Des nouvelles …

5 08 2012

… Même s’il n’y a vraiment pas grand chose à dire depuis la fin de l’année … Comme beaucoup de mes collègues, je n’ai pas eu de postes au 1er mouvement, ni au second et ni au troisième … celui de juillet. J’ai donc définitivement quitté l’école où j’étais en poste depuis 2 ans. Ca été plutôt dur mais bon, c’est comme ça. Nous avons fait notre spectacle de fin d’année : moi la danse de création dans laquelle mes petits élèves ont été super. J’étais très très fière d’eux car ils ont réussi à faire quelque chose de vraiment sympa en peu de temps. Ma collègue avait aussi fait un truc de fou : théâtre d’ombres à partir d’un conte inventé par les élèves. C’était vraiment vraiment un chouette spectacle. Je vais regretter la grande section et le fait d’avoir la responsibilité d’une classe. Car même si je n’étais pas la titulaire,  ma collègue m’a vraiment laisser faire comme je voulais. Un bon travail d’équipe … pfff … J’ai vraiment les boules de partir… enfin d’être partie.

Pour l’année prochaine, c’est donc le flou total. Je ne regrette pas de ne rien avoir eu en juillet quand je vois ce que mes collègues de promo à très petit barême ont eu comme poste (essentiellement de l’ASH ou des postes dans la montagne à 2 h de chez elle … voire les deux à la fois). Maintenant, il reste à attendre la réouverture des administations le 27 aout pour espérer avoir des nouvelles. Etant à mi-temps, je ne peux pas me proposer pour tuteller un PES, ce qui ne m’aurait pas gêner du tout, je ne pourrais pas faire de remplacement court ou long … reste l’aide à la direction pour la rentrée, surnombre dans une école, … Je risque d’être appelée le lundi de la rentrée. Ca va pas être bon pour mes nerfs tout ça !!!

Je vous tiens au courant …



PET2 – Dernière période

8 06 2012

Au mois de mai, je n’ai pas eu le temps de faire grand chose. En effet, travaillant uniquement le lundi et le mardi, j’ai « subi » les jours fériés et le pont du 1er mai octroyé cette année dans le département. Le temps est donc passé très très vite. J’ai amorcé un travail sur l’album « Le loup sentimental » avec en point de mire une visite à la « maison des loups » de Orlu. C’était ma collègue qui s’occupait de la fête des mères. Elle leur a fait faire un bonhomme avec des feuilles et fleurs séchées sous cadre.

Pour l’occasion, ils avaient eux-mêmes composé le poème. Moi, je me suis occupée de l’écriture : entrainement de la lettre b et f pour écrire bonne fête maman.

J’ai commencé une choré en danse de création avec l’objectif de la montrer aux autres classe à la fin de l’année, mais je ne suis pas trop au point. C’est un peu la galère. Et là depuis le début du mois, je suis à fond dans le cadeau de la fête des pères et nous nous attelons aux évaluations de fin d’année …

Ah si j’ai terminé mon livre de sciences sur les arbres. En effet, j’ai inscrit ma classe au défi sciences mis en place chaque année par le site mathésciences31. Cette année il fallait faire un livre qui présente son arbre. Nous en avions choisi 4. Pour faire la couverture du livre, voici ce que nous avions fait :

Les deux techniques utilisées sont tirées de l’ouvrage « 5 parcours artistiques – Maternelle »  d’Elisabeth Doumenc (le tome orange) : tronc et branches à la craie avec encre soufflée à la paille et tronc à la gouache marron, feuillage en points de gouache jaune et bleue appliquée avec les doigts.

Voici le livre que nous avons terminé : arbre qui es tu

Pour le cadeau de fête des pères, il fallait faire quelque chose de rapide car je n’avais que 3 jours complets pour le faire réaliser par mes 30 loustics. J’ai choisi le sous-main façon Nanoug http://tourdeclasse.canalblog.com/archives/2009/06/21/14092917.html .

Fond sur papier canson de grammage 120, enduit d’encre effaçable (achetée en flacon) au rouleau (préférez peut-être un autre outil car il y a beaucoup de perte avec le rouleau … l’avantage c’est que c’est très rapide). Le fond sèche très vite (enduit à 11h, on a pu dessiner dessus à 14h). Il faut juste éviter de laisser du surplus. Ca fait des auréoles).

Dessin et écriture à l’effaceur. Attention à la pointe de l’effaceur, trops grosse, c’est difficile d’écrire de manière lisible. Certaines sont biseautées donc difficiles d’utilisation pour les grandes sections. Ne pas attendre trop longtemps avant de dessiner car, plus l’encre sèche et plus le fond apparait jaunâtre au lieu de blanc. En tout cas, effet garanti : « c’est magique !!! »

Le fond est collé sur une feuille A3 classique. Puis les enfants ont écrit leur prénom, on choisit 3 graphismes parmis le répertoire et ont réalisé un algorithme tout autour.

Ensuite, tout ça à la plasifieuse et voilà :

Allez, je retourne à mon agraffage de livre 🙂



PET2 – GS – L’exposition autour de l’alphabet

15 04 2012

Ca y est, nous avons réussi à organiser notre exposition avant les vacances de Pâques Ce n’était pas gagné compte-tenu des évènements dans le coin et du plan vigipirate écarlate Mais heureusement, tout est rentré dans l’ordre (enfin, si on veut)

Voici donc, la farandole de prénom terminée :

Vous noterez la mise en scène avec la corde, le lien avec le titre « en attaché » et l’écriture « en attaché » … c’est que « y a d’la réflexion, Madame  » !!!!

 

Voici également la mise en scène pour les fameuses initiales en pâte à modeler. Alors, j’ai d’abord utilisé pour l’entrainement de la pate à modeler classique. Il a fallu avoir la patience pour faire des longs colombins car la majuscule cursive fait des boucles et des boucles à n’en plus finir. Ensuite, on est passé à la pate à modeler autodurcissante. Malheureusement, les lettres étaient plutot lourdes et fragiles. Certaines se sont cassées. Du coup, j’ai pensé à la patarev (ce doit être une marque) que ma fille avait utilisée un jour chez une nounou. C’est une pate qui quand elle sèche devient comme de la mousse compacte. C’est très léger et plus solide que l’autre.

Ma collègue a eu l’idée de remplir un bocal avec les lettres cassées, façon « art contemporain » et du coup, j’ai carrément rempli le bocal avec toutes les lettres. Voici ce que ça a donné :

Et comme tout ça allait être exposé dans le couloir de l’école à la vue et à portée de main de tous, j’ai emballé le tout dans du papier fleuriste. Ca rendait pas mal du tout et c’était plutot original.

Pour l’exposition, il y avait aussi le « paralphabet » : un vieux parapluie sur lequel étaient accrochées des feuilles transparentes, une par lettre de l’alphabet. Chaque enfant ayant écrit une fois les lettres les plus courantes (l,e, i, u, t, o, a, d, q, c, m, n). Les enfants les plus à l’aise ont écrit les lettres plus difficiles. Ca a été assez long mais ça leur a bien fait bosser l’écriture cursive !

 

Ma collègue a fait aussi d’autres éléments pour l’exposition :

un mot croisé géant avec des mots trouvés par les enfants sur le thème de l’exposition

 

des dessins à l’encre dans lesquels sont cachées les lettres d’un mot (choisi par les enfants)

Les « alphabétiers », arbres réalisés avec des lettres capitales

des tableaux en volume dans lesquels étaient cachés des lettres.Voici les contributions de la classe de grande section.

 

 

 



PET2 – Grande section – Les boucles

16 03 2012

En janvier, nous avions commencé à travailler les boucles pour entamer de manière sérieuse l’écriture cursive.

Voici ce que l’on a fait :

D’abord des ateliers de production tout simples :

    

C’est plutot la phase découverte, où les enfants font des arabesques et des boucles dans tous les sens.

Ensuite, il y a eu la phase de structuration de la boucle et d’automatisation du geste dans le but de l’écriture : alternance de grande et petite boucle dans l’optique d’écrire plus tard « le » et « elle ».

 

    

Ensuite un atelier d’entrainement pour contrôler son tracé et la taille des boucles.

Voici la fiche de séquence. Je pense qu’on va poursuivre ce travail avec des séances tirées de « Ateliers Graphiques » de Zerbato-Poudou chez RETZ.

 

 



T2 – Grande section – Exposition autour des lettres : la farandole de prénom en écriture cursive

10 03 2012

Voici la suite de mon précédent post. J’ai terminé avec mes élèves la farandole de prénoms en écriture cursive. J’ai donc utilisé les fonds crées la semaine dernière à l’encre et au gros sel. Pour chaque fond réalisé, j’ai coupé une bande d’environ 4 cm de hauteur. Sur la plus grande partie restante, ils ont tracé leur initiale en majuscule cursive avec un gros marqueur noir. Sur la bande, ils ont écrit leur prénom en cursive avec un feutre fin noir, y compris la majuscule. Ils se sont bien entrainés d’abord. J’avais imprimé et plastifié les lettres correspondantes pour qu’ils puissent suivre le tracé, j’étais là pour vérifier que les boucles étaient dans le bon sens, et qu’ils commençaient leur tracé dans le bon sens.

Ils étaient tous très fièrs d’avoir réussi à tracer ces lettres si difficiles, en particulier Kylian et Romain ! Et moi aussi, je suis très fière d’eux. Tout le monde écrit son prénom correctement, ils se sont vraiment beaucoup investis et le résultat est sympa.

Voici un échantillon de leur production.

 

 

Juste un petit conseil pour les fonds réalisés avec le gros sel. Il faut l’enlever assez rapidement car sinon, il reste des cristaux de sel sur la feuille et ça gène les enfants dans l’écriture des lettres. Ca fait des bosses, le feutre accroche et ça les énerve !!!

J’espère pouvoir vous montrer les initiales en pate à modeler la semaine prochaine…



PET2 – Grande section : une exposition autour des lettres de l’alphabet

29 02 2012

Après ces vacances, pour une fois, peu studieuses (juste ce qu’il faut), me revoilà partie à fond les ballons : un projet imposé par l’école. Nous allons faire d’ici 3 semaines une exposition autour des lettres de l’alphabet. Toute l’école y participe, c’est à dire des tout-petits au CM2.

Alors au début, je voulais faire les lettres capitales en motricité vues de dessus, mais l’idée avait déjà été prise. Ensuite, j’avais pensé à quelque chose de sonore, mais on n’était plus sur les lettres mais les sons et ça aurait été compliqué à exposer. Donc, je me suis dit qu’à la maternelle, les enfants de grande section sont contents de montrer qu’ils savent écrire en cursive. Du coup, je suis partie là-dessus. Et comme j’aime bien les défis, je vais travailler les initiales du prénom en majuscules cursives. Je sais que ce n’est pas du tout au programme, mais j’ai des enfants d’un bon niveau. on ne fera que l’initiale de son prénom, pas toutes les lettres et comme ça ils auront déjà vu ces lettres. Déjà, les étiquettes prénoms avec lesquelles on travaille ont la majuscules cursive donc, il n’y a pas de raison.

Alors, j’ai prévu deux choses. On ne sait jamais si  c’est pas jojo, on choisira l’un ou l’autre.

1) la lettre modelée avec de la pate à modeler durcissable à l’air. Au départ, je devais les faire en pate à sel mais ma collègue m’a dit qu’elle avait des pots de l’année dernière qui n’avaient pas servi. J’ai sauté sur l’occasion de gagner du temps car il faut, avant d’arriver à un résultat, bien étudier la forme et s’entrainer. Les enfants se sont donc entrainés avec de la pate à modeler classique (neuve car il fallait des colombins très longs et très fins. Si la pate est un peu vieille, les colombins s’éffrittent ou se cassent et ça énnnnervvvve !!!). Pour l’instant, ils ont choisi la lettre qu’il voulait. C’est rigolo car on voit les téméraires qui cherchent la lettre la plus compliquée par défi (le k, le x, le h), ceux qui prennent par affection (celle du copain) sans faire attention à la difficulté, ceux qui veulent ABSOLUMENT faire LEUR initiale et ceux qui choisissent le O … trop fastoche !

Voici le résultat (avec un peu d’aide pour les colombins) :

       

2) En deuxième, j’aimerais bien qu’il trace leur lettre à la peinture bien épaisse sur des jolis fonds. Alors pour les fonds, on a travaillé l’encre qui s’étale sur le papier canson imbibé d’eau. Certains fonds sont restés tels que, sur d’autres, on a saupoudré du gros sel pour faire des effets. voici un échantillon des fonds obtenus :

       

J’ai gardé le sel coloré … pourquoi pas faire une trace à la colle et saupoudrer … A voir.

J’ai vu aussi sur un blog Arts visuels école une idée qui me titille. Celle qui est liée à l’art aborigène (fait de pointillés). Voici la description de l’activité :     Lettres aborigenes australienne . J’hésite car elle sera focément sortie de son contexte car je n’ai pas le temps, ni l’intention de me lancer dans l’étude de l’Australie …. mais bon, on verra selon l’humeur.

Ma collègue du jeudi vendredi a aussi plein d’idées. J’essaierai de prendre des photos et de vous expliquer tout ça la prochaine fois.

 

 

 



PET2 – Le rapport d’inspection

16 02 2012

Souvenez-vous, j’ai été inspectée pour la première fois le 28 novembre dernier.L’IEN m’avait prévenue que le rapport et la note serait disponible fin janvier – début février. J’avais complètement zappé et pourtant, il est enfin arrivé par courrier à l’école. Une des collègues est venue frappée à mon carreau « Eh … ca y est c’est arrivé ? »  » De quoi? », « ben ta note ! »  » ah cool ». J’étais en pleine séance d’écriture, pas le temps de réfléchir … J’ai d’ailleurs complètement oublié d’aller chercher le courrier dans la salle des maîtres avant de partir … Le lendemain matin, je fonce dans la salle des maîtres, mais là encore pas le temps d’ouvrir la lettre (j’avais envie de prendre un peu le temps de découvrir ce document) donc, hop direct dans le cartable … et comme la journée, je suis un peu occupée, ben encore un jour sans lire ce fichu truc. Du coup, personne à l’école n’osait me demander ce qu’il en était 🙂 C’est donc, mercredi tranquillou chez moi que j’ai enfin découvert le-dit rapport composé d’une feuille pré-imprimée avec la note, un commentaire de l’IEN et une toute petite phrase de l’IA (inspecteur d’académie). Agraphé derrière, le rapport proprement-dit avec tout ce que l’IEN a observé et les conseils qu’elle m’a donnés pendant l’entretien.

Le rapport était conforme à ce qui avait été dit. Le petit mot de l’IA encourageant et celui de l’IEN dityrambique !!! Ca fait du bien à l’égo. Quant à la note, on ne pouvait rêver  mieux puis qu’ à 0.5 près j’ai eu la note maximale qu’on peut donner auT2 pour leur première inspection. Je suis évidemment très fière même si je n’ai absolument pas compris à quoi elle servait cette note … Mes collègues m’ont dit que c’était bien de partir avec une bonne note … Va savoir Charles !

Maintenant je suis tranquille pour 4 à 5 ans … chouette !

 



PET2 – Grande section – Le goûter de la galette

31 01 2012

Juste une petite photo pour vous mettre le résultat du projet sur la galette des rois et en particulier la fabrication de la couronne des rois (et des reines, car j’ai déjà des féministes dans ma classe qui revendiquent !!!). Je n’étais pas là pour le goûter mais j’ai récupérer quelques photos.

 

A part ça, c’est la course en ce moment entre les évaluations de fin de semestre, les livrets, ma fille et son bras dans le plâtre …



Littérature de jeunesse

27 01 2012

Voici un site très utile dont l’adresse m’a été donnée par mon collègue de CE1-CE2. Merci Sébastien.

Vous y trouverez des fichiers audio mp3 téléchargeables. Il s’agit d’oeuvres littéraires libres de droit (romans, poésie, contes traditionnels ou du monde, des pièces de théâtre, etc …). Evidemment, toutes ne sont pas accessibles pour les enfants de l’école primaire, mais il reste un nombre interessant de choses à utiliser. Personnellement, je vais travailler sur « Le petit chaperon rouge ». Il y a la version de Grimm et celle de Perrault. Et je trouve très intéressant en grande section d’écouter un conte dont il n’y a aucun support visuel … A cette âge, ils sont très attirés par les images et du coup, parfois en oublient d’écouter pour essayer de comprendre.

 

Voici l’adresse du site : http://www.litteratureaudio.com/



PET2 – Grande section – la galette (autre projet)

12 01 2012

Voici ce que ma collègue a mis en place pour rester dans le thème de la galette avec les enfants. Elle travaille sur l’album Roule galette

Et elle a mis en place une séquence tirée de l’ouvrage « Préparer ma classe Grande Section » chez Vuibert. Il s’agit pour les enfants d’écouter attentivement une histoire dont ils ne connaissent ni le titre ni les illustrations. Ensuite, il leur est demandé de dessiner par groupe un morceau de l’histoire (Les enfants doivent se mettre d’accord dans le groupe pour ne pas dessiner le même moment). Pour les aider au dessin, on peut leur proposer des gabarits de personnages du livre.

Voici un échantillon des dessins obtenus :

Les dessins sont légendés en dictée à l’adulte.

Les enfants ont ensuite rangé les dessins dans l’ordre chronologique de l’histoire et essayé de trouver un titre … Pendant la recherche, les connexions ont commencé à se faire et certains enfants se sont souvenus de l’histoire et du titre de cet album qu’ils avaient étudiés en petite section et que certains lisaient à la maison.

Pour ceux qui sont interessés voici la fiche de séquence tirée de l’ouvrage Vuibert : Fiche de prep