Archive pour Apprendre autrement

Waldeck Rousseau, les apprentis reporters présentent l’éco-collège

Le blog scolaire Waldeck Info inauguré il y a un an et demi avait pour but est de former des apprentis reporters. Par leur travail, les élèves sont amenés à traiter des sujets d’actualité.… mais pas seulement. Citoyens en devenir, les élèves doivent s’impliquer dans la vie du collège et de leur ville. Avec le blog, ils donnent leur angle de vue sur des épisodes de la vie à Waldeck ou sur des d’autres sujets. L’objectif est que chaque élève prenne conscience qu’il a un rôle à jouer en société et dans le débat public. Avec ce reportage sur « Waldeck Rousseau, un éco-collège dans l’air du temps », les élèves de 4°2 ont été responsabilisés et se sont bien investis… Voici le fruit d’un travail mené sur un mois et demi, en sachant que le montage vidéo a été réalisé par M. Florin faute de temps.

L’article en intégralité sur Waldeck Info, le blog qui débloque tous les sujets !

« Pour ce projet, nous allons parler de la conférence de Copenhague, une conférence sur le climat où il faudra mettre tout le monde d’accord au sujet du dérèglement climatique. Notre projet vidéo présente notre éco-collège et ses actions au moment où se tient le sommet. Nous avons réalisé deux vidéos.

Le « teaser » a pour but d’annoncer notre projet.

Image de prévisualisation YouTube

Notre reportage de 10 minutes amène des réponses à cette question :

Pourquoi un éco-collège à Waldeck Rousseau ?

Image de prévisualisation YouTube

Maintenant, à vous d’agir !

Ne laissons pas tomber la planète, elle est si fragile ! »


La carte mentale : une trousse à outils

En début d’année, je vous ai dit que la méthode de travail est aussi importante que les connaissances que vous accumulez.  Au fil du temps, le savoir emmagasiné au collège risque de s’envoler alors que la méthode, elle, reste. Savoir analyser un texte, lire une carte, organiser ses idées, donner une réponse chiffrée : quelque soit le sujet, l’élève qui maîtrise ces savoir-faire a déjà fait la moitié du chemin. Les qualités d’interprétation et d’organisation sont des objectifs à atteindre pour tous. 

La carte mentale est une véritable trousse à outils : utilisée en cours, comme fiche de synthèse ou comme brouillon, elle est aussi utile pour organiser le plan d’un rapport, de Physique par exemple. La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de voir deux élèves de 3°1, Tony et Xavier, plancher sur un rapport portant sur « l’énergie hydraulique » à l’aide d’une carte mentale. Au passage, le barrage de Grangent (Loire) s’écrit ainsi ;)

Fatima, une élève de 5°4, utilise la carte mentale pour réviser le Français et même les Maths… Voici sa fiche de synthèse sur la dernière évaluation en mathématiques (une partie numérique / une partie géométrie). 

 

Carte mentale : de la théorie à la pratique

J’ai présenté cette semaine aux classes de 3ème la méthode de la carte mentale. Une vidéo cite l’exemple finnois (en Finlande) et montre que cette façon d’organiser ses idées rend l’élève plus autonome et plus libre que la trace écrite traditionnelle. En cours, les élèves ont construit une carte mentale sur le thème « Les migrations internationales » après un travail sur fiche. Lors du devoir sur les Trente Glorieuses, ils ont pu passer de la théorie à la pratique.

Pour que les élèves gèrent au mieux leur temps en évaluation, je leur ai conseillé d’utiliser la carte mentale pour réaliser leur brouillon.

Le sujet de l’évaluation portait sur « les changements apparus dans les pays industrialisés pendant les Trente Glorieuses« .

Voici trois brouillons d’élèves recueillis à chaud après le devoir… Vous en excuserez les fautes et l’écriture, puisque de la carte mentale au paragraphe argumenté les fautes auront toutes disparu (enfin presque…)  :

La carte mentale de Valentine : schéma avec trois idées importantes + mots-clés et exemples tirés des documents

Xavier va t-il briser la malédiction de « la note en dessous de 14 » avec cette carte mentale qui montre une bonne logique ?

Sarah a réalisé une « pieuvre » aux tentacules armés de mots-clés du cours (sur le modèle du trousseau de mots-clés)

La carte mentale peut faire office de brouillon car elle permet de rassembler ses idées avec efficacité et logique. D’autres méthodes sont tout aussi recevables : à vous de trouver l’outil qui vous correspond pour organiser vos écrits …

Apprendre autrement : la séance de tirs au but

Pendant les vacances, je me suis demandé comment rendre l’évaluation orale de début d’heure plus ludique. Des collègues organisent avec leurs élèves le Ping-Pong Histoire-Géo. Amateur de ballon rond, j’ai pensé à un jeu sur le modèle de la séance des tirs au but. Cette façon d’apprendre et d’évaluer autrement sera testée ces jours-ci. Au terme de la période d’essai, la règle pourra évoluer.

 

LA SEANCE DE TIRS AU BUT 

Objectifs  – évaluer les connaissances d’une leçon de façon ludique

                  – formuler à l’écrit des questions pour apprendre sa leçon

                  – défier à l’oral l’équipe adverse

La règle du jeu

            Ce jeu se déroule durant cinq minutes au début de l’heure d’Histoire-Géographie.  Les tirs au but sont les questions posées par cinq élèves de la classe à un autre élève qui joue le rôle du gardien. Le gardien est évalué sur cinq. Sa performance permet de placer son équipe sur le podium du championnat des tirs au but (nom à définir).

 

AVANT LA SÉANCE : La classe est divisée en deux équipes (A et B). A la maison ou en accompagnement éducatif, chaque élève doit apprendre sa leçon et rédiger cinq questions pouvant être posées lors de la séance des tirs au but. Les questions sont rédigées sur le cahier. Trois types de questions peuvent être posés :

Niveau

Amorce de la question

Points

1. Tir sur le gardien

(question facile)

– Qui …? Avec qui… ?

– Quand… ? Depuis quand… ?

– Où …?

– Qu’est-ce que… ?

1 point

2. Tir dans la lucarne

(question plus difficile)

– Comment …?

– Pourquoi … ?

2 points

3. Panenka

(question bonus)

– Une question posée par le professeur en relation avec le cours.

Bonus

 

Chaque élève doit formuler quatre questions faciles et une question plus difficile.

 

PENDANT LA SÉANCE : Comment fonctionne la séance de tirs au but ?

– Chaque tir est une question posée par un(e) élève de l’équipe adverse.

– Un gardien est désigné par le professeur. Il a pour mission d’arrêter les cinq tirs au but de l’équipe adverse : quatre tirs sur le gardien (facile) et un tir dans la lucarne (difficile)

– Un gardien a le droit de demander à répondre à deux questions plus difficiles.

– Un gardien qui réalise un sans-faute doit répondre à une question du professeur, une Panenka, question plus difficile qui cherche à le prendre à contre-pied…

 

APRÈS LA SÉANCE : La performance du jour est comptabilisée pour le championnat.