Le management de l’Education Nationale …

A l’expérience, et cette année est manifeste, le management de l’Education Nationale sous cette législature, se résume à ces deux mots : injonction et contrôle. L’occasion de la préparation de rentrée est démonstrative.

Chef d’établissement, j’apprends « la rumeur » par les syndicats enseignants, qui m’annoncent les fermetures de formations, ( Sciences de l’Ingénieur, et CGRH de STG …). Le lendemain, un appel téléphonique d’un inspecteur conforte la rumeur, et m’informe qu’il n’a pas été consulté… Les enseignants s’affolent et sont désarçonnés de mon manque d’information… Je réussis à contacter les services des moyens ( Dimos ) qui me précisent les «  quelques erreurs » et me demandent de garder tout cela confidentiