Juin 1 2010

La Seconde Guerre Mondiale et la Ligne Maginot.

Publié par baudouin dans 2nde guerre mondiale, Articles, Ligne Maginot, Voyage Strasbourg      

La Seconde Guerre Mondiale

Au début du XXème Siècle, la Première Guerre Mondiale, cette « Der des Der », qui avait réussi à traumatiser le monde entier par sa violence sans pareil, s’acheva le 11 novembre 1918.

La paix revenue, dans une Europe brisée en profondeur, bousculée par de violentes crises économiques et sociales, un homme, Adolf Hitler, débute une irrésistible ascension qui aboutit en septembre 1939, après de nombreux coups d’éclats, à l’invasion puis au partage de la Pologne par la « Grande Allemagne » et son nouvel allié, l’Union soviétique.

Ainsi débute la Seconde Guerre Mondiale, vingt ans après la « Der des Der », et ce, malgré des traités et des accords qui semblaient avoir résolu la majorité des difficultés et des points de frictions.

La Ligne Maginot, Fort du Hackenberg

A son achèvement en 1935, le fort du Hackenberg était considéré comme indestructible. Cela s’est effectivement vérifié en juin 1940 quand un déluge de feu de 3 000 bombes et obus s’abattit sur le site. Verrouillant énergiquement l’Alsace du nord, le fort du Hackenberg est celui de la Ligne Maginot qui a le plus combattu durant la Seconde Guerre Mondiale. Malgré les tirs de mortiers et le pilonnage de l’aviation allemande, l’ouvrage tiendra bon et permettre aux soldats de tenir jusqu’à l’armistice. L’équipage ne se rendit que le 1er juillet 1940, uniquement sur ordre du haut commandement français.

La visite de galeries, longues de plus de 3 kilomètres à 30 mètres sous terre, permet de mieux comprendre le fonctionnement du fort. Les équipements sont typiques de la Ligne Maginot avec des cuisines, une usine éléctrique, une infirmerie, les casernements… Les blocs de combat, les tourelles et le poste de commandement sont distants de 1 kilomètre des entrées. Au total le fort pouvait accueillir jusqu’à 650 hommes.


Mai 25 2010

Monsieur Maginot et Son projet

Publié par Guillaume dans 2nde guerre mondiale, Articles, Ligne Maginot      

André Maginot est né le 17 février 1877                                     Andre_maginot 1

André Maginot est élu député en 1910. puis il fut nommé plusieurs fois secrétaire d’Etat et ministre, il fut egalement officier durant La Grande Guerre

En tant que ministre de la Guerre de 1922 à 1924 et de 1929 à 1932, il active la réalisation du programme de fortifications. Le 28 décembre 1929,il propose donc aux députés son projet de défense, le 14 janvier 1930 ils  accordent sur cinq ans 2 900 millions de francs pour la défense terrestre des frontières. Par des additifs, le total des crédits s’élève à 3 442 millions à la fin de 1930 avec cette répartition en coûts de travaux : 55 % pour la Lorraine, 26 % pour l’Alsace, 10 % pour les Alpes.

Le système défensif est terminé en 1936, et est baptisé par la suite  » la  ligne Maginot  » ,cette installation aura donc couté plus de 5 milliards de francs alors que selon  les specialistes cette ligne de defence fut inutile aux Francais elle  servit même aux  Allemands durant l’occupation.

Majinot 1

Il meurt en 1932 de la typhoide.


Mai 18 2010

La ligne Maginot

Publié par mulleranais dans 2nde guerre mondiale, Articles, Ligne Maginot      

Les premières L et L/ES ont visité le 2 avril 2010 l’ouvrage du Hackenberg. Ce dernier est le plus grand de tous les ouvrages que possede  la ligne Maginot comportant 19 blocs, un équipage de 1034 hommes dont 36 officiers (au 2 septembre 1939), 18 pièces d’artilleries, plus de trois millions de cartouches d’infanterie, trois locotracteurs circulant sur 2 329 mètres de voies électrifiées et encore beaucoup d’autres fonctions toutes les plus modernes pour l’époque.Cet ouvrage se situe dans la région de Metz près de la Chapelle du Hackenberg (altitude 343 mètres)et traverse la forêt des Quatre Seigneurs (qui coupe la frontière Franco-allemande de l’époque). Nous sommes sortis à l’extérieur pour aller voir le mur du bloc 8 ravagé par les tirs de 155 automoteurs des Etats-Unis lors de la reprise du fort aux Allemands en 1944. Le béton du mur complètement ravagé on peut donc voir la force que cela a dû être à l’époque.

 

 

 

Puis nous sommés allés en direction de la caserne et du bloc EH où étaient les cuisines, les chambres, un musée où sont entreposées des armes, médailles, tenue des militaires de plusieurs pays ainsi que le cabinet du médecin et le bloc opératoire. C’était très impressionnant car que ce soit les gazinières dans les cuisines ou la salle pour le dentiste tout était à la pointe de la technologie de l’époque. Il y avait même l’eau courante alors que les civiles allez encore au puits. Un système d’égout unique et surtout sa cellule haute tension et l’usine avec ses quatre impressionnant groupes électrogènes à six cylindres de 350 chevaux, de 350 KW chacun. Puis nous avons pris un train en direction des blocs 8 et 9 pour y monter les 135 marches et voir le fonctionnement d’un casemate d’artillerie aujourd’hui désarmé à 3 canons de 75 mm.  Nous avons tout d’abord visité le Magasin M1 où est rangé toutes les munitions et où nous avons vu des missiles et obus garder pour les visites. Dans ce tunnel il y avait des sortes de chambres sur les côtés où étaient entreposées assez d’armes pour tenir un siège en cas d’attaques surprises! On pouvait y stocker 34 500 projectiles d‘artillerie et plus de 2 millions de cartouches d‘infanteries).

 

 

Pour conclure, voir l’incroyable travail des hommes, la longueur et la résistance de la ligne mais également de quoi est capable l’humain pour sa défense et sa survie est plutôt troublant et force le respect et l’admiration.


Avr 26 2010

La ligne Maginot.

Publié par valentinpaul dans 2nde guerre mondiale, Articles, Ligne Maginot      

Lorsque j’ai appris que nous allions, au cours de notre voyage scolaire, visiter la ligne Maginot, je m’imaginais voir une fortification gigantesque.
Une fois arrivé, un guide nous a nous a mené dans un dédale de galeries, nous montrant différents compartiments; Certains servaient a entreposer des armes et munitions, d’autres accueillaient les hommes de troupes…
Cela était impressionnant de voir un ouvrage si complexe mais pourtant si bien organisée, ainsi qu’une modernité des installations surprenante pour l’époque: l’électricité, l’eau courante, des cuisines futuristes..
Je m’attendais certes, a quelque chose d’impressionnant, mais pas à ce point.

Notre guide a mentionné les combats aillant eu lieu dans la fortification, cela nous a d’avantage fait penser à la vie des hommes de troupes; Ces hommes menant le combat dans ces galeries, ne sachant pas sur qui ils allaient tombé à chaque tournant…
Notre imagination nous plongeait dans la bataille.

C’est alors que nous avons pris le train, encore une fois cela nous a surpris mais aussi amusé de voir qu’un « petit train » pouvant circuler dans la ligne Maginot. Nous prenions de plus en plus conscience de l’ampleur colossal de cet ouvrage, qui selon notre guide, avait coûté un prix comportant un nombre considérable de zéro. Nous n’avons pas eu de mal a le croire.

Une fois de plus, la pensée des combats s’empara de mon esprit; des hommes par milliers se battant chaque jour, sous les feux de l’ennemi, mais que dire de la puissance de feux des tourelles du fort.. Ces hommes qui tentaient d’oublier cette horreur lors du retour dans la fortification ( lorsqu’ils en revenaient); en effet, une rotation des hommes était effectuée, de sorte que chaque homme ne reste pas trop longtemps au front.

Nous avons ensuite visité des postes de tirs, vue de l’intérieur de la fortification mais également de l’extérieur. Puis nous avons repris le train, ce qui symbolisait la fin de notre visite; je sortis donc du fort, très content d’avoir eu la chance de visiter un tel endroit, qui restera gravé dans ma mémoire.