Une famille syrienne

Dans la Syrie en guerre, d’innombrables familles sont restées piégées par les bombardements. Parmi elles, une mère et ses enfants tiennent bon, cachés dans leur appartement. Courageusement, ils s’organisent au jour le jour pour continuer à vivre malgré les pénuries et le danger, et par solidarité, recueillent un couple de voisins et son nouveau-né. Tiraillés entre fuir et rester, ils font chaque jour face en gardant espoir.

Dessin de Manon, la dessinatrice du Festival
Réalisateur : Philippe Van Leeuw
Acteurs : Hiam Abbass, Diamand Bou Abboud, Juliette Navis…
Genre : drame
Nationalités : belge, français

 

Critique de Télérama

La guerre, d’un matin blême à un autre. La guerre, derrière les murs et les fenêtres, derrière la porte d’entrée, lourdement barricadée. A l’intérieur, les occupants tentent de poursuivre une demi-vie, otages de tout ce qui rôde, explose et mitraille au-dehors. Mais ils ont beau se terrer, le mal les rattrape, s’infiltre comme une poussière toxique, entre la pénurie et les tensions, le danger et les cas de conscience qu’il suscite, intenables, déchirants.
Dans l’immeuble, quelque part dans une ville syrienne indéterminée — Alep ? Damas ? —, tout le monde a fui, sauf eux : une famille (trois générations) cohabite avec la bonne et un couple de voisins recueillis avec leur bébé. Unité de temps — vingt-quatre heures — et de lieu : on ne sortira presque jamais du huis clos de cet appartement, dont l’imposante bibliothèque, les buffets couverts de cadres et les canapés profonds sont les vestiges d’un monde mort. Un décor d’avant les bombes, les pillards et les snipers. Dans ce cadre presque théâtral, le réalisateur nous offre du grand cinéma : entre les gens, entre les murs, l’attente perpétuelle, heurtée d’alertes affolantes, de brusques saccades, suggère formidablement l’angoisse, l’impuissance et la claustration. Il n’est pas nécessaire de montrer les ravages militaires d’un conflit pour bien l’évoquer. Le film nous en fait partager un aspect bien plus insupportable : un état de siège permanent, une distorsion intime du quotidien. Pour que cette violence s’incarne, il fallait de beaux personnages, déchirés entre la nécessité de fuir — tous ceux qui protestent contre l’afflux de réfugiés politiques en Europe devraient voir ce film — et le besoin de rester. De la mélancolie tendre et funèbre du grand-père, fantôme d’une autre époque, à l’énergie dure de sa belle-fille, tous sont inoubliables de présence et de vérité.

Alissar Kaghadou
Diamand Bou Abboud
Hiam Abbass
Personnage, Alissar Kaghadou, Ninar Halabi, Hiam Abbass, personnage, Diamand Bou Abboud, personnage
Juliette Navis, Hiam Abbass
Hiam Abbass, personnage
Diamand Bou Abboud

Fichiers audio : Mathilde, Charles, Nils, Manon

Un film très fort pour tout le monde
J’ai beaucoup aimé ce film. L’histoire de ces personnes m’a bouleversé, touché très profondément. Je n’ai jamais vu un film sur les conditions de vie des syriens qui sont restés dans leur pays qui est encore maintenant en état de guerre. Ce film montre une journée ordinaire dans une zone de guerre, quelques personnes vivent dans un appartement seuls puisque tout leur immeuble est vide, tout le monde s’est enfui ou s’est fait tuer.
Le seul point négatif : la fin trop brutale !
Charles

Pour décrire ce film je n’aurai qu’un mot « poignant ». Ce film est vraiment fort et très bien réalisé, je n’ai rien trouvé à redire, que ce soit pour le jeu des acteurs ou encore la manière dont les plans sont tournés. Pendant 1h30 nous avons l’impression de vivre aussi avec cette famille qui affronte difficilement l’horreur de la guerre. Lorsque l’on entend ces événements dans les médias, nous avons du mal à nous mettre dans la peau de ces personnes mais ce film nous transporte en Syrie et nous fait « vivre » 24h de stress, de peur, de tension.  Le courage est aussi un terme que je trouve parfaitement approprié pour les personnages quel que soit leur âge. Je recommande donc ce film vivement pour que l’on puisse « rendre hommage » à ces personnes qui vivent dans la misère et la peur de mourir.
Manon

Ce film montre très bien la situation de certaines personnes ou familles dans des pays en guerre comme la Syrie. j’ai été spécialement touchée par ce film et même dévastée par certaines scènes dont celle du viol de la jeune maman… je suis très heureuse d’avoir vu ce film car il est très cohérent et nous montre la vie et les horreurs d’un pays dont les français  se soucient peu pour la plupart … Le danger de mort est présent tous les jours, ces pauvres êtres humains, la condition de la femme …un film fort et vrai.
Zoé

Film très fort qui évoque la guerre en Syrie, la misère et les complications d’une famille pour vivre au milieu des  coups de feu. J’ai particulièrement aimé ce film, car on ressent les sentiments des personnages, l’angoisse durant tout le film, on voit ce qu’ils vivent et on a de la pitié pour eux. On voit aussi dans quelles conditions ils vivent, ils doivent économiser l’eau, ils ne peuvent pas sortir par peur de se faire tuer et ils veulent s’échapper mais c’est presque impossible..
Célia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *