Prendre le large

 

Dessin de Manon notre dessinatrice du Festival

Date de sortie 8 novembre 2017 (1h 43min)
Genre Drame
Nationalité français

Edith, 45 ans, ouvrière dans une usine textile, voit sa vie bouleversée par un plan social. Loin de son fils et sans attache, plutôt que le chômage, elle est la seule à choisir de rejoindre son usine délocalisée au Maroc…

Critique de Télérama

L’usine s’arrête mais elle, elle continue. Ouvrière dans le textile, Edith choisit de partir au Maroc pour garder son poste, après une délocalisation. A la fois terre à terre et pas du tout réaliste, elle est la seule à ne pas voir les difficultés qui l’attendent. Son plan de carrière, déterminé et désespéré, ressemble à une errance…
Voilà un beau personnage, à mi-chemin entre le cinéma social et le roma­nesque. En prenant le large, l’ouvrière recommence une vie et trouve, peut-être, la famille qu’elle n’a pas réussi à former avec son fils. Mais elle reste aussi rivée, jusqu’à la dureté la plus impressionnante, à son obsession : le travail à tout prix. Pour décrire le courage d’Edith comme sa fragilité, le cinéaste Gaël Morel et l’actrice Sandrine Bonnaire trouvent la note juste, dans un bel élan de générosité commune.

Mouna Fettou, Sandrine Bonnaire
Personnages, Sandrine Bonnaire
Lubna Azabal, Sandrine Bonnaire
Sandrine Bonnaire
Sandrine Bonnaire, Kamal El Amri (Ali)
Ilian Bergala, Sandrine Bonnaire
Personnages, Farida Ouchani, Sandrine Bonnaire

Avis d’Océane et Manon qui ont interviewé le réalisateur Gaël Morel

Ce film s’inspire en partie de la vie du réalisateur, il voulait nous montrer un milieu modeste tout en mettant en avant la beauté comme la misère se trouvant au Maroc: pays dans lequel Gaël Morel a passé la plus grande partie de sa vie. Ses relations avec les habitants marocains étaient très fortes, il  voulait montrer les illusions et préjugés sur le Maroc tout en gardant un œil objectif sur ce pays. Deux films ont été réalisés au Maroc par ce dernier; il voulait également nous laisser un message optimiste (l’image du personnage de Edith qui se relève sans abandonner ses principes) mais à la fois pessimiste (sur le point de vue de la mondialisation et de l’état du monde).

Ce film était très intense en émotions (compassion, joie, tristesse), on se sent à la fois bouleversé par le destin d’Edith, mais à la fois impressionné par son courage à toute épreuve. Ce film nous laisse un message positif sur le fait de ne jamais abandonner et de toujours se battre défendre ses choix et ses principes. Nous avons beaucoup aimé ce film par les différentes manières de filmer ainsi que la musique qui met notre sensibilité en éveil, le jeu des acteurs était très intéressant  ce qui nous a rendu captifs tout le long du film. Pour conclure nous retenons que la vie au Maroc est compliquée mais on retient plus particulièrement le message optimiste que nous adresse le réalisateur.

Célia
J’ai beaucoup aimé ce film. On voit la misère du personnage principal à aller dans un nouveau pays qu’elle ne connait pas, ni la langue, ni la religion, mais elle se bat quand même pour y arriver et se faire accepter , ce film est très beau. On a eut l’honneur de voir le réalisateur : Gaël Morel qui nous a expliqueé le choix de ce pays: le Maroc en nous disant qu’il avait  passé la moitié de sa vie là bas et qu’il voulait en quelque sorte faire un hommage à son pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *