LE SONGHAI

Introduction.
A la suite du Ghana puis du Mali, émerge l’empire Songhay ou Sonrai à l’Est de la boucle du Niger. Les sonrai forment autour de Gao, un état musulman dont la puissance est à la fois religieuse, commerciale et militaire. L’empire fut dirigé par deux grandes dynasties : les Sonni et les Askia.

I. Sources et origines
1 Les sources de l’histoire
L’histoire des songhaï nous est rapportée par les écrivains arabes tels que Ibn Khaldun, Al Omari et surtout Ibn Battouta qui le parcourut et par les œuvres de lettrés soudanais : le Tarich el fettach et le tarikh es soudan. Les griots traditionnalistes ont aussi contribué à cette découverte.

2. L’origine de l’empire
Plusieurs légendes expliquent l’origine.
L’une d’elles rapporte que l’ancêtre Faran Makan Boté né d’un père Sorko et d’une mère génie, se serait allié avec les gow chasseurs et les sorkos pêcheurs dont un ressortissant faisait office de kanta, grand prête ; il établit ainsi son pouvoir sur un peuple de paysans dans la région de Tillabéry.
Une autre raconte que vers l’an 500, des princes berbères ou des arabes du Yemen seraient arrivés sur les bords de la boucle du Niger et là ils auraient débarrassé les riverains (pêcheurs Sorko et paysans Gabidi) de la terreur d’un poisson fétiche, dont les Sorkos se servaient pour extorquer des offrandes au Gabidi. La reconnaissance des Gabidi aurait porté, Za Aliamen, l’auteur de cet exploit, sur le trône. Et les Za ou Dia auraient régné jusqu’en 1335 à Koukya sur une île du Niger. C’est vers 1009 que le 15° roi Dia Kossoi aurait fixé sa capitale à Gao. Il fut le premier à embrasser l’islam.

II Le Royaume de Gao sous le règne des Sonni
1 Gao, un vassal du Mali
Au XI°s, Gao est une importanta place commerciale aussi riche que le Ghana. En 1325, un lieutenant de Kankou Moussa s’empare de Gao. Mais les princes songhai, Ali Kolen et son frère Souleiman Nar réussissent à s’enfuir après la mort de Kankou Moussa. Ali Kolen est proclamé roi de Gao et prend le titre de Sonni. Il fonda la dynastie des Si ou Sonni. Malgré une attaque du Mali, les Songhai résistent victorieusement et gardent leur indépendance ; plus tard, c’est à leur tour d’attaquer le Mali.
2. Sonni Ali à la conquête du Mali
Avec Sonni Ali (1464-1493), on assiste à un renversement de l’hégémonie sur la boucle du Niger. Surnommé Ali Ber c’est-à-dire Ali le Grand, ou encore Dâli, c’est-à-dire le très haut, Sonni Ali était un expert en magie, un courageux chef de guerre, mais un impie, cruel et sans scrupules. Il persécutait les savants et oulémas qu’il soupçonne de complicité avec les nomades sahariens.
En 1468, il saccage Tombouctou, en 1473 il s’empare de Djenné, puis c’est le tour du Macina ou les peuls notamment les Sangaré sont décimés. Mais les mossi du Yatenga dont il avait ravagé quelques temps auparavant le territoire, se livrent à leur tour à un raid sur Oualata qui est détruit. Ils sont pourchassés par Sonni Ali qui lance une expédition vers les falaises du Bandiagara jusqu’au Gourma. C’est de retour de ce dernier pays qu’il meurt en 1493, noyé dans un fleuve. En 10 ans de conquêtes, il s’était rendu maître de la moyenne vallée du Niger.

III. Les Askia et l’apogée de l’empire.
1. L’Askia Mohammed
L’impiété et la cruauté de Sonni Ali amènent ses sujets à proclamer roi, non son fils, mais un de ses lieutenants, le sarakhollé, Mamadou Touré, originaire du Fouta Toro et gouverneur de Hombori. Il règne sous le nom d’Askia Mohammed (1493-1528). Bon musulman, il gouverne avec l’appui des savants musulmans et les consultent sur les grandes décisions à prendre. Dès le début de son règne, il effectue un fastueux pèlerinage à La Mecque en 1496. Escorté de 500 cavaliers et 1000 fantassins, il emportait 300000 pièces d’or dont le tiers est distribué en aumônes. Il fonde à Médine une fondation pour les pèlerins soudanais. Il reçoit du Grand Cherif de La Mecque, les insignes de Calife (bonnet vert, turban blanc et sabre) du Soudan.
De retour de la Mecque, il fait la guerre sainte aux mossi du Yatenga d’où il ramène de nombreux captifs qu’il convertit à l’islam. Puis il conquiert le Galam aux dépens du Mali et accapare ses mines d’or. En 1528, son fils aîné, Moussa à la tête d’un complot le contraint à quitter le pouvoir. C’est sous le règne de l’Askia Mohammed que l’empire atteint son apogée.

2. L’organisation de l’empire
a. L’organisation politique et administrative
L’Askia Mohammed organise solidement un vaste empire. A la tête, se trouve l’empereur. Il crée une armée de métier sous les ordres du dyna koy. Elle était divisée en plusieurs corps dont l’un servait de garde impériale, les autres étant repartis entre les provinces. Les provinces sont administrées chacune par un gouverneur ou fari qui surveille les chefs locaux ou koy. Le Gourma fari était le plus important ; il portait le titre de chef supérieur (kanfari) et controlait une province considérée comme le grenier de l’empire. Il y’avait aussi le Hi Koy, sorte de ministre de la navigation fluviale, choisi toujours dans le clan des Sorkos, le fari mondyo, inspecteur général des collecteurs d’impôts, le horé farima grand prêtre du culte des ancêtres et des génies.
b. L’organisation économique
L’Askia Mohammed avait favorisé le commerce et aussi l’enseignement coranique qui a fait la fortune et la célébrité des villes d Gao, Oualata et surtout Tombouctou et Djenné. L’empire tire sa richesse de l’élevage, la riziculture sur de vastes domaines cultivés par des esclaves prélevés sur les populations vaincues et souvent offerts en cadeaux aux dignitaires et savants musulmans. Les royaumes vassaux payaient un tribut. L’Askia Mohammed s’était emparé de la production des mines d’or, le commerce des esclaves et du sel. Les populations payaient de lourds impôts représentés par d’importantes quantités de grains, de bétail. Des taxes étaient prélevées sur tous les grands marchés de l’empire. L’or, le sel et les cauris servaient de monnaient. Pour éviter les fraudes, les poids et les mesures étaient uniformisés. Afin d’améliorer la production, il entreprend les travaux de canalisation du fleuve Niger.

III. Le déclin de l’empire
1. Les causes
Elles sont à la fois internes et externes.
Au plan interne, l’empire se désorganise à la suite de l’éviction de l’Askia Mohammed et son exil sur une île du Niger par ses fils (Askia Moussa, Askia Mohammed Bounkan 1531-1537, Askia Ismaêl 1537-1539, Askia Ishak I 1539-1549). Ils dilapidèrent le trésor impérial, s’entretuèrent, pillèrent leurs provinces. Les royaumes vassaux comme le Trékour, se révoltèrent et devinrent indépendants. L’empire est aussi affaibli par la baisse de la production d’or.
Au plan extérieur, les mines d’or de l’empire sont convoitées par le Maroc en proie à des difficultés financières suite à la reconquête de l’Espagne par les rois catholiques, le développement de la navigation européenne. Après plusieurs tentatives, les soldats marocains sous le commandement du Pacha Djouder, défaits les sonrai à Tomdibi en 1591 où l’Askia Ishak est tué. Puis ils occupent Gao la capitale, Tombouctou. L’empire des Askia est ainsi détruit.
2. Les conséquences.
La destruction de l’empire Songhay entraîne la ruine des cités florissantes où s’échangeaient les productions de la Méditerranée et du monde noir, et où les lettrés musulmans étaient nombreux. Elle met fin à une période de sécurité dans le Soudan qui est ravagé par des famines et des épidémies. Les régions du sahel sont ruinées et dépeuplés par les pillages des nomades.

Conclusion.
L’empire Songhay s’est illustré par une parfaite organisation caractérisée par une hiérarchisation et une décentralisation du système politique et économique. Grâce à sa force militaire, l’empire dominait une grande partie de l’Afrique Occidentale sahélienne. Malheureusement l’empire s’écroule sous les effets conjugués de la mauvaise gestion des héritiers et des agressions extérieures.

Tags : , , , , , , , ,