Archive pour Saint-Etienne

Histoire des arts… de rue #5 : l’art dans la friche

Produit de la crise et des cycles économiques, la friche industrielle a longtemps repoussé. Face à cet espace mort, mieux valait démolir pour écrire une autre histoire. Pourtant, il y a une alternative à la table rase et depuis vingt ans des friches industrielles situées en milieu urbain ont connu une nouvelle vie.

 

Entre la mort et la résurrection du site, les premiers à explorer ces lieux abandonnés sont les tagueurs. Ils cultivent la friche industrielle, la colorent et d’une certaine façon la ramène à la vie. Nouveau territoire de l’art, la friche peut connaître une parenthèse culturelle après des années d’activité industrielle.

 

A Saint-Etienne, nombreux sont ceux qui ont investi le site de la Stéphanoise de Construction Mécanique, pour le meilleur et pour le pire… En se baladant, on découvre un magnifique Gainsbourg, DSK qui sort du bain, la fresque « Rock’n’Hop », d’autres pépites et beaucoup de brouillons. En plus des graffeurs stéphanois comme Oni, le parisien Brusk et l’artiste chilien Inti ont laissé leur trace sur le site.


 

 

 

En 2005, la Stéphanoise de Construction Mécanique fermait ses portes. Depuis plus d’un siècle, cette entreprise de Saint-Etienne était spécialisée dans l’étude et la fabrication de matériels de manutention de produits en vrac. Dans les années 1970, elle employait jusqu’à 600 personnes. Un an avant sa liquidation, il restait une cinquantaine d’employés sur le site de Plaine Achille. Aujourd’hui, le site est en pleine restructuration grâce au projet « Manufacture Plaine Achille ». Les locaux de l’ancienne usine accueilleront prochainement la Comédie de Saint-Etienne. Trois salles de 700, 300 et 100 places garniront cet espace. Le graffiti a fait vivre cet espace en transition pendant quelques années, le spectacle continue…

 

Image de prévisualisation YouTube

Autre exemple frappant, le « bâtiment des douanes » de Pantin « grand vaisseau en friche qui domine le bassin de Pantin, sur les berges du canal de  l’Ourcq, est devenu, au fil du temps un formidable «  terrain de jeu » pour de nombreux artistes graffeurs par ailleurs très actifs sur toute cette portion du canal.

 


Cet ancien site d’entreposage, deviendra bientôt le siège d’une grande agence de publicité au cœur d’un nouveau quartier exemplaire de la renaissance urbaine du canal de l’Ourcq.

 


Dans le cadre de l’édition 2012 de l’Eté du canal, Les artistes du collectif PoDaMa s’empareront des murs extérieurs du bâtiment pour célébrer, au travers d’un œuvre collective, la fin joyeuse de sa vie transitoire de spot artistique et sa nouvelle vie, signal de la renaissance de la Ville sur l’Ourcq. »

Image de prévisualisation YouTube

En voir +

L’album photo sur les graffitis de la friche Plaine Achille sont visibles sur le groupe Facebook de la p@sserelle.