Enquête philosophique sur le bonheur

14 03 2011

Carême pédagogique 2011

Jour 6

Pensée 6

Le bonheur est -il un état d’esprit, une qualité, une vertu, un don?

Est-il une simple vue de l’esprit que l‘homme aurait inventée pour supporter l’inexorable fin de son existence?

Peut-on le chercher, et si par bonheur, on le trouve, est-il possible de le garder comme on protège un bien précieux?

Est-il d’ailleurs un bien? Peut-on veiller sur lui et le préserver tel l’homme, depuis qu’il l’a découvert, a su entretenir le feu?

Le bonheur tient-il davantage de l’avoir, de l’être, de l’agir?

Le bonheur peut-il continuer de se vivre sitôt qu’il disparaît par le seul fait que la mémoire le rend encore tangible?

Est-il évaluable? quantifiable?

S’il est une vertu, comment s’acquiert-elle?

S’il est un don, certains sont-ils plus dotés et doués que d’autres?

S’il est un bien, comment le partager?

S’il n’est que pure illusion, par quoi le remplacer?

Et puis d’ailleurs, le bonheur est-il obligatoire? Est-il une condition inconditionnelle de la réussite d’une vie d’homme?

Ne sont-ce pas là des questions fondamentales à évoquer en classe avec nos élèves, à l’heure où les vrais faux marchands de faux vrai bonheur ont partout envahi nos espaces de vie?

A débattre et à

Partager

Tags : , , , ,

Actions

Informations

Une réponse à “Enquête philosophique sur le bonheur”

14 03 2011
christian Montelle (19:36:27) :

Le bonheur, oui, bien sûr. Le bonheur de la beauté, tout d’abord : « a thing of beauty is a joy for ever », me disait toujours ma mère. Comme cette citation de John Keats est vraie.
Persuader les enfants que l’harmonie, l’amour, l’altruisme, la solidarité, l’empathie le bien peuvent exister s’ils le veulent ! Et leur transmettre, comme le faisaient mes maîtres la sagesse d’Epicure : le bonheur est dans la mesure.

Mais aussi, et surtout, ne pas les accabler de tous les malheurs du monde. C’est dingue ce qu’ils se farcissent comme horreurs ces petits chéris !!! Comme si les milliers de morts violentes qu’ils ingurgitent à la télé (cf TV Lobotomie !), les tableaux apocalyptiques des spécialistes du désastre qui officient sur les médias (ya de la thune à se faire !) ne suffisaient pas à les dégoûter de ce monde et à tuer tout espoir en eux ! Une journée sur le sida, une journée sur le racisme, une journée sur la pédophilie… Et chaque année, ça recommence. Ce sont des gosses, bordel ! Pour les « responsabiliser  » ! Comme s’ils pouvaient être tenus pour responsables de ce monde ignoble que NOUS leur proposons !
Bon ! Pourquoi me mettre en colère ?

Le meilleur que nous puissions leur offrir, ce sont des lueurs d’espoir, des moments de bonheur partagés dans cette petite cellule sociale qu’est une classe. Un conte, un poème, un émerveillement, de temps en temps. Juste pour respirer, pour échapper à la lutte implacable.
De l’espoir, oui, de l’espoir…

« Espérer, c’est être heureux. » (Alain)

Laisser un commentaire