Des lettres avec des maths dedans ?

Quels rapports la littérature entretient-elle avec les mathématiques ? Et quel intérêt les mathématiques peuvent-elles trouver à fréquenter la littérature ?

La question parce qu’elle parait saugrenue mérite bien que l’on se la pose… Nous le faisons ici, modestement.

 

Littérature et mathématiques sont deux pendants de l’intelligence humaine et deux étendards symboliques de sa capacité créatrice. Plus généralement les arts et les sciences ne sont séparés que par des découpages disciplinaires scolaires et universitaires, mais l’intelligence humaine par sa capacité à créer du langage et à en jouer possède une unité. La méthode scientifique, la construction mathématique, les créations littéraires, l’art sont comme des facettes d’une grande oeuvre commune, qu’il serait assez simple alors d’appeler culture.

C’est tout à l’honneur de l’esprit de pouvoir ainsi défricher des champs lointains mais connexes de la pensée, de les développer, d’aller voir une forêt par ici, une mer par là, de s’y balader, s’y abandonner, explorer, puis enrichi, de tenter de comprendre le chemin que nos autres compagnons ont suivi pendant ce temps là.

Un syncrétisme des savoirs ? Sans aller aussi loin dans cette ambition ,nous proposons de regarder de plus près les ressemblances, consonances, antagonismes et dissonances qui composent le fait mathématique et l’acte littéraire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *