Rencontre avec Thomas Vinau

Les 7 et 8 mars 2017, deux classes de Seconde, la Seconde 3 (avec Mme Domon) et la Seconde 6 (avec Mme Duhterian) ont rencontré Thomas Vinau après avoir travaillé autour du recueil Juste après la pluie de cet auteur.

Avec les élèves de Seconde 3, un échange a eu lieu autour de questions posées sur le roman et l’écriture en général, et certains élèves ont pu lire les textes qu’ils avaient écrits dans le cadre du travail préalable autour du recueil. Voici la retranscription de cette rencontre :

Quel a été son parcours ?

Les livres, il ne les a pas tellement rencontrés à l’école, mais plutôt dans sa famille (à 7 ans on lui a lu Le vieil homme et la mer de Hemingway). Il a passé trois fois le bac, et il s’est plutôt construit contre l’école, contre un professeur de 3e par exemple, qui l’avait humilié. Il a fait des études de sociologie et d’ethnologie, puis a fait des petits boulots (agricoles entre autres). Mais toute sa trajectoire professionnelle a constitué en des stratégies pour avoir le plus de temps possible pour lire, écrire et profiter de la vie.

Pendant dix ans, il n’a fait que lire et écrire de la poésie sans être publié. Il écrit depuis vingt-trois ans même s’il n’est publié que depuis dix ans.

Qu’est-ce qui l’a conduit à la poésie ?

Adolescent, il a écrit des poèmes romantiques et révoltés, sous l’influence de Baudelaire ou Rimbaud, mais le vrai déclencheur a été la rencontre de la poésie américaine, Buchowski ou Brautigan.

Pour lui, la poésie, l’écriture, c’est quoi ?

C’est voir les choses autrement pour les dire autrement, et les dire autrement pour les voir autrement.

Ecrire c’est trouver sa place dans le monde, se réconcilier avec les gens, la société. C’est un outil face à l’incompréhension et l’insatisfaction. La poésie a droit à tout, le trivial et la beauté.

Quels sont ses rituels d’écriture et ses sources d’inspiration ?

C’est un écrivain du matin, il a besoin d’être chez lui, en silence, face à la fenêtre. Il s’inspire de sa vie mais pour raconter autre chose, il s’inspire aussi des auteurs qui l’ont construit. Pour écrire, il a besoin d’un élan et de s’amuser, il écrit à l’instinct puis il retravaille, peu à peu, après avoir laissé reposer. Il élague et gomme aussi. Il cherche à ce que tout le monde puisse le lire ; ce qu’il aimerait c’est qu’on puisse « tomber » sur lui comme lui a pu « tomber » sur des livres qui l’ont construit. Il se définit comme un « doux récalcitrant ».

Pourquoi le titre du recueil Juste après la pluie ?

Il avait l’idée d’un gros recueil de petites choses, il a pensé à « un kilo de poésie », ou « un poème par jour », des poésies à usage quotidien. Il a pensé l’appeler Clopinettes d’éclats mais l’éditeur le lui a déconseillé puisque « Clopinettes » est la marque de cigarettes électroniques ! Juste après la pluie était le titre du dernier poème, il représente bien la couleur du recueil, l’importance des détails, la mélancolie, le fait de « se mouiller ».

Pourquoi avoir créé un blog ?

Quand il s’est installé à la campagne, le blog lui a permis de montrer ce qu’il faisait à un plus grand nombre, en plus c’est une sorte de gymnastique quotidienne, une discipline, comme des esquisses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *