En route pour la deuxième année !!!

7 07 2011

Et voilà, ma première année en tant que maîtresse est achevée. A part une angine qui m’a cloué au lit le premier WE de mes vacances (oui, je sais, j’ai DEUX mois  de vacances donc, c’est pas un WE en moins qui va me généer), bilan plus que positif pour ma part. Je ne reviens pas sur les points positifs : école maternelle à 7 min de chez moi, avec des moyens interessants, des collègues très sympas malgré les tensions qu’il peut y avoir dans une école à l’approche des répartitions de classe et autre affectation, une circonscription dirigée humainement, un niveau bien que fatiguant très riche, des enfants adorables (enfin … pas forcement tous sur l’instant … 🙂 ), des parents agréables dans leur ensemble, une ATSEM avec qui je me suis très bien entendu et qui m’a été d’une grande aide, le fait d’avoir ma classe, rien qu’à moi avec ses stress et ses latitudes ….

Les points négatifs, il n’y en a pas beaucoup … les microbes … 😉 la fatigue de fin de journée et parfois la sensation de se trouver inutile pédagogiquement, c’est à dire d’être vraiment trop proche d’un rôle de parents pour certains.

Mais voilà, la période du mouvement est close (enfin pas pour tout le monde 🙁 ) et … comme disait Marion dans son commentaire … « Alors ???? t’es où l’année prochaine ??? » … Au passage, félicitation à Marion, nouvelle PES !!! Bravo !!

Donc, je rappelle que le mouvement sur la Haute Garonne se fait en 3 phases :

La premiere phase où tout le monde peut participer. On fait une liste de 30 voeux et les écoles sont affectées au nombre de points (1 point par année d’ancienneté et 1 point par enfant). Il est très rare qu’un débutant obtienne un poste au premier mouvement, ce qui est fort dommage puisque cette nommination se fait à titre définitif. Pour info, mon premier voeu est parti à 36 points … j’en ai 3,33 … Faites le calcul … Dans mon coin, les postes en maternelle partent entre 25 et 40 points, l’élémentaire entre 12 et 20 points. Je pense donc gouter aux joies de changement de niveau et d’école chaque année encore pendant un bon bout de temps.

La deuxième phase est réservée aux personnes qui n’ont pas eu d’affectation au 1er mouvement. Il y a dans la liste des écoles quelques postes pleins (Ne me demandez pas pourquoi, mais il y  a des postes qui apparaissent et disparaissent pendant toute la période … J’ai définitivement arrêté d’essayer de comprendre pourquoi (postes réservés PES, PET1, fermeture et réouverture de classe, … ) sous peine d’être dégoutée. A part ces quelques postes pleins, il reste tous les trous, les compléments de service : une journée par ci, 2 jours par là : C’est pour compléter les mi-temps, les 3/4 temps, les décharges de direction, de PEMF …  Ces postes sont regroupés pour faire des temps pleins. En général, ils essaient de regrouper les postes d’une même école. Donc, là encore, on fait 30 voeux et on croise les doigts. Au cours cette phase, les PT1 et les PET2 dans cet ordre sont prioritaires sur les autres (sauf priorité médicale et reclassement suite à fermeture)

La dernière phase est la phase manuelle. Ils se basent sur tes voeux du 2eme mouvement et essaie de trouver un truc qui te convienne…

Pour ma part, j’ai eu mon premier voeu de 2eme phase et je suis RAVIE … puisque je rempile sur la même école !!!! YEEEEPEEEYYYHHH !!! C’est trop bien. J’avoue que quand je suis allée regarder dans ma boite iprof un jour avant la date officielle des réponses, je n’y croyais pas. J’ai passé l’après-midi avec le sourire au lèvre excitée comme une puce et sautant partout comme une gamine !! (Certains diront .. « comme d’habitude » mais bon !). Les collègues n’y croyaient pas puisque c’est la première fois depuis des lustres que ce poste est donné à la même personne. Je continue à surfer sur une bonne vague.

J’avoue que je n’aborde pas du tout l’année de la même façon. Je suis plus à l’aise pour donner mon avis sur les répartitions, les commandes, les outils, … En plus, il y a 2 nouvelles personnes affectées en maternelle et ça change tout car j’ai plus d’ancienneté qu’elle dans l’école … Et c’est moi qui propose !!!! Ca parait futile mais c’est comme ça que ça marche dans beaucoup d’écoles : le dernier arrivé n’a pas trop son mot à dire … Et j’avoue que ça ne va pas m’arriver de nouveau avant longtemps alors je savoure 🙂



PET1 – Fête des pères

29 06 2011

Après avoir passés trois bonnes semaines sur la préparation de la fête des mères, nous avons enchainé rapidement sur la fête des pères car les 3 semaines suivantes étaient des semaines amputées (ascension, pentecote). Je suis donc partie sur un projet bien moins copieux en terme d’activités en classe. Par contre, ça ‘a pris beaucoup de temps à la maison.

1) la carte : le fond est un travail à l’encre et à l’eau : déposer des gouttes d’encre sur du papier imbibé d’eau. Ensuite, trace de colle en forme de coeur et recouvert de paillette (effet surprise garanti pour les enfants) puis poème collé.

 

2) Le cadeau était un CD-Rom sur lequel j’ai gravé le spectacle de danse des enfants, les comptines apprises dans l’année et un diaporama individualisé de toutes les photos prises à l’école depuis le début de l’année. Les enfants avaient dessiné un bonhomme et collé des coeurs pour décorer la pochette.

Un immense succès car j’ai eu des mots de remerciements dans les cahiers de liaison. Ca fallait le coup d’y passer le WE 🙂



PET1 – Fête des mères

26 06 2011

J’ai pris un peu de retard sur le blog … j’avoue que la fin d’année est toujours un peu speed professionnellement et personnellement avec les galas de danse, réunion de fin d’année, WE communion, mariage etc …

Voici ce que j’ai choisi comme projet pour la fête des mères de mes petits élèves :

1) une carte : le recto à la peinture verte tamponnée à l’éponge, puis empreinte de main marron pour la tige des fleurs, empreinte au bouchon de 2 couleurs pour les pétales de fleurs, ensuite pot de fleur découpé (par l’ATSEM car je voulais quand même que ce soit joli !) et séance bisous sur le pot.

            

J’ai pris l’idée sur la gallerie photo du site EDP (Enseignant du primaire http://forums-enseignants-du-primaire.com/gallery/image/560-cartes-fete-des-meres/)

Au verso : la technique du déchirer/coller de papier rouge sur lequel les enfants ont collé le poeme.

Et pour emballer le tout, un papier cadeau fait maison avec empreintes de coeur à la peinture :

2) Le cadeau : un collier dont le pendentif est réalisé au plastique fou (quelle superbe invention !). Les enfants devaient tracer des ronds de trois couleurs différentes. Puis nous sommes allés observer dans le four de l’école la transformation du plastique. Résultat très concluant puisque les mamans portaient pratiquement toutes leur collier à la fête du village le lendemain !

     

Les colliers ont ensuite été emballés dans du papier de soie et enfermés dans des boites en papier décorées avec des coeurs (faits à la perforatrice et collés par les enfants)

         



PET1 – Schéma corporel

6 05 2011

Avant de commencer à travailler sur le schéma corporel avec mes TPS-PS, je leur ai d’abord demandé de dessiner un bonhomme. C’était au mois de janvier. Je pense qu’il est interessant de voir l’évolution de ce dessin entre le début et la fin de l’année. En PS, on peut en faire plus tôt je pense.

C’était rigolo et parfois surprenant : chez certains, les éléments sont éclatés : rien ne se touche. Les yeux ne sont pas dans le rond du visage, par exemple … La majorité dessine le fameux bonhomme « tétard » : la tête et les bras accrochés à la tête. Parfois pas de jambes ou peut-être ce que nous prenons pour des bras, sont en fait, des jambes.

Tout au long de la séquence, j’ai apporté un miroir pour que les enfants se voient. L’idéal aurait été d’avoir un grand miroir dans la classe pour qu’ils se voient en pied et des petits miroirs individuels avec lesquels tu peux travailler en motricité.

Au niveau des albums, j’ai travaillé avec ces deux là :

Puis on a lu Va t’en, grand monstre vert de Ed Emberley(ils ont adoré) et là je vais leur lire Loup d’Olivier Douzou

D’abord, on s’est concentré sur le visage (et je crois que j’aurais du m’en tenir là pour les TPS). On a essayé de deviner des visages dans les photos tirées du livre de Galota. Je ai présenté une photo en leur demandant ce qu’il voyait sans rien dire d’autre, puis une deuxième un peu plus tard dans la journée. Toujours rien. Puis le lendemain. Au bout de la quatrième, un enfant a dit « une bouche » … OUF … j’ai demandé aux autres s’ils voyaient une bouche. Une autre enfant a effectivement vu une bouche et des yeux mais les autres n’étaient pas convaincus. Le lendemain, j’ai continué et là … tout le monde ou presque a trouvé des yeux et une bouche !

Ensuite chaque enfant a choisi la photo qu’il voulait et avec un transparent et un feutre peinture pour vitre, ils ont repassé les yeux, la bouche, puis completé. La plus part ont réussi à placer le nez au milieu. Il a fallu aider à faire le contour pour que le tour du visage englobe ce qu’ils venaient de dessiner. Puis on a ajouté des cheveux sans trop de difficulté et des oreilles : plus dur car elles « dépassent » du visage.

Voici ce que ça donne :

Ensuite, j’ai attaqué la reconstitution d’un bonhomme avec des objets de récupération. Et ça là que je dis que j’aiurais du m’arrêter au visage car c’était vraiment très difficile pour les PS, et donc ça a pris beaucoup de temps. Le dispositif était pas évident à mettre en place : grande feuille, nombreux objets. Besoin de beaucoup de place. J’ai du faire passer les enfants un par un presque … j’en avait marre à la fin.

Le résultat est super mais à quel prix !

  

 

Pour terminer, j’ai fini avec un travail avec partir d’oeuvre de Basquiat, peintre contemporain :

  

Encore trop dur pour les PS et encore plus pour les TPS. Je pencherais pour un travail de MS voire de GS. J’essaierais sans doute différemment si je devais le refaire : tracer la silhouette à partir d’une ombre projetée (retroprojecteur), plus parlant pour les enfants ou faire tracer par terre les silhouettes d’enfants couché (à voir pour la mise en oeuvre).

D’ailleurs, c’est tellement pas réussi, que je ne les ai pas pris en photos … faut que je les mette un peu en valeur d’abord 🙂

Sinon, j’avais également pensé au portrait d’enfant coupé en trois parties, à recomposer ou à mélanger. On a également créer des bonhomme avec de la pâte à modeler … bref, on a baigné dans le bonhomme pendant toute la période ! Maintenant, on va voir si il en reste quelque chose avec les « bonhommes dessinés » nouvelle version !

Ah oui, parallèlement on a aussi beaucoup exloré notre corps en motricité. Désolé je n’ai pas de fiche de préparation en motricité, c’est trop la galère ! On a joué au jeu du « chef d’orchestre » : on est en cercle (ça y est, ils savents faire une ronde YeSSSSSS !) puis le PE fait des mouvement sans bruit, les enfant doivent imiter : main, su la tête, en l’air, accroupi … Je fais aussi des petits jeu au regroupement : on se masse, les bras, on fait le tour avec la doigt de notre corps …

En chanson, j’écoute à fond Mon pantin et moi. Je ne sais pas de qui c’est, j’ai récupéré ça d’une collègue. Mais toutes les chansons sont géniales.

Voici les fiches de préparation : Schéma corporel – fiches de préparation. Si vous voulez les images ou les fiches de travail, c’est avec plaisir que je vous les envoie.



PET1 – Farandole de prénoms

10 04 2011

Ce deuxième trimestre, j’ai focalisé sur la reconnaissance du prénom. Dès janvier, j’ai retiré les photos des étiquettes prénom de l’accueil du matin au PS. Puis après les vacances de février, c’était au tour des TPS. Il y a juste 4 TPS a qui j’ai laissé l’ancienne étiquette. En particulier une, qui a piqué une crise de nerf en voyant que l’étiquette avait changé …

Voici en gros la séquence : SEQUENCE PRENOM

Je vais reprendre la formation des lettres avec la pate à modeler : tout le prénom cette fois. Puis je passerai au lettres mobiles pour les PS.

J’ai terminé la semaine dernière ma farandole de prénom. J’ai accroché les affiche dans la classe par initiale. Ca fait très joli. Je vous ajouterai une photo globale.

Nous avons donc réinvesti les traits pour faire les fonds, puis le tampon de l’initiale.

Puis il a fallu tracer des traits sur du papier ondulé pour réaliser le cadre autour de la photo. Les PS devait respecter un algorithme de couleur.

Voici les fiches de préparation de la farandole : Farandole prénoms



PET1 – Le déguisement de carnaval

23 03 2011

Le WE dernier avait lieu le carnaval dans le village où je travaille, village dans lequel l’association des parents d’élèves est très active.  L’avantage d’avoir une association très dynamique et pleine d’idées, c’est qu’elle permet de récolter pas mal de fonds, et de bien animer le village. L’inconvénient, c’est que du coup sur certains projets, c’est elle qui fixe les règles. En particulier, pour le carnaval … c’est elle qui choisit le thème … et cette année, c’était LA MARE. Après avoir tourné le sujet dans tous les sens, imaginer une sortie pour montrer aux TPS-PS ce qu’est une mare et quelles sont ses habitants, je me suis dégonflée. Pas assez de temps pour préparer une sortie, les mares environnantes n’étaient pas aménagées pour que 20 stroumfph gravitent autour, les autres trop loins … J’ai donc décidé de focalisé plutot sur le « carnaval » que sur la mare 🙂

J’ai donc légèrement dévié du thème, puisque j’ai fait fabriquer un déguisement de papillon à mes petits lutins. Je sais, j’aurais pu tabler sur la grenouille mais côté faisabilité, ça me semblait plus compliqué, car je ne voulais pas faire de masque (grand bien m’en a pris puisque deux de mes petits papillons ont été terrorisés par les masques de grenouille des classes voisines !!! Il y avait possibilité de faire un char avec comme base un caddie de supermarché … mais là … aussi panne d’inspiration.

Voici les fiches de préparation de séances : Carnaval – Prep

J’ai un peu allégé le travail prévu dans la confection des antennes car niveau timing, j’ai été un peu juste (varicelle aidant), puis j’ai eu peur que le travail sur les traits ne soit pas trop réussi par manque d’entrainement préalable. Comme c’était quand même quelque chose destiné à être vu, je voulais que ce soit plutôt réussi.

Dans ce que je n’ai pas fait :

– le collage des bandes sur le dos des ailes. Je n’ai fait que les ronds et c’était bien suffisant

– les traits verticaux ou horizontaux dans le papier ondulé. J’ai utilisé du papier ondulé de couleur.

Les petits conseils d’après coup :

– j’ai utilisé de la peinture polymère pour faire les mélanges de couleur. Effet garanti, cette peinture est superbe. L’inconvienient c’est qu’elle a transpercé sur l’autre coté (peinture au rouleau et rond). Pas très très grave, mais peut-être vaudrait-il mieux commencer par la polymère et faire l’encre après. Il faut aussi ouvrir la feuille pliée dès qu’on a pressé la peinture. Sinon, le papier colle et se déchire.

– Prévoir une bonne agrafeuse pour les antennes … ça évite les crises de nerfs !

– et si vous vous en mettre plein la vue … habillez vos petits papillons pour l’arrivée des parents !!! Vous aurez droit à des OHHHH, AHHHH d’extase ! C’est la premières fois que j’ai autant de mots gentils à propos d’une activité en classe … La plus part du temps … ils s’en moquent complètement … (Bon, j’exagère un peu, mais parfois, quand tu vois le retour sur investissement, t’as un peu les boules ! Mais comme dirais mon mari … « tu bosses pas pour les compliments » 🙂 )

Prochain projet : suite du travail sur petit/moyen/grand et schéma corporel …



PET1 – Séquence Boucle d’or

9 03 2011

J’ai acheté l’album simplifié de Boucle d’or, de chez Milan. L’avantage, c’est que mes petits élèves adorent cette série d’album à toucher. L’inconvénient, c’est que dans l’histoire Boucle d’or casse la chaise de la maman ours … et non celle de petit ours … ça a l’air anodin comme ça, mais certains enfants n’aiment pas qu’on bouscule leur certitude !

Pour cette séquence, j’avais bien sur bien en tête mon objectif à moi : travailler la grandeur … Mais j’ai longtemps cherché un objectif pour eux, les petites têtes blondes, brunes, rousses. Ben oui, pédagogie de projet à la maternelle, ça veut dire qu’il faut leur donner un but final… et comme je suis encore visité par les conseillers pédagogiques cette année, je fais comme on me dit de faire 🙂

J’ai d’abord pensé à la création d’un livre, mais ça reste ambitieux et comme je voulais passer plus de temps sur la compréhension, j’ai fini par trouver : création d’un décor pour nous permettre de jouer l’histoire avec les marionnettes. En plus, j’ai ma séance d’évaluation en comprenhension. Cool. En gros : le décor extérieur (en plus, on revoit dedans/dehors, intérieur/extérieur) et le décor intérieur avec classement des objets du plus petit au plus grand.

J’en quand même passé 4 semaines sur ce bouquin. Ils ont bien accroché à l’histoire et aux activités, et ont adoré m’écouter faire le clown avec mes marionnettes ! J’ai mis en place une séance de langage issue du CD-ROM  Apprendre à parler publié par le SCEREN.

Il s’agissait pour les enfants de mettre en relation des post-it sur lesquels figuraient les objets petit/moyen/grand et les images du livre. Mon mari m’a photocopié  en 5 exemplaires et en couleur le livre que j’ai reconstitué. Puis j’ai plastifié les objets et personnages et fixé de la patafix derrière. La séance a très bien fonctionné. J’avais un peu peur qu’ils triffouillent la patafix ou qu’il ne rentre pas dans l’activité, mais le simple fait d’avoir chacun un exemplaire du livre, ils étaient ravis.

La plus grande difficulté a été pour la dernière fiche d’évaluation : coller les objets dans un tableau : les petits au bébé, les grands au papa et les moyens à la maman ours. En fait, la lecture du tableau a été difficile pour la majorité, puis l’air de rien, coller 9 images (pour les plus grands), c’était équivalent à un marathon … pfiou quelle fatigue !

Voici le fond de la première affiche : feuille de canson imbibée d’eau au rouleau. Puis les enfants ont laissé tomber des gouttes d’encre bleue et verte pour le ciel et l’herbe. On a du éponger car il y avait un peu trop d’eau, mais l’effet de l’encre qui diffuse dans l’eau était très joli à voir. Les enfants étaient émerveillés.

Par dessus, les enfants ont collé des bandes de papiers marron qu’ils ont découpées en suivant les traits. Puis d’autres ont déchiré et collé des tout petits bouts de papiers gris pour faire les briques de la maison. Un autre, a continué à découper et coller des bandes pour faire les planches de la toiture. Et enfin pour finir, 3 enfants ont tamponné à la gouache vert clair et vert foncé les feuilles des arbres. Un beau travail collectif !!!

Et voici la maison des trois ours !

Je vous mets les fiches de préparation : Boucle d’or – Prep

Je me suis rendue compte aussi que je n’avais pas mis les fiches de travail ou autres outils liés au projet. J’avoue que quand je récupère ce genre de chose sur internet, je modifie toujours plein de trucs. Ca ne me parait pas donc pas indipensable à mettre. On a chacun notre façon d’écrire les consignes, de réserver l’emplacement pour le prénom ou la photo. Et puis, souvent il y a plein d’images dans ces fiches … j’évite donc de publier – droit à l’image oblige. Par contre, s’il y a des choses qui vous interessent en particulier, demandez-moi. Je vous l’enverrai avec plaisir.

 

Pour compléter mes propositions d’activités, Hélène, enseignante depuis 10 ans dont 6 en maternelle, m’a fait l’hommeur de dévoiler son projet pour cet album Boucle d’or :

– découverte de l’histoire par la présentation de l’album de Rascal où il n’y a pas de texte. Les élèves doivent décrire et imaginer l’histoire.

– le lendemain : lecture d’une version de cette histoire et comparaison des illustrations 

– lecture de plusieurs versions avec comparaison d’illustrations à chaque fois ( 5 versions différentes de l’album).

– Numération : Mettre la table pour les 3 ours, 3 peluches de taille différente (PS) :  Chaque PS devait chercher au coin cuisine en une seule fois le bon nombre d’assiettes, de fourchettes, de verre,… Le voc de la cuisine avait déjà été travaillé avant les vacances ds le cadre de la semaine du goût.

Merci Hélène



PET1 – Bilan de la période 3

7 03 2011

Et cette période, comme la précédente, s’est terminée de manière mouvementée. D’abord, j’ai assisté à ma première inspection d’école. J’en ai d’ailleurs profité pour remplir les mystérieuses cases du cahier d’appel et en TPS-PS c’est du boulot, compte-tenu du nombre d’absences dans le mois !!! En tout cas, je suis contente car je suis passée de 45% d’absences en septembre à 26% en février :). L’inspectrice de circonscription avait déjà inspecté la quasi-totalité des collègues dans l’année. On a donc passé trois heures à parler « projet d’école » et problèmes divers et variés.

En suivant, le dernier jeudi avant les vacances, j’ai eu droit à ma troisième visite de l’année … je ne sais pas si c’est parce que je suis nulle ou si c’est que je suis « trop sympa » mais les conseillers péda ne me lachent pas. Mes collègues T1 ont eu une visite … et pour la plus part ce sera la seule ! Bon, je sais quand même que ce n’est pas parce que je suis nulle 🙂 J’ai eu droit à plein de compliments pendant la visite … Malgré le remue-ménage. Car en effet, le jour de la visite, c’est le jour où les parents d’élèves avaient choisi de manifester devant l’école contre la fermeture de classe :S

Ca a donc été très peu ordinaire comme visite … je pense que ça restera un souvenir cocasse 🙂 La bonne nouvelle, c’est que comme elle n’a pas pu me faire de débrieffing approfondi (elle m’a juste jeté des compliments avant de partir en me disant … « ben heureusement que pour toi, ça se passe bien »), ben elle revient le 24 mars … Ca ne sera que la 4eme fois depuis septembre !!! L’avantage, c’est que je le prends beaucoup plus cool maintenant 🙂



PET1 – Réponse à une question : Déroulement d’une journée

3 03 2011

Voici la question de Bouliecr:  » Dis moi, je ne t’ai jamais demandé comment se passait une journée type dans ta classe, ça te dérange d’expliquer un peu comment se passe une journée avec les petits (disciplines, type d’act, durée, groupes, ateliers …) ? »

D’abors, voici mon emploi du temps officiel, avec les différentes plages horaires. C’est un document que l’on doit remettre à l’inspectrice en début d’année. Evidemment, cet emploi du temps est purement indicatif et très peu précis. Il est établi en fonction des contraintes particulières : heure de disponibilité de la salle de motricité, heure de la récréation. J’avoue que mes horaires sont plutôt sympathiques car je peux caler 2 créneaux d’atelier dans la matinée. Je me souviens pour mon stage en responsabilité que ça n’avait pas été possible car il ne restait que des laps de temps trop courts entre le début de la journée et la motricité et la motricité et la récrée.

A savoir aussi que je n’ai plus d’ATSEM les lundi et mardi matin à partir de 11h30 car elle va manger. Elle fait  journée continue : cantine et sieste. J’ai donc décidé ces deux jours là, de ne pas me presser en motricité et de ne pas faire de deuxième atelier semi-dirigé.

 

 Ensuite, il faut savoir qu’une journée de début d’année n’a rien à voir avec une journée de maintenant. Les regroupements étaient beaucoup moins fréquents car il était très difficile de faire rassembler les enfants, ça prennait donc beaucoup de temps. Et surtout ces regroupements étaient beaucoup plus courts !

Voici donc une description d’une journée telle qu’elle se passe maintenant :

8H50 : j’ouvre la porte pour accueillir mes premiers élèves. C’est l’accueil qui devait durer 20 min, mais qui a été raccourci par le règlement départemental commun aux écoles u département : Fermeture des portes 9h00 et non plus 9h10. Difficile toutefois de faire changer les habitudes. D’autant plus que j’ai accueilli un petit nouveau le 1er février et sa maman a encore du mal à le laisser (alors que lui pas du tout 🙂 ) J’essaie toutefois de faire comprendre qu’il est temps de partir aux parents. Pendant ce temps d’accueil, les enfants doivent aller aimanter les étiquettes dans l’école affichée au tableau (si c’était à refaire, je ferais quelque chose d’évolutif, avec ceux qui mangent à la cantine et une place pour afficher ceux qui ne sont pas là). Ils doivent aussi sortir avec l’aide de leur parent le cahier de liaison et leur gouter de l’après-midi (qu’il place dans leur casier).

Concernant les étiquettes, en début d’année on y trouve le prénom (avec initiale en rouge) et la photo à côté. Depuis janvier (date à laquelle on a commencé à travailler la reconnaissance du prénom), le groupe des PS a une deuxième étiquette : prénom (initiale en rouge) avec la photo derrière. Je pense mettre ce type d’étiquette à ceux qui réussissent les exercices de reconnaissance que je propose.

A l’accueil, je n’arrive pas trop à varier les ateliers proposés. J’ai vu des collègues proposer de la peinture à l’accueil !!! Je n’ai pas tenté car même si on se dit qu’on peut mettre un adulte à la surveillance, les moments de liberté avec les TPS sont toujours très sports : ça tape, ça griffe et ça se pousse assez fréquemment par manque de langage)! Je suis donc restée avec des activités où ils peuvent se débrouiller tout seul : dessin au crayon, puzzle, animaux et coin jeux (cuisine, bricolage et poupée).

9h10 : ou environ c’est le signal pour ranger : Je frappe dans les mains et nous regardons ensemble (enfin ceux qui veulent) qui va secouer la clochette aujourd’hui. J’ai un petit rituel : « la dernière fois qu’on s’est vu (ou hier suivant les cas) c’était  Lundi, et c’était UNTEL qui avait secoué la clochette. Aujourd’hui c’est mardi, c’est  ???? UNTEL qui secoue la clochette ! » J’ai les photos des enfants alignés tout en haut du tableau avec une flèche jaune que je déplace (dans le sens de la lecture évidemment). Certains enfants ont bien compris qu’il fallait déplacer la flèche mais la grande majorité a tellement envie de secouer la clochette qu’il crie « moi !!! moi !!! » sans chercher à comprendre.

La phase de rangement est variable. Parfois, c’est le bazar partout, parfois, il y a très peu de chose à ranger. L’arrivée des élèves de grande section qui viennent donner le contenu du repas du midi à la cantine accélère le regroupement de mes TPS. J’ai toujours 2 ou 3 enfants à aller chercher mais j’avoue que ça marche bien ce petit moment d’écoute entre enfant. On apprend à dire bonjour , au revoir et à respecter la parole des enfants en ne coupant pas la parole (entre enfant ça évite le rapport d’autorité qu’on peut avoir avec certains enfants). Je pose ensuite quelques questions (pour favoriser l’écoute) : qu’est ce qu’on mange au dessert, ou à l’entrée ? de quelle couleur sont les betteraves ? qu’est ce que vous connaissez comme fruit ?

Pour éviter que les enfants restent au coin jeu … extrèmement attirant, je les ferme avec des cordes. Très efficace. Celui qui passe par dessous est TRES sévèrement puni (évidemment je plaisante .. en général un petit isolement de 30 s suffit à dissuader les enfants de ma classe).

9h15 le rituel du regroupement peut commencer. Il évolue selon les périodes. Les premiers temps c’est uniquement une chanson, une comptine. J’ai laissé tomber l’appel, bien trop long.

Voici ma progression que je suis à peu près : Progression des rituels

Il y a juste des choses que je fais dans un autre regroupement pour étaler dans le temps. Et il ne faut surtout pas hésiter à reporter des choses si le regroupement dérape. C’est le fait de travailler avec des enfants. Il n’y a pas de constance. Parfois tout le monde écoute, c’est le pied … et puis d’autre jour, il suffit qu’il y en un qui aie décidé de faire sa mauvaise tête et le regroupement part en sucette ! A 3 ans, même l’enfant le plus sérieux préfère se rouler par terre comme les copains en rigolant que de savoir quel jour on est 🙂

Vers 9h25, je lance les premiers ateliers. Parfois, je prends le temps d’expliquer en regroupement les activités ; le plus souvent, je les installe (j’annonce les groupes et l’activité sommairement et les enfants se dirigent vers la table ou trône leur totem groupe) et je viens leur expliquer ce que je veux. J’essaie de passer à toutes les tables. L’ATSEM a préparé les ateliers pendant le regroupement (je vérifie donc visuellement à la fin de mon regroupement que tout est près, sinon, je continue avec des chansons).

Pour ce créneau atelier, je priviligie les séances qui nécessitent du temps et de préparation car je peux déborder sur l’horaire (contrairement aux ateliers de 11h (qui sont plutot des ateliers de 11h30) : peinture en particulier. J’ai donc un groupe de 5 avec moi, un autre groupe avec l’ATSEM et 2 autres en autonomie.

Vers 9h45, je cloture les ateliers, on va au regroupement (au début, il n’y en avait pas … transition direct aux toilettes). Suivant le cas, je montre des productions (en général je n’ai pas le temps de parler des 4 activités mais j’essaie de montrer des productions des ateliers autonomes : coloredo, pâte à modeler …). Puis c’est le passage aux toilettes. Au début, j’accompagnais l’ATSEM avec la classe entière aux toilettes (déplacement en rang par deux … enfant pas au début) car les changements de lieu étaient très stressants pour certains et voir partir qu’une partie de la classe, c’était dur dur. D’autant que dès que je prononçais le mot « toilette », tout le monde avait envie d’y aller ! Enplus au début, beaucoup d’enfants devaient être très assistés et c’était vraiment un moment d’apprentissage. Maintenant, on a instauré le passage aux toilettes en demi-classe.

Au début j’étais sceptique car lors de mon stage de l’année dernière, l’ATSEM amenait les enfants par demi-classe mais les toilettes étant juste à côté de la classe, les enfants revenaient au compte goutte et j’étais sans arrêt interrompu ! Ici, ça se passe beaucoup mieux. Les enfants reviennent tous ensemble en rang. Du coup, plein d’avantages : pour l’apprentissage du déplacement en rang, c’est beaucoup plus efficace (car moins nombreux), moi je suis beaucoup moins fatiguée car franchement ces passages aux toilettes sont épuisants, et je peux faire mon rituel en deux parties beaucoup plus efficaces (on apprend à dénombrer jusqu’à 3, ou je lis l’histoire du jour). Je travaille par la même occasion « Fille / garçon » puisque les filles vont aux toilettes, puis ensuite c’est autour des garçons ou vice et versa.

10h : C’est habillage, comptage (une fois qu’ils sont habillés les enfants s’assoient sous leur porte-manteau et je les compte) puis nous sortons en récréation. L’habillage reste relativement long même si tout le monde maintenant même les plus jeunes d’aout arrivent à enfiler son manteau. Comme je suis de nature extrêmement frileuse et que je suis une maman … il m’est inconcevable de faire sortir les enfants sans le manteau fermé, les gants, le bonnet et les écharpes !

A 10h30, la sonnerie de la récréation du reste de l’école (nous sommes en décalé) retentit, signal qu’il faut rentrer. Là on s’assoie au regroupement et je sers un verre d’eau à tout le monde. Puis on part en motricité.

Donc, la motricité commence vers 10h45. Tous ces moments de transition sont extrêmement longs. Je reste en motricité jusqu’à 11h15, 11h20 avec obligation de repecter cet horaire le lundi et mardi car on passe encore une fois aux toilettes en sortie de motricité et il me faut absoluement l’ATSEM.

11h30 : Deuxième série d’atelier (précédé d’un petit regroupement : dès qu’on change d’activté, je les regroupe, ça temporise). J’essaie de faire des choses plutôt light car les enfants ont été déjà beaucoup sollicités et les jours où je n’ai pas d’ATSEM il faut que je jette un oeil sur le reste de la classe.

11h45, on range la classe, on se regroupe, puis l’ATSEM prend les enfants qui mangent à la cantine. Le calme peut régner quelques instant dans la classe car en général il reste 2 à 4 enfants … ce sont les plus jeune donc je leur lis des histoires ou je regarde leur cahier de vie avec eux.

A midi , j’exige le silence et d’être assis correctement sur les bancs avant d’ouvrir aux parents (on écoute si on entend du bruit dans le couloir) et les enfants peuvent partir après avoir ranger leur étiquette dans une boite représentant la maison.

Voilà pour la matinée (moi j’enchaine avec l’aide perso … CM1, CM2 suivant les jours)

L’après-midi, les enfants sont couchés directement après la cantine. C’est à dire que vers 13h les premiers s’endorment. Du coup, les premiers se réveillent vers 14h. Le réveil est échelonné. En ce moment, la quasi-totalité des enfants sont réveillés vers 14h30. Sauf que moi, je ne suis pas là, puisque je décloisonne avec la classe de grande section.

