Blog en vacances?

28 10 2009

Moins d’articles ces derniers temps…Une rentrée sur les chapeaux de roue,  des formations qui se succèdent,  des projets qui se concrétisent ici et se dessinent là-bas expliquent sans doute une certaine mise en veille du blog. Mais la maîtresse, ni ne s’est endormie sur ses copies, ni n’est victime d’un mauvais virus de passage! Elle est à Lyon et poursuit son « itinéraire personnalisé de trans-formation » initié il y a maintenant quelques mois. Objectif: faire le point, regarder d’où l’on vient, comprendre où l’on va et qui sait manœuvrer vers de nouveaux horizons.

Voilà donc qui explique ce faux air de « vacances » qui règne sur le blog depuis quelques temps…mais voilà également qui devrait permettre au visiteur qui le souhaite de prendre le temps de se promener tranquillement de lien en lien et de surfer librement de rubrique en rubrique sans oublier de rebondir sur les sujets qui les interrogent…Les archives restent consultables et les commentaires ouverts!

A très vite!





Eclats de mousse

19 10 2009

Maman c’était trop bien la piscine aujourd’hui, j’ai éclamoussé la maîtresse!

Et la maîtresse, elle était aussi contente que toi?

http://www.gifgratis.net/immagini/animated/bolle/3.gif




Des mots, des phrases, du sens

18 10 2009

borborygme

tohu-bohu

cacophonie

tintouin

brouhaha

tintinnabuler

charivari

tintamarre

Drôles de mots me direz-vous! C’est que les enfants raffolent des drôles de mots! Des mots qui grattent la langue ou chatouillent l’oreille; des syllabes qui grincent, chantent ou hoquettent; des sons qui dérapent ou s’entrechoquent; des  mots pleins les oreilles et plein la tête…

Consigne: voici une liste de mots. A vous d’écrire une phrase où vous en utiliserez au moins 5 . Peu importe le sens véritable du mot, le but étant de jouer à créer du sens à la manière du langage des schtroumpfs.

http://www.gifsmaniac.com/gifs-animes/ecole/crayon/ecole-crayon-15.gif

Exemple: Monsieur Tohu-Bohu a retrouvé sa cacophonie au fond d’un tintamarre qui tintinnabulait sur le charivari de son borborygme.

A vous!

http://www.maxi-gif.com/gif-anime/ecole/ecole-crayon-00014.gif




Au fil du WEB

14 10 2009

Naissance d’un nouveau blog

Le thème de la semaine…

Histoire de l’Art avec RENOIR

La citation du jour…

« Un jour l’un de nous manquait de noir, se servit du bleu: l’impressionnisme était né. »

Je vous invite à découvrir ce nouvel espace de publication hebdomadaire sur mon autre blog, juste en cliquant sur l’image ci-dessous.







L’ami imaginaire

11 10 2009

Consigne: faites le portrait de votre ami secret…Pour cela, inspirez vous en silence de trois de vos camarades. Piochez l’intensité du regard chez l’un, la courbe du nez chez le second, l’épaisseur de la chevelure chez le troisième…arrangez le tout à votre convenance…laissez agir les formes et les couleurs, et vous obtiendrez un portrait original et unique!

Observation, inspiration, imagination!

rentree-septembre-octobre-2009-0341 rentree-septembre-octobre-2009-055 rentree-septembre-octobre-2009-048rentree-septembre-octobre-2009-047 rentree-septembre-octobre-2009-040 rentree-septembre-octobre-2009-043rentree-septembre-octobre-2009-017 rentree-septembre-octobre-2009-0241 rentree-septembre-octobre-2009-044

Mon ami…il sera grand, elle sera blonde, il portera des lunettes, elle aura la peau brune, il sera costaud, elle plutôt timide, il aimera rire, elle préférera sourire…mais finalement, peu importe, puisque ce sera mon ami!

Image de prévisualisation YouTube




Clic-clac!

9 10 2009

Tous les ans…ce jour là se répète. Un jour de classe particulier où chacun se fait beau.

Un jour qui compte dans la vie de la petite communauté scolaire.

Vous l’aurez devinez…

Un petit clic pour une grande promesse…

A la vie à la mort…clic-clac, la photo est dans la boîte!

Le groupe est scellé.

Ensemble, pour une année!

Allez…en rang d’oignon, du plus petit au plus grand!

rentree-septembre-octobre-2009-032

par ici…

rentree-septembre-octobre-2009-0201

Clic-clac!

rentree-septembre-octobre-2009-053

Et voilà le travail!

rentree-septembre-octobre-2009-022

Mais…l’une d’entre nous manquait à l’appel ce jour là…

Alors, pour lui dire que nous ne l’avions pas oubliée, nous avons décidé de lui écrire une lettre.

Hospitalisée depuis plusieurs semaines, elle fait tout de même partie notre joyeuse bande et nous voulions le lui dire.

Voilà nos fragments d’écriture…

rentree-septembre-octobre-2009-056rentree-septembre-octobre-2009-005« On n’écrit qu’à l’absent, à l’absent qu’il faut rendre mentalement présent pour décider de ce qu’on va lui dire » rentree-septembre-octobre-2009-030rentree-septembre-octobre-2009-057rentree-septembre-octobre-2009-059

rentree-septembre-octobre-2009-060 « Écrire, c’est agrandir le cercle, se relier à des êtres qu’on ne voit pas et avec qui pourtant, on a besoin ou envie d’entrer en relation. »rentree-septembre-octobre-2009-062« L’apprentissage de l’écrit, c’est d’abord celui de la correspondance » Philippe MEIRIEUrentree-septembre-octobre-2009-061rentree-septembre-octobre-2009-063rentree-septembre-octobre-2009-064

Chère Safa,

Nous pensons beaucoup à toi. Nous espérons que tu seras vite guérie car tu nous manques! A l’école, nous avons fabriqué une grenouille en papier. Regarde dans ton colis surprise…

Vas-tu mieux?

Quand sortiras-tu de l’hôpital?

Comment passes-tu tes journées?

As-tu quelqu’un qui t’aide pour ton travail?

T’es-tu fait des amis avec qui jouer?

As-tu une voisine de chambre?

Nous attendons ton retour. Reposes-toi bien; on veut te retrouver en pleine forme!

1000 gros bisous, à bientôt!!!

Rentre vite…

TES AMIS DE SAINT LOUIS!





Faites l’appel, pas l’école!

4 10 2009

Une mesure qui fait polémique…

Voici un extrait de l’article de L’Expansion daté du 02 0ctobre 2009

« Peut-on payer les élèves pour les empêcher de sécher les cours? »

L’Académie de Créteil expérimentera à partir de lundi prochain un système de rémunération pour mettre un terme à l’école buissonnière. La polémique fait rage.

Comment ça marche ?

Selon l’assiduité des élèves en effet, la tirelire gonflera de 1200 euros tous les deux mois. Une somme à laquelle viendra se rajouter les 800 euros d’une  « note de vie de classe » satisfaisante. Si les élèves réalisent un parcours sans fautes, la mise pourra atteindre 10 000 euros à la fin de l’année. Dans tous les cas, les classes repartiront de toutes façons avec la cagnotte de départ, soit 2000 euros.

Ou ira l’argent ?

L’argent ne sera en aucun cas redistribué individuellement. C’est une expérimentation « à la fois collective et responsabilisante », rappelle Jean-Michel Blanquer, le recteur de l’Académie de Créteil, interrogé par Le Parisien. Ainsi, la somme récoltée aidera les écoles à financer des projets de groupe onéreux comme des voyages de classes, des cours de code de la route, des créations d’associations ou d’entreprises, des actions sociales, des achats de matériels…

Pourquoi cette expérimentation fait polémique ?

Lire le reste de l’article sur le site de L’Expansion.com

Ma petite contribution version bleu primaire

Plusieurs choses me gênent dans cette mesure :

1/ Elle est plaquée du haut vers le bas. Ainsi présentée, elle retire aux élèves toute prise en charge authentique du projet. Tout au plus les jeunes vont-ils participer séduits bien naturellement par le résultat financier plutôt que motivés par un besoin exprimé. Les règles du jeu, il faut l’avouer, sont alléchantes:

Ne faites rien vous gardez la mise de départ. Ne séchez plus, vous gagnerez davantage…

Drôle de discours dans la bouche d’enseignants et curieuse conception de leur rôle d’éducateurs. Cela étant dit, nous n’auront plus à nous soucier de la valeur des activités proposées et de notre capacité à susciter l’intérêt de nos élèves…Ne confond-on pas ici stimulation et motivation ? On stimule les ânes, on motive les hommes. L’éducation engage la personne; le dressage formate l’individu.

Et l’école quelle voie choisit-elle ?

2/ Elle est pernicieuse. Avec la bénédiction de Mère Bonne Conscience et sous le déguisement de l’engagement éducatif et collectif, on se livre en réalité à une course-achat dont les vainqueurs seront récompensés par des crédits éducatifs. L’objectif étant de gagner des cagnottes pédagogiques estimées en  milliers d’euros, on place les classes en situation de compétition les unes vis-à-vis des autres. Le schéma du « que le meilleur gagne » l’emporte à nouveau sur l’idée que ce meilleur pourrait aider son voisin…Mais on garde la tête haute puis que c’est pour l’éducation ! Et tant pis pour le voisin, la voisine en l’occurrence puisqu’il s’agit de classe, si elle ne part pas en semaine-découverte puisqu’elle n’a pas gagné ce droit! La faute à qui? A celui qui ne s’est pas plié aux règles. Attention, lynchage en perspective…

Au fait, depuis quand l’éducation se mérite-t-elle ?

3/ Elle est perverse. Transformer le nombre d’heures de présence scolaire en kilos d’euros éducatifs me semble une idée totalement contradictoire avec l’idée même d’éducation à la responsabilité. On fait naître dans l’inconscient du jeune que la présence se substitue au travail et que ce soit disant travail mérite récompense. Dans la même logique, il pourra professionnellement tenir le livre de compte de ses heures de présence et ce quelle que soit l’authenticité de la tâche effectuée ou non et réclamer ainsi le salaire qui lui est dû en dehors de toute réalité actée et significative.

4/ Elle va à l’encontre du rôle d’humanisation qu’il me semble que l’école doit jouer. Plutôt que d’éveiller nos jeunes à une certaine solidarité cachée, à l’acte gratuit, à l’engagement désintéressé, on s’occupe à développer chez eux l’appât du gain publiquement glorifié. Si la famille et l’école ne trouvent pas en leur sein les ressorts et les moteurs qui permettent de développer cette culture de la responsabilité, du service donné, de l’acte gratuit, qui le fera ? L’entreprise ? Le système ? Bof…

Pour aider les jeunes à se construire et à donner un sens à leur existence, l’école doit-elle leur apporter des réponses économiques ou doit-elle développer chez eux la quête de ressources disons…plus humaines?

Le problème, et il est de taille, c’est que l’école est obligatoire, que la majorité des élèves s’y ennuie et que rien ne leur assure une sortie compensatoire…

Le questionnement reste donc ouvert!

Comment transformer cette obligation institutionnelle en obligation personnelle?

Comment passer du temps de présence aux situations d’apprentissages?

Comment les aider à donner du sens à leur histoire et de la valeur à ce sens?


Alors, on fait l’appel ou on fait l’école?




Premier bilan

3 10 2009

http://www.gifsmaniac.com/gifs-animes/ecole/agendas/ecole-agendas-2.gif Un mois s’est écoulé depuis la rentrée. Peu de billets sur le blog car beaucoup à faire hors écran! La mise en route d’un groupe est toujours une affaire délicate. Apprendre à se connaître, à se comprendre, à se faire confiance est une étape qui demande du temps, des ajustements, des renoncements. Nouveaux élèves, nouvelles maîtresses, nouvelles exigences, nouveaux camarades, nouveau cadre, nouvelles règles…Pas si facile à gérer ou à accepter!

Chaque jour qui passe est un jour qui compte pour l’élaboration des projets et des progressions à venir. Patience et ténacité doivent s’accorder avec rigueur et flexibilité. Là encore la chose n’est pas simple. Ce qui « marchait » l’année passée n’est plus forcément d’actualité; il faut réinventer des modes de fonctionnement adaptés, des outils adéquats, des programmations appropriées…

Un mois a donc passé. Un long mois. Un mois que je qualifierais pour ma part de période d’observation et d’adaptation. Comment s’y prendre? Par où commencer? Quelles priorités? Quels objectifs? Un groupe n’est jamais semblable à un autre, puisque chaque enfant qui arrive est une personne unique et donc différente. Bien sûr il y a un programme commun, un âge commun, des grandes lignes directrices qui se retrouvent chaque année pour peu qu’on garde le même niveau de classe. Mais pour le reste, pour tout le reste, rien n’est pareil! Et dans ce tout j’y inclus l’enseignant lui-même.

Les pratiques et  les certitudes se trouvent fort dépourvues lorsque septembre arrive…

Mais je crois que nous y sommes. Je dis « nous » car sans l’accordement du maître et de ses élèves ainsi que celui des élèves entre eux, on a beau être en classe ensemble, on n’est pas pour autant ensemble. C’est sur cet « ensemble » que nous avons longuement travaillé depuis un mois. Passer du côte à côte à l’idée de groupe. Et voilà, aujourd’hui, je crois que nous y sommes presque…oui, je peux enfin écrire…C’est parti!

  • Un atelier « Histoire et Théâtre » est en place.
  • Notre Biblio-blog des CM1 de l’an passé est en phase de métamorphose…Nouvel habillage prévu mardi prochain pour son successeur baptisé unanimement  « Culturo-blog des CM1/CM2 »
  • Les groupes de travail de l’après-midi sont formés
  • Le suivi personnalisé est en cours…






http 2 points double slash

1 10 2009

http://

une adresse web

un lieu virtuel

pour un rendez-vous bien réel

le début d’une histoire

l’histoire d’un blog

notre histoire

http://lewebpedagogique.com/files/blog3.jpg

http://

un clavier

un écho numérique

et te voici


visiteur invisible

D’où viens-tu?

Sur quelle onde surfes-tu?

Comment t’es-tu échoué ici?

Quelle vague t’a déposé?

Par quel détour, pour quel voyage?

C’est un mystère. C’est ton secret.

Pourquoi j’écris? Pourquoi tu lis?

On se dit « tu »…

Pour tes visites, pour tes passages…

Je t’offre ces 220 000




Rayons d’Octobre I

1 10 2009

http://www.pch.gc.ca/images/lffl.gif

Octobre glorieux sourit à la nature.
On dirait que l’été ranime les buissons.
Un vent frais, que l’odeur des bois fanés sature,
Sur l’herbe et sur les eaux fait courir ses frissons.

Le nuage a semé les horizons moroses,
De ses flocons d’argent. Sur la marge des prés,
Les derniers fruits d’automne, aux reflets verts et roses,
Reluisent à travers les rameaux diaprés.


Forêt verte qui passe aux tons chauds de l’orange ;
Ruisseaux où tremble un ciel pareil au ciel vernal ;
Monts aux gradins baignés d’une lumière étrange.
Quel tableau ! quel brillant paysage automnal !


À mi-côte, là-bas, la ferme ensoleillée,
Avec son toit pointu festonné de houblons,
Paraît toute rieuse et comme émerveillée
De ses éteules roux et de ses chaumes blonds.

Aux rayons dont sa vue oblique est éblouie,
L’aïeul sur le perron familier vient s’asseoir :
D’un regain de chaleur sa chair est réjouie,
Dans l’hiver du vieillard, il fait moins froid, moins noir.

Calme et doux, soupirant vers un lointain automne,
Il boit la vie avec l’air des champs et des bois,
Et cet étincelant renouveau qui l’étonne
Lui souffle au coeur l’amour des tendres autrefois.

De ses pieds délicats pressant l’escarpolette,
Un jeune enfant s’enivre au bercement rythmé,
Semblable en gentillesse à la fleur violette
Que l’arbuste balance au tiède vent de mai.

Près d’un vieux pont de bois écroulé sur la berge,
Une troupe enfantine au rire pur et clair,
Guette, sur les galets qu’un flot dormant submerge,
La sarcelle stridente et preste qui fend l’air.

Vers les puits dont la mousse a verdi la margelle,
Les lavandières vont avec les moissonneurs ;
Sous ce firmament pâle éclate de plus belle
Le charme printanier des couples ricaneurs.


Et tandis que bruit leur babillage tendre,
On les voit déroulant la chaîne de métal
Des treuils mouillés, descendre et monter et descendre
La seille d’où ruisselle une onde de cristal.

canada_mw.gif (7546 bytes) Nérée BEAUCHEMIN (1850-1931)

http://pagesperso-orange.fr/alain.perron/canada.gif

Recueil : Les Floraisons matutinales