Archive pour Juke box

Le sens des aiguilles – Playlist 10 titres

Capture d’écran 2016-04-02 à 11.49.11

 

#1. The Heavy – What happened to the love ?
#2. Charles Bradley – Change for the world
#3. Ben Harper & the innocent criminals – Call it what it is
#4. Minuit – Flash
#5. Black mountain – Florian saucer attack
#6. Ty Segall & The Muggers – Emotionnal muggers
#7. Nada surf – Cold to see clear
#8. uKanDanz – Tchuhetén Betsèmu
#9. Mogwai – U-235
#10. Jean-Louis Murat – French Lynx

Histoire des arts : La chasse à l’enfant, Jacques Prévert (1934)

Thème du programme d’éducation civique de la classe de 4ème, la justice des mineurs suscite depuis longtemps le débat. Comment remettre dans le droit chemin des jeunes qui commettent des infractions ? Entre les mesures éducatives et répressives, où faut-il placer le curseur. En 2011, des professionnels de la justice des enfants critiquaient vivement le gouvernement dans une tribune intitulée « C’est la justice des enfants qu’on assassine ». Ils contestaient surtout deux mesures : la création d’un tribunal correctionnel pour mineurs récidivistes de plus de 16 ans et la possibilité de placement en centre éducatif fermé (CEF) dès la première infraction des mineurs de 13 ans.

En 1934, l’affaire de Belle-Île-en-mer échauffe les esprits en France et inspire au poète Jacques Prévert  La chasse à l’enfant. « Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan ! », c’est par ces mots que débute cette chanson et notre étude sur la justice pénale des mineurs et son évolution dans le temps.

Image de prévisualisation YouTube

 

OBJECTIFS de la séance

  • Aborder la justice des mineurs à travers une chanson écrite par Jacques Prévert
  • Comprendre l’évolution de la justice des mineurs du XIX°s à aujourd’hui

Cliquez ici pour écouter « La chasse à l’enfant » de Jacques Prévert et Joseph Kosma (1934)

Image de prévisualisation YouTube

Les paroles de « La chasse à l’enfant »

Livre

Belle-Île-en-mer, 1934 : les faits
 
« C’est à un évènement qui se produit à Belle-Île-en-mer dans l’été 1934 que se rapporte cette chanson. A l’époque, les prisons pour enfants, bagnes pour mineurs et autres maisons de correction ou de redressement sont monnaies courantes en France. Pour un délit, un conflit avec les parents, avec une famille d’accueil pour les enfants de l’assistance publique, la justice et l’état n’hésitaient pas à envoyer des mineures, parfois très jeunes dans des centres qui tenaient plus de la prison que de la « rééducation. Ces centres sont souvent des zones de non droit, de brimades et d’humiliation que l’on aurait de la peine à imaginer aujourd’hui. »
 
« En août 1934, une révolte éclate sur l’île. Un des enfants, avant de manger sa soupe dans le silence absolu, a ce jour-là osé mordre dans un morceau de fromage. Les surveillants l’ont alors rosé de coups. A la suite de ces mauvais traitements administrés à leur camarade, une émeute éclate au sein de l’institution de Belle-Île-en-Mer, qui provoque l’évasion massive de 55 pupilles. Ce fait divers est suivi d’une campagne de presse très virulente, et va inspirer des intellectuels comme Jacques Prévert, qui écrit son célèbre poème « La Chasse à l’enfant ». Il y dénonce la « battue » organisée sur l’île, avec prime de 20 francs offerte aux touristes et aux habitants de Belle-île, pour chaque garçon capturé. »
Afficher l'image d'origine
 
 
 
  • 1810 :Dans le Code pénal (articles 66 et 67) apparaît la catégorie des mineurs de justice
  • 1850 : Loi sur «l’éducation et le patronage des jeunes détenus». Le système des colonies pénitentiaires privées devient le modèle de prise en charge des mineurs de justice. Dans le langage courant, on parle  de «maisons de correction» ou de «maisons de redressement». Elles sont situées à la campagne car on veut «sauver le colon par la terre, et la terre par le colon». Ce type d’établissement sera un modèle pour toute l’Europe pendant près de cent ans.
  • 1880 : Ouverture de la colonie pénitentiaire publique de Belle-Ile en Mer à vocation agricole et maritime.
  • 1906 : La majorité pénale passe de 16 à 18 ans : les jeunes sont consi- dérés comme des mineurs pénaux jusqu’à 18 ans. La majorité civile est elle à 21 ans.
  • 1934 : Révolte des colons de Belle-Ile en Mer qui sera suivie par une des plus importantes campagne de presse contre les «bagnes d’enfants».
  • 2 février 1945 : Ordonnance relative à l’enfance délinquante. Elle est devenue la référence en matière de justice des mineurs. Elle insiste sur la primauté de l’éducatif sur le répressif et permet la création des Tribunaux pour enfants sur tout le territoire ainsi que la fonction de Juges des enfants.

La justice des mineurs et ses évolutions

http://www.dailymotion.com/video/xp3p9y

Image de prévisualisation YouTube

Drop zone – Playlist 10 titres

Capture d’écran 2016-02-28 à 16.13.52

 

#1. Kel Assouf – Afrik
#2. L’étrangleuse – Doesn’t matter
#3. Sahra Halgan – Hobaa layoow heedhe
#4. Christine Salem – Malangé
#5. Kula Shaker – Infinite sun
#6. Saul Williams – The noise came from here
#7. Schvedranne – Athènes
#8. Ours samplus – Say yes
#9. Aesop rock – Rings
#10. Atmosphere – This lonely rose

La source – Playlist 10 titres

Capture d’écran 2016-01-27 à 09.51.12

#1. La Maison Tellier – Amazone
#2. General Elektriks – Whisper to me
#3. Villagers – Memoi
#4. Edith Crash – Octobre
#5. Renaud – Toujours debout
#6. Iggy Pop & Josh Homme – Break into your heart
#7. Drenge – Side by side
#8. FIDLAR -Drone
#9. Zoé – Dusty truck
#10 – Little Nemo – Running in the sun