Archive for décembre, 2011

Débat autour du film « Elle s’appelait Sarah »…

mardi, décembre 13th, 2011

Elle s’appelait Sarah est un livre de Tatiana De Rosnay (2007). Le film a été réalisé  en 2010 par Gilles Paquet-Brenner

 Résumé de l’histoire : C’est l’histoire de deux destins qui ce croisent .Celui de la petite Sarah, victime de la collaboration et de Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France. La petite histoire rencontre la grande. Julia est sur le point d’emménager avec son mari et sa fille dans un appartement du quartier du Marais  à Paris. A l’occasion de ses recherches pour un article qu’elle doit écrire surla Rafle  du « Vel’ d’Hiv » elle découvre que son appartement aurait appartenu à une famille juive déportée. A partir de ce moment-là, son enquête journalistique va se muer en quête personnelle afin de mettre la lumière sur des épisodes douloureux qui se révèleront être des secrets de familles trop bien gardés …

 Débat  entre deux élèves :

Avez-vous d’abord lu le livre ou vu le film ?

 –   Marion P. : « J’ai d’abord lu le livre et par la suite découvert le film ! » 

 –   Margarita D. : «  Je suis d’abord allé voir le film lors d’une sortie scolaire mais je n’ai pas lu le livre ! »

 Avez-vous aimé l’histoire ? Et comment avez-vous trouvée la fin de ce film ?

 –  Marion P. : « C’est d’après moi une histoire très émouvante pleine de  rebondissement ; Donc oui j’ai beaucoup aimé. Pour la fin du film ? En un mot, touchante »

 –  Margarita D. : « Pas tant que ça. Certes la partie historique m’a plu, mais la superposition d’une autre histoire se situant à une autre époque m’a laissée perplexe. Quant à la fin du film, elle ne m’a pas trop plu… A vrai dire, je ne me rappelle plus très bien comment ça se passe, mais je me souviens de ne pas avoir accroché »

 Quelles sont vos critiques ?

 –    Marion P. : « Entre  enquête policière, révélation et coups de théâtre, nous nous attachons à ce film dès les premières minutes. A travers ce film on se remémore une période sombre de l’histoire de France. Grâce  à celui-ci nous prenons conscience du calvaire que les juifs ont enduré. Le film est très bien adapté par rapport au livre. De plus Kristin Scott-Thomas et Mélusine Mayance incarnent parfaitement leur rôle durant l’histoire. Cependant, la fin nous laisse supposer une éventuelle suite … »

 –   Margarita D. : « Je peux dire que  ce film était moins bien que « la rafle » ! Ce film-là par contre était génial. J’ai beaucoup accroché du début jusqu’à la fin. J’ai aimé le fait que Gad Elmaleh joue dans ce film mais ce n’est pas ce qui m’a le plus marquée. J’ai trouvé « elle s’appelait Sarah » beaucoup moins émouvant, et l’on se rend moins compte des conditions de vie affreuses qu’avaient les prisonniers juifs dans le Vel’ d’Hiv, où ils étaient complètement entassés. »

Si vous aussi, vous avez vu ou lu « elle s’appelait Sarah », n’hésitez pas à mettre vos commentaires !

 Par Dupuich Margarita, Marion Pererra Gomes et Gasse anaïs, 2nde F

Las colores de la montana

mardi, décembre 13th, 2011

En un pueblo situado en  el corazón de las montañas Colombianas, Manuel nueve años, vive su vida entre la escuela y los torneos de fútbol con sus amigos, y sueña con volverse guardameta. Su Sueño se realiza cuando su padre le ofrece, para su aniversario, un balón de fùtbol. Pero por accidente su balón cae en un terrno minado. A pesar del peligro Manuel y sus amigos deciden ir a recuperarlo, mientras que el pueblo es azotado por la gurilla y los paramilitares.

Ua película simple, pero profunda con la ayuda de imágenes penetrantes que ponen en evidencia la crueldad del conflicto amado en Colombia a través de la perspectiva de los niños.

Sí debiera poner una nota a esta película, le pondría 18/20 porque una película nunca es perfecta. Esta película nos muestra exactamente la situación en la cual vive este país sin mostrar los horrores para así cautivar a un mayor público, y nos hace descubrir, por la misma ocasión, paisajes magníficos entre los que están « las montañas ».

Enora Jeanneret, 1COMB

240 jouets récoltés pour le secours populaire

mardi, décembre 6th, 2011

Le fruit de la collecte (photo : C.T)

Les étudiantes de SP3S ont remis lundi aprés midi au secours populaire le fruit de leur collecte. Près de 240  jouets et jeux ont été apportés par les élèves mais aussi les personnels de Margot.  « Nous avons souhaité sensibiliser les gens par notre action.  » soulignent les étudiantes.
Un grand merci à tous !
 Elodie, Ophélie, Lolita, Charline, BTS SP3S
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Margot s’associe à la journée de lutte contre le SIDA

mardi, décembre 6th, 2011

Le lycée Marguerite de Navarre a renouvelé, jeudi 1er Décembre 2011, sa journée de lutte contre le SIDA. L’infirmière scolaire avec l’aide d’élèves de PREPI (4 élèves), SP3S (2 élèves) et de 1er GTS COM (2 élèves) ont pu récolter 162 € grâce à la vente de roses. Cette somme sera reversée à l’ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie), une association dédiée aux différentes addictions pour permettre le financement d’une pièce de théâtre dédiée aux usagers. Cette animation facilitera la diffusion d’informations sur les drogues, l’alcool et surtout le SIDA et sa prévention. Les élèves de PREPI ont rendez-vous, mercredi 7 décembre, dans les locaux de l’association pour une visite et la remise de la somme récoltée.

Eloïse Drouyau, Mélaine Bodereau, prépa Santé IFSI

Une partie des élèves avec les 2 infirmières du lycée (photo: C. T)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gankutsuou, ou l’adaptation du Comte de Monte Cristo la plus étrange jamais vue

mardi, décembre 6th, 2011

Le Comte de Monte Cristo a été originalement écrit par Alexandre Dumas, et publié dans le Journal des Débats d’août 1844 à janvier 1846 (la publication en plusieurs fois dans un journal se faisait beaucoup à cette époque). Elle est sans aucun doute l’histoire de vengeance la plus connue : Edmond Dantès, berné par ses amis et mis en prison injustement, revient des années plus tard sous le masque du Comte de Monte Cristo pour prendre une lente revanche sur chacun des traîtres. La vengeance est un plat qui se mange froid, en effet.

 Gankutsuou, lui, est un animé de 24 épisodes produit par le studio Gonzo et créé par Mahiro Maeda. Alors que, comme beaucoup des nombreuses adaptations, il offre des changements assez importants à l’histoire, il est aussi considéré par certains comme l’une des adaptation les plus fidèles, ce qui peut être choquant étant donné que l’histoire se situe dans le futur (en 5053), partiellement dans l’espace (la colonisation dela Lune lui donne une forme vaguement crânienne), et qu’il y a une bonne dose de fantastique (le Gankutsuou lui-même, l’entité qui s’est emparé d’Edmond pour le conduire à sa vengeance).

Premier changement : Le point de vue est celui d’Albert de Morcerf, le fils de l’ex-fiancée et de l’ex-meilleur ami d’Edmond. Aucun doute sur le pourquoi de son utilisation par le Comte pour arriver à ses fins, et la série repose en grande partie sur leur relation. Mahiro Maeda a fait cela exprès, car il voulait montrer les conséquences de la vengeance du Comte, et ne pas véhiculer le message ‘’se venger, c’est trop cool, !’’.

Autres changements : je ne reviendrai pas sur les points évidents (sci-fi et fantasy), mais sur les personnages. Eugénie, la fiancée arrangée d’Albert, n’est plus lesbienne et est promue comme amour d’Albert. Cependant, Franz, meilleur ami d’Albert (et Eugénie), a obtenu 10 niveaux d’importance (et devient ainsi l’un des personnages les plus intelligents et gentils de toute la série – à un point, il est le seul à faire avancer le scénario. Vraiment) et est complètement amoureux d’Albert, à sens unique (oui, c’est aussi triste que ça en a l’air, et ça ne se finit pas bien). Le Gankutsuou, dont on ne sait pas grand-chose à part qu’il était scellé dans la même prison qu’Edmond et qu’il s’est emparé de lui d’une façon aussi affreuse que graphique et le rend vachement puissant. Des personnages, souvent les étrangers, deviennent des aliens. Quelques personnages meurent, d’autres sont épargnés, par rapport au livre. A vrai dire beaucoup de changements dans les personnages ont été fait à la dernière minute, à tel point que la bande-annonce contient en grande partie des événements qui n’arrivent jamais dans l’animé. Malgré cela les relations restent très cohérentes à celles du livre, ce qui est pour le mieux étant donné que toute l’histoire repose sur ça. Même la fin, qui n’est assurément pas la même que celle du livre, est cohérente.

Car cette série évite tous les pièges et clichés des précédentes adaptations : Albert n’est pas le fils d’Edmond, Edmond ne récupère pas sa fiancée, Eugénie et Haydée (la loyale protégée du Comte) sont toujours présentes dans l’histoire, Haydée n’est pas marié à Franz, etc.

En fait, le scénario est tellement bien réécrit, avec tous les éléments qu’il faut (suspense, romance, vengeance, violence, tragédie, duels à mort, des retournements de situations qui amènent le cœur dans la gorge et un des anti-héros les plus cools jamais vus), qu’on finit par penser que c’est l’histoire original.

Deux derniers points. L’art, complètement unique et fabuleux en son genre. Ce n’est pas n’importe quel dessin animé que vous regardez, c’est un chef d’œuvre à part entière. Il n’est pas simplement colorisé, tout est fait de textures qui ne bougent pas. Les spectateurs sont divisés en deux catégories : ceux qui maudissent la série en saignant des yeux, et ceux qui s’extasient devant la beauté quasiment pornographique de la chose. Cinq minutes à regarder, et vous saurez dans quelle catégorie vous êtes. Pour être honnête, après avoir fini la série pour la première fois, la première chose qui vient à l’esprit c’est « Qu’est-ce qu’ils ont pris, bon sang ? », parce que si ce n’a pas été fait avec de la drogue, alors toute ma vie a été un mensonge.

Et le « Précédemment, dans Gankutstuou » est lui aussi unique. Non seulement cela, mais aussi la narration, est faite dans un français parfait, avec un accent à peine prononcé délicieux et des tournures de phrases à faire pâlir Dumas. La voix est basse et absolument merveilleuse à écouter (vous ne pourrez pas vous amener à faire avance rapide ou résister à entonner le rituel « Mesdames, messieurs, bonsoir » à chaque début d’épisode), et la chose qui vous frappe quand vous réalisez qu’il s’agit du Gankutsuou lui-même est faite de pur génie.

 Si vous êtes fan du livre originel de Dumas, l’effet LSD-en plein trip-addictif de le chose vous rebutera peut-être (ou pas), mais il peut être pris comme œuvre original à part entière, donc vous n’avez pas le choix : Gankutsuou est un must.

 Emma Morice, 2nde F

Billet d’humeur sur la justice américaine

mardi, décembre 6th, 2011

 Nous pouvons dire que le monde n’est pas bien organisé ! En effet, les Etats-Unis qui sont quand même la première puissance mondiale répartissent mal leur argent. Alors que de nombreux pays auraient besoin d’une aide ou, plus recentré, de nombreuses personnes auraient besoin de revenus plus importants etc., cet Etat préfère utiliser son argent dans les condamnations à mort ! Nous pouvons voir dans différentes sources lues que la peine de mort « s’applique généralement dans les pays pauvres». Pensez vous sincèrement que cet endroit du globe est pauvre ? Nous, non. Sur ses cinquante trois états, seulement 16 ont aboli la peine de mort. Ce chiffre montrant la minorité des endroits d’abolition est honteux !

Il faut savoir que beaucoup de personnes actuellement dans les couloirs de la mort sont innocentes mais pourtant condamnées par la « grande puissance mondiale» comme par exemple Troy Davis, exécuté le 21 septembre 2011. Heureusement qu’il y a certaines organisations comme par exemple « Amnesty International » qui a fêté ses cinquante ans cette année. Cette association est pour l’abolition de la peine de mort, contre les tortures tout en prenant en compte les droits de l’Homme.

Nous trouvons inadmissible de condamner des personnes à mort ou autrement dit de les tuer surtout que, en appliquant cette sentence, nous pouvons aussi nous considérer comme meurtrier ! Pensez vous que ôter la vie d’une personne rendra le monde meilleur ?

 Thoumelin Maelle , Margueritte Coralie , 2nde F

 

FACEBOOK : Un réseau social qui peut se révéler dangereux

mardi, décembre 6th, 2011

– L’accès au réseau social « Facebook » présente des dangers pour n’importe qui. Abuser de son utilisation peut déclencher une dépendance excessive.

– C’est quelque part une violation de la vie privée car ceci entraîne une divulgation d’informations personnelles. Beaucoup de personnes diffusent leur vie, leur intimité …  Les parents mettent des photos de leurs enfants de moins de 2 ans sur Facebook. Lorsque vous vous connectez à une application (ou à un site web), vous autorisez l’accès aux informations générales vous concernant (nom, prénom, photos de profils, sexe, identifiant d’utilisateur,     connexion et contenu partagés).

– Bien que nous vous permettions de définir des options de confidentialité visant à limiter l’accès à vos données, il n’existe aucun système de sécurité parfait ou infaillible. En aucun cas il n’est garanti que vos informations soient vues uniquement par des personnes que vous avez autorisées.

– En cas de plainte  à l’encontre de Facebook suite à votre contenu, à vos informations sur votre profil, vous indemniserez Facebook pour toute perte, responsabilité, réclamation, demande, dépense et frais, y compris les honoraires raisonnables d’avocat.

Lisa Gabriel, Ludivine Guillotin, Océane Samoyeau 2°F

Montage : C.T

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Objectif : Marciac!!

mardi, décembre 6th, 2011

       Pour les élèves de seconde d’Option Musique, le professeur M. Esnault, a un programme déjà établi. Les musiciens devront en effet composer leur propre musique. En janvier 2012, deux groupes enregistreront leur projet au Labo Sonore. Tous les élèves commencent leur travail avec joie et enthousiasme !
Cinq groupes de divers horizons musicaux ont été créés : trois groupes de filles, un groupe de garçons et un groupe mixte. Ils doivent trouver une mélodie et un texte. Pour cela, plusieurs salles ont été mises à leur disposition. Chacun se laisse submerger par son imagination.
Après cela, les groupes présenteront leurs œuvres sous forme de compilation, avec les autres compositions des années précédentes, en vente entre 5€ et 10€. Vous aurez aussi l’occasion de les voir se produire dans la salle Mandela, à la fin de l’année scolaire.
Avec les bénéfices de ces ventes, l’Option Musique aura l’occasion d’organiser un voyage à Marciac, prés de Toulouse, dont le but est de faire un concert avec les apprentis jazzmen. Eux aussi ont eu la chance de venir à Alençon l’année dernière. Ensuite, la visite des alentours de la ville de Toulouse leur sera permise !!!

Zalihata Madi, Camille Coueffe, 2F

LES COULEURS DE LA MONTAGNE, le film de l’amitié

vendredi, décembre 2nd, 2011

Le jeudi 10 novembre, les élèves de 1ère sont allés au cinéma de Sées pour voir le film colombien « los colores de la montaña « . A l’issue de la projection, un concours de critique a été proposé par Mme Danos et M. Moreno à 4 classes de 1ère. Ont été lauréates du concours : Charlène AUREGAN de 1LB et Enora JEANNERET-GROSJEAN de 1ère COM B. Le texte d’Enora est en espagnol, tandis que celui de Charlène a été traduit par les élèves de la classe de 1LB. Voici leurs productions :

  

Je viens de voir le film d’Arbeláez qui s’intitule « Les couleurs de la montagne ».  Dans ce film de nombreux thèmes sont abordés : l’amitié, la mort, la guerre, la famille, le foot, la tristesse, les conflits armés….

Ce n’est pas un film très violent car nous voyons la guerre du point de vue d’enfants de neuf ans et je pense que c’est une idée très originale.  Pendant le film, nous découvrons l’importance du foot pour le personnage principal, Manuel.  Les enfants ne pensent qu’à une seule chose : récupérer le ballon qui est tombé en terrain miné. C’est très intéressant d’observer comment les enfants perçoivent la guerre sans, finalement, la voir réellement. Ils ne voient que le ballon qui se trouve dans un champ de mines et qu’ils ne peuvent aller chercher sans désobéir à leurs parents. Retrouver son ballon est la priorité de Manuel : la guerrilla ne lui importe pas autant.

J’aime ce  film parce qu’il est très intéressant, magnifique, grandiose émouvant. De plus, l’amitié est essentielle dans l’histoire. J’aime beaucoup la scène où les élèves et leur professeur peignent une fresque sur le mur de l’école parce que c’est un moment de joie, un moment où la guerre semble disparaître grâce aux couleurs. Dans cette scène, nous pouvons penser qu’un peu de peinture suffit pour interrompre la guerre. La fresque est fantastique, parfaite parce qu’elle est très colorée.

Je conseille ce film à ceux qui souhaitent partager l’expérience d’amis qui évoluent dans un contexte de mort, de peur et qui survivent grâce au football.

Je donne la note de 15/20. 

Critique de Charlène AUREGAN, classe de 1LB – Traduit de l’espagnol (castillan) par la classe de 1LB

Don du sang : une grande réussite pour la 1ère édition de l’année

vendredi, décembre 2nd, 2011

Plusieurs membres du personnel étaient présents, dans la bonne humeur (photo: C.T)

Jeudi 1er décembre avait lieu le 1er don du sang de l’année organisé par l’EFS de Basse Normandie.  Une grande réussite selon M.P. Knidler, infirmière au lycée puisque  37 personnes ont été prélevées dont 22 pour un premier don . Dans la salle de prélèvement quelques appréhensions, vite levées.  Pour ces élèves  mais aussi les personnels présents, donner son sang semble être un fait naturel. Ainsi, pour Odélia, « Cela fait deux ans que je veux le donner. Maintenant que je suis majeure, je saisis l’occasion. Je pense être en bonne santé pour donner mon sang donc si cela peut aider, il faut le faire ! ». Pour Jessie « c’est la 2ème fois que je donne, cela me semble normal car cela peut sauver des vies ». Pour Léa, il semble que l’exemple familial est joué un rôle dans sa présence :  » pour moi, c’est quelquechose de naturel, je n’y ai même pas vraiment pensé, peut être parce que je vois mon père donner depuis que je suis petite. »

Rappelons que pour donner son sang,  il faut être majeur, peser plus de 50kg, être en bonne santé. La prochaine collecte aura lieu au lycée au mois de mars 2012.

 Pour plus d’informations : http://www.dondusang.net

Une légère appréhension vite dissipée… (photo: C.T)