Etude de texte – Propos sur le bonheur – Voyages – Le souci du détail pour la réussite des vacances

Quel plaisir de voyager pour découvrir des choses nouvelles, qui ne nous sont pas coutumières. Mais le voyage nécessite-t-il la distance ? N’existe-il pas sous nos yeux des richesses inexplorées par le simple fait de nos précipitations journalières ? A cette seconde question, Alain nous répond par l’affirmative dans un texte intitulé Voyages et tiré de son livre Propos sur le bonheur. Selon lui, « la vraie richesse des spectacles est dans le détail ».

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-le-souci-du-detail-pour-la-reussite-des-vacances-ou-quand-le-philosophe-alain-recommande-dans-ses-propos-sur-le-bonheur-l-arret-et-le-detour-pour-voyager-52520133.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – Sur la mort – La pensée de la mort est sans objet et oblige l’homme à s’occuper pour vivre

La mort est la peur la plus extrême pour l’homme, ce qui pourtant ne le dispense de la penser.  Pourtant, cette pensée présente une certaine absurdité dans le sens où elle porte sur un objet que nous ne connaissons pas, parce que pour penser il faut être vivant, donc échapper à la mort. Pour Alain, d’après le texte intitulé Sur la mort, extrait de ses Propos sur le bonheur, la réflexion sur notre fin entraîne l’homme vers l’impatience, car il ne sait que faire à propos de sa finitude :

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-la-pensee-de-la-mort-est-sans-objet-et-oblige-l-homme-a-s-occuper-pour-vivre-ou-sur-la-mort-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-ecrit-par-le-philosophe-alain-52535236.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – Mélancolie – La prière ou le bon sens comme remède à la mélancolie

La mélancolie fait de celle ou celui qui en est sujet, un être soumis à une représentation qu’elle ou il ne parvient pas à dépasser. Quelles que soient les situations dans lesquelles le mélancolique est placé, il dégagera de chacune d’elle une profonde tristesse, comme l’écrit Alain dans le texte Mélancolie, tiré de ses Propos sur le bonheur : « Considérons pourtant les malades que l’on appelle mélancoliques : nous verrons qu’ils savent trouver en n’importe  quelle pensée des raisons d’être tristes ; toute parole les blesse ; si vous les plaignez, ils se sentent humiliés et malheureux sans remède ; si vous ne les plaignez pas, ils se disent qu’ils n’ont plus d’amis et qu’ils sont seuls au monde ». Toutes les occasions sont bonnes pour être tristes dirions-nous, ou plutôt que la mélancolie se suffit à elle-même. Elle n’a pas besoin de cause extérieure pour se maintenir.

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-la-priere-ou-le-bon-sens-comme-remede-a-la-melancolie—commentaire-du-texte-melancolie-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-ecrits-par-le-philosophe-alain-52832256.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – Bucéphale – Tirez l’épingle du jeu avant de conclure la partie

La passion est bien souvent ce qui nous guide dans notre jugement sur les êtres ou les choses. Il est plus facile de l’écouter que de raisonner, plus rapide d’obtenir son avis que d’aboutir à une conclusion raisonnable. Mais ce ne serait ainsi que céder à la facilité et à la précipitation que d’accorder à la passion l’entièreté d’une démarche vivant à comprendre et caractériser ce qui est. D’ailleurs, la véritable cause de toute chose ne saurait être vue par l’œil passionné, comme le dit Alain dans son texte Bucéphale, extrait de ses Propos sur le bonheur, en prenant comme exemple l’empereur Alexandre qui dompta un cheval fougueux après avoir compris que l’indocilité de la monture n’était pas caractérielle, comme certains l’affirmaient trop rapidement, mais résultait d’une peur :

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-tirez-l-epingle-du-jeu-avant-de-conclure-la-partie—un-commentair-du-texte-bucephale-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-ecrits-par-le-philosophe-alain-52870562.html

Etude de texte – Eléments de philosophie – La perception est une fonction de l’entendement…ou de l’anticipation dans la connaissance par les sens

Dans le premier chapitre du Livre I des Eléments de philosophie, Alain revient sur une idée qu’il estime erronée concernant la perception : « L’idée naïve de chacun, c’est qu’un paysage se présente à nous comme un objet auquel nous ne pouvons rien changer, et que nous n’avons qu’à en recevoir l’empreinte. […] Telle est l’idée naïve de la perception ». Pour le philosophe, la perception n’est pas qu’une réception passive par les sens, bien au contraire. L’anticipation, qui est une fonction de l’entendement, entre en jeu pour ce qui est de percevoir. Que l’objet soit visible ou non, peu importe. Une ombre suffit pour anticiper, et ainsi voir ce qui ne saurait déjà être vu. Cette anticipation, motrice dans le processus de saisie du réel, s’appuie sur le jugement, autre fonction de l’entendement.

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-la-perception-est-une-fonction-de-l-entendement—elements-de-philosophie-oeuvre-du-philosophe-alain-commentee-et-expliquee—de-l-anticipation-dans-la-connaissance-par-les-sens-52946908.html

Etude de texte – Eléments de philosophie – Chapitre II – Des illusions des sens – L’illusion et l’erreur dans la perception…ou une leçon d’humilité donnée par le philosophe Alain

Parce que l’entendement joue un rôle dans la perception des choses pour ce qui est de la connaissance par les sens, l’illusion peut s’intercaler entre la matière, soit ce qui est donné, et la forme, c’est-à-dire ce qui est pensé. Alain, dans le Chapitre II du Livre I des Eléments de philosophie, distingue l’erreur de l’illusion, en considérant cette dernière comme un élément alimentant le processus qui conduit au jugement de ce qui est reçu par nos sens. L’erreur par contre est occasionnelle, en tant que produit du jugement : « La connaissance par les sens est l’occasion d’erreurs sur la distance, sur la grandeur, sur la forme des objets. Souvent notre jugement est explicite et nous le redressons d’après l’expérience ; notre entendement est alors bien éveillé. Les illusions diffèrent des erreurs en ce que le jugement y est implicite, au point que c’est l’apparence même des choses qui nous semble changée ».

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-l-illusion-et-l-erreur-dans-la-perception-ou-la-lecon-d-humilite-donnee-par-le-philosophe-alain—commentaure-du-chapitre-ii-des-illusions-des-sens-extrait-des-elements-de-philosophie-53097382.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – Marie Trsite – Une première voie pour guérir la mélancolie

A propos de la tristesse, Alain relate dans le texte Marie triste, extrait des Propos sur le bonheur, le cas pathologique d’une fille dénommée Marie et suivie par un professeur de psychologie. Cette personne était aussi joyeuse une semaine donnée, qu’elle était triste la semaine suivante, et ce systématiquement, « avec la régularité d’une horloge ». Elle pouvait interprétée un même évènement de façon diamétralement opposé selon qu’il se situait dans une période de profonde tristesse ou de joie inébranlable. Il est vrai qu’un fait est triste ou ne l’est pas selon la représentation qui en est faite, ou comme nous dit Alain, « tout évènement a deux aspects, toujours accablant si l’on veut, toujours réconfortant et consolant si l’on veut ; et l’effort qu’on fait pour être heureux n’est jamais perdu ».

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-une-premiere-voie-pour-guerir-la-melancolie—commentaire-du-texte-marie-triste-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-ecrits-par-alain-53150989.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – L’institution au secours du couple selon le philosophe Alain

Difficile que de s’accorder au sein d’un couple. Même si l’amour fonde l’union, les tensions sont inévitables. Le philosophe Alain nous explique, dans le texte Le couple extrait des Propos sur le bonheur, que le désaccord est avant tout un effet de la nature, l’homme et la femme étant chacun soumis à une pression naturelle qui lui est propre : du domaine affectif pour ce qui est du sexe féminin, l’action concernant le sexe masculin : « […] j’aperçois des traits distinctifs qui rendent souvent les deux sexes ennemis l’un de l’autre, sans qu’ils sachent toujours bien pourquoi. L’un est affectif, l’autre actif ».

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-l-institution-au-secours-du-couple—commentaire-du-texte-le-couple-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-ecrits-par-alain-54878444.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – Le philosophe Alain refuse la fatalisme…ou le futur comme un avenir et non un destin

L’idée que l’on peut se faire de l’avenir est celle d’un chemin tout tracé, sur lequel nous serions chacun emporté et qui nous serait impossible de quitter. C’est ce que l’on appelle le destin. Quoique nous fassions, au-delà de nos passions et de nos positions raisonnables, de nos vices et vertus, nous filerions droit vers ce qui nous attend, sans savoir pour autant ce qui se trouve au bout de la route. Alain, dans le texte Notre avenir, extrait des Propos sur le bonheur, contredit cette proposition. Il la considère d’ailleurs accablante : « Tant que l’on a pas bien compris la liaison de toutes choses et l’enchainement des causes et des effets, on est accablé par l’avenir. Un rêve ou la parole d’un sorcier tuent nos espérances ; le présage est dans toutes les avenues ».

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-le-philosophe-alain-refuse-le-fatalisme-ou-le-furt-comme-un-avenir-et-non-un-destin—commentaire-du-texte-notre-avenir-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-54978183.html

Etude de texte – Propos sur le bonheur – Quand le philosophe Alain critique la psychanalyse de Freud

On accorde bien souvent trop d’importance à nos humeurs, jusqu’à les considérer pour se définir. Sauf qu’elles sont changeantes, et donc pas suffisamment pérennes pour constituer une identité. Pour le philosophe Alain, « Chacun a de l’humeur selon le vent et selon l’estomac » (Des caractères – Propos sur le bonheur).  N’est-ce pas donc qu’incohérence que de se faire une idée de soi sur la base d’un état éphémère ? C’est pourtant là une attitude commune, comme le précise Alain : « Mais ce qui est commun, c’est de consacrer l’humeur et en quelque sorte d’en jurer ; c’est ainsi que l’on se fait un caractère ».

Lire la suite : http://philosophie.initiation.cours.over-blog.com/article-quand-le-philosophe-alain-critique-la-psychanalyse-de-freud—commentaire-du-texte-des-caracteres-extrait-des-propos-sur-le-bonheur-55289647.html