Archive de mots clefs pour la [email protected]

Lavilliers – Playlist 13 titres –

Au cours de ses voyages, le globe-trotter stéphanois a saisi les vibrations des peuples et porté ses revendications. Dans ‘Baron samedi’ en 2013, il mettait en musique un beau poème de Nazim Hikmet mêlé à des sonorités arabisantes (le titre ‘Scorpion »). L’album acoustique sorti dans la foulée était aussi une belle réussite où Lavilliers revisitait ses standards en bonne compagnie. Avec « 5 minutes au paradis » paru cette année, Lavilliers signe un grand album. Posté en témoin engagé d’un monde sur la brèche, Bernard Lavilliers creuse un sillon humaniste avec des titres puissants voire irrésistiblement cinématographiques.

Entre rock, reggae, salsa, bossa, jazz, 13 titres de la discographie de Bernard Lavilliers toujours en mouvement. 

 

  1. Croisières méditerranéennes
  2. Bernard Lavilliers, Catherine Ringer – Idées noires
  3. Scorpion
  4. Angola
  5. Causes perdues
  6. L’or des fous
  7. Les mains d’or
  8. L’exilé
  9. Melody tempo harmony
  10. Saint-Etienne
  11. On the road again
  12. Noir et blanc
  13. Stand the ghetto

Histoire des arts : Douce France, « les façons d’être français »

En 2009, le débat sur l’identité nationale avait provoqué une polémique. Face à cette initiative du gouvernement français, l’historien Pap NDiaye avait fait part de ses craintes : « Il y a tellement de façons d’être français qu’il serait triste que le gouvernement nous dicte ce qu’est être français. » A cette époque, le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, évoquait une chanson dont l’air trotte encore dans la tête de nombreux Français : « La défense de notre modèle culturel et de la Douce France chantée par Charles Trenet, passent par la redéfinition de notre identité nationale« . La référence à ce monument de la chanson française mérite bien une petite explication.

OBJECTIFS

  • Je connais les façons d’obtenir la nationalité française
  • J’étudie deux versions de Douce France (Charles Trenet / Carte de séjour) pour comprendre qu’il y a « plusieurs façons d’être Français »

_____________________________________________________

LE COURS : Être et devenir Français

 

Document3

En 1942, alors que les Allemands occupent le pays, Charles Trenet écrit « Douce France« . A l’époque, il est la nouvelle grande star de la chanson française. « Douce France » est une véritable déclaration d’amour à la France qui vit alors les moments sombres de son histoire. À l’époque, plusieurs interprétations de la chanson existent : certains la voient comme un acte d’allégeance au régime de Vichy (apologie du terroir et de ses valeurs ancestrales), d’autres comme l’hymne d’une sorte de résistance passive.

Image de prévisualisation YouTube

Questions :

1. Relève des paroles montrant que « Douce France » ressemble à une chanson d’amour.

2. Explique « Oui, je t’aime dans la joie et la douleur« 

3. A quoi ressemble la France de Charles Trenet ?


Document3 - copie

L’INA rappelle que « Carte de Séjour, jeune groupe fondé au tournant des années 80 et composé essentiellement de musiciens français issus de ce qu’on appelle alors la « seconde génération » de l’immigration maghrébine, n’est pas totalement inconnu lorsqu’il met à son répertoire en 1986 ce monument de la chanson française. Sa participation en 1983 au grand concert organisé Place de la Bastille en point d’orgue à la Marche pour l’égalité  (cette imposante manifestation nationale « pour l’égalité et contre le racisme » faisant suite aux émeutes des Minguettes, voir article [email protected]) en a déjà fait l’un des porte-drapeaux politique et artistique d’une jeunesse issue de l’émigration, et désirant prendre pleinement sa place au sein de la communauté nationale. Mais c’est incontestablement cette version arabisante de Douce France qui va marquer les esprits et servir de tremplin décisif, en pleine montée de l’extrême droite à travers les succès électoraux du Front National, aux revendications des jeunes beurs.« 

Ecoute maintenant la version de Carte de séjour

Image de prévisualisation YouTube

4. Quelles sont les influences musicales de cette version de Douce France ?

5. A ton avis, quel message veut faire passer le groupe ?


Résumé de la séance élaboré en classe

La version de Douce France interprétée par Charles Trenet évoque avec nostalgie et amour le territoire national (« Je t’ai gardée dans mon cœur », « Oui, je t’aime », …). La France apparaît comme un pays où il fait bon vivre alors qu’en 1942 la France est occupée.

Quand en 1986, Carte de séjour reprend ce titre, les artistes veulent montrer une autre facette de la France : un pays métissé et multiculturel. A cette période, le Front national se développe et les émeutes dans les cités sont très médiatisées.

En 2005, des émeutes ont embrasé certaines banlieues. Certains Français ne se sentent pas citoyens à part entière. Certains ne se sentent pas reconnus mais la violence n’est pas une solution. Il faut s’emparer de ses armes de citoyen : le droit de vote, l’association ou encore l’art.

Source image

Plantu, entre deux chaises, 1985, Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

1789-1792 : les temps forts de la Révolution

Pour comprendre la Révolution française, il est indispensable d’avoir des repères historiques en tête. La fiche distribuée en classe te permettra de mémoriser les temps forts de la Révolution. Nous la complèterons à partir de ce Prezi qui inclut quelques extraits du film « La Révolution française » sorti à l’occasion du bicentenaire de 1789.

OBJECTIFS

  • Je connais les repères historiques importants de la Révolution française
  • Je raconte quelques événements et j’explique leur importance

Capture d’écran 2015-01-20 à 18.18.18 

Aller + loin

Un dossier de France Tv éducation pour connaître les principales étapes de la Révolution française à travers une frise chronologique, le portrait des principaux personnages et les grands thèmes de la Révolution.

Une image interactive pour compléter l’étude du Serment du jeu de paume

Les Frères Coen – Playlist 16 titres –

Les frères Coen s’apprêtent à présider le jury du 68ème festival de Cannes, l’occasion de redécouvrir leur merveilleuse filmographie en musique.

Joel et Ethan Coen, un tandem, deux frères, seize films. Ces deux cinéastes originaires du Minesotta (Etats-Unis) ont marqué le 7ème art en s’aventurant avec malice entre le film noir, le thriller, la comédie ou dernièrement le western. Oscarisé à Los Angeles et palmé à Cannes, « le réalisateur à deux têtes » a connu de grands succès au box-office tout en gardant une véritable liberté de travail. Leurs films s’inscrivent dans l’histoire et la géographie des Etats-Unis… leurs bandes son aussi.

Seize films, seize titres. Cette playlist retrace la filmographie des frères Coen en partant de leur dernière réalisation (Inside Llewyn Davis) à la première (Blood simple). Folk, gospel, jazz, soul, country, blues, rock, c’est tout le patrimoine musical américain qui sonne à nos oreilles. Intercalées entre les chansons, vous trouverez les orchestrations du compositeur américain Carter Burwell. Fidèle aux frères Coen, il magnifie leur travail et distille aux films une couleur ou une atmosphère particulière. Bonne écoute !



#1. Marcus Mumford & Oscar Isaac – Oh hang me, oh hang me  [Inside Llewyn Davis / 2013]
#2. Johnny Cash – God’s Gonna Cut You Down [True Grit / 2010]
#3. Jefferson Airplane – Somebody To Love  [A serious man / 2009]
#4. Elbow – Grounds For Divorce [Burn after reading / 2008]
#5. Carter Burwell – Blood Trails [No country for old men / 2007]
#6. The Soul Stirrers – Jesus I’ll Never Forget [Ladykillers / 2004]
#7. Elvis Presley – Suspicious minds [Intolérable cruauté / 2003]
#8. Carter Burwell – The Trial of Ed Crane [The man who wasn’t there / 2001]
#9. Soggy Bottom Boys – I Am A Man Of Constant Sorrow [O’brother where art you ? / 2000]
#10. Elvis Costello – My Mood Swings [The Big Lebowski / 1998]
#11. Carter Burwell – Dance of the Sierra [Fargo / 1996]
#12. Carter Burwell – Hula hoop – [The Hudsucker proxy / 1994]
#13. Jerry Lee Lewis – Old Black Joe [Barton Fink / 1991]
#14. Benny Goodman – King Porter Stomp [Miller’s crossing / 1990]
#15. Carter Burwell – Way out there [Raising arizona / 1987]
#16. Toots & the Maytals – Louie Louie  [Blood simple / 1984]
Filmographie