De la Terre, écrire…

22 01 2010

Un travail d’écriture, donné en 4ème, pour clore une séquence sur la lettre.

Quand Clémentine s’adresse à Amallia,  elle nous livre ce petit texte .

90287086-1

Paris, France,

Le 11 janvier 2010

Chère Amallia,

Notre planète, la Terre, la belle et fragile Terre, la     planète bleue va très mal, et nous aussi, d’ailleurs. Comme je te le disais, les humains la tuent à petit feu, ils exterminent les animaux, la polluent et l’exploitent… Cela me rend folle !

Imagine un peu ta jolie planète brusquement réduite à un ciel gris de nuages toxiques et à des troncs d’arbres calcinés ! Nous polluons bien trop la Terre ! Si je t’écris ceci, c’est parce que tu es la seule à pouvoir m’aider. J’ai besoin de toi, nous avons besoin de toi ! Sais-tu que chaque jour, une forêt de la taille d’un état des USA disparaît ? Il faut arrêter ce massacre, Amallia !

Tu connais la Terre, son incroyable biodiversité… Cette biodiversité unique est en péril ! Les Hommes tuent les animaux pour manger, parce qu’ils ont soi-disant décimé les cultures ou simplement pour s’amuser. C’est proprement scandaleux ! J’aime la Terre, je pense que si nous lui faisons trop de mal, c’est sur nous que cela retombera.

Pendant ton voyage, tu as vu nos grandes forêts, tu as aussi vu les Hommes les massacrer ! Notre planète, la Terre, se meurt. Tous les jours, des coupeurs d’arbres appelés « bûcherons » abattent une forêt de la taille du Kansas pour pouvoir nourrir plus d’humains encore. Que faire pour que cela cesse ? Il existe des organisations pour protéger la planète mais elles ne font rien ! Notre Terre est malade ! Elle appelle à l’aide mais personne ne veut l’écouter.

Tu aimes la fragile Terre, je le sais… C’est la plus grande richesse de l’univers, si nous continuons à la tuer, celle-ci disparaîtra et les tiens ne viendront jamais plus voir les majestueux condors, les adorables lièvres et ils ne pourront plus admirer la puissance des baleines.

Au secours Amallia ! Je t’appelle, mais la Terre aussi ! Si puissante qu’elle soit en apparence, elle est aussi fragile qu’une goutte de rosée sur un fil d’araignée…

J’espère que tu comprendras, je n’ai jamais appris ta langue, ne m’en veux pas, c’est trop difficile pour moi. Donne-donc le « khanamo » (on dit « bonjour » dans ma langue) à toute ta famille, et en particulier à ta petite soeur, Navania, je crois. Dis-lui que la Terre est malade, dis-le à tout le monde. J’espère que tu m’entendras.

Amitiés (pssalora ?)

Ta terrienne préférée : Clémentine Rojat

Et puis quand Eugénie s’adresse à Mounia …Rz_51

Chère Mounia,

Comment vas-tu ? Ton invasion de chiens-cochons s’est-elle arrêtée ? Je l’espère sincèrement. Je prendrai le portail de téléportation pour te rendre visite mardi prochain, à 15 h 39. Ici, tout va mal, et cela ne fait qu’empirer. La terre gémit sous le poids des guerres et des famines.

Tiens, pas plus tard qu’hier, un attentat a eu lieu à Hong Kong. Un terroriste indien a fait exploser un hôtel particulier. Le bilan des dégâts est de 328 morts et 2048 blessés.La guerre qui sévit entre l’Inde et la Chine est chaque jour un peu plus forte et meurtrière.

Quant aux pays en paix, ils ne sont pas tous aussi purs et calmes qu’ils n’y paraissent. Prenons la France, par exemple. Dans cette région du monde, l’écologie est au plus bas. Chaque jour, des millions de tonnes de déchets sont ramassés, puis incinérés. En brûlant, ils dégagent des gaz toxiques pour la planète et nocifs pour la santé. Cela me devient insupportable. J’ai l’impression de vivre dans une porcherie ! Trop peu de pays font des efforts écologiques suffisants. Je suis surmontée, révoltée, indignée. La terre crie, hurle de désespoir. Elle appelle au secours.

D’après de nombreux scientifiques réputés, d’ici quelques dizaines d’années, les océans auront envahi certains continents. Des îles comme Hawaï n’existeront plus, et seront submergées. Tous les humains mourront progressivement, à petit feu, et les rats prendront le contrôle du monde. Je suis si triste et inquiète, mon amie, à l’heure où je t’écris. La terre n’est plus qu’un vaste champ de ruines, noyé sous les cendres de la cupidité humaine.

Si tu souhaites (et je l’espère du plus profond de mon coeur !) nous venir en aide, rassemble tes amis, collègues, relations et voisins le plus rapidement possible. Venez nous aider, nous avons besoin de vous. J’attends ta réponse très impatiemment.

Avec toute l’amitié que je suis capable d’offrir en ces temps de crise,

Eugénie, ton amie terrienne