Camille

       Camille

Histoire de Camille

Marcus Furius Camillus, dit Camille, était un grand Homme de la Res Publica. Il assiégea la ville des Falisques et la « vainquit ». Il fit de même pour la ville des Véiens. Plus tard, il se fit incriminer d’avoir triomphé sur des chevaux blancs et de ne pas avoir partagé équitablement le butin. Il fut condamné au bannissement : il se réfugia dans la ville d’Ardée. Pendant ce temps, les Gaulois assiégèrent Clusium, ville d’Italie. On leur envoya trois Fabius pour les obliger à lever le siège. Un des Fabius tua un Gaulois. Les Gaulois révoltés, demandèrent à ce qu’on leur livre les ambassadeurs mais leur demande est refusée. Alors ils marchent sur Rome et battent les Romains près du fleuve Allia le seize des calendes d’août et ce jour néfaste prit le nom de jour d’Allia. Les Gaulois, fiévreux de leur victoire, pénétrèrent dans la ville et massacrent les plus vieux et illustres sénateurs. La jeunesse se réfugie dans le Capitole avec Manlius, consul. Pendant l’absence de ce dernier, Camille fut nommé dictateur et redora l’image des Romains en battant les Gaulois.

Vie politique de Camille

Camille a tout d’abord été général, puis tribun consulaire, censeur, dictateur mais pas consul. On peut trouver ceci étrange, mais être consul n’était pas forcément honorable à cette époque.

Cette œuvre a été réalisée par Tancredi Scarpelli, un artiste italien en 1929. Elle représente Camille qui brandit son épée sur un cheval. Camille incarne l’auctoritas (l’autorité), qui est l’une des 5 valeurs du citoyen romain. Cela se voit à son expression du visage, sa manière de se tenir. A notre époque l’autorité est un peu péjorative, mais Camille était autoritaire pour l’intérêt public, pas pour faire du mal aux gens.

L’histoire de Cincinnatus.

Cincinnatus recevant les envoyés du Sénat romain.

Peinture de 1844 par Léon Benouville .

Description de Cincinnatus :

Lucius Quinctius Cincinnatus (519 – 430 av ; J-C) est un homme politique romain du Vème siècle av.J.C, consul en 460 av.J .C. et dictateur à deux reprises en 458 et en 439 av.J .C.

Il est considéré par les Romains, notamment les patriciens, comme un des héros du premier siècle de la République et comme un modèle de vertu et d’humilité. Il est une figure historique  ,avec un rôle semi-légendaire , la réalité de ses actions ayant pu être amplifiée par les historiens romains , tel Diodore de Sicile , Tite Live ou Denys d’Halicarnasse, qui ont décrit ses faits et gestes.

Résumé sur l’épisode héroïque de la vie de Cincinnatus :

Dans l’histoire de la République romaine, Cincinnatus a, comme Lucrèce, une valeur de symbole ; il représente le modèle du romain aux vertus traditionnellles menant une vie simple et capable de se dévouer pour la patrie. En effet, avant 460 av.J .C. Ce patricien qui s’était ruiné pour sortir son d’un procès pour meurtre cultivait sa modeste terre comme un simple paysan.Une délégation de patriciens vient prier Cincinnatus, réputé pour son courage et sa sagesse, d’accéder au consulat avec la mission de sauver Rome déchirée entre Patriciens et Plébéiens.Mais il refuse cette nomination. S’il accepte de quitter sa vie paisible et son domaine, ce sera uniquement pour tenter de sauver la République guettée par la guerre civile et l’anarchie.
Pour commencer, il exige une trêve immédiate entre les groupes armés du parti patricien et les bandes plébéiennes. Ayant réussi à rétablir provisoirement l’ordre et la discipline, Cincinnatus refuse obstinément les honneurs et le pouvoir qu’on lui propose, pour retourner à sa charrue.
Cincinnatus est, en 458, une seconde fois l’homme providentiel ; on lui confie la dictature afin de porter secours au consul Minucius qui, avec l’armée romaine, a été placé dans une position critique par les Eques, (peuple de l’Apennin) qui s’opposent à la l’expansion de Rome.
Avec célérité et efficacité, Cincinnatus rétablit la situation, enrôle de nouvelles recrues, délivre l’armée encerclée, dégrade le consul incapable, revient triomphalement à Rome. Il accomplit cet exploit en seize jours et retourne à ses champs
Le retrait politique et le retour à la terre volontaire de Cincinnatus puis les sénateurs romains venant le chercher pour lui proposer les pouvoirs dictatoriaux sont des thèmes récurrents en peinture et en sculpture.

la grande guerre des Horaces et des Curiaces

La grande guerre des Horaces et des Curiaces : 

Il y avait trois Horaces et trois Curiaces qui se sont battus pendant la guerre de Rome et Albe-la-Longue. Ils avaient été choisis par leurs villes natales comme champions pour régler les conflits entre les deux villes. A la fin du combat, les champions Curiaces furent touts les trois blessés et deux Horaces blessés. Le dernier Horace restant prit la fuite, voyant qu’il ne pourrait pas résister à une attaque des trois concurrents Curiaces même si il n’avait pas de blessure contrairement aux trois champions restants. Pendant sa fuite, il fut poursuivi par les trois frères l’un après l’autre, ce qui lui permit de les tuer tous les trois, car lui-même n’avait pas de blessure. Apres sa victoire, il revint à Rome avec les dépouilles de ces adversaires. Sa sœur a la vue de la combinaison militaire de son mari fondit en larme. Voyant que sa sœur pleurait la mort de son mari Curiace, il la tua car selon lui elle l’avait trahi. Il fut alors jugé par l’assemblé du peuple. L’assemblé rendit alors son verdict et décide de l’acquitté mais il devra passer sous le joug, symbole de soumission a l’autorité Romaine.


Le serment des Horaces

Ce tableau représente le serment que font les trois Horaces à leurs rois. Il a été fait par Jacques-Louis David en 1784. Les trois personnages incarnent la foi et le courage ainsi que l’honneur car ils se battent pour leurs patries.

A lire sur Slate.fr : Comment les pièces de monnaie ont changé l’image de Cléopâtre

Quelques documents permettent d’entrevoir la réalité du règne de Cléopâtre, loin de l’image de reine fatale ou nymphomane que les historiens romains ont voulu lui coller sur le dos.

Source : Comment les pièces de monnaie ont changé l’image de Cléopâtre | Slate.fr

Archéologie préventive : Quoi de neuf aux Jacobins ? premiers bilans sur le site de l’INRAP

Au pied de la cathédrale Saint-Julien, au Mans, une fouille archéologique préventive permet la découverte d’éléments inédits de la ville antique et médiévale.

Source : Fouilles aux abords de la cathédrale du Mans | Inrap

Circé et Scylla

Afficher l'image d'origine

STRUDWICK, John Melhuish- Circé et Scylla (1886)   huile sur toile- conservée au Walker Art Gallery in Liverpool.

Circé est représentée comme une ombre: en noir/sombre contrairement à Scylla qui est représentée en blanc/clair.

Circé répand un liquide suspect dans la rivière: un poison maléfique.           Pendant ce temps, Scylla arrive pour se baigner dans cette eau.

Nous avons choisi ce tableau car les couleurs sont belles (chaudes), le fond/le décor est beau, c’est la nature.

Sur ce tableau, on donne une image plutôt positive de Circé: belle, séduisante, accueillante, mais c’est une sorcière quand même: dangereuse, elle est en train de verser le poison, son grimoire ouvert derrière elle.

Ce tableau à été peint en pensant aux Métamorphoses d’Ovide (le moment où Circé verse du poison dans l’eau pendant que Scylla arrive pour s’y baigner).