Rentrée 2009, J-3

31 08 2009

J-3…

Comment ça va aujourd’hui?

Ça va…ça va comme un lundi!

http://www.dailymotion.com/video/xpexq

Et vous…

Comment ça va chez vous??




Rentrée 2009, J-4

30 08 2009

DIMANCHE

Charlotte
fait de la compote

Bertrand

suce des harengs

Cunégonde
se teint en blonde

Epaminondas
cire ses godasses

Thérèse
souffle sur la braise

Léon
peint des potirons

Brigitte
s’agite, s’agite

Adhémar
dit qu’il en a marre

La pendule
fabrique des virgules

Et moi dans tout cha ?
Et moi dans tout cha ?

Moi, ze ne bouze pas
Sur ma langue z’ai un chat

René de OBADIA




Rentrée 2009, J-5

29 08 2009

Afficher l'image en taille réelle

En image, ce matin, un petit rappel du texte de LOI de 2005

Les 7 piliers du SOCLE COMMUN

En cliquant sur chacune des feuilles ci-dessous,  une fenêtre s’ouvrira et vous proposera différents types de ressources en ligne glanées ici ou là sur la toile: activités, textes de réflexion,  outils pédagogiques, des clins d’œil humoristiques.

Le numérique, c’est magique!

1 http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/nature/feuille1.gifMaîtrise de la langue française

2 http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/feuilles/erable.gifPratique d’une langue étrangère

3 http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/feuilles/erablejaponais.gifPrincipaux éléments de mathématiques et maîtrise d’une culture scientifique

4http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/feuilles/chene.gif Culture humaniste

5 http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/fleurs/myosotis.gif Maîtrise des TUIC

6http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/nature/feuille2.gif Compétences sociales et civiques

7 http://johan.lemarchand.free.fr/cliparts/feuilles/grandefeuille.gifAutonomie et acquisition de l’esprit d’initiative


Fertiliser

Semer

Planter

Entretenir


http://ep.inrp.fr/EP/actualites/image/socle-commun.jpg/image

ep.inrp.fr/…/image/socle-commun.jpg/image





Rentrée 2009, J-6

28 08 2009

Extraits du Bulletin Officiel du 19 juin 2008

Les grandes orientations du Cycle III

Le Cycle III est considéré comme le cycle des « approfondissements ». Il concerne les classes de CE2, CM1, CM2.

ATTENTION qui dit cycle, pense mouvement spiral. Rien n’est donc figé. Tout est question d’adaptation et d’équilibre, d’observation et de déclinaison. Les références ci-dessous sont donc à lire et interpréter avec toute la sagesse et la délicatesse pédagogique nécessaire…

L’enseignement ne doit ni se résumer au gavage, ni se limiter au  saupoudrage.

Bon courage!


Français: 8h par semaine

  • Faire accéder tous les élèves à la maîtrise de la langue française, à une expression précise et claire à l’oral comme à l’écrit, relève d’abord de l’enseignement du français mais aussi de toutes les disciplines: les sciences, l’histoire, la géographie, l’éducation physique et les arts.
  • La lecture et l’écriture sont systématiquement liées: elles font l’objet d’exercices quotidiens, non seulement en en français mais aussi dans le cadre de tous les enseignements. L’étude des textes, en particulier des textes littéraires vise à développer les capacités de compréhension et à soutenir l’apprentissage de la rédaction autonome.
  • La lecture continue à faire l’objet d’un apprentissage systématique: automatisation de la reconnaissance des mots, lecture aisée des mots réguliers et rares, augmentation de la rapidité et de l’efficacité de la lecture silencieuse.
  • La rédaction de textes fait l’objet d’un apprentissage régulier et progressif: elle est une priorité du cycle des approfondissements.
  • L’extension et la structuration du vocabulaire des élèves font l’objet de séances et d’activités spécifiques, notamment à partir de supports textuels intentionnellement choisis. Tous les domaines d’enseignement contribuent au développement et à la précision du vocabulaire des élèves. l’emploi du vocabulaire fait l’objet de l’attention de maître dans toutes les activités scolaires.
  • L’enseignement de la grammaire a pour finalité de favoriser la compréhension des textes lus et entendus, d’améliorer l’expression en vue d’en garantir la justesse, la correction syntaxique et orthographique. Il porte presque exclusivement sur la phrase simple, la phrase complexe n’étant abordée qu’en CM2.
  • Une attention permanente est portée à l’orthographe. La pratique régulière de la copie, de la dictée sous toutes ses formes et de la rédaction ainsi que des exercices diversifiés assurent la fixation des connaissances acquises.

Mathématiques: 5h par semaine

  • La pratique des mathématiques développe le goût de la recherche et du raisonnement, l’imagination et les capacités d’abstraction, la rigueur et la précision.
  • Du CE2 au CM2, dans les quatre domaines du programme, l’élève enrichit ses connaissances, acquiert de nouveaux outils, et continue d’apprendre à résoudre des problèmes. Il renforce ses compétences en calcul mental. Il acquiert de nouveaux automatismes.
  • L’acquisition des mécanismes en mathématiques est toujours associée à une intelligence de leur signification. La maîtrise des principaux éléments mathématiques aide à agir dans la vie quotidienne et prépare la poursuite d’études au collège.
  • La résolution de problèmes liés à la vie courante permet d’approfondir la connaissance des nombres étudiés, de renforcer la maîtrise du sens et de la pratique des opérations, de développer la rigueur et le goût du raisonnement.
  • L’objectif principal de l’enseignement de la géométrie du CE2 au CM2 est de permettre aux élèves de passer progressivement d’une reconnaissance perceptive des objets à une étude fondée sur le recours aux instruments de tracé et de mesure.
  • Les capacités d’organisation et de gestion des données se développent par la résolution de problèmes de la vie courante ou tirés d’autres enseignements. Il s’agit d’apprendre progressivement à trier des données, à les classer, à lire ou à produire des tableaux, des graphiques et à les analyser.
  • La proportionnalité est abordée à partir des situations faisant intervenir les notions de pourcentage, d’échelle, de conversion, d’agrandissement ou de réduction de figures. Pour cela, plusieurs procédures (en particulier celle dite de la “règle de trois”) sont utilisées.

Pour plus de détails sur des points précis, et pour tout ce qui concerne l’éducation physique et sportive, les langues vivantes, les sciences expérimentales et la technologie, la culture humaniste, l’histoire et la géographie, la pratique artistique et l’histoire des arts, les techniques usuelles de l’information et de la communication, l’ instruction civique et moral,  vous pouvez vous rendre sur le site

d’EduSCOL

A DEMAIN…

Et Bon appétit!




Rentrée 2009, J-7

27 08 2009

INVENTAIRE

à la Prévert

Jacques Prévert

Dans mon cartable il y a…

des souvenirs

deux  coquillages trois cartes postales une gomme

vingt-deux barres de cacao un ami

le boulanger

une vieille règle un caillou

un coucher de soleil

une trousse

un chouchou

un pou

une montagne sous son toit de nuages

un cahier neuf à grands carreaux


un ami


un stylo qui écrit de toutes les couleurs

le papillon qu’on appelle tortue

deux châteaux en Espagne

un portrait de tante Lucie

un genou étoilé trois sparadraps un anti-moustique

un livre d’histoire une américaine

un caméléon

une dizaine de billes

une enveloppe timbrée

un ordinateur

deux pots de peinture

trois allumettes un chiffon bleu une équerre

trois ou quatre oreillers


un ami


un matelas pneumatique deux tranches de saucisson

trois brins de lavande deux paires de ciseaux cinq cordes à sauter

un accordéon

une chanson de Mickael

un CD de Jackson

deux prières un p’tit chat

une montre un tube de colle

une jupe plissée

un tablier un cerf-volant

un jus de framboise une pochette à dessins une fourmi de dix-huit mètres

un chapeau de paille trois notes de musique

un soldat de plomb un rétroviseur

un jeu de sept familles

un compas bien taillé

une maison de poupée un ticket de métro

trois protège-cahier

un raton laveur

deux Prévert

trois baisers


un ami


un effaceur

deux cartouches d’encre

trois quarts d’heure

milles et une promesses

sept ans au Tibet

1 2 3 4 jeudis 12 mois de l’année

quarante-cinq millièmes de fractions de seconde

deux sabliers six ou sept joujoux

trois hiboux

vingt mille milliards de mille sabords

trente-deux centimes d’euros

deux mille graines d’eucalyptus

cinq calculatrices

quarante voleurs

une minute de bonheur

et naturellement


mon ami


d’après l’Inventaire de Jacques Prévert





La météo du moral…

26 08 2009

« Demain maman, il fera soleilleux! »

espace soleil espace soleil 8 gif

Et bien c’est une bonne nouvelle ça ma fille!




Rentrée 2009, J-8

26 08 2009

Gif ecole crayon 104101

Pour réussir un nouveau départ, rien ne vaut quelques bonnes résolutions…

Étape du jour: révision, conjugaison, action!

Gif ecole punaise 105471– ranger, nettoyer, trier, organiser, garder, jeter, : verbes d’action appartenant au 1er groupe en « -ER »

Gif ecole punaise 105471– définir, choisir, s’investir, réfléchir, grandir, mûrir: verbes du 2ème groupe…finissant par « -issant » au participe présent

Gif ecole punaise 105471– vouloir, prévoir, promouvoir, recevoir, concevoir, pouvoir: verbes du 3ème groupe en « -OIR »

Gif ecole punaise 105471–  croire, produire, lire, s’instruire, écrire, rire : verbes du 3ème groupe en « -RE »

Gif ecole punaise 105471– découvrir, accueillir, ouvrir, appartenir, soutenir, offrir: verbes du 3ème groupe en « -IR »

Gif ecole punaise 105471– attendre, apprendre, comprendre, entreprendre, entendre, répondre: verbes du 3ème groupe en « -DRE »

Gif ecole punaise 105471 Sans oublier ÊTRE et DEVENIR, 2 verbes d’état fondamentaux!

Et vous?…vos résolutions




Rentrée 2009, J-9

25 08 2009

Ah, les vacances…Les journées qui n’en finissent pas, les longues soirées partagées toutes générations confondues dans la tiédeur du soir, les bains de minuit et les réveils à midi, les repas qui ne savent plus très bien s’ils s’appellent déjeuner,  goûter ou dîner et que l’on savoure autour d’une grande tablée, les emplois du temps improvisés, les promenades improbables au petit jour, les rythmes décalés qui nous entraînent au bout du monde et de la nuit! Oui, c’est un peu cela les vacances! Et comme c’est bon de se laisser vivre, d’arrêter montres et horloges et de se laisser porter au gré d’un éternel présent!

Plus de limite à l’espace et au temps…Maman, regarde les étoiles qui s’éteignent là haut…raconte-moi le ciel…c’est quoi une étoile?

etoiles rose

Une étoile mon chéri? laisse-moi réfléchir un peu…une étoile, c’est cet instant magique que l’on partage ensemble, ici, toi et moi, côte à côte…Une étoile, c’est une musique d’eau, un souffle dans le ciel, un bruissement d’aile…Une étoile, c’est Dieu qui parle aux hommes, c’est la signature d’un peintre un peu fou qui cherchait ses couleurs dans la nuit…

Dis, maman, on est bien là, hein? J’aimerais que cette étoile ne s’éteigne jamais!

Chhut, écoute…elle chante…

etoiles rose

Oui, c’est cela les vacances, c’est cette proximité retrouvée avec soi et les autres, avec le ciel et la terre. Tellement nécessaire, tellement essentiel! Faire le plein de ce temps retrouvé, c’est faire le plein vital d’une énergie inépuisable…

Oui, mais voilà…Tic-Tac, Tic-Tac, j’entends au loin le gardien du temps qui revient et qui s’approche à pas feutrés. Tic-Tac, Tic-Tac…Septembre apparait sur la ligne d’horizon, avec son grand cadran chronométré…

Tic-Tac…Il est 10 h, il est 9, il est…bientôt l’heure…

L’heure de se remettre à l’heure, à l’heure du monde et de sa réalité. Doucement, sans se presser, le temps organisé se réinstalle dans nos vies. C’est ainsi, les vacances sont bientôt finies…Il nous reste quelques jours pour nous remettre au temps du jour mais quoi qu’il arrive, nous garderons au fond de nous la saveur inestimable de ce temps partagé.

