Ouvrons l’œil : le prof, ce héros ?

Hier, en feuilletant les pages de Télérama, je suis tombé sur une publicité mettant en scène un enseignant d’Histoire… Pas de logo de l’Education nationale sur cette campagne de communication. Alors, pour promouvoir le métier d’enseignant, on trouve une société privée spécialisée dans les cours particuliers, Acadomia.

Autant dire, que l’image et le texte m’ont interpellé. En classe, vous apprendrez à lire les images en suivant une méthode en trois temps (1. Je présente / 2. Je décris / 3. J’explique). J’aime particulièrement décrypter les images du quotidien. La méthode apprise en cours sert au jour le jour. D’ailleurs, j’ai déjà présenté le document dans le 1er § en répondant aux questions suivantes : quand ? où ? quoi ? qui ?

original17910

Sur cette publicité, notre prof’ d’Histoire a la tête dans les nuages : les vacances sont là (les résultats du bac tombent en juillet), il peut enfin s’installer à la terrasse d’un café et profiter du ciel bleu.  Pourtant, l’enseignant reste consciencieux. Pas de bermuda, ni de tee-shirt ici : même en vacances, le prof d’Histoire est sérieux (il lit sûrement Le Monde). S’il a déboutonné un peu son polo, il garde le veston (pourtant, il a l’air de faire chaud) et reste absorbé dans des rélexions qui n’appartiennent qu’à lui.

original17910-copie

L’image nous montre un prof habité  et rêveur : quelles pensées parcourent ce pédagogue, qui, après une année scolaire bien remplie, pourrait aspirer à un peu de repos ?

A son air ravi, on dirait qu’il pense très fort « C’est bon les vacances… » ou qu’il chantonne « Copies, c’est fini…« . Mais non, rien de tout cela… Ce ne sont pas les conclusions du G8 qui lui occupent l’esprit, ni même les résultats de l’EuroMillion. Non, il en a « un peu honte » mais il pense à Robin. Robin, l’élève dont les parents lui ont mis un peu de beurre dans les épinards. Un peu d’argent qui lui permettra, j’espère, de renouveler une garde-robe bien triste pour un début d’été : en plus, les soldes arrivent, chic…

oa

Le prof vu par Acadomia est sérieux, sobre, consciencieux. Il arrive à placer l’élève (Robin) au-dessus de la connaissance (G8)… Un prof qui fait cours pour l’élève et pas simplement pour lui… mais qui a du mal à s’avouer qu’il travaille pour l’élève autant que pour son appétit intellectuel …

« Il se dit qu’après tout il était prof » : avec cette phrase, Acadomia résume les doutes et interrogations qui entourent le métier d’enseignant. On entend parler de crise, de manque de vocation, d’élèves intenables, de « ton métier de toute façon, je ne pourrais pas le faire ». Le prof se cherche comme le montre l’autre publicité qui met en scène Marianne, enseignante en français.

original17912

Marianne a le même regard perdu que son collègue d’Histoire. Mais, ici Marianne se fait du souci…  Est-ce que mes élèves ont compris quelque chose à ce que je raconte ? Marianne, symbole de la République (le nom et l’échancrure de son corsage nous le rappellent), représente-elle cette école qui se fait « du souci » ? Si l’école républicaine ne permet plus à vos enfants d’avoir « envie apprendre », la publicité nous incite à penser qu’avec Acadomia ils le pourront… Après réflexion, Marianne dira alors « Garçon ! Un autre café serré. » Elle réglera sa note, s’en ira dans le bureau Acadomia le plus proche pour qu’enfin ses vœux deviennent réalité…

Pour finir, la question qui se pose est :

Qui Acadomia veut-elle séduire ? Des élèves ou des profs ?

Le prof de la campagne de pub d’Acadomia est un héros fragile, se questionnant sur son métier. Et si Acadomia me permettait de donner vraiment sens à ma vocation, qui s’évapore peu à peu par ces classes surchargées, ces élèves turbulents, des moyens qui disparaissent…

Une stratégie qui, peut-être, séduira Marianne. Mais, Marianne la républicaine se rappellera bien à un moment que l’idéal de partage et d’égalité est ailleurs. Dans sa classe sûrement…


PS : Il est bon de rappeler aux parents que des solutions gratuites et individualisées existent pour vos enfants. Le collège Waldeck-Rousseau propose l’accompagnement éducatif, le Prépabrevet en Histoire, le SOSMATHS, etc pour donner aux élèves les clés de la réussite.

+ d’info : l’excellent dossier d’Arrêt sur images où l’on en apprend plus sur le recrutement des professeurs d’Acadomia…

Images : Campagne de publicité de la société Acadomia

6 commentaires

  1. egrange dit :

    Il paraît en effet assez incongru qu’un enfant demande à ses parents « Stp maman, tu m’inscris à Acadomia cette année ?! » Acadomia cible bien les parents et la dernière campagne, leur portefeuille (Bachelier ou remboursé) : l’argument promotionnel a tout du message publicitaire de supermarché. A mes yeux, une nouvelle bourde…

  2. Anthony dit :

    Bonjour,

    J’ai participé à l’élaboration de cette campagne durant mon stage d’été, et la cible ici était les parents, visiblement cela n’est pas vu de la même façon par une personne exterieur… Intéressant à savoir, cette campagne a-t-elle marché ?

    Merci en tout cas d’avoir publié cette article, essaye si tu peux de te procurer la dernière annonce de la campagne avec le professeur de Mathématique, elle est intéressante.

  3. devanssay dit :

    Bravo, bien vu…
    Je suis d’accord, la cible semble être le prof et c’est malin de s’appuyer comme ça sur les fragilités, les doutes et l’idéal des enseignants.

  4. egrange dit :

    Merci chers collègues, en même temps ils l’ont un peu cherché avec leur sosie de Bernard Montiel

  5. bricabraque dit :

    Excellent et très drôle.

    Cordialement.

    J.B.

  6. Excellente analyse je retwitte…
    Bravo Emmanuel pour cette analyse et pour ta conclusion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *