Archive pour Histoire des arts

HDA 4ème – Blu, l’origine des espèces et la fin du monde

OBJECTIFS

  • Je suis sensible à l’art et à l’actualité
  • Je formule mon opinion à l’écrit
  • Je m’engage dans une réalisation collective

Blu est un artiste originaire de Bologne (Italie). Depuis 2000, ses fresques gigantesques s’étalent sur les murs des bâtiments du monde entier. Il utilise sa liberté d’expression pour dénoncer la cupidité (= la soif d’argent) des hommes et les atteintes à l’environnement.

Au mois d’octobre 2015, il a réalisé sur un immense mur une frise racontant l’origine des espèces et la chute de l’Homme.

________________________________________________

Mission : tu vas débord décrypter cette œuvre et ensuite te lancer en groupe dans une réalisation à la façon de Blu.

#1. Lis l’article (-> clique ici <-) consacré à Blu puis présente l’artiste et son œuvre

#2. Décris le mur réalisé par Blu à Rome

http://www.blublu.org/sito/walls/2015/big/013.jpg

POUR ZOOMER, clique ici !

http://www.blublu.org/sito/walls/2015/big/014.jpg

POUR ZOOMER, clique ici !

L’œuvre de Blu est un hommage aux colonnes triomphales construites par les empereurs romains. La plus célèbre est la colonne Trajan : pour en savoir plus, clique ici.

L’œuvre évoque aussi l’évolution des espèces du naturaliste anglais Charles Darwin (1809 – 1882).

#3. J’explique le message de l’artiste

http://www.blublu.org/sito/walls/2015/big/015.jpg

POUR ZOOMER, clique ici !

Blu avait déjà travaillé sur l’évolution des espèces et sur la fin du monde. Regarde cette vidéo et explique ce qui risque d’amener l’humanité à sombrer d’après Blu.

#4. Réalise une œuvre à la façon de Blu pour dénoncer quelque chose qui te révolte. Tu es libre de choisir le thème et le support qui t’intéresse. À toi de jouer !

Histoire des arts : La chasse à l’enfant, Jacques Prévert (1934)

Thème du programme d’EMC de la classe de 4ème, la justice des mineurs suscite depuis longtemps le débat. Comment remettre dans le droit chemin des jeunes qui commettent des infractions ? Entre les mesures éducatives et répressives, où faut-il placer le curseur. En 2011, des professionnels de la justice des enfants critiquaient vivement le gouvernement dans une tribune intitulée « C’est la justice des enfants qu’on assassine ». Ils contestaient surtout deux mesures : la création d’un tribunal correctionnel pour mineurs récidivistes de plus de 16 ans et la possibilité de placement en centre éducatif fermé (CEF) dès la première infraction des mineurs de 13 ans.

En 1934, l’affaire de Belle-Île-en-mer échauffe les esprits en France et inspire au poète Jacques Prévert  La chasse à l’enfant. « Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan ! », c’est par ces mots que débute cette chanson et notre étude sur la justice pénale des mineurs et son évolution dans le temps.

Image de prévisualisation YouTube

 

OBJECTIFS de la séance

  • Aborder la justice des mineurs à travers une chanson écrite par Jacques Prévert
  • Comprendre l’évolution de la justice des mineurs du XIX°s à aujourd’hui

Cliquez ici pour écouter « La chasse à l’enfant » de Jacques Prévert et Joseph Kosma (1934)

Image de prévisualisation YouTube

Les paroles de « La chasse à l’enfant »

http://3.bp.blogspot.com/-imnUILOz5A0/UPZqvcbhvWI/AAAAAAAAVhY/nmkzJmpP6k8/s1600/w3.JPG

Belle-Île-en-mer, 1934 : les faits
 
« C’est à un évènement qui se produit à Belle-Île-en-mer dans l’été 1934 que se rapporte cette chanson. A l’époque, les prisons pour enfants, bagnes pour mineurs et autres maisons de correction ou de redressement sont monnaies courantes en France. Pour un délit, un conflit avec les parents, avec une famille d’accueil pour les enfants de l’assistance publique, la justice et l’état n’hésitaient pas à envoyer des mineures, parfois très jeunes dans des centres qui tenaient plus de la prison que de la « rééducation. Ces centres sont souvent des zones de non droit, de brimades et d’humiliation que l’on aurait de la peine à imaginer aujourd’hui. »
 
« En août 1934, une révolte éclate sur l’île. Un des enfants, avant de manger sa soupe dans le silence absolu, a ce jour-là osé mordre dans un morceau de fromage. Les surveillants l’ont alors rosé de coups. A la suite de ces mauvais traitements administrés à leur camarade, une émeute éclate au sein de l’institution de Belle-Île-en-Mer, qui provoque l’évasion massive de 55 pupilles. Ce fait divers est suivi d’une campagne de presse très virulente, et va inspirer des intellectuels comme Jacques Prévert, qui écrit son célèbre poème « La Chasse à l’enfant ». Il y dénonce la « battue » organisée sur l’île, avec prime de 20 francs offerte aux touristes et aux habitants de Belle-île, pour chaque garçon capturé. »
Afficher l'image d'origine
 
 
 
  • 1810 :Dans le Code pénal (articles 66 et 67) apparaît la catégorie des mineurs de justice
  • 1850 : Loi sur «l’éducation et le patronage des jeunes détenus». Le système des colonies pénitentiaires privées devient le modèle de prise en charge des mineurs de justice. Dans le langage courant, on parle  de «maisons de correction» ou de «maisons de redressement». Elles sont situées à la campagne car on veut «sauver le colon par la terre, et la terre par le colon». Ce type d’établissement sera un modèle pour toute l’Europe pendant près de cent ans.
  • 1880 : Ouverture de la colonie pénitentiaire publique de Belle-Ile en Mer à vocation agricole et maritime.
  • 1906 : La majorité pénale passe de 16 à 18 ans : les jeunes sont consi- dérés comme des mineurs pénaux jusqu’à 18 ans. La majorité civile est elle à 21 ans.
  • 1934 : Révolte des colons de Belle-Ile en Mer qui sera suivie par une des plus importantes campagne de presse contre les «bagnes d’enfants».
  • 2 février 1945 : Ordonnance relative à l’enfance délinquante. Elle est devenue la référence en matière de justice des mineurs. Elle insiste sur la primauté de l’éducatif sur le répressif et permet la création des Tribunaux pour enfants sur tout le territoire ainsi que la fonction de Juges des enfants.

La justice des mineurs et ses évolutions

http://www.dailymotion.com/video/xp3p9y

Résultat de recherche d'images pour "la justice des mineurs infographie"

Source : Monquotidien.fr

Image de prévisualisation YouTube

Histoire des arts – Maus de Art Spiegelman

OBJECTIFS

  • Étudier Maus, un chef d’œuvre de la bande dessinée
  • Croiser deux témoignages (victime/bourreau) sur l’extermination des Juifs à Auschwitz
  • Expliquer en quoi l’extermination des Juifs et des Tziganes est un crime contre l’humanité

Résumé : Maus, c’est l’histoire du père d’Art Spiegelman prénommé Vladek. Ce juif polonais est un rescapé d’Auschwitz et son fils raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d’une fable où les personnages ont une tête d’animal.

maus-1

CONSIGNE : Étudie les deux planches de Maus et l’extrait du livre ‘Le commandant d’Auschwitz parle’. Chaque groupe complète la fiche, un groupe passera à l’oral pour…

  1. expliquer le mode d’extermination industrielle mis en œuvre à Auschwitz
  2. croiser les deux témoignages
  3. expliquer en quoi l’extermination des Juifs et des Tziganes est un crime contre l’humanité

+ d’infos sur Maus

Image de prévisualisation YouTube

+ d’infos sur « Le commandant d’Auschwitz parle »

http://www.dailymotion.com/video/xf27q3

source -> Dans sa première édition, en 1959, le Comité international d’Auschwitz présentait ainsi ce livre : « Rudolf Hoess a été pendu à Auschwitz en exécution du jugement du 4 avril 1947. C’est au cours de sa détention à la prison de Cracovie, et dans l’attente du procès, que l’ancien commandant du camp d’Auschwitz a rédigé cette autobiographie sur le conseil de ses avocats et des personnalités polonaises chargées de l’enquête sur les crimes de guerre nazis en Pologne. […] Conçu dans un but de justification personnelle, mais avec le souci d’atténuer la responsabilité de son auteur en colorant le mieux possible son comportement, celui de ses égaux et des grands chefs SS, ce document projette une lumière accablante sur la genèse et l’évolution de la « Solution finale » et du système concentrationnaire. Ce « compte rendu sincère » représente l’un des actes d’accusation les plus écrasants qu’il nous ait été donné de connaître contre le régime dont se réclame l’accusé, et au nom duquel il a sacrifié, comme ses pairs et supérieurs, des millions d’êtres humains en abdiquant sa propre humanité. »

+ d’infos sur le crime contre l’humanité d’après une défintion de la Cour pénale internationale

Que sont les crimes contre l’humanité ?

Les crimes contre l’humanité incluent des actes commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque. La liste de ces actes recouvre, entre autres, les pratiques suivantes :

  • meurtre ;
  • extermination ;
  • réduction en esclavage ;
  • déportation ou transfert forcé de population ;
  • emprisonnement ;
  • torture ;
  • viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ;
  • persécution d’un groupe identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste;
  • disparition forcée de personnes ;
  • crime d’apartheid ;
  • autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale.

+ d’infos sur le procès de Nuremberg

EMC 6ème – Les émotions à travers l’art

Pour vivre avec les autres, il faut déjà apprendre à se connaître et à gérer au mieux ses émotions. Comme nous n’avons pas tous un Jiminy Cricket sous la main, nous ferons ce travail ensemble en utilisant plusieurs œuvres d’art.

millennial-pinocchio

OBJECTIFS

  1. J’identifie les émotions et j’apprends à mieux les gérer
  2. Je comprends que l’art sert à exprimer des émotions
  3. Je comprends l’expression : ‘avoir conscience de’