Question de rythmes

30 08 2011

Chi va piano, va sano

Et pourtant, à quelques jours de la rentrée…

Plannings, emplois du temps, rythmes scolaires…

Gestion des agendas, des activités, des rendez-vous…

La rentrée, qu’elle soit scolaire, professionnelle, ou « simplement » familiale, est toujours un moment délicat…

Et si nous commencions par un petit sketch de remise à niveau?

Bonne rentrée à tous 🙂

Image de prévisualisation YouTube

Excusez-moi, je suis un peu essoufflé !
Je viens de traverser une ville où tout le monde courait.
Je ne peux pas vous dire laquelle…
Je l’ai traversée en courant !
Lorsque j’y suis entré, je marchais normalement,
Mais quand j’ai vu que tout le monde courait…
je me suis mis à courir comme tout le monde sans raison !

À un moment, je courais au coude à coude avec un monsieur.
Je lui dis :
— Dites-moi… Pourquoi tous ces gens-là courent-ils comme des fous ?
— Parce qu’ils le sont ! Vous êtes dans une ville de fous ici… Vous n’êtes pas au courant ?
— Si, Si, des bruits ont couru !
— Ils courent toujours !
— Qu’est-ce qui fait courir tous ces fous ?
— Tout ! Tout ! Il y en a qui courent au plus pressé. D’autres qui courent après les honneurs… Celui-ci court pour la gloire… Celui-là court à sa perte !
— Mais pourquoi courent-ils si vite ?
— Pour gagner du temps ! Comme le temps, c’est de l’argent, plus ils courent vite, plus ils en gagnent !
— Mais où courent-ils ?
— À la banque ! Le temps de déposer l’argent qu’ils ont gagné sur un compte courant… et ils repartent toujours courant, en gagner d’autre !
— Et le reste du temps ?
— Ils courent faire leurs courses… au marché !
— Pourquoi font-ils leurs courses en courant.
— Je vous l’ai dit… parce qu’ils sont fous !
— Ils pourraient tout aussi bien faire leur marché en marchant… tout en restant fous !
— On voit bien que vous ne les connaissez pas ! D’abord le fou n’aime pas la marche…
— Pourquoi ?
— Parce qu’il la rate !
— Pourtant, j’en vois un qui marche !
— Oui, c’est un contestataire ! Il en avait assez de courir comme un fou. Alors il a organisé une marche de protestation !
— Il n’a pas l’air d’être suivi ?
— Si, mais comme tous ceux qui le suivent courent, il est dépassé !
— Et vous, peut-on savoir ce que vous faîtes dans cette ville ?
— Oui ! Moi j’expédie les affaires courantes. Parce que même ici, les affaires ne marchent pas !
— Et où courez-vous là ?
— Je cours à la banque !
— Ah !… Pour y déposer votre argent ?
— Non ! Pour le retirer ! Moi je ne suis pas fou !
— Mais si vous n’êtes pas fou, pourquoi restez-vous dans une ville où tout le monde l’est ?
— Parce que j’y gagne un argent fou !… C’est moi le banquier !…

Raymond DEVOS

D’autres articles sur le web et sur le même thème:

Partager sur Facebook

Tags : , , ,

Actions

Informations

11 réponses à “Question de rythmes”

4 09 2011
David (18:34:00) :

En cette veille de rentrée je suis bien embêté, figurez-vous !
Un jeune profdézéKol me pose la question suivante :
« Combien y a-t-il de graphies possibles pour les sons [ o ] (ouverts et fermés ) ? »
J’ai séché au bout de 6, aussi me tourné-je vers ma pédagogue reconnue universellement, préférée, pour répondre à cette épineuse question.
Il (le profdézéKol) attend la réponse et compte sur moi…

5 09 2011
Ostiane (09:17:44) :

Bonjour David, voilà pour vous et votre ami un inventaire (non exhaustif?) des différentes transcriptions du son [o]

http://www.cetteadressecomportecinquantesignes.com/Best06.htm

Et surtout que votre ami ne se décourage pas en ce jour de rentrée! Plus de 90 graphies différentes, vous imaginez!

5 09 2011
David (14:01:22) :

Je vous faisais marcher… je n’en avait dénombré qu’une petite cinquantaine…
Instructif, merci !

5 09 2011
David (14:02:46) :

« avais »

5 09 2011
David (17:18:48) :

J’en ai un autre, non répertorié … ( auch ) pour la bonne ville de Allauch, près de Marseille. Chic !

7 09 2011
christian Montelle (12:03:42) :

Bonne année scolaire, Ostiane !
Je suis heureux de retrouver vie sur ton blog.
Eveline , qui va subir des réparations importantes (sic), se désole qu’un petit garçon (se sa famille ?) se soit vu imposer l’écriture de lignes de a, lors de son premier jour de CP :
http://www.charmeux.fr/blog/index.php
Espérons qu’avant la fin de l’année il aura des lignes de graphies de [o] à se coltiner !

PS quel « mot-clef » du « forum ?

7 09 2011
Ostiane (12:31:53) :

Bonjour Christian,

Oui, j’ai lu le dernier billet d’Éveline ce matin et y ai même déposé un petit commentaire 😉

Pour ce qui est de la rentrée, cette année est un peu particulière et très allégée: avec les 2 aînés qui sont sortis du lycée et sont donc (normalement) autonomes, il ne me reste que les 2 suivants à coacher, un collégien et une écolière. De mon côté, je ne reprends pas de classe cette année pour me consacrer à la formation pour adultes. J’ai enfin obtenu un congé de formation. Un peu de distance et de respiration me fera le plus grand bien. Je garde donc mes activités d’accompagnement d’équipes sur le terrain et espère finaliser un titre universitaire entamé il y a 2 ans et demi. Je serai amenée à me déplacer un peu partout en France…pour mon plus grand plaisir!

PS: je ne comprends ta question à propos du forum. De quoi s’agit-il?

7 09 2011
Christian Montelle (20:34:32) :

Le mot-clef (blanc sur bande noire) requis était « forum » ! Ce qui rendait le message obscur !

As-tu lu le débat entre Marcel Gauchet et Philippe Meirieu dans le Monde du 3 septembre ? Intéressant. D’autant plus qu’ils enterraient les querelles imbéciles sur les méthodes d’écriture.
Ils s’intéressaient à l’initiation à la pensée = progrès, mais ils négligent toujours l’outil indispensable : la langue et la connaissance du monde (ou culture).

8 09 2011
Ostiane (12:55:31) :

J’ai effectivement lu cet échange. Ce qui me semble intéressant, porteur et constructif pour l’avenir, c’est que deux personnalités « classées divergentes » puissent se retrouver dans un espace commun d’échanges sur cette question cruciale de l’école comme lieu d’accès à la pensée.

Dans cette optique, je retiens plusieurs idées:

l’acte d’apprendre ne se réduit pas à celui de connaître (M.G)

A l’école, on brûle les étapes; on passe de la leçon à la restitution. Trop peu d’enseignants s’intéressent aux conditions préalables et nécessaires à l’acquisition des savoirs et encore moins nombreux sont-ils à tenter de s’appuyer sur les mécanismes impliqués dans l’accès à la connaissance.

– il est essentiel de reconquérir le plaisir de l’accès à l’œuvre. (P.M.)

Une autre façon de dire que la route empruntée est tout aussi belle que le point de vu final.

savoir ne se réduit pas à la somme des compétences nécessaires pour le maîtriser. (P.M.)

Je dirais autrement: si l’acquisition de techniques, de réflexes, de repères paraît indispensable, elle ne suffit pas à mettre en place un savoir mobilisable et transposable. Sans pensée appliquée au savoir, ce dernier risque de rester fort superficiel et très vite de se transformer en matière inerte.

L’école est à réinventer, mais elle ne pourra pas le faire seule dans son coin. Ce n’est pas un domaine de spécialité comme un autre qu’il suffirait de confier aux experts pour qu’ils trouvent les solutions. (M.G.)

J’adhère tout à fait à cette idée. Sur le terrain, lorsque des collectifs se regroupent autour de questions précises, les propositions d’action sont bien plus ouvertes, efficaces et pérennes.

Juste pour terminer sur un bémol, j’ajouterai qu’à mon sens -et sur ce point, je me distance des propos tenus dans l’article par P.Meirieu- le travail sur les compétences me semble indispensable et n’empêche en rien ni l’accès à la connaissance ni à celui de la pensée. Au contraire, c’est le travail sur ces 3 dimensions qui participe à l’élaboration d’une pensée complexe et autonome.

En d’autres lieux on dirait Learning by doing and thinking.

Nommer avec les enfants, les compétences qui sont en jeu lors d’un travail, d’un exercice, d’une réalisation rend perceptible l’acte d’apprentissage. Il faut bien évidemment ne pas tomber dans l’écueil du remplissage des grilles de compétences…et c’est là que les choses bien souvent dérapent et que les bonnes intentions se dénaturent et se vident de leur sens…(voir sur ce thème l’excellent site de Jacques Nimier et l’article La dégradation des bonnes idées en pédagogie)

11 09 2011
Christian Montelle (17:19:39) :

Je crois que Meirieu a raison et que cette mise en avant des compétences est un piège. Les grilles d’évaluation semblent scientifiques (tout comme la notion de QI) mais ne sont qu’une vaste fumisterie. Tu as dû souvent constater que telle compétence semble acquise tel jour J et qu’elle est totalement perdue au jour J+x. Acquise ? Mais comment mesurer quelque chose d’aussi indéfinissable qu’une compétence ? D’où : Est-il capable de…. ? et la morcellisation de la complexité en items ridicules.

As-tu lu : TV-lobotomie de Michel Desmurget ?
http://bouillaud.wordpress.com/2011/02/19/michel-desmurget-tv-lobotomie-la-verite-scientifique-sur-les-effets-de-la-television/
Ce livre démontre la destruction des capacités intellectuelles produite pas les excès de consommation télévisuelle. Là se crée l’échec scolaire des laissés-pour-compte de l’école, surtout quand cette consommation prend la place de la parole parentale.
Les corps et les esprits des enfants télésaturés et lipido-sucro-gavés sont pleins de mauvaise graisse et la graisse n’a pas de muscles, ni pour le corps, ni pour l’intellect. On ne peut plus espérer un quelconque accès à la pensée car ces saloperies nappent tout.

Je me répète mais ne pourrait-on comprendre que c’est à base de tout le devenir de l’enfant ? Que d’énergie et d’argent gaspillés en pure perte parce que le terrain n’a pas été préparé !

« Apprendre, à la base, pour l’enfant, c’est d’abord entrer dans l’univers des signes graphiques par la lecture et l’écriture et accéder par ce moyen aux ressources du langage que fait apparaître son objectivation écrite. » dit Marcel Gauchet. Erreur fatale. Il faut d’abord apprendre énormément de langue et de connaissance du monde par la langue orale, sinon la lecture des signes écrits sera obérée. On apprend à lire d’abord les messages oraux et si la nourriture est riche cela prépare parfaitement à la lecture de l’écrit.
Si, en écoutant, on crée du sens et on ébauche les capacités d’interprétation, on sera capable de lire vraiment, sans se contenter de déchiffrer des lettres.

12 09 2011
David (19:00:01) :

Je vous avais bien dit que les blogs d’école ne servaient pas à grand chose…
Vous pouvez fermer votre « CULTURO » (quel grand mot) blog des CM1.
Il était mort-né dès sa création…
Vos futurs ex-élèves vont perdre une grande pédagogue, dommage, ou tant mieux se diront qq parents… Le métier d’enseignant n’est-il pas d’être aux côtés de ses élèves et non dans les sphères de « réflexion » (?) qui ne servent à rien ? Qu’apporterez-vous donc autre que du blabla ?
Rapprochez-vous d’untel ou d’untel et éloignez-vous de tel autre, vous ferez certainement avancer le schmilblick… Jusqu’à présent vous n’avez pas fait beaucoup preuve de vos capacités à enseigner… sans doute avez-vous quelques atouts ?

Laisser un commentaire