L’après-midi, c’est beaucoup moins structuré à cause des réveils échelonnés. On apprend à travailler à tour de rôle. J’évalue, je fais de l’individuel en fonction des compétences : graphisme, motricité (les ciseaux). On fait aussi beaucoup de peinture : libres ou guidée, on rattrappe le travail en manqué (et il y en a quand même beaucoup). Je vais mettre le paquet en numération avec les PS par exemple.

A 16h, à nouveau le rangement de la classe. Et on ne sort pas son gouter tant que la classe est parfaitement rangée. Les enfant goutent, puis entre 16h15 et 16h30, on sort en récréation.

16h50 dernier regroupement et à nouveau : silence, assis, on écoute les bruits du couloir et la délivrance ! (enfn pas pour tous puisqu’il y en  quand même quelsques uns qui vont en garderie).

Voilà  j’espère que ça en a éclairé quelques uns. Et n’hésitez pas à poser d’autres questions.



PET1 – Séquence « Plantation de bulbe de jacinthe »

1 03 2011

Ma collègue de Petite section venait de terminer son projet de « formation des experts en langage » sur la plantation de bulbe, et  me proposait les bulbes restants. N’étant pas très douée en jardinage, j’avoue que j’avais un peu peur de me lancer. Ce fut l’occasion qui créa le larron. Et me voilà donc lancée dans le projet après avoir recueilli des conseils et des mises en garde : en particulier que planter des bulbes de jacinthe en février … hum, c’est un peu risqué.

Tant pis ! Rien n’a été simple car j’ai courru les magasins (après les soldes …) pour trouver des petites pelles pour les petites mains de mes petits élèves : celles à l’école était bien trop lourdes et ma collègue avait utilisé des … cuillères à soupe (certes très pratiques mais moi, je sors de l’IUFM et j’ai encore le spectre de ma prof de SVT qui plane au-dessus de moi … Le réel BORD** BIP !) Ensuite, ayant accueilli un élève supplémentaire, il a fallu que je cherche, en vain des bulbes de jacinthe pour compélter ce que m’avait donné ma collègue (il m’en manquait UN , purée, un petit bulbe !!!). Donc, je n’ai pas trouvé de bulbes de jacinthe … j’ai donc fait planter à un enfant (qui était parti une semaine au ski … tant pis pour lui) un bulbe de tulipe, récupéré chez une voisine … et certainement moisi à l’intérieur … Puis par conscience professionnelle, après avoir collé dans tous les cahiers la procédure pour planter des bulbes de jacinthe, je suis allée déterrer un bulbe de jacinthe du par terre de fleur dans la cour … La honte, mais ce n’était pas possible que le parent lise qu’on avait planté des bulbes de jacinthe … et qu’il voit pousser une tulipe !

Je n’ai pas fait non plus le travail sur la comparaison de croissance des deux bulbes : amaryllis et jacinthe (pour manque de bulbe) et il a fallu que j’enlève la dernière page du livret où devait être collée la photo de la fleur … puisque fleur il n’y a pas eu avant les vacances 🙂 J’ai donc fait un petit encart dans le cahier de sciences pour que les parents observent et écrivent avec leur enfant ce que ce pot a finalement donné. Des devoirs de vacances, en somme ! On a quand même pu observer un peu la croissance en classe. Et les enfants ont été ravi de repartir avec leur pot.

Concernant les objectifs de langage, Ils ont été plus ou moins atteints. Les mots de vocabulaire : bulbe de jacinthe, pelle, ont bien été retenus. Plus difficile pour terreau (trop ressemblant avec terre) et godet (plus facile de dire pot). Les phrases des étapes ont été difficilement répétée par certains enfants du groupe. Mais lors des séances où les experts devaient expliquer, tout le monde a pu s’exprimer. Les experts étaient mon groupe de grands (en fait les PS) et en faisant varier la composition du groupe, tout le monde a essayé de parler. En fait, j’avais un garçon, très performant en langage qui monopolisait la parole la première fois. Il a donc montré aux autres ce qu’il fallait dire. Puis la fois d’après, je ne l’ai pas pris. Du coup, c’est le deuxième plus performant qui a parlé et a donc remontré aux autres. Puis pour le dernier groupe, j’avais pris celui qui dit 2, 3 mots, celui qui ne prononce pas bien et celle qui parle bien mais qui a peur de prendre la parole devant les autres.

Et ben, j’étais très contente du résultat.

Voici les fiches de préparation des neuf séances : Bulbes – Prep et le livret monté avec les photos (pour l’exemple) : Livret bulbe avec photo

   

Ca ce sont les fleurs de la classe de ma collègue !