LE TOUR DE GAULE D’ASTÉRIX

Ci-dessous, la séquence de nos activités après la lecture de l’album de Uderzo et de Goscinny, Le tour de Gaule d’Astérix : une véritable mine ; histoire, culture française et gastronomie, références littéraires (Marius de Marcel Pagnol), géographie, jeu de mots, … et ce n’est pas fini !

le fichier PDF à télécharger : SEQUENCE_IV_LE_TOUR_DE_GAULE_D__ASTERIX_GROUPE_I.pdf
BON VOYAGE …

BINÔME IMAGINATIF

Categories: Textes
Comments: No Comments
Published on: 7 mars 2012

… selon Gianni Rodari dans Grammaire de l’imagination :

Prendre au hasard deux noms communs dans le dictionnaire et écrire une courte histoire à partir de ces deux mots.

 

 

DIRECTION – COURANT

Avant, je ne savais pas ce que voulait dire « une direction » alors j’ai demandé à quelqu’un qui était en train de courir et il m’a dit :

–          Ma direction, c’est le stade. C’est que j’ai un match de foot et je suis en retard.

Mais il ne m’a pas dit ce que voulait dire « une direction ». Alors après, j’ai pris le taxi et le chauffeur m’a demandé :

–          Quelle est votre direction, M. Karim ?

Et là, j’ai commencé à comprendre ce que voulait dire « une direction ». Ensuite, je suis rentré chez moi pour raconter à mon père ce que voulait dire « direction ». Mais pour parler à mon père ; il me faut l’ordinateur et il n’y avait pas de courant pour alimenter l’ordinateur. Alors j’ai réparé le fil et j’ai raconté ma journée à mon père.

 

Karim

CAMEMBERT – BRANCHEMENT

Avant, on me parlait de « camembert » mais je ne savais pas ce que c’était. Une fois, le professeur m’a demandé de chercher des mots ; et moi, j’ai trouvé le mot camembert. Maintenant, je sais ce que c’est.

C’est un fromage de vache de forme ronde. Alors j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai acheté un camembert pour connaître son goût, pour savoir si c’était sucré, amer, acide… et j’ai regardé, à la télé, ils parlaient de camembert et disaient :

–          Avant de vous parler de ma recette, je voulais vous annoncer…

 

Branchement : ma mère me disait « branchement » mais je ne faisais pas l’effort de comprendre ce que cela voulait dire. L’autre jour, à la télévision, ils disaient que pour bénéficier du service de la Freebox téléphone, il fallait brancher son combiner à la … Maintenant, je sais ce que veut dire « branchement ».

 

Jenny

PLACARD – HABIT

Un jour, ma mère m’a offert un cadeau pour Noël. Je l’ai ouvert. Dans la boîte, il y avait une belle robe rouge. J’avais tellement peur de l’abimer que je l’ai rangée au fond du placard.

Quelques mois plus tard, ma famille était invitée à un mariage.

–          Quel habit vais-je mettre ?

Soudain, j’ai pensé à ma robe rouge cachée dans le placard. J’ai mis cet habit et on est parti. Tout le monde m’a félicitée pour ma jolie robe.

 

Mary-Fénina

CHAUFFEUR – CD

Il était une fois un chauffeur qui conduisait un taxi et il dit :

–          Il n’y a personne, je m’ennuie. Qu’est-ce qui pourrait me réveiller ?

Soudain, il a une idée en tête.

–          Ah ! Le CD que ma mère m’avait offert pour mon anniversaire.

Il ouvre la boîte et met le CD dans le poste. Mais quand il commence à écouter cela ne lui plaît pas. Il retire le CD pour le jeter mais le CD se met à parler et dit :

–          Ne me jette pas !

Le chauffeur ne comprend rien. Il regarde à gauche et ne voit personne, il regarde à droite et ne voit personne. Il prend peur et le CD se remet à parler :

–          Ohé ! C’est moi qui parle…

Le chauffeur regarde l’objet, de saisissement le jette par terre et dit en bégayant :

–          C’est toi qui parle ?

–          Oui, c’est moi qui parle. Si tu me protèges pendant une année, je te ferai riche. Mais à une condition, c’est que tu me glisses dans ton lecteur.

–          Je ne peux pas faire cela, mes clients n’accepteront jamais de mettre les pieds dans mon taxi avec les chansons que tu chantes. Tes chansons ne sont pas à la mode, elles datent des années 60. ce que les jeunes aiment aujourd’hui, c’est le Hip-Hop et le Rap.

–          Tu ne veux pas faire fortune ? Tu as dix enfants, deux femmes et trois enfants adoptés et tu n’es pas riche. Qu’en dis-tu ?

Le chauffeur réfléchit et dit :

–          Oui, d’accord. Même si tout le monde se moque de moi !

Et pendant un an, il mit le CD dans sa voiture. Tout le monde détestait cette musique et plus personne ne voulait monter dans son taxi. Le chauffeur ne gagnait plus d’argent et se retrouva vite dans la rue avec ses enfants. Le CD lui dit :

–          Écoute, je t’ai promis quelque chose. Tu as respecté ton engagement pendant toute cette année. Mets-moi dans ton lecture et passe le dernier morceau.

L’homme fit ce qu’il lui demandait et tout le monde fut étonné. La musique était tellement douce qu’il fut élu Président de la Musique et très heureux avec sa famille qui ne manqua plus jamais d’argent.

 

Karim

 

FORGERON – FORMATION

Une fois, alors que je m’amusais à prendre un peu l’air dans la rue, j’ai entendu des bruits. Je ne savais pas ce que c’était, je me disais que c’étaient peut-être des architectes. En faisant quelques pas, j’ai vu du feu qui s’allumait dans une petite case et je me suis rendu(e) compte qu’il y avait quelqu’un dedans. Parce que la case ne pouvait pas s’allumer toute seule. Je me suis approché(e) pour voir si ce n’était pas grave.

En arrivant, j’ai trouvé un homme qui était assis, il avait un grand marteau et des fers près de lui. Je l’ai salué et lui ai demandé ce qu’il était en train de faire. Il m’a répondu qu’il était forgeron et qu’il fabriquait des bijoux, des bagues, des colliers en les formant de bonne façon.

Alors je me suis dit : « Le forgeron met de l’argent dans le feu mais ne le gâte pas ».

 

 

Mamadou

 

 

 

 

 

PETIT CONTE ( il n’entre pas dans la consigne mais est bien joli tout de même)

Il était une fois Mahomet et Karim qui voyageaient ensemble. En route, Karim dit à son compagnon :

–          Camarade, je serais content de savoir comment vous vous appelez. Moi, je m’appelle Karim.

–          Moi, je me nomme Étranger.

Arrivés au village, ils étaient fatigués d’une longue route. Le soir, un serviteur leur apporta une écuelle de riz cuit à point. Le serviteur posa l’écuelle sur le sol en disant :

–          Le chef du village envoie le riz aux étrangers.

Karim veut se servir mais Mahomet proteste :

–          Le riz n’est pas pour vous, camarade. Il est pour l’Étranger, donc pour moi. Le chef vous a sûrement oublié.

Karim resta donc le ventre vide. Au milieu de la nuit, ayant très faim, il se leva, mit les habits de son compagnon et alla dans le champ voisin. Il se gava de patates, de pommes de terre, d’oranges et de pommes. Le matin, les habitants du village virent leur champ abimé. Furieux, ils allèrent à la case des deux voyageurs en criant d’un ton menaçant. Mahomet se réveilla brusquement :

–          Qu’y a-t-il mon ami ?

–          Ma foi, je ne sais pas, répondit Karim qui s’éveillait à son tour. Ces gens ne sont pas contents et c’est de vous qu’il s’agit ; ils ne parlent que de l’Étranger.

Le chef du village fit venir les deux compagnons. Voyant que les vêtements de Mahomet étaient couverts de terre, il crut que c’était lui le coupable.

–          Dis-nous, Karim, combien de coups de bâton ton ami mérite-t-il ?

–          Pas beaucoup, répondit Karim. Cent seulement.

Mahomet leur demande de faire boire un vomitif à son camarade et à lui. Mahomet boit le premier, il ne rend que du riz. Puis c’est le tour de Karim. À peine ce dernier a-t-il avalé le vomitif que le sol est couvert de débris de patates, de pommes de terre, d’oranges et de pommes.

–          Dis-nous, Étranger, combien de coups de bâton ton ami mérite-t-il ?

–          Pas beaucoup, répondit Mahomet, deux seulement.

 

Abdoul Aziz

ESPACE – COMBINÉ

Un jour, ma mère est partie dans l’espace dans une fusée. Mais la fusée n’avait plus d’essence et la fusée est restée dans l’espace. Elle m’a téléphoné, j’ai pris le combiné et elle m’a dit :

–          L’essence ; c’est fini !

Je vais au bureau de son patron et lui dit que la fusée n’a plus d’essence. Il me dit de monter avec lui dans une autre fusée porter de l’essence à ma mère. Lorsqu’on est arrivé, ma mère était toute gonflée, sa tête ressemblait à un ballon de football. On l’a transportée à l’hôpital mais elle était morte en d’arrivant.

 

Filipe

HUPPE – CAMÉLÉON

Le roi huppe et le caméléon

Dans le ciel, il y avait de gros oiseaux. Un jour, leur chef qui avait de grosses plumes, arriva dans le nid des oiseaux. Tous les oiseaux tremblaient en silence. Les oiseaux le regardèrent mystérieusement. Il avait tellement de plumes sur la tête qu’on le surnomma « L’oiseau Huppe ». il était le plus fort de tous les oiseaux de la terre. Après des jours, le Roi Huppe devint le roi des oiseaux. Il était si sûr de lui qu’il engagea plus de cent servantes au château. Par une journée très chaude, le Roi Huppe et sa femme décidèrent de faire une promenade à côté de leur arbre. Une des oiseau-servante vit un caméléon et le roi lui dit de le laisser grandir en paix.

Quelques jours plus tard, le caméléon devint une feuille merveilleuse de couleur rose et très parfumée. Son parfum parfumait tout le paysage. La reine décida alors de l’installer dans sa chambre pour ne plus dépenser d’argent en parfum.

 

Désirelle

MOUSTIQUAIRE – CURE

Moustiquaire dit à la cure :

–          Je suis une moustiquaire pour protéger les personnes qui ont besoin de moi. Je les protège de telle manière qu’ils n’attrapent pas toutes sortes de maladies. Les maladies comme le paludisme. Vous ne trouvez pas qu’être moustiquaire c’est bien car nous, les moustiquaires, nous sommes gentilles ? Mais le malheur est que les gens qui nous protègent ne nous remercient pas pour tout ce que l’on fait pour eux, pour leur santé, pour leur vie.

La cure dit à la moustiquaire :

–          Eh bien toi, c’est ça ! Et moi, c’est aussi pour leur santé. On a le même travail mais mon travail est mieux que le tien.

 

Fatimata

MAISON – MALADIE

Une fois, je suis parti dans une maison. Il y avait une dame qui était malade. Elle était avec sa famille en Afrique. Son mari était en France. C’était au Sénégal. Là-bas, il y a beaucoup de monde qui est malade. Et moi, j’étais riche.

Je partais dans tous les villages aider les malades. En plus, le président tue les personnes car ils ne veulent pas qu’il reste président au Sénégal. Il y avait deux candidats mais lui il veut mettre son fils comme président.

 

Mamadou

GRENIER – POÈME

Il était une fois un enfant simple comme tous les enfants. Il s’appelait Ramez et rêvait de trouver un grand poème du monde et aussi de grandir. Il restait toute la journée au grenier en haut de la maison. Il est resté dix ans. Lorsqu’il a eu trente ans, il a trouvé un poème que tous connaissaient. Sa maison n’avait pas changé et il est toujours resté en haut, dans le grenier, pour écrire ses poèmes.

 

Derar

PORTEUR – MULOT

Un jour, il y avait un porteur qui racontait une histoire de mulot.

–          Il était une fois un mulot. Il habitait dans une petite maison. Quand il pleuvait, il ne sortait pas de chez lui parce qu’il avait peur de la pluie.

Le porteur avait trouvé le mulot dans sa petite maison, il avait très froid. Il l’a emmené vivre avec lui dans une autre maison et était très content.

 

Carmen

CLOWN – COQ

Un jour, un clown qui n’était plus connu parce qu’il ne faisait plus rire, rencontra un coq un peu particulier puisqu’il savait parler. Le clown prit le coq et l’emmena chez lui. Il décida d’organiser un spectacle de cirque. Le soir, le coq commença à parler et tout le monde se mit à rire. Le coq faisait des blagues au clown. Après cela, le clown devint le clown le plus heureux du monde.

 

Mohamed

ÉNIGME – RECETTE

Un jour, par un beau soleil, moi qui ne suis qu’une petite Italienne qui vient de naître d’à peine cinq ans, je dois résoudre l’énigme laissée par mon grand-père parti il y a trois mois au Portugal. L’énigme, c’est de trouver la recette des grands-parents de mon grand-père. Au bout de trois mois, je trouve la recette et trois jours après, la petite Italienne est trouvée morte à côté du garage de ses grands-parents.

 

Conceiçao

LA NUIT ET LE JOUR

Le matin, tôt, je me suis réveillé. J’ai entendu deux personnes se disputer pour savoir s’il fait jour ou s’il fait nuit.

Ils rencontrent quelqu’un et lui demandent s’il fait nuit ou s’il fait jour.

–          Je suis désolé, répond l’homme, moi, je suis étranger. Je suis arrivé hier.

Ils rencontrent une autre personne qui est sourde. Ils lui posent la même question. Le monsieur pense qu’on lui demande ce qu’est la nuit et ce qu’est le jour. Il répond :

–          La nuit, c’est quand tu ne vois plus et le jour, c’est quand tu travailles.

Les deux hommes continuent à se disputer. Une femme arrive et leur demande :

–          Pourquoi vous disputez-vous ?

–          Il fait nuit, dit l’un.

–          N’importe quoi, dit l’autre. Il fait jour.

–          La nuit c’est quand le temps s’écoule entre le coucher et le lever du soleil, explique la femme. Tandis que le jour, le soleil vient de se réveiller. Le jour, c’est le temps pendant lequel le soleil éclaire l’horizon.

–          Cela veut donc dire que nous sommes en plein jour, conclut le dernier homme.

 

Abdoul Aziz

BUTEUR – ALLUMETTE

C’est un butteur qui s’appelle Sébastiao. Quand il tire c’est comme s’il allume une allumette.

Un garçon bizarre vient et veut faire le malin, il se casse la figure. Son frère vient mais a peur parce qu’il fait des bêtises. Il demande ce qu’a fait mais garçon et il répond que ce n’est pas lui. Il n’a rien fait mais son frère est très intelligent et sort. Il avait laissé une caméra sur le mur. Le garçon prend l’allumette allumée et brûle la maison.

–          Qui a fait ça ?

Le garçon ment encore. Il dit :

–          C’est un voleur.

Son frère prend l’ordinateur et regarde la vidéo. Il se met en colère et attrape l’enfant et lui met des coups de pied et des coups de poing. Il lui demande encore qui a fait ça. Le garçon répond qu’il a joué avec des allumettes.

 

Sébastiao

ORGANISATEUR – FUGUE

J’étais à l’arrêt de bus ; j’attendais le bus. Il y avait une femme, juste à côté de moi, elle parlait à quelqu’un au téléphone. Elle ne parlait pas toujours en français mais il y avait des choses que je comprenais.

J’ai entendu parler d’une fugue. Elle était un peu apeurée.

Quelques jours plus tard, j’entends parler à la télévision d’un prisonnier qui s’était évadé. Les policiers le cherchaient partout et concluaient qu’il ne pouvait pas s’enfuir seul.

À partir de ce jour, je n’ai plus vu la femme à l’arrêt de bus. J’ai trouvé cela très bizarre et je suis allée parler à un policier. Je lui ai dit tout ce que je savais.

Encore quelques jours plus tard, on annonçait à la télé que le fugitif avait été arrêté ainsi que son complice. Il était l’organisateur de son évasion et la femme de l’arrêt de bus était sa complice et épouse.

 

Inès


Compteur


288222 visiteurs

mars 2012
L M M J V S D
« Jan   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Welcome , today is mercredi, 22 novembre 2017