Jean Marie Bonneau

23 07 2011

Jean Marie BONNEAU  (1797-1880)

 « Aujourd’hui, Bonneau est oublié de tous, tant des grammairiens que des habitants de son pays natal. Il est vrai que les auteurs de livres scolaires passent rarement à la postérité, malgré la noblesse de leur travail. Ils forment les générations futures, mais celles-ci les ignorent. »

Marc Pautet, Les Inconnus célèbres du canton de Quarré-les-Tombes, 2009, p. 67

A notre modeste niveau, nous essayerons de faire mentir Marc Pautet en nous appuyant sur les recherches et la présentation qu’il a faites du personnage.

Venue de la Nièvre, la famille BONNEAU s’implante à Quarré-les-Tombes vers1780. Jean Marie Bonneau est né le 30 vendémiaire VI (21 octobre 1797) à Quarré-les-Tombes. Il est le septième enfant de Lazare Bonneau, fendeur de bois, originaire de Sémelay dans la Nièvre qui s’est installé vers 1777 à Quarré. Lazare Bonneau est encore fendeur de bois lorsqu’il épouse, en 1787, Françoise Lucan, la fille du maréchal-ferrant de Villiers-les-Potots. La famille ensuite s’est installée au bourg où Lazare Bonneau tient un cabaret qui fait office d’auberge.

Eduqué d’abord à Quarré, par l’abbé Hollier, Jean Marie Bonneau quitte Quarré pour Paris après le décès de sa mère en 1814. Répétiteur d’enfants de familles notables, il continue à étudier en écrivant quelques monographies. L’une d’elle s’attire cette remarque du grammairien Charles-Pierre Chapsal « Voilà un opuscule que je connais déjà, c’est une petit livre d’un petit mérite ». Cette remarque vexante sera à l’origine de la vocation de Jean Marie Bonneau qui viendra concurrencer Chapsal sur son terrain en écrivant à son tour sa propre grammaire. Un procès en diffamation, raconté avec truculence par Marc Pautet sera gagné par Jean Marie Bonneau.

 Après la parution, en 1835, d’une nouvelle édition du dictionnaire de l’Académie, Bonneau entreprend d’écrite une grammaire conforme à cette édition, ouvrage qui sera autorisé pour l’usage des collèges le 11 décembre 1838. L’ouvrage et ses diverses déclinaisons connaîtra, tant en France qu’au Québec, un franc succès qui fera la fortune de son auteur.

[Source : Marc Pautet, Les Inconnus célèbres du canton de Quarré-les-Tombes, Mémoires vivantes du canton de Quarré-les-Tombes, 2009]

 Bibliographie :

Les Asse, les isse, les usse et les insse, ou la Concordance des temps du subjonctif, Bonneau, Paris : Millerand-Bouty, 1832

La Grammaire selon l’Académie, Bonneau et Lucan, revue par M. Michaud, membre de l’Académie française, éd. Delalain, Paris, 1838.

Analyse grammaticale raisonnée, ou sont développées toutes les règles de la grammaire. Ouvrage entièrement refondu et mis en rapport avec la grammaire selon l’académie, Bonneau, Paris, Chez l’auteur, 1847

Récréations grammaticales ou 190 barbarismes, fautes de français ou règles fausses contenus dans la grammaire de M. Chapsal, chez l’auteur, Paris

Corrigé des exercices français, ouvrage en rapport avec la grammaire selon l’Académie, Bonneau et Lucan, revu par Michaud, 188 pages, chez les auteurs, rue de la Michodière, Paris, 1850.

Abrégé de la grammaire selon l’Académie, Bonneau,1850

Exercices français : calqués sur le principes de la grammaire selon l’Académie, Bonneau, Lucan, Michaud, Paris, 1879

Exercices français en rapport avec la « Grammaire selon l’Académie », Bonneau, J.-F. Michaud, Rennes, 1862

Exercices français calqués sur les principes de la Grammaire selon l’Académie, Bonneau, Lucan, revus par Michaud, 1877

La grammaire selon l’Académie, Bonneau, Lucan, Michaud, 1845.

                            

 


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire