Mai 31 2017

Un élevage à l’honneur (99)

Publié par Giraldillo dans Campo      

Une fois de plus la peña de Saint-Perdon a surpris en annonçant la présentation d’un élevage en France : cette année c’est au tour de Pincha, ganadería navarraise qui commence à jouir d’un certain prestige dans le petit royaume du nord de l’Espagne. Bilan, une vuelta pour Rascatripas et l’éleveur appelé à saluer.

Acoso y derribo en Navarrre

José Antonio Baigorri a créé à partir de 1986 un élevage brave pour les spectacles populaires puis en a formé un nouveau pour la lidia à partir de 2002 en achetant 44 vaches et deux étalons à Gerardo Ortega (d’origine Los Guateles essentiellement) puis en complétant son troupeau en 2006 avec 15 vaches de Luis Algarra avant d’acquérir un total de 80 femelles non « tientées » et 4 étalons à Marqués de Domecq en 2010.

Encaste : Domecq (Algarra, Guateles et Marqués séparément)

Devise : rouge et vert

Ancienneté : aucune

____________________

Les animaux de ce fer paissent dans la commune de Lodosa, dans le domaine El Ontanal. Cet élevage fait partie de l’Asociación.

En 2016, 3 utreros de Pincha ont reçu les honneurs posthumes : 2 à Lodosa et 1 à Peralta.


Mai 24 2017

Un élevage à l’honneur (98)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage de Luis Algarra Polera est entre les mains de ses enfants, Luis et Aurora depuis son décès en 2006. En 1975, il avait reformé le cheptel de son père de des animaux de Juan Pedro Domecq.

Après un bache, cette ganadería mère d’un certain nombre de troupeaux, semble revenir en bonne forme comme en témoigne, en ce début d’année 2017, l’indulto obtenu à Cabra et les deux oreilles coupées par Curro Díaz dans des arènes de première catégorie comme Saragosse.

Toro qui a blessé Curro Díaz après qu’il lui ait permis une faena importante

Encaste : Domecq

Devise : violet et blanc

Ancienneté : 1983

______________________

La finca principale a pour nom La Capitana et se trouve dans la commune sévillane d’Almadén de la Plata.


Mai 3 2017

Un élevage à l’honneur (96)

Publié par Giraldillo dans Campo      

Encore du Domecq ! Cet élevage n’a encore rien prouvé et pourtant les professionnels font confiance à son propriétaire, Paco Medina, qui avait lancé avec sucès celui du Ventorrillo avant de le vendre. El Montecillo a éte créé en 2005 avec du bétail de El Ventorrillo, Sotillo Gutiérrez et Antonio Arribas (Los Guateles), 90 vaches en tout.

Hierro de El Montecillo

Encaste : Domecq

Devise : vert et blanc

Ancienneté : 1996

_______________________

Les animaux de ce fer paissent dans le domaine du même nom dans la commune tolédane d’Orgaz.


Avr 26 2017

Un élevage à l’honneur (95)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage El Freixo a éte créé sous une autre appelation en 2003 avec du bétail Atanasio-Los Bayones puis a été reformé en 2007 avec des animaux de provenance Jandilla et Salvador Domecq (étalons de Daniel Ruiz, Garcigrande et Victoriano del Río), ceux que préfère son propriétaire qui n’est autre que S.M. El Juli.

Après avoir débuté en piquées à Olivenza en 2012 et en corridas lors de la feria du Corpus de Grenade de 2016 (4 oreilles mais fracaso ganadero d’après El País), cette ganadería se présente cette année à Séville.

Corremantas

Hierro de El Freixo

Encaste : Domecq

Devise : bleu ciel et viel or

Ancienneté : aucune

_________________________

Les animaux de ce fer paissent dans le domaine du même nom, à Olivenza, province de Badajoz, sur 700 ha. Elle ne sort guère plus d’un lot par an pour l’instant.

A ce jour, deux utreros ont été graciés en novilladas piquées : Corremantas, à Olivenza, par Posadas, en 2013 et Notificado, à Fregenal, en 2015.


Avr 19 2017

Un élevage à l’honneur (94)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage de Conde de la Corte est la source de l’immense majorité des ganaderías actuelles dans la mesure où il est la base de ceux d’Atanasio Fernández d’un côté et de Juan Pedro Domecq de l’autre. Cependant, cet élevage primordial, en crise depuis une quarantaine d’années au moins, est désormais menacé de disparition dans la mesure où il ne resterait plus aujourd’hui que 25 vaches et deux étalons contre 10 fois plus de têtes en 2010.

Cette ganadería provient de celle de Tamarón elle-même de provenance Parladé-Ibarra. Il a été créé en 1920 par le grand-oncle, Agustín Mendoza Montero, du propriétaire actuel.

Photo Mariano Pascal, corrida Pamplona 2008

Encaste : Conde de la Corte

Devise : vert, rouge et or

Ancienneté : 1928

______________________

Les animaux  de ce fer paissent dans le domaine Los Bolsicos à Jerez de los Caballeros, dans la province de Badajoz, sur plus de 700 ha.

S’ils ont du mal à trouver acquéreur, Riscle a programmé une novillada de très bon niveau en 2014 après un quart de siècle d’absence en France.

Il convient de citer le semental Alpargatero, de Parladé, comme père de cette lignée (et donc de ses descendantes), au travers de deux de ses fils, Cazador et Valeroso; mais aussi, plus tard, l’étalon Gaitero.

Ajoutons qu’en 1952, Antonio Bienvenida réalisa à Madrid une grande faena au toro Gracioso et qu’en 1968 Ordóñez et Márquez y triophèrent également. Lors de cette corrida sortit le toro Ochopicos qui fut considéré comme le plus brave de la feria tout comme Nochetriste en 91.


Avr 5 2017

Un élevage à l’honneur (93)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage de García Jiménez est du Domecq qui, si on en juge par sa prestation lors de la dernière feria de San Miguel, est en train de monter en force. Feu de paille ou réalité pérenne ?

Toño Matilla est, aux côtés de son frère Jorge, l’un des hommes du mundillo les plus influents. Petit-fils de Tedodoro, fondateur de la dynastie, ils sont les enfants de Teodoro fils,  tous deux liés à la Casa Balañá. Il est à la fois empresa, apoderado (Manzanares, Padilla ou El Fandi) et éleveur depuis 1987 et il semble réussir sur tous ces fronts.

Depuis 1991, après un début avec des vaches de Peñajara, ce sont des animaux de Jandilla et Juan Pedro qui ont formé cette ganadería. En 96, c’est le fer Peña de Francia qui a été créé suivi deux ans plus tard par celui de Olga Jiménez.

Triomphes de Castella et Manzanares

 

Encaste : Domecq

Devise : rose et bleu

Ancienneté: aucune

_______________________

Les animaux de ce fer paissent à Zarzosillo de Arriba, commune de El Cabaco et El Posito à Matilla de los Caños (Salamanque).


Mar 29 2017

Un élevage à l’honneur (92)

Publié par Giraldillo dans Campo      

José Ignacio Charro Sánchez-Tabernero possède deux fers :

  • le premier porte le nom Charro de Llen.
  • le deuxième celui du ganadero et se trouve dans la finca Llen de la commune de Las Veguillas (Salamanque). Il est de sang Atanasio depuis que Vicente Charro l’a acquis en 1984, c’est en tout cas ce que prétend la page web de l’UCTL. Cependant, depuis l’achat en 2009 d’un lot de 70 vaches et plusieurs étalons à Daniel Ruiz les atanasios ont été tout simplement remplacés par leurs cousins plus tendance.

Hierro de Charro de Llen

Encaste : Domecq

Devise : rouge et or

Ancienneté : 2009

_______________________

Hierro de Charro Sánchez-Tabernero, D. José Ignacio

Encaste : Domecq

Devise : bleu et blanc

Ancienneté : aucune

Mayoral : José María Hernández Pérez

_____________________

En 2005, Castella a été sur le point de sortir par la Grande Porte de Las Ventas avec ces toros.


Mar 22 2017

Un élevage à l’honneur (91)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage de Torrealta, après une période d’ostracisme, est en train de revenir sur le devant de la scène avec des lots intéressants à Nîmes, Malaga et Pontevedra en 2016.

Zurcidor auquel El Juli coupe les deux oreilles en 2010

(Photo Arjona)

Formé en 1979 avec du bétail de Maribel Ybarra, d’origine Parladé, de Jandilla, de Juan Pedro Domecq et de Torrestrella, il a rapidement donné de très bons produits comme Ropavieja, meilleur toro de San Isidro en 1985.

En 2013, Borja Prado Eulate raffraîchit sa ganadería avec des animaux provenant de Garcigrande, Victoriano del Río et Santiago Domecq.

Encaste : Domecq-Torrestrella

Devise : Vermillon, noir et jaune

Ancienneté : 1986

Les animaux de ce fer paissent dans la commune de Medina Sidonia, en particulier dans la finca el Toñanejo.

En 2010, il a permis à El Juli de triompher à Séville et à Juan Mora d’en faire autant à Madrid.

Zafiro avait été gracié par Finito en 2000 à Barcelone.

Cet élevage a été considéré comme le meilleur à Pampelune en 1993, à Séville en 2000 et à Bilabao en 2002.


Oct 12 2016

Un élevage à l’honneur (90)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage de Fernando Peña est le caprice d’un homme d’affaires qui a notamment fait fortune dans le secteur de la céramique. C’est assurément un élevage commercial : il vend pratiquement tout ce qu’il produit, une quinzaine de lots, ce qui dans le contexte actuel n’est pas rien. Ces toros plaisent aux toreros car ils ont souvent de la classe et qu’ils ne débordent pas de puissance. C’est en novilladas que sortent les lots de meilleur jeu.

En 1991 c’est à partir de bétail provenant de Manolo González que fut formé cet élevage avant de l’augmenter avec des animaux de Luis Algarra et de Torrestrella, qui est le sang aujourd’hui majoritaire.

PeñaEugenio de Mora face à un peña

Hierro de Peña Catalán, D. Fernando

Encaste : Torrestrella

Devise : bleu ciel et jaune

Ancienneté : 1909

____________________________

Les animaux de ce fer paissent dans plusieurs domaines de la commune de Calera y Chozas (Tolède), principalement à Palomarejos, près de l’autoroute qui relie Madrid à l’Estrémadure. Il comporte environ 350 vaches de ventre.

En 1995 le lot envoyé à Madrid en novilladas a été déclaré le meilleur de la saison.

L’éleveur possède depuis 1996 un deuxième fer, plus du goût des aficionados de par son origine Baltasar Ibán bien que mélangée à la précédente : El Jaral de la Mira. C’est en 1987 que cette origine fut introduite par les précédents propriétaires aux côtés d’animaux de Coquilla et Guardiola Soto qui furent postérieurement éliminés. Le cheptel de ce fer est composé d’environ 70 mères.

Hierro de El Jaral de la Mira

Encaste : Baltasar Ibán

Devise : orange et rose

Ancienneté : 1932


Oct 5 2016

Un élevage à l’honneur (89)

Publié par Giraldillo dans Campo      

L’élevage de Rocío de la Cámara est l’un des élevages traditionnels de la zone jerezana. Malgré son origine ce n’est pas la noblesse molle qui est ici recherchée et c’est l’un des rares qui n’utilise pas les fundas, ce qui est un signe indéniable d’authenticité. Depuis 1965 le père de l’éleveuse actuelle a adopté la dénomination actuelle, treize ans après avoir reformé l’élevage ayant appartenu à Marcial Lalanda avec du bétail d’origine Núñez. En 1991 le sang Domecq fut introduit à partir de plusieurs sources : Osborne tout d’abord puis El Torero, Santiago Domecq et Núñez del Cuvillo.

Camara

novillo très typé Osborne

Hierro de De la Cámara Ysern, Dña. Rocío

Encaste : Núñez-Osborne- Domecq

Devise : bleu

Ancienneté : 1979

__________________________

Les animaux de ce fer paissent à la finca Cortijo de la Sierra à Xérès, qui avait appartenu au poète Fernando Villalón, et dans celle de Dehesa Boyal de Chiclana. La ganadería dispose d’environ 7 lots par saison.