Superhéros pour les garçons, cuisine pour les filles

A la veille de Noël, la délégation aux droits des femmes du Sénat dénonce les jouets stéréotypés

Qui n’a jamais fait cette expérience dans une boutique de jouets :  » C’est pour une fille ou pour un garçon ? « , demande le vendeur avant d’orienter vers le rayon qui convient, rose pour les filles, bleu pour les garçons. D’un côté, des déguisements de princesse, des poupons, des perles, du maquillage, des dînettes, voire des ustensiles de ménage ; de l’autre, des panoplies de superhéros, des véhicules en tous genres, des jeux de construction et d’adresse. Les jouets sont un terrain d’expression particulièrement prolifique de stéréotypes.

Cette situation est régulièrement dénoncée par les associations féministes. Elle est jugée suffisamment préoccupante pour que la délégation aux droits des femmes du Sénat, présidée par la sénatrice UDI Chantal Jouanno, se penche sur le sujet dans un rapport publié jeudi 18 décembre.

L’analyse des catalogues de jouets est instructive. Les petites filles qui sourient sur le papier glacé sont toujours habillées en rose ou violet, tandis que les garçons sont en bleu, gris ou noir. Des codes couleur appliqués sur les jouets eux-mêmes. D’où l’impression d’être face à  » deux univers séparés qui ne semblent pas susceptibles de se rejoindre « , relève le rapport. Les garçons sont représentés  » comme les héros d’univers exceptionnels qui évoluent dans des univers de combats (…), poursuit-il. Quand ils jouent avec des voitures, ils utilisent des véhicules aux caractéristiques techniques exceptionnelles (turbo, vitesse, infrarouge, radars). « 
Charte de bonnes pratiques

Les filles, elles, sont des  » protagonistes d’histoires du quotidien : petites mamans équipées de poussettes, s’occupant de ménage et de cuisine « . Leur univers est marqué par le maternage, le rêve et l’apparence physique, tandis que celui des garçons est axé sur la technique, le combat, la violence et le dépassement de soi.

Un concentré de clichés qui constitue  » une dégradation évidente par rapport à un idéal de société d’égalité où filles et garçons se verraient proposer les mêmes opportunités « , affirme la délégation. Cette segmentation  » pose aussi la question de l’épanouissement de garçons qui ne seraient pas à l’aise dans la compétition et les performances « , relèvent les auteurs. Or les jouets, rappellent-ils, ont un rôle capital dans la formation de l’enfant, en contribuant à la construction de son identité. Seules 33 % des pages des catalogues étudiés présentent des jouets  » mixtes « .

Cette sexualisation à outrance remonte aux années 1990. Elle est la conséquence de l’arrivée dans ce secteur des méthodes de marketing, propices à la schématisation – les fabricants jouent sur des repères facilement identifiables par le plus grand nombre – et de la mondialisation de ce marché, donc de la standardisation des produits. La segmentation filles-garçons permet aussi aux entreprises de dégager plus de bénéfices : les jouets s’échangent moins dans les fratries. Une fille peut à la rigueur se servir des Playmobil de son frère. Un petit garçon ne récupérera jamais le vélo rose de sa sœur.

A qui la faute ? Les intervenants se renvoient la balle : pour les spécialistes du marketing, ce sont les parents qui sont responsables ; pour les parents, ce sont les spécialistes du marketing ; et pour les professionnels de la petite enfance, ce sont les deux premiers… S’il n’est pas simple de faire pression sur des marques, les parents ont pourtant un rôle non négligeable  » dans l’ouverture du champ des possibles « , selon les sénateurs.

L’objectif est de tendre non pas vers des jouets uniformément neutres, mais d’associer tous les jouets aux deux sexes. La délégation propose une série de mesures pour y parvenir : mettre en place une charte de bonnes pratiques dans les grandes enseignes, valoriser celles qui la mettent en œuvre et, au contraire, dénoncer les pratiques contestables, privilégier les jouets non sexistes dans les commandes publiques ou encore former des professionnels de l’enfance sur les moyens de favoriser le  » jouer ensemble « .

Article écrit par
Gaëlle Dupont
© Le Monde

Quiz on Alice

Alice’s adventures in Wonderland

Départ

Félicitation – vous avez complété Alice’s adventures in Wonderland.

Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%.

Votre performance a été évaluée à %%RATING%%


Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
67Fin
Retour

Cédric Vilani : « Il faut réapprendre à réfléchir dur »

INTERVIEW – À 40 ans, c’est le génie des maths français. Un peu fantasque (il arbore toujours une araignée en boutonnière), Cédric Villani, qui se surnomme « la lady gaga des Maths », a été décoré en 2010 de la médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel. Ses spécialités? La « théorique cinétique » et « le transport optimal ». Des sujets obscurs, mais son ouvrage Théorème vivant, a été un best seller.

Pourquoi les élèves français ne sont-ils pas bons en maths?
D’abord parce que nous manquons de profs de maths et avons un problème criant de recrutement. Si les mathématiques ont une histoire glorieuse, si elles sont une fierté nationale, comment expliquer que cette discipline soit celle qui souffre le plus d’une crise des vocations ? Pourquoi les enseignants en maths, qui ne sont pas forcément plus mauvais qu’ailleurs, sont-ils devenus si rares ? Il doit être bien frustrant d’être enseignant en mathématiques aujourd’hui alors que, de simplification en simplification, les programmes ont fondu. L’incompréhension manifestée à l’égard d’une discipline dont les tenants et aboutissants sont mal compris, qui passe pour ennuyeuse et inutilement technique, qui rendrait malheureux, tout cela a des répercussions sur le niveau des élèves. La finalité de cette activité ne saute pas aux yeux : les enseignants eux-mêmes sont souvent désarçonnés par la sempiternelle question « les maths, à quoi ça sert ? »

Les études Pisa ont toujours révélé l’anxiété des élèves français à l’égard des mathématiques…
Cette matière ne va pas de soi, elle est anxiogène partout et pas seulement en France ! Personne ne naît mathématicien, on le devient. C’est une activité que vous devez travailler, qui demande du temps, de bons enseignants. Alors que certaines matières peuvent, à la limite, s’apprendre sans ces professeurs, les mathématiques s’acquièrent avec la transmission. Notre cerveau est fait pour parler les langues, il n’est pas fait pour parler les maths. C’est une activité contre-nature.

Que préconisez-vous pour que nous soyons meilleurs?
Les élèves n’apprennent plus à raisonner. C’est un peu partout le cas, mais en France on a vraiment lâché du terrain. C’est grave. On ne sait plus faire des démonstrations. Apprendre à « programmer », c’est quelque chose que tous les écoliers de France devraient faire. C’est une vraie gymnastique qui, pour le coup, n’est pas innée. En maths, les contenus ne sont pas si importants : l’immense majorité des élèves oubliera le détail de ce qu’ils ont appris au collège et au lycée. Et ce n’est pas grave, il n’y a pas un théorème qui soit indispensable dans la vie de tous les jours. On peut vivre en ignorant celui de Pythagore pourvu qu’on sache qu’il existe un lien entre les longueurs des côtés d’un triangle rectangle. Les maths sont un atout pour le raisonnement logique organisé. Il faut réapprendre à conceptualiser, à réfléchir dur, voilà ce qu’on attend d’un cours de maths. D’autre part, on ne sait pas vraiment détecter les très bons matheux. L’aptitude à compter n’est pas la même chose que l’aptitude à faire des maths, des gens sont incapables de faire du calcul mental et ont de très bons raisonnements, et vice versa. Il y a plusieurs profils de matheux : il y a ceux qui ne font pas de fautes et des originaux, des inventifs, ceux à côté desquels on peut passer plus facilement.

Manquons-nous d’une culture mathématique?
« Un type qui ne comprend rien aux maths est un fieffé imbécile, un point c’est tout! » La réflexion n’est pas de moi mais de Boris Vian. Ingénieur, romancier, poète, musicien, il était une preuve vivante que la science, la technologie et la culture vont bien ensemble. Plus qu’une culture mathématique, c’est d’une culture scientifique et technique que nous manquons. Mais il faut être dans le dosage. Si vous remplacez tous les cours de maths par des cours de culture mathématique, cela va être la catastrophe, et si vous remplacez toutes les activités dures par des jeux, cela va s’écrouler. Il faut du ludique mais à petite dose, il faut trouver le bon équilibre.

Le journal du dimanche, 30 novembre 2013.

Correction du test de vocabulaire – T1

Vérité et réalité : « vrai » ou « faux » sont des qualités non pas des choses mais d’un discours ou d’un énoncé : seule une affirmation peut être vraie ou fausse; c’est par abus de langage que l’on dit d’un objet qu’il est « faux ». Un objet est réel ou pas, mais pas vrai ou faux.
Mensonge/erreur/illusion : Dire un mensonge, c’est ne pas dire la vérité alors qu’on la connaît, intentionnellement; commettre une erreur, en revanche, c’est ne pas la dire mais en croyant sincèrement la posséder; être dans l’illusion, c’est commettre une erreur également, mais avec le désir inconscient de se tromper, parce je trouve dans cette erreur un bénéfice.
Par exemple : un professeur qui affirme à ses élèves qu’ils auront tous le bac sans travailler ment; l’élève qui croit cela commet une erreur (qui lui sera peut-être fatale !…); mais c’est aussi une douce illusion dans laquelle il se complaît, parce qu’elle lui évite de se remettre en question…
Sincérité : la sincérité ne qualifie que la bonne foi ou l’honnêteté de celui qui parle : il parle en pensant dire la vérité. Cela n’est absolument pas une garantie de vérité.
Relativisme : doctrine ou opinion selon laquelle toutes les opinions se valent. Pour un relativiste, il n’y a pas de vérité ou alors toutes les opinions aussi divergentes soient-elles sont également vraies, ce qui revient au même…
Scepticisme : (définition tirée du lexique)
1) Dans l’antiquité grecque (IVème siècle av. J.-C.), doctrine selon laquelle la raison humaine est incapable de parvenir à aucune connaissance ou vérité. Les sceptiques en concluent que nous ne pouvons rien affirmer au sujet de rien et qu’il ne nous reste qu’à suspendre notre jugement, c’est-à-dire à pratiquer l’epochè. (=Pyrrhonisme, du nom du principal représentant de cette école).
2) Dans un sens plus large et modéré, le scepticisme s’oppose au dogmatisme en s’opposant à sa prétention à connaître la réalité en-soi des phénomènes, qui plus est par le seul recours à la raison spéculative.
Rationalisme : (définition tirée du lexique)
1) (sens le plus large) Doctrine qui attribue à la raison humaine la capacité de connaître et d’établir la vérité.
2) Doctrine selon laquelle la connaissance procède de principes a priori, indépendamment de l’expérience.
Empirisme : (définition tirée du lexique)
Doctrine philosophique qui affirme que toutes nos connaissances viennent de l’expérience, de l’observation, c’est-à-dire ont pour source nos sens. Les empiristes (Locke, Hume par exemple) nient l’existence d’idées innées en notre esprit (cf. Descartes au contraire) ou de toute connaissance a priori. L’idée de causalité par exemple n’est qu’un produit de notre expérience, de l’habitude que nous avons de voir une chose en suivre toujours une autre. Nous appelons alors la première l’effet et la seconde la cause.

Quiz sur le cours sur la vérité

Quiz sur le cours sur la vérité

Départ

Félicitation – vous avez complété Quiz sur le cours sur la vérité.

Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%.

Votre performance a été évaluée à %%RATING%%


Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

40 textes utiles pour le bac

Voici une liste de textes à connaître pour le bac. Elle peut vous paraître longue, mais elle ne contient que des textes très utiles pour le bac ! Mémorisez-les, ils vous aideront pour un très grand nombre de sujets !!

1. Arendt, Le travail chez les grecs : La culture – Le travail – La liberté
2. Augustin, Qu’est-ce que le temps ? : L’existence et le temps – La conscience
3. Bachelard, L’opinion et la science : La raison et le réel – La vérité – Théorie et expérience
4. Bergson, L’objet de l’art : L’art – Le langage – La perception – La conscience
5. Descartes, Le morceau de cire : La raison et le réel – La vérité – La matière et l’esprit – La perception
6. Descartes, Les animaux parlent-ils ? : La culture – Le langage – La raison et le réel
7. Descartes, Vérité et bonheur : La conscience – Le bonheur – La vérité
8. Dilthey, Expliquer et comprendre : La raison et le réel – La vérité – L’interprétation – La société – Le sujet
9. Einstein, Les concepts scientifiques : La raison et le réel – La vérité – Théorie et expérience
10. Freud, L’hypothèse de l’inconscient : Le sujet – La conscience et l’inconscient – La vérité – Théorie et expérience – L’interprétation
11. Freud, La culture nous défend contre la nature : La culture – Le désir – La morale – La société – La justice et le droit
12. Girard, Désir mimétique et rivalité : Le sujet – Autrui – Le désir – La société – Les échanges
13. Hegel, L’homme est esprit : Le sujet – La conscience – La liberté – Le travail et la technique – L’art
14. Hegel, Le langage et la pensée : Le langage – La vérité
15. Hegel, L’Etat réalise la liberté : La liberté – Le désir – La politique – Le droit et la justice – Le devoir – La morale
16. Hegel, L’art comme accord du sensible et du spirituel : L’art – La perception – La matière et l’esprit
17. Hobbes, La guerre de chacun contre chacun : La culture – Le travail et la technique – La politique – La société – La justice et le droit – L’Etat – La liberté
18. Hume, Vérités de raison et vérités de fait : La raison et le réel – La vérité – La démonstration – Théorie et expérience
19. James, Définition pragmatique de la vérité : La raison et le réel – La vérité – Théorie et expérience
20. Kant, L’insociable sociabilité : L’histoire – La société – Autrui
21. Kant, La personne : Le sujet – La morale – Le devoir – Autrui – Les échanges – Le vivant
22. Kant, Liberté et responsabilité : Le sujet – La conscience – La liberté – La morale
23. Kant, Raison et bonheur : La morale – Le bonheur – La vérité
24. Marx, Le travail, l’abeille et l’homme : La culture – Le travail et la technique – Le sujet – La liberté – La matière et l’esprit
25. Marx, Travail et aliénation : Le travail – La liberté – La société et les échanges
26. Pascal, Le roseau pensant : Le sujet – L’existence et le temps – La conscience – Le bonheur – La matière et l’esprit
27. Pascal, Le divertissement : La vérité – L’existence et le temps – Le bonheur
28. Platon, Eloge de l’intempérance par Calliclès : Le désir – La liberté – Le bonheur – La morale – Autrui – Le devoir – Le droit et la justice
29. Platon, L’allégorie de la caverne : La raison et le réel – La vérité – L’interprétation – La perception – La matière et l’esprit – La liberté – Le bonheur
30. Platon, Le mythe de Prométhée : La culture – La technique – La liberté
31. Rousseau, La conscience morale : La conscience – La morale – Le devoir – Autrui
32. Rousseau, De l’état civil : La liberté – La société – La justice et le droit – L’Etat
33. Rousseau, La perfectibilité : Le sujet – La morale – La culture – La liberté – La technique – Le bonheur
34. Rousseau, Le droit du plus fort : Le droit et la justice – Le devoir – La politique – L’Etat
35. Rousseau, Malheur à qui n’a plus rien à désirer ! : L’existence et le temps – Le désir – Le bonheur
36. Sartre, L’homme est condamné à être libre : Le sujet – La conscience – La liberté -L’existence et le temps
37. Sartre, La honte et mon être pour-autrui : Le sujet – La conscience – Autrui – La liberté
38. Seignobos, L’histoire est une connaissance par traces : L’histoire – La raison et le réel- La vérité – Théorie et expérience
39. Spinoza, L’illusion de la liberté : Le sujet – La conscience – La liberté – Le désir
40. Spinoza, Obéissance et liberté : La morale – La liberté – Le devoir – L’Etat – Le droit et la justice – Le désir – Le sujet

Quiz sur Le travail et la technique

Quiz sur Le travail et la technique

Testez vos connaissances avec ces quelques questions !!
(certaines peuvent admettre plusieurs réponses correctes)
Départ

Félicitation – vous avez complété Quiz sur Le travail et la technique.

Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%.

Votre performance a été évaluée à %%RATING%%


Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour