des choses fragiles

22 08 2015

Des Choses fragiles

 Notes de chevet      Mon engagement au « Musée du livre scolaire d’Auxerre », doit beaucoup au souci de tenter de protéger ces objets fragiles que sont les manuels scolaires. Usuels, mais fragiles. Quand ils ne sont pas dépecés par un usage trop fréquent, on les oublie dans un coin de grenier. Lorsque, par hasard, on les retrouve, ils suscitent au mieux un instant de nostalgie avant d’être rejetés avec un petit haussement d’épaule : « A quoi bon ? »

 A l’époque de Sei Shônagon, les manuels scolaires tels que nous les connaissons n’existaient pas encore. Il ne faut donc pas en chercher la trace dans ses « Notes de chevet ». Dans quelle liste Sei Shônagon aurait-elle rangé les manuels scolaires ?

Sans doute pas dans la liste « Choses qui font naître un doux souvenir du passé », car, si nombre des visiteurs du « Musée du livre scolaire d’Auxerre » retrouvent avec nostalgie le livre qui les a accompagné dans l’apprentissage de la lecture, ils ne recherchent pas ceux sur lesquels ils ont peiné et qui ne leur ont laissé aucun doux souvenir.

 Choses qui font naître un doux souvenir du passé

Les roses trémières desséchées.
Les objets qui servirent à la fête des poupées.
Un petit morceau d’étoffe violette ou couleur de vigne, qui vous rappelle la confection d’un costume, et que l’on découvre dans un livre où il était resté, pressé.
Un jour de pluie, où l’on s’ennuie, on retrouve les lettres d’un homme jadis aimé.
Un éventail chauve-souris de l’an passé.
(Un éventail chauve-souris : éventail d’été, souvent sorti pour les fêtes)

Notes de chevet, Sei Shōnagon (trad. André Beaujard),
éd. Gallimard / Unesco, 2015, (ISBN 9782070705337), p. 60

      Plus adéquate me semble être la liste « Choses qui ne servent à rien mais rappellent le passé ». J’y ajouterais donc deux items. Tout d’abord, pour l’enseignant, pastichant un item existant :
« Un homme qui fut autrefois auprès de ses élèves le héros élégant de nombreuses découvertes intellectuelles, maintenant vieux et décrépit. »
Puis, pour les livres d’école :
« Un manuel scolaire aux bords usés dont connaît par cœur tous les préceptes. »

Choses qui ne servent à rien mais rappellent le passé

Une natte à fleurs, vieille, et dont les bords usés partent en lambeaux.
Un paravent dont le papier, orné d’une peinture chinoise est abîmé.
Un pin desséché, auquel s’accroche la glycine.
Une jupe d’apparat blanche, dont les dessins imprimés, bleu foncé, ont changé la couleur.
Un peintre dont la vue s’obscurcit.
Le rideau usé d’un écran.
Un store à tête dont le bord supérieur n’est plus recouvert.
De faux cheveux, longs de sept pieds, qui rougissent.
Un tissu couleur de vigne, teint à la cendre, dont la couleur s’altère.
Un homme qui fut autrefois le héros élégant de nombreuses aventures amoureuses, maintenant vieux et décrépit.
Dans le jardin d’une jolie maison, un incendie a brûlé les arbres. L’étang avait d’abord gardé son aspect primitif, mais il est maintenant envahi par les lentilles d’eau, les herbes aquatiques.

Notes de chevet, Sei Shōnagon (trad. André Beaujard),
éd. Gallimard / Unesco, 2015, (ISBN 9782070705337), p. 210-211

 Une permanence est assurée, chaque mardi de 14 à 16 heures, pendant les périodes scolaires au Musée du livre scolaire d’Auxerre (entrée libre).

 


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire