Sagesse ou folie ?

Connu sous différents noms

[ Nasreddin Hodja

Nasuriddin Hâce

Nasrettin Hoca

Nasrudin Hodja

Mulla Nasreddin

Nasr Eddin Hodja

etc…],

ce fameux personnage est un ouléma (théologien) mythique de la culture musulmane, qui aurait vécu au 13ème siècle (entre 1208 et 1284).

Nous ne sommes pas sûrs de son lieu de naissance et de vie, certains disent qu’il s’agit de Sivrihisar, et d’autres pensent qu’il s’agissait d’Akşehir en Turquie. Chaque année, un festival se déroule à Akşehir du 5 au 10 Juillet. Alors, la population d’Akşehir augmente beaucoup.

nasreddin-carte

A l’origine, ses histoires sont destinées à la société anatolienne de son époque mais puisqu’elles donnent des leçons morales d’éthique, elles sont devenus universelles.
Nasreddin Hodja parle en général des peuples Anatoliens (les enfants, les femmes, les jeunes et les personnes de différents métiers) et également des gouvernements.
Ses plaisanteries sont devenues fameuses, ses aventures sont célébrées dans des dizaines de langues, mais il faut dire aussi que pendant les siècles, les gens ont changé ses plaisanteries et commencer à dire que toutes les blagues connues venaient de lui.

Voici deux courtes histoires drôles mettant en scène ce personnage :

Nasreddine et l’enterrement

Nasreddine et la lettre


jrjpo Ce personnage est bien connu aussi en France. Plusieurs livres existent avec ses histoires :

nasreddine

* La taverne du cœur ou les facéties de Nasrudin et autres histoires
* Absurdités et paradoxes de Nasr Eddin Hodja
* Les aventures de Nasrudin – 3 Volumes
* Les fabuleuses aventures de Nasr Eddin Hodja
* Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage

———————

Pour en savoir plus :
Si vous voulez lire quelques histoires de Nasreddin Hodja, vous pouvez cliquer sur ces liens :

* 101 histoires de Nasreddin Hodja
* 156 histoires de Djeha-Hodja
* Nasr Eddin, le « sublime idiot »
* Nasreddin Hodja

Article écrit « à 8 mains » en simultané, en utilisant GoogleDocs
Histoires enregistrées par Ege et Özer
Carte de la Turquie retravaillée par Özer

La Nuit, de Maupassant


Maupassant, portrait

Guy de Maupassant

On est bien d’accord, il est un des plus grands écrivains français, connu partout en France et également à l’étranger. Il «sonna à ma porte» il y a bien longtemps, et je me suis dit : n’est-il pas l’heure, Tulû, fais un enregistrement et montre que tu l’aimes par dessus tout…
Je peux avouer facilement que je me lève et me couche avec ses mots, je le lis, je le vis, je le grave dans ma tête. Et j’espère… qu’il entend quelque part… que mon cœur crie, que ces cris font que ma plume s’embellit, et qu’après tout c’est moi, qui m’en réjouis.

Je vous souhaite bonne écoute;  bien que j’aie fait une belle faute vers la fin, je n’ai pas pu résister au plaisir de le lire, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à l’écouter.

N.B : Ce n’est que la moitié du récit, je compte bien enregistrer la deuxième partie.

Les titres utilisés sont :

  • Nepenthe – Eluvium
  • Au-Delà Du Brouillard (Thème) – Damien Saez
  • The Painted Veil (Soundtrack) – Alexandre Desplat

Vous pouvez accéder à la partie lue ainsi que la suite en un clique seulement :

http://athena.unige.ch/athena/selva/maupassant/textes/nuit.html

Le Karaoké de la lecture : « Choses Lues, Choses Vues »

Vous aimez lire ?
Vous aimez partager ?

Si oui

Affiche expo BNF

Jusqu’à la fin du mois de janvier, il y a une exposition qui s’appelle  » Choses Lues  Choses Vues  » à la Bibliothèque nationale de France, conçue et réalisée par Alain Fleischer et produite par le Studio national des arts contemporains, Le Fresnoy.

Vous pouvez regarder la présentation vidéo de l’exposition en cliquant ici.

Tous les lecteurs sont invités à envoyer une photo d’eux en train de lire. Les élèves de Sainte Pulchérie et les élèves d’Alba Iulia se sont donc pris en photo en train de lire dans le lieu de leur choix.

Voici le résultat :

Vous pouvez nous envoyer votre photo et votre phrase,
nous les ajouterons au diaporama !

Diaporama réalisé par Özer

Les mots comme un jeu, les mots comme des serpents

Un écrivain et sa leçon de sagesse…

Jurca

Hier soir, j’ai pris de ma bibliothèque un livre, rien d’autre que « Le monde comme volonté et comme représentation » d’Arthur Schopenhauer et j’ai lu quelque chose sur la vertu et la passion pour l’art et l’éducation esthétique. Arthur Schopenhauer disait que chaque être humain veut développer sa passion, vivre sa passion. Et s’il accomplit sa passion et s’il est heureux, il doit rêver tout de suite d’une autre passion. Et alors, ce désir à nous, surtout dans le domaine esthétique, celui de la beauté, qui peut nous aider à l’accomplir ? Ce sont la nature et l’art. L’art, sous tous ses aspects, non seulement la littérature, il y a la musique, la grande peinture, la peinture, le théâtre, parfois le cinéma (qui est considéré le septième art). Donc, c’est grâce à la beauté, à son perception, à l’émotion artistique – que nous ressentons en regardant une œuvre d’art, en lisant un livre ou en écoutant un concert symphonique ou folk ou rock (ou je ne sais pas quel autre genre de concert) – que nous développons notre sensibilité. Mais il y a autre chose qui se passe à ce moment-là, sans que nous nous rendions compte, c’est le développement de nos savoirs. Nous devenons plus riches du point de vue spirituel, affectif et imaginatif. D’ailleurs, c’est juste ce que fait la littérature. La littérature authentique, la vraie littérature. Elle nous transporte du monde réel dans celui imaginaire et nous vivons les expériences des personnages. Parfois, nous découvrons dans ces personnages nos propres qualités et défauts. (transcription et traduction forunies par Silviana Chira et Alexandra Gurzău)

Et des lecteurs friands de découvrir ses secrets…

Oana Crăciun : Lequel de vos personnages vous ressemble le plus?

Cornel Nistea : Il faut accepter la littérature comme fiction, non ? Quand j’ai écris « L’innocence du serpent » à la première personne, quelqu’un m’a dit : « Oh, monsieur, quelle expérience intéressante vous avez vécue ! Vous avez une vie si intéressante ! »Rien de moins vrai. Ou enfin, 10% de vérité.

Ionela Gherman : Quelle est la plus belle dédicace que ce soit de l’auteur ou de la personne qui vous l’a offert ?

Cornel Nistea : Je ne pouvais pas le dire, mais nous pouvons vivre une certaine émotion devant un grand écrivain qui nous offre un livre et tout s’estompe à ce moment-là. On ignore ce qu’il a dit dans cette dédicace. Je répète, un écrivain qui m’a écrit sur un livre : « Amitiés ». C’est la dédicace la plus belle que j’aie jamais reçue.

Andrada Popa: Quelle est la plus importante distinction littéraire que vous avez jamais obtenue?

Cornel Nistea : La plus importante distinction que j’ai obtenue est ce prix reçu pour le roman « Le rituel de la bête», roman désigné récemment le livre de l’année.

Alina Moca : Quel a été l’élément déclencheur pour « Le rituel de la bête » ?

Cornel Nistea : Le titre initial du livre a été « Souvenirs de la chaise bleue ». L’action se passe sous le régime communiste. J’ai écrit ce livre comme si j’avais accompli un devoir envers mon peuple. Le roman parle de la dictature communiste.

Paul Gună: Aimez-vous la lecture à haute voix ?

Cornel Nistea : Chaque auteur, chaque lecteur reçoit le message du texte d’une manière différente parce que nous avons tous nos particularités de sensibilité et de raison. Moi, je peux exprimer cette complexité uniquement par écrit…J’aime écouter, j’écoute vraiment, mais je n’aime pas lire moi-même à haute voix parce que je n’aime pas entendre mes personnages.

Certains lecteurs aiment  lire à haute voix…

PICT0173

Titre: L’innocence du serpent

Traduction: Elena Soare

Maison d’édition: Teognost, Cluj-Napoca

Année de publication: 2005

Mes paroles jetées comme un jeu faisaient peut-être leur effet sans que nous ne puissions plus les arréter. Je me les suis imaginées plus tard comme des serpents, plus ou moins venimeux, guettant entre les pierres des montagnes caressées par le soleil, juste à côté du sentier que nous traversions, cette fois en été.

PICT0175

C’était l’hiver, et le sourire énigmatique de ma collègue me rendait fou. J’étais tenté de renouer le dialogue avec elle, de mettre au point notre scénario, voire même de parfaire l’oeuvre, mais quelque chose me retenait, peut-être bien sa féminité d’une excessive et secrète intimité ou autre chose, je n’ai jamais pu le savoir. (p.12).

Pour écouter le texte ci-dessous, cliquez ici: Silviana

Rencontre avec l’écrivain Cornel Nistea

L’écrivain roumain Cornel Nistea est né en 1939 à Valea Largă, dans la commune de Sălciua située sur la valée d’Arieş (dans les Carpates Occidentales). Après des études littéraires à la faculté de philologie de l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca, il travaille en tant que professeur de langue et de littérature roumaine jusqu’à la chute de la dictature communiste de Ceausescu, en 1989.

Dans les années ’80, il publie régulièrement de la prose courte dans les revues littéraires de l’époque. Focuri în septembrie– Feux de septembre, paru en 1984 chez Cartea Româneasca, une des plus prestigieuses maisons d’édition de la Roumanie, représente son volume de début. En 1990, il devient rédacteur de la revue culturelle Discobolul où il publie beaucoup de ses écrits, mais aussi des fragments de ses romans Inocenţa şarpelui – L’Innocence du serpent (2000) et Amintiri din şezlongul albastru, « Souvenirs de la chaise longue bleue ». En 2004, il publie une nouvelle, Colonia de vulturi – La colonie de vautours – et un recueil de nouvelles Papagalii mei adoraţi – Mes perroquets bien-aimés.

Dans sa création, Cornel Nistea cultive le réalisme magique, l’insolite des situations et la verve de la narration ce qui le rapproche de la prose sud-américaine.

Le 13 novembre 2009, son roman Ritualul bestiei – Le rituel de la bête a été désigne « le livre de l’année » par la filiale régionale Alba-Hunedoara de l’Union des Ecrivains de Roumanie.

Mardi, le 12 janvier 2010, il a été présent pour 6 heures au CDI du Lycée « Horea, Cloşca şi Crişan » en vue de discuter avec son public lycéen et avec les membres de not re équipe de projet.

PICT0171

Séance de dédicaces pour

les membres de notre équipe

PICT0170


La légende du sapin : conte d’Alsace

legende-sapinEn ce début d’année 2010 que nous vous souhaitons très bonne…

… écoutez et regardez la légende du sapin
et découvrez au travers du théâtre d’images japonais, le Kamishibai,
comment le petit oiseau blessé,
perdu au cœur de l’hiver a été chassé par tous les arbres de la forêt….

Tous ?

legende-dusapin_06-01-2010-petit (2)

Vous pouvez également regarder cette vidéo avec le texte.

La légende du sapin – Thierry Chapeau
Edition Callicephale – 2008
Conte raconté par Özer, Ege, Ece et Pelin

Amélie Nothomb – Attentat

Attentat L’écrivaine Amélie Nothomb, née le 13 août 1967 à Köbe, au Japon, fait partie de l’aristocratie belge, parce que plusieurs de ses ancêtres ont été impliqués dans la vie politique et culturelle de Belgique. C’est pourquoi, peut-être, Amélie a une façon assez personnelle et particulière d’écrire et une noblesse de l’esprit peu commune. Si elle a de nombreux fans, elle a aussi de violents détracteurs. Des goûts (littéraires) et des couleurs, il ne faut pas discuter….

Le premier (mais certainement pas le dernier) de ses livres que j’ai lu est le roman « Attentat ». J’ai découvert l’histoire d’amour  qu’Épiphane voue à Éthel. Épiphane Otos est une personne qui ressemble à un monstre du point de vue physique, mais qui est très délicat et sensible. Il est conscient de son allure et il vit seul, sans amis et activités sociales. Sa manière de vie change quand il a besoin d’un emploi et il connaît la jeune Éthel. Elle est une comédienne d’une beauté  incroyable. Les deux deviennent bons amis et passent leurs temps ensemble. Épiphane tombe amoureux d’Éthel, mais il n’a pas le courage de confesser ses sentiments avant  son voyage au Japon. Éthel n’est pas enchantée de la déclaration d’Épiphane et ils ont une dispute. Conscient que leur histoire d’amour est impossible, Épiphane décide d’assassiner Éthel, en croyant que c’est l’unique façon d’accomplir sa passion.

Le paradoxe est que le protagoniste devient lui-même membre d’un jury pour un concours de beauté après qu’il travaille comment anti-modèle dans une présentation de mode où il doit mettre en valeur la splendeur des autres modèles.

Le roman présente aussi l’idée de norme, de stéréotype. Épiphane nous montre tous les clichés de nos vies, tous les modèles de beauté, de moralité, de correction que nous puissions avoir. Même s’il voit tous les stéréotypes de notre société, il aime une personne qui représente un modèle de beauté.

Avec l’aide des ses personnages et d’un vocabulaire peu commun, Amélie Nothomb nous interroge: notre opinion sur une chose quelconque est-elle le résultat d’une réflexion personnelle ou d’une conception que la société nous propose? La question reste ouverte.

Madame Şeyma et la lecture

Bonjour à tous !

Maintenant nous allons vous présenter notre professeur de français Mme Şeyma. C’est une professeur qui aime bien ses élèves. Comme elle a donné beaucoup d’ importance à l’éducation,  elle a eu beaucoup de succès dans sa vie.

Nous étions curieux de savoir ce qu’elle aimait lire et voici l’interview que nous avons réalisée avec elle le 17 décembre au sujet de la lecture :

Interview Mme Seyma

Questions et interview préparées par Ege et Özer

Le poème  »Le globe » : un message d’espoir

 »Le globe » est la traduction française d’un poème écrit en turc par Nazım Hikmet.

Parfaitement d’actualité avec le Sommet de Copenhague…

Nous écouter

Offrons le globe aux enfants
Le globe1
Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.
Donnons-leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore
Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.
Offrons le globe aux enfants.
Donnons-leur comme une pomme
énorme,
Comme une boule de pain tout chaude,
Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.

Offrons le globe aux enfants,
Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,

Les enfants prendront de nos mains le globe
Ils y planteront des arbres immortels.


le-globe

——————————————

Voici les références de l’album, tout petit et très coloré :

Titre : Le Globe
Auteur : Nazım Hikmet  /  Traduction du turc : Charles Dobzynski
Illustrateur : Edmée Cannard
Maison d’édition : Rue du Monde, Collection « Petits géants du monde », 2007

——————————————

Nâzım Hikmet (1901-1963)

C’est un écrivain qui a écrit des romans et des poésies***.

Hikmet

Il a passé une grande partie de sa vie en prison en Turquie. Après son séjour en prison, il est parti à Moscou. Malheureusement il est devenu célèbre et apprécié après sa mort.

Il se trouve beaucoup de livres et des poésies traduites en français comme :

* Il neige dans la nuit et autres poèmes
* Nostalgie
* Pourquoi Benerdji s’est-il suicidé ?
* C’est un dur métier que l’exil…
* La vie est belle mon vieux

Si vous voulez en savoir plus… : http://www.bleublancturc.com/TurcsconnusFR/Nazim_Hikmet.htm

*** 10 pièces de théâtre
5 romans
1 livre de conte
18 recueils de poésies

Je suis Alina

Salut!

Je suis Alyna! Je suis une adolescente qui étudie au Lycée National « Horia Cloşca et Crişan » (Ioana est ma collègue).

Ma plus grande passion est la musique, surtout le pop et le dance ! Ma chanteuse préférée est Rihanna. J’adore sa voix! J’aime aussi la danse, la gymnastique, les films d’action et les comédies.

Je n’aime pas les maths, je les trouve très difficiles.

Mes amies sont très importantes pour moi. Mes meilleures amies sont Beatrice, Deea et Teo. Nous passons beaucoup de temps temps ensemble.  A bientôt !