la fin du livre, se montre être celui qui s’est toujours opposé à cette politique sans jamais en parler? (Flavia)
7/ Pourquoi Brille Babil sépare les moutons des autres animaux pendant environ une semaine? (Monika)
8/ Quelle est la phrase fétiche de Malabar? (Eddy)
9/ Selon Napoléon qui détruit le premier moulin à vent des animaux? (Darlène)

** Les questions sont livrées telles quelles et n’ont pas été retouchées



Traversée de mots (3)

27 05 2008

yrose021.gif
Conclusion du roman

ynour06.gif           Je suis le fromage

                                                                                            de Robert Cormier

                                                                                                                                lu par Mathilde

je suis le fromage.mp3



Clarisse se prête au « Je d’écriture »

27 05 2008

haddad.jpeg

 

 

 

 

 

ATELIER SITE ZULMA ***

 

J’avais sans cesse besoin de sommeil sans trop savoir pourquoi mais je montrais aux autres une certaine vigueur qui ne me correspondait pas.. Ma voix se devait d’avoir le ton convaincu, et quand elle se transposait sur un clavier, elle tapait bien souvent « utopie funeste ».


Ton reflet dans le Miroir ou ce que tu es vraiment ? Elle s’en alla réfléchir sur les quais.. Elle fut prise d’un doute envahisseur. Le temps était jumelé à son coeur puisque la grêle tomba : une chute rapide et un choc violent a l’arrivée..


Noël est encore loin mais les Sapins sont verts et la neige tombe.. Elle fut prise d’une joie rose, c’est comme ça qu’elle appelait son état d’euphorie. Cela lui donnait une idée, elle avait trouvé sa voie : elle serait mère noël !.


Celui que je vois quand mon regard me croise sur l’eau de la mer.. Le reflet formant l’image d’un autre enfant. Maintenant ce n’était pas un mais deux enfants main dans main, image apaisante comme celles que l’on trouve sur les couvertures de magazines pour futures mères..


Chacun porte un masque qui couvre sa pensée.. Tel un Ange de Pierre que certains laissent paraître tout au long de leur existence..

Clarisse Caro

 

*** Voir article du 18/05



J’ai trop à dire c’est pourquoi je n’écris rien (Stendhal)

25 05 2008

Proposition d’atelier d’écriture d’après Le Nouveau Magasin d’écriture, Haddad

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien
Ca vous arrive ?
Comme le début d’un livre où les idées sont aussi pleines que les pages blanches.
Ou comme le début d’une lettre… pour quelqu’un que vous ne voyez pas depuis une éternité. Comment peut-on raconter une vie sur un bout de papier ?
Le début c’est toujours le plus compliqué.
Mon stylo tremble, mes yeux sont pleins d’images, les mots défilent dans ma tête…
Est-ce peut être le manque d’inspiration ?

Ou

Est-ce l’inspiration même ?

Sué Davanture

 

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Je laisserai une Page Blanche, mais couverte d’Ecritures inutiles. En bref, c’est comme si je n’avais rien écrit. Mais je n’aurai pas la Conscience tranquille si le Vide était total. Alors, je remplis, je remplis, je remplis. Je remplis de Choses qui n’intéressent personne, même pas Moi, ce qui me fait dévier de mon Idée de Départ. De mes Idées. Il y en avait tellement ! C’est pour ça que je ne les ai pas écrites. Comment les organiser, les faire coïncider entre elles. Alors j’en suis arrivé à ce Stade là : Ecrire pour ne rien dire, mais Ecrire quand même.

Clarisse

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Mais je vais essayer d’écrire. Par où commencer? Je n’en sais rien. Je ne sais pas.

J’ai trop à écrire.

Bon, allez, je me lance… C’est bien beau de dire ça mais… pour parler de quoi? De l’amour? De l’amitié, de l’amour, de la peur, de la joie, de la tristesse ou de moi, de toi, de nous?

J’ai tellement de choses à dire, à exprimer, à faire comprendre et à faire ressentir… As-tu une idée, toi? Aide-moi. De quoi veux-tu que je te parle? Si je dis les mots « Je t’aime » et « Je ne t’oublie pas » ça ne suffit pas, n’est-ce pas? J’en étais sûre. Non.

J’écris sans rien dire, car oui, si tu m’avais écoutée depuis le début, tu aurais compris. J’ai dit que j’allais essayer d’écrire. Je n’ai jamais dit que j’allais essayer de dire quelque chose.

Pari tenu.

Coraline Mélennec 3e2

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien.Je ne sais plus où j’en suis , je n’ai plus très envie de sourire ni même de pleurer .On pourrait me demander ce qu’il m’arrive , je ne saurais pas répondre parce que je ne sais pas ou … Je ne sais plus.

Et puis , après tout , pourquoi est-ce que j’écris ? Pour me libérer , m’exprimer . La vérité est que je n’en peux plus …On pourra dire que je suis trop jeune pour dire ce genre de choses ou encore que c’est une simple crise d’adolescence , peut être , je ne sais pas ou … Je ne sais plus. Je me sens fragile , vulnérable, je ne sais plus de quelle manière ressentir et regarder le monde où je vis. Les questions fusent dans ma tête et je m’y perds ; je ne sais pas de quoi je veux parler j’ai juste envie d’écrire peut-être pour ne rien dire. Parfois j’aimerais tout simplement être invisible, invisible comme les larmes du soleil , la lumière de la lune, la chaleur de la glace, la Froideur du feu, les sentiments d’une pierre, l’insensibilité d’un cœur. Ce que tu lis ne t’avancera pas beaucoup dans la vie , il ne t’aidera pas non plus . Ce texte n’est pas important , en effet il n’est rien. Mais toi sauras- tu voir le tout dans ce rien ? Car si l’œil est imparfait le cœur lui l’est sûrement moins.

Flavia Sanches

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Inlassablement, je pense à tout ce que je pourrais écrire. Toutes ces histoires du monde qui m’entourent, que moi-même je ne connaîtrai jamais. Il suffit de sortir d’un immeuble pour avoir quelque chose en tête à conter à celui, qui, avec plaisir, me prêterait gentiment son attention. Une infinité de « choses » à raconter et à écrire. Je pense à ce qui pourrait exister là où même mon imagination n’a jamais mis les pieds : sur Terre et plus! S’il existe « quelque chose » à raconter dans l’espace à moins que ou si seulement le NEANT y demeure. De ma propre existence, je ne pourrais pas toutes vous en faire part car je ne sais quand mon âme m’échappera et si je voulais les écrire, le papier me manquerait un jour de toute façon.

Ilham Menioui 3ème 2

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Et donc je vais commencer à vous raconter ma vie. En commençant par mes voyages. Pendant les vacances d’été 2002, je suis allée, avec ma famille, en Afrique. On était exactement au Sénégal, dans la capitale qui est Dakar. Et comme je vous l’ai déjà dit, j’ai tellement à écrire que je vais m’arrêter là car je ne sais plus quoi écrire.

Fatoumata Koné



Croisons les lumières

21 05 2008

Pour réviser sur le régime totalitaire :

* pour VOUS , qui relisez vos cours sur la Ferme des animaux et réfléchissez déjà à la portée de Matin Brun, mais aussi, qui revisitez le programme d’histoire

* pour vos grands frères aussi, ou vos grandes soeurs qui préparent le Bac philo

Parce que la connaissance et la réflexion ne se réduisent pas à des disciplines ou des niveaux, parce que ce que l’on apprend peut se partager *

* Observez : structure de phrase incorrecte d’un point de vue grammtical : il manque la proposition principale



Concours de contrôle n°2 : Matin Brun, Pavloff (3ème)

21 05 2008

concours-de-controle.jpg

 

 

Rappel préalable : vous devez avoir lu la nouvelle et apporter l‘opuscule

 

VOUS pouvez proposer un contrôle entier, ou une question seulement.

Plusieurs pistes de recherche possibles :

– la question du fascisme : montée du régime et mécanismes totalitaires

– les réactions des personnages

– la visée du texte

Orientation / nature de vos questions :

– le relevé (événements, personnage, lieux, mots……………..) qui permettrait d’illustrer un des thèmes ci-dessus. A vous de réfléchir au contenu du relevé. (la liste n’est pas exhaustive) Vous pouvez suggérer.

– elles peuvent être plus analytiques : à partir d’un relevé, vous proposez un thème d’étude. La réponse nécessitera un minimum d’argumentation et la formulation d’hypothèses de lecture, ce que l’on appelle une interprétation du texte qui dépasse la paraphrase

MOI

Le contrôle est déjà prêt : mais tout l’intérêt de l’informatique est dans les possibilités infinies de métamorphose du fichier. N’hésitez pas à proposer des questions (même une, avec corrigé, vous avez tout à gagner)

Date limite de dépôt des propositions : dimanche 25 mai au soir



Traversée de mots (2)

19 05 2008

Un texte de Magdelène, par Magdelène…yrose02.gif

tous-les-lundis.mp3



Vertige poétique

19 05 2008

 

Après une séquence en classe de 3ème sur la poésie lyrique et engagée, les élèves ont composé un texte. La consigne était la suivante : »Rédigez un texte poétique en vers, dans lequel vous évoquerez une situation tragique et dénoncerez l’indifférence ou l’égoïsme

yg_feu119.gif

 

La police est le plus grand danger
Beaucoup de filles sont violées
Méfiez vous de ces vicieux
Qui se croient maîtres des cieux
Les enfants meurent
Les parents pleurent
Ils s’enrichissent avec la douleur des mères
Et avec l’argent des pères
Ils nous insultent
Sans mettre de ceintures
Vitesse sur le périphérique
Les conducteurs paniquent
Très bons amis de politiciens
Ils mangent plus qu’à leur faim
Très bons amis des religieux
Ils mangent le pain de Dieu
Toujours une excuse pour gagner l’argent
De ceux qui le méritent vraiment
La peur nous hante
Mais eux ils chantent
Alcoolisés et gros
Sous le soleil de México.

Sué Davanture, 3ème2

yg_feu1191.gif



Je d’écriture

18 05 2008

haddad.jpeg

Un petit jeu pour s’écrire : c’est simple et étonnant comme une image d’éléphant. N’hésitez pas à vous aventurer.

Inventez-vOus……

Surprendrez-vOus? fleche.gif



Inspirations de Lola

18 05 2008

yfleur25.gif

Très beau travail

de Lola

après une séance d’écriture automatique :

n’hésitez pas à venir jeter un coup d’oreille sur ses mots fleuris

automatiques



Ecrire, Charles Juliet

17 05 2008

Le texte ci-dessous, « écrire » est un extrait du texte du même nom,publié dans l’anthologie Il fait un temps de poème qu’avait composée Yvon Le Men pour Filigranes éditions, 1996 (avec son autorisation)

Écrire. Écrire pour obéir au besoin que j’en ai.
Écrire pour apprendre à écrire. Apprendre à
parler.
Écrire pour ne plus avoir peur.
Écrire pour ne pas vivre dans
l’ignorance.
Écrire pour
panser mes blessures. Ne pas rester prisonnier de ce qui a fracturé mon enfance.
Écrire pour me parcourir, me découvrir.
Me révéler à moi-même.
Écrire pour déraciner la haine de soi. Apprendre à m’aimer.
Écrire pour surmonter mes inhibitions, me dégager de mes entraves.
Écrire pour
déterrer ma voix.
Écrire pour me clarifier, me mettre en ordre,
m’unifier.
Écrire pour
épurer mon oeil de ce qui conditionnait sa vision.
Écrire pour conquérir ce qui m’a été donné.
Écrire pour susciter cette
mutation qui me fera naître une seconde fois.
Écrire pour devenir toujours
plus conscient de ce que je suis, de ce que je vis.
Écrire pour tenter de voir plus loin que mon regard ne porte.
Écrire pour m’employer à devenir meilleur que je ne suis.
Écrire pour faire droit à l’instance morale qui m’habite.
Écrire pour retrouver – par delà la lucidité conquise –
une naïveté, une spontanéité, une transparence.
Écrire pour affiner et aiguiser mes
perceptions.
Écrire pour
savourer ce qui m’est offert. Pour tirer le suc de ce que je vis.
Écrire pour
agrandir mon espace intérieur. M’y mouvoir avec toujours plus de liberté.
Écrire pour produire la lumière dont j’ai besoin.
Écrire pour
m’inventer, me créer, me faire exister.
Écrire pour soustraire des instants de vie à l’érosion du temps.
Écrire pour devenir plus fluide. P
our apprendre à mourir au terme de chaque instant. Pour faire que la mort devienne une compagne de chaque jour.
Écrire pour donner sens à ma vie. Pour éviter qu’elle ne demeure comme une terre en friche.
Écrire pour
affirmer certaines valeurs face aux égarements d’une société malade.
Écrire pour être moins seul. Pour parler à
mon semblable. Pour chercher les mots susceptibles de le rejoindre en sa part la plus intime. Des mots qui auront peut-être la chance de le révéler à lui-même. De l’aider à se connaître et à cheminer.
Écrire pour mieux vivre. Mieux participer à la vie. Apprendre à mieux aimer.
Écrire pour que me soient donnés ces instants de félicité où le temps se fracture, et où, enfoui dans la source, j’accède à l’intemporel, l’impérissable, le sans-limite.

Note : Ce texte a été construit sur le principe de l’anaphore (répétition d’un mot en tête de vers ou de membres de phrases pour créer un effet de symétrie)



Traversée de mots

17 05 2008

Un extrait d’atelier d’écriture, où les mots de Sacha ont quitté un moment la feuille pour trouver lyrose02.gifeur voie

Ecrire, de Sacha

Clin d’oeil orthographique :

voie : espace à parcourir pour aller quelque part
voix : son ou ensemble de sons produits par le larynx, quand les cordes vocales entrent en vibration

Ce sont des homonymes (se dit de mots de prononciation identique et de sens différent)



Pensée cueillie

14 05 2008

yespa24.gif
« La terre est bleue ynour491.gif

                                        comme une orange »

Paul Eluard



Créations graphiques

14 05 2008

Un travail en duo

Par  Lionel       lireecrire_antoine-lionel.JPG        et Antoine