Mon Wise 2011

4 11 2011

 « Alors Ostiane, Goha, raconte-moi! C’était comment, ce devait être quelque-chose, non?

– Euh, que veux-tu dire?

– Et bien Goha, LE sommet, tu y étais non? Tu y étais ou tu n’y étais pas à Doha, au Wise sommet 2011? »

Comment vous dire…cette question, qui m’a été posée à plusieurs reprises ces dernières heures par différentes personnes en différents lieux, vaut à mon avis la peine qu’on s’y attarde, non pas que la réponse oui/non soit d’un grand intérêt pour le commun des mortels, mais davantage parce la question ainsi formulée interroge directement les nouveaux enjeux éducatifs qui nous attendent et nous défient en cette aube du XXI ème siècle.

Etais-je au Qatar les 1, 2 et 3 novembre dernier?

Voilà une interrogation qui reflète exactement les bouleversements phénoménaux qui s’opèrent dans nos vies actuelles, via les multiples fonctionnalités qu’internet nous offre; usages et pratiques numériques qui de fait, transforment radicalement notre relation au temps, à l’espace, au monde, au savoir.

Laissez-moi vous raconter mon WISE 2011, vous en déduirez par vous-même  la réponse que vous souhaiterez apporter 😉

Nous sommes le 28 octobre; via le statut d’un contact et ami facebook, je lis pour la première le mot WISE et découvre ainsi l’existence de cet événement mondial. Intéressée par l’annonce de cet ami, je clique sur le lien qu’il avait inséré à son statut et arrive sur une page web dont le titre « Changing Societies, Changing Education » m’interpelle.

Innovation, éducation, rencontres internationales, futur, défi planétaire, autant d’invitations au voyage…Un clic m’aura donc suffit à prendre mon billet pour Doha.

Image de prévisualisation YouTube

Comme tout touriste qui se respecte, je décidai de faire ma petite enquête, histoire de me saisir de quelques balises et repères indispensables au bon déroulement du voyage. De clics en liens et de liens en clics, je surfai ici et là, tantôt sur une carte du monde, tantôt sur une vidéo, tantôt sur les réseaux sociaux. Dès que je repérais une information intéressante, je l’enregistrais comme « favori » dans mon menu de navigation, histoire de retrouver sa trace plus facilement en cas de besoin. Vous savez, les petits cailloux blanc du Petit Poucet…

28-29-30-31 octobre. 4 jours de préparation pour 3 jours de pérégrination, c’était un peu court mais avais-le choix? Nous étions la veille du grand départ et si je ne voulais pas louper l’embarquement, il fallait bien me rendre au rendez-vous.

Nous sommes le 1 novembre au matin, me voilà installée dans mon cockpit, assise à Paris, la tête au Qatar…les yeux rivés sur mon écran de contrôle : une fenêtre ouverte en plongée directe sur l’amphithéâtre magistral de la Cité de l’éducation de Goha, une autre sur la balise #Wise2011 de mon fil twitter à lire, traduire et décoder les centaines de retours des 1200 participants qu’à mon tour je rediffusais sous forme de RT (re-twitt) ou de statuts Facebook. Messages pluriculturels et enthousiastes d’inconnus qui partageaient avec le monde entier, avec moi, les inspirants échanges qui avaient lieu, là-bas-tout près, au Sommet Mondial pour l’Innovation dans l’Education.

C’était incroyable de recevoir en direct et via divers canaux de connexion les échos, les images, les voix, les interactions, les applaudissements. Superposition d’espaces-temps. Expérience pluri-sensorielle. Je venais d’entrer dans la 4ème dimension. Je pouvais tout à la fois suivre les passionnants débats sur le plateau central, capter et commenter en direct les questions et impressions de l’assemblée, informer mes propres amis et contacts de ce qui se déroulait là-bas sous mes yeux et engager simultanément sur mon mur facebook plusieurs discussions en parallèle.

1, 2 et 3 novembre 2011

Voyage au centre du World Wide Web

3 jours intenses, intellectuellement, physiquement, socialement, émotionnellement.

 Traitement de l’information en instantané, ressentis et émotions en grandeur réelle.

Oui, une drôle d’expérience dans la 4ème dimension. J’étais assise chez moi ici à Paris, mais j’étais au Qatar ; et pourtant là-bas sans y être, j’ai eu l’étrange sentiment de vivre un moment hors du temps, ou plutôt en connexion totale avec cet incroyable temps numérique qu’internet seul est capable de nous offrir.

WISE 2011, 3 jours riches, généreux, ambitieux auxquels j’ai eu la grande chance de participer. 3 jours où experts, gouvernants, professeurs et étudiants, assis à une même table ont réussi cet incroyable exploit de dessiner l’avenir d’un projet mondial : la création d’un Fonds Global pour l’Education dans le monde.

Alors, étais-je à Doha? 

Que signifie aujourd’hui être en un lieu?

Qu’est-ce qu’explorer les chemins de la connaissance à l’heure des nouvelles technologies?

Comment définir le virtuel du réel?

Ce que j’ai vu n’était pas virtuel, ce que j’ai entendu n’était pas virtuel, ce que j’ai vécu n’était pas virtuel. C’était bien réel. Et c’est bien avec cette réalité nouvelle que nous devons nous saisir du formidable enjeu qui s’offre à nous : faire de notre monde, un monde où chaque enfant, chaque famille, chaque petite fille, puisse, non pas seulement accéder mais participer à ce que nous nommons par ce mot simple: l’éducation. L’innovation pourra nous y aider, mais ne nous laissons pas charmer par les sirènes ensorceleuses, l’innovation sans le cœur, sans l’âme, sans le tissage des cultures et le métissage des hommes ne restera qu’un vœu pieu ; pire encore, ce serait un odieux mensonge et une trahison pour l’humanité toute entière à commencer par les plus faibles d’entre nous que de laisser penser que l’outil se substitue aux actes.

C’est ainsi que Gordon Brown a conclu son magnifique discours. No more speeches, let’s walk the talk, let’s march to do it

Non, ce n’était pas virtuel, c’était bien réel.

  • Un second qui vous en fera vivre la clôture  (le chapitre 6 vous conduira directement au discours de Gordon Brown.)

Et pour terminer ce billet, quelques phrases-clés glanées au fil du web et qui ont ponctuées ces 3 journées.

« Dans le futur, plutôt que des écoles, créons des holistic learning village »

Parole de proviseur: « Chez nous la voix des enfants est entendue: avant d’être institué, j’ai passé un entretien avec mes élèves. » ça se passe au…Danemark

« Notre plus grand problème reste notre incapacité à insuffler à la génération future l’idée qu’elle est capable de changer le monde » Richard Noble

« Productivity in learning is what it takes to transfer efforts in to results. » Agree?

‘ »Accéder à l’éducation n’est pas une fin en soi, pouvoir y contribuer en est une. »

« Horizon pour 2030: favoriser l’émergence de communautés autonomes d’apprenants.’

« Nous avons besoin d’un Printemps de l’éducation. »

« Ce n’est pas parce qu’un gouvernement est responsable de l’éducation qu’il a le monopole de cette responsabilité. » Burt

« L’enjeu de l’apprentissage par les compétences n’est pas tant de préparer nos enfants à l’économie de marché mais plutôt de leur apprendre à penser résolution de problèmes. »

« Depuis 2 jours, expérimente l’exercice du RT branchée sur les balises @diversifier et #wise2011 en direct du sommet international de Goha »

« Un « prix Nobel » de l’éducation attribué pour la première fois http://t.co/j4HtgtHV »

« Pour suivre en direct de #Wise2011 l’arbre de l’innovation de François Muller http://t.co/h6REY5RM »

« Les enfants habitent dans des maisons, pas dans les écoles, les parents font partie du dispositif d’apprentissage, l’apprendre n’appartient pas à l’école. »

« Too many holy cows in education. » Agree but…who are they?…

« Gordon Brown lance un appel pour la création d’un fonds mondial dédié à l’éducation. »

Parole d’étudiant: « L’espace classe n’est plus suffisant, nous avons besoin de nouveaux espaces nomades pour continuer d’apprendre par nous-mêmes et entre nous. »

« En face du toujours plus de technologie il n’y a pas forcément du mieux apprendre. La techno présente dans mon téléphone portable peut bien m’envoyer sur la lune, mais il faut bien que quelqu’un (moi? un tuteur? un professeur? un ami?) allume l’étincelle qui mette le feu aux poudres. »

« WISE is an eminent forum to listen and exchange ideas. It is also a community of different visions on the future of education. »Luc Chatel

« Pour accompagner la persévérance des enseignants et encourager la prise de risque que peut comporter la posture innovante, il faut leur donner les moyens personnels et collectifs de développer leur compétences professionnelles. »

Even without being there, I could feel the WISESpirit. Thank for all the tweets I received from #Wise2011

Open space, open mind, open thinking, open learning, etc. Certains termes parlent mieux dans certaines langues et sont difficilement traduisibles 😉

let’s march to do it!

Partager sur Facebook

 

Tags : , , , , , , ,

Actions

Informations

Une réponse à “Mon Wise 2011”

10 11 2011
Ostiane (15:37:46) :

« Quels sont les enseignements de Wise ? Au-delà des solutions techniques et des dispositifs souvent assez complexes, quelques principes émergent.
– L’école doit d’abord apprendre à apprendre, et ne pas pousser à accumuler des savoirs. « L’idéal encyclopédiste – tout savoir tout seul -n’est plus envisageable, souligne François Taddéi, chercheur en biologie et auteur d’un rapport de l’OCDE sur l’éducation. C’est pourquoi il est important de pouvoir naviguer entre les différentes sphères de la connaissance, afin de les associer entre elles. » Pour cela, il faut faire tomber les barrières entre les disciplines – surtout au lycée et au collège, mais également dans l’enseignement supérieur. Et il faut former les enseignants à cette démarche.
– Il faut développer la créativité et l’esprit d’initiative, à tous les niveaux. Dès le primaire, voire dès l’école maternelle, comme le montrent certaines expériences menées par exemple au Brésil. C’est peut-être la meilleure façon de rendre l’enseignement plus vivant et plus captivant.
– La confiance en soi est un facteur décisif de motivation, et donc de progrès dans l’acquisition des compétences. Elle permet de réconcilier les élèves avec l’école et contribue fortement à la lutte contre l’échec scolaire. Or cet aspect est encore très peu pris en compte.
– Les technologies de l’information ne suffisent pas. Les TIC en général, et plus récemment le Web 2.0 ou les réseaux sociaux, ont évidemment un rôle majeur à jouer dans le développement de nouveaux outils éducatifs – notamment pour diffuser les apprentissages à grande échelle et à moindre coût. Mais elles ne sauraient constituer « l’alpha et l’oméga » des avancées en matière d’enseignement. Elles ne peuvent tout résoudre à elles seules. En outre, technologues et enseignants ne se parlent pas, ou pas assez. Ils n’ont pas les mêmes valeurs, ne poursuivent pas les mêmes objectifs. »
Paru dans Les Echos

Laisser un commentaire