A DEMAIN!

gif animé reveils011.gif




Rentrée 2009 J-10

24 08 2009

A 10 jours de la rentrée des classes, le calendrier égraine ses heures et notre beau château de sable, à chaque coucher du soleil, semble fondre un peu davantage. Le temps des coquillages, peu à peu, laisse la place à Septembre qui nous rappelle cruellement à notre réalité…

C’est pourquoi ce matin, en guise de douce transition, je vous propose main dans la main, une tranquille promenade vers les rivages du grand retour…Dès à présent et jour après jour, ensemble, imaginons un petit itinéraire tout en rondeur qui tranquillement nous conduira sur le chemin des écoliers…Rien ne sert de courir, il suffit de partir à point…Vous vous souvenez?

J-10 donc: étape numéro 1

Savoir dire « au revoir »

Partir c’est mourir un peu disait Alphonse Allais…

Mais partir, ce peut être aussi pour mieux revenir!

Se dire au revoir, c’est un peu chanter qu’on se reverra bientôt, ici, là-bas, ailleurs, quelque part…

Version nostalgie…

Image de prévisualisation YouTube

En plus kitch…

Image de prévisualisation YouTube

Façon Baden Powel…

Image de prévisualisation YouTube

En Love song…

Image de prévisualisation YouTube

A la manière de cartes postales…

Image de prévisualisation YouTube

A demain!




Une rentrée sous « haute surveillance »

20 08 2009

Une rentrée sans école…Saison 1

Nouvelle réforme ?

Dispositif avant-gardiste ?

Expérimentation pour une éducation du futur ?

ou

Scénario catastrophe du tout prochain Reality Show télévisuel ?

Chers élèves, Charlemagne est mort ! Oui, vous le saviez déjà, c’est vrai. Mais là, je veux dire qu’il est définitivement mort, assassiné, rayé des livres d’école. Notre ancêtre à la barbe fleurie avait selon la légende inventé l’école ? Aujourd’hui, l’école ne veut plus de lui, ni de personne d’ailleurs. L’école est fermée. Ses portes seront bientôt closes, par décret, officiellement. Légalement. Il en va de la santé d’une nation, d’un continent, voire de la planète toute entière.  La pandémie nous guette.  Il nous faut réagir. Le compte à rebours est-il lancé ?

Oh…chers enfants, camouflés derrière la panique des hommes, je devine déjà vos sourires espiègles s’épanouir à mesure que l’automne approche. Je sens d’ici le battement surexcité de vos petits cœurs croître alors même que le temps semble échapper aux grands de ce monde. L’automne arrive… Oui, j’entends vos soupirs de soulagement et vos chants  de victoire se mêler à ceux de notre désespoir.  L’automne est là ! Et derrière lui, dit-on, son cortège de toux, de fièvre et de miasmes morbides.

Alors, ça y est…ce rêve honteux dont  chacun de nous, au creux d’un lit encore ensommeillé, s’est fait un jour l’écho silencieux, ce désir inavouable  inscrit au plus profond de nos peurs de cancre et de nos colères de gosse, cette vaine espérance d’un réveil sans cartable, d’une matinée sans note, d’une  semaine sans  tricherie, d’une saison buissonnière, d’une année sans école, ce jour là, ce rêve là, est-il  donc arrivé ? Papa ! Maman ! Il n’y a plus d’école, plus de contrôle, plus de bulletin, plus d’orientation ! Maman ! Papa, vous pouvez  dormir tranquilles, demain sera le plus beau jour de ma vie, enfin je veux dire…de ma vie d’élève ! Une ère nouvelle s’annonce.

Yvan Illich, réveille-toi, ton heure de gloire est là. Tu l’avais souhaité, théorisé, argumenté, écrit… Le tome 2 de ta société sans école est en passe de voir le jour.  Du concept au réel, ses premières lignes s’écrivent à cette heure précise où sur mon clavier court cette rumeur folle d’une rentrée sans école.  Son titre ? De l’école obligatoire à l’interdiction d’école….Rêve ou cauchemar ?

En 1971, tu posais déjà les termes d’un nouveau contrat. Souviens-toi, pour une éducation plus juste, tu appelais de tes vœux un monde déscolarisé où chaque homme sur cette terre serait à la fois enseignant et enseigné, acteur et transmetteur et cela tout au long de sa vie d’homme. Quel était ce projet novateur  que tu nous proposais? Un crédit d’éducation illimité! Sans condition ni promesse intenables. Vivre c’est apprendre. Tu ne voulais d’aucun plan d’ensemble, d’aucune obligation scolaire, démontrant l’implacable logique d’un système qui cessait d’instruire et d’éduquer dès lors qu’il se soumettait aux règles de quelques-uns. Révélant sans concession la face obscure d’un cadre scolaire qui tuait ses propres finalités éducatives, tu nous avais mis en garde contre l’institution elle-même. Une institution qui exterminerait en son sein les valeurs qu’elle promulguait à l’extérieur.  Tu disais alors : « Il nous faut donc trouver d’autres moyens d’apprendre et d’instruire, et que toutes les institutions soient appelées à participer à cet effort en faisant réapparaître leurs qualités éducatives […] Imaginons que les hommes cessent de s’abriter derrière leurs diplômes et qu’ils aient le courage d’élever la voix et d’apporter leurs propres réponses et, par là, de s’assurer le contrôle des institutions auxquelles ils participent. Pour en arriver là, nous devons apprendre à nous rendre compte de la valeur sociale du travail et du loisir par les échanges éducatifs qu’ils permettent. Une participation véritable à « la vie politique », que ce soit dans la rue, sur le lieu de travail, dans une bibliothèque, dans un hôpital, demeure le seul étalon de comparaison qui nous permette de mesurer la valeur des différentes institutions sur le plan de l’éducation.»

Formidable utopie ?

Aujourd’hui, à la veille de cette rentrée 2009, sommes-nous prêts à relever ton incroyable défi ?  Sommes-nous prêts à mettre en place cette impensable utopie? Une éducation sans école est-ce possible ? Un enseignement sans programme, est-ce possible ? Apprendre ailleurs qu’à l’école, est-ce possible ? Pour tous et partout dans le monde ? Pour tous et selon ce libre-arbitre dont tu te faisais à la fois, le juge et l’avocat ? Tu écrivais encore : « l’échange des compétences et les rencontres de partenaires égaux se fondent sur la volonté de donner un sens véritable à l’expression : « l’éducation pour tous ». Il ne faut pas qu’elle soit le prétexte à un enrôlement dans une institution monopolistique, mais qu’elle suscite cette mobilisation générale de la société, de la population  tout entière, qui seule peut conduire à une culture populaire authentique. »

Sommes-nous donc à l’aube de cette mobilisation générale ? Mobilisation forcée, obligatoire, décrétée certes mais mobilisation générale tout de même. Qu’allons-nous en faire ? Qu’allons-nous en tirer ? Un palier de non retour a-t-il été franchi ? Vous, nous, ils… Parents, enseignants, sommes-nous prêts ?

Un dispositif de prévention sanitaire sans précédent remet définitivement en cause le système éducatif existant. Bien sûr il ne s’agit « que » d’une simulation liée au principe de précaution, d’un ultime recours au cas où, d’une mesure d’extrême urgence… Mieux vaut prévenir que guérir…ou mourir ! Cependant, penser l’école hors de l’école, c’est déjà penser au démantèlement de celle-ci  telle qu’elle existe aujourd’hui. Rien ne sera plus après comme il en a été avant. Ainsi, là où tous les pouvoirs se sont heurtés, où toutes les réformes ont avoué leur impuissance, où tous les discours politiques ont avorté, la grippe A, elle, aura vaincu. Le virus H1N1 aura eu  raison du dernier mammouth !

Fermons les écoles ou bien nous périrons tous emportés par la fièvre porcine.

Mais alors, qui s’occupera de nos enfants ? Que deviendront les enseignants ? Comment les parents répartiront-ils leurs temps professionnel ? Quid du bon fonctionnement de nos entreprises désertées ? Lesquels d’entre nous seront chargés de répondre de la bonne éducation de chacun, et de  la juste instruction de tous?

Si la question d’une mise en quarantaine se pose pour l’école, la question de la responsabilité éducative se « re »pose à chacun de nous, à chaque citoyen, salarié ou patron, à plein-temps ou non, à chaque père, mère, voisin, oncle, à chaque homme et femme. Si l’on en a fini de l’institution scolaire, qui prendra le relais ? Pourra-t-on décemment tourner le dos à cette nouvelle redistribution des tâches ? Pourrons-nous sans honte ni vergogne répondre à cet appel par ces mots trop souvent entendus…pas moi, ni moi, ni toi…débrouillez-vous, organisez-vous, mais…sans moi!  Ou bien, parviendrons-nous enfin à poser les premières pierres d’une nouvelle alliance éducative ?

Faut-il craindre le pire et se méfier de « la mise en place d’un système individualisé, empirique et non régulé » comme le prédit Alain BOUVIER, ancien recteur et membre du Haut Conseil de l’Education? Sans doute si nous n’y prenons garde. Sans doute si nous n’en profitons pas pour remettre à plat nos priorités et nos valeurs. Sans doute si nous ne nous saisissons pas de cette opportunité pour repenser nos repères, nos habitudes, et le partage de nos compétences. Sans doute si nous ne faisons plus confiance en nos propres capacités personnelles à transmettre hors d’un contexte scolaire. Sans doute si nous persistons à croire qu’il n’y a de possibilité d’apprendre qu’au travers d’un programme unique et de salut qu’à l’école…

Remplacer l’école obligatoire par la télévision obligatoire transformerait  l’éducation et l’instruction en un curieux produit de consommation. Du programme scolaire au programme télévisuel, il n’y a qu’un pas ! Des acteurs  en guise de profs, il fallait y penser ! Des élèves déscolarisés transformés en téléspectateurs à temps plein, il  fallait oser ! Il est vrai, en temps de crise, on fait face à l’urgence. Sauvons le programme avant tout ! Pour le reste, on verra bien…

Le compte à rebours a-t-il commencé ? Albert Jacquard dans son dernier ouvrage nous avertit… « Non, le pire n’est pas certain mais nous devons nous hâter. »

Hâtons-nous donc de réinventer l’espace éducatif, de re-solidariser les partenaires éducatifs pour ainsi réinjecter  de l’éducation dans chacune des cellules sociales et culturelles qui fonde notre cadre de vie.

Le savoir n’a-t-il de valeur que décliné dans la seule enceinte scolaire?

Il n’y a pas d’école aujourd’hui ? Viens je t’emmène avec moi à l’atelier, tu y découvriras des outils et des gestes séculaires. Il n’y aura pas d’école demain non plus ? Ton père te fera visiter les coulisses de son théâtre. L’école est fermée une semaine ? Une amie du voisin te propose de l’aider à vendanger. L’école ne rouvrira pas tout de suite ? Organisons un nouveau tissu éducatif, retrouvons au quotidien de nouveaux modes de transmission et d’apprentissage. Artisans, chercheurs, ouvriers, banquiers, ministres, et si le temps d’une pandémie nous ouvrions les portes du monde à nos enfants ? Nous avons tous à apprendre quelque chose les uns des autres, nous avons tous quelque chose à enseigner à notre prochain, qu’il soit notre élève, notre enfant ou celui de la voisine !

On n’apprend pas qu’à l’école.

Vivre c’est apprendre.

Profitons de cet automne pour vivre ensemble autrement.

Réapproprions-nous nos capacités intrinsèques d’apprendre et de faire apprendre.

Serions-nous à l’aube d’un vaste processus de déscolarisation de la société ?

Osons le pari d’une mutation à nulle autre pareille. Mais de grâce, ne laissons pas nos enfants s’endormir devant la télé !