preload

La loi de Simone Veil

Qu’est ce que la loi de Simone Veil?


I – Le contexte historique avant la loi de 1975

Avant la loi de 1975, les avortements étaient passibles de peines de prison ou d’amendes. Ainsi, les femmes se faisaient avorter clandestinement, car elles n’avaient pas d’autres moyens, n’ayant pas accès à la contraception.

Ainsi, les femmes de rangs plus aisés, se faisaient avorter dans d’autres pays. Mais pour les autres femmes (celles de rangs moins aisés), elles faisaient appel, le plus souvent, à des avorteuses dans des conditions d’hygiènes et de sécurités très déplorables.

De même, elles avortaient seules avec des produits dangereux (du plomb, du mercure), qu’elles injectaient dans la cavité utérine ou par des procédés violents, comme des coups dans le ventre pour stopper la grossesse. Ainsi, l’avortement entraînait beaucoup de complications comme des hémorragies.

Alors, les femmes risquaient leur santé et même leur vie pour pouvoir avorter. Il existait donc, un nombre élevé de femmes qui mourraient dû à cet avortement clandestin.


II – La loi de 1975.

http://www.dailymotion.com/video/x1z1hi_simone-veil


Cette vidéo est l’un des discours de Simone Veil à l’assemblée nationale.

Simone Veil était le ministre de la santé lors du premier gouvernement dirigé par Jacques Chirac. Cette femme politique française fait son premier discours sur l’avortement, le 26 novembre 1974. Cette loi, sur la législation de l’avortement en France, sera promulguée le 17 janvier 1975 à la suite de nombreux débats vifs à l’assemblée nationale.

Par conséquent, les années 1970 sont des années importantes pour la femme, car cette loi, dictée par Simone Veil, donne aux femmes le droit de pratiquer l’interruption volontaire de grossesse. Alors, la loi accorde une certaine liberté pour les femmes. Grâce à cette loi, les femmes décident ce qui est bon pour elle.

Simone Veil lors d'une réunion publique dans le cadre des élections municipales à Paris, le 27 février 2008.

Photos de Simone Veil

http://fr.wikipedia.org/wiki/Simone_Veil

III – Les dispositions de la loi de Simone Veil

_ Une IVG doit être pratiquée avant la fin de la douzième semaine de grossesse.

_ Toute femme enceinte (majeur, mineur, étrangère…) a le droit de pratiquer une IVG si elle le désire.

_ Seule la femme concernée peut demander un avortement.

_ Celui-ci ne peut-être pratiqué que par un médecin dans un établissement de santé.

_ Les frais sont pris en charge par la sécurité sociale.

_ L’ IVG peut rester anonymat.

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/interruption/simone_veil_tribune-1.asp

IV – Depuis la loi de Simone Veil

Depuis cette loi de 1975, il y a une forte diminution d’avortements clandestins. Alors, il y a une baisse de mortalité des femmes, reconnues, après avoir fait cet avortement. De plus, de nombreuses réformes sur cette loi ont été diffusées.

- Celle de 1979, qui supprime l’accord du médecin pour les femmes qui souhaitent avorter.

- Celle de 1982, qui donne aux femmes, qui avortent, une assurance maladie.

- Puis, celle de 1993, qui dit que tout médecin s’opposant aux avortements, commet un délit.

Alors, le gouvernement, grâce à ces réformes, cherche donc à faire moins culpabiliser les femmes qui souhaitent pratiquer une IVG.

D’autre part, la réforme de 2001, allonge le délai légal de l’ IVG à douze semaines de grossesse (et non plus à dix semaines!).

Enfin, la dernière réforme a été promulguée en 2004. En effet, il faut passer par un médecin pour se faire prescrire le médicament du nom de RU 486. C’est un médicament, utilisé au cours de l’intervention volontaire de grossesse, qui nécessite aucune intervention de geste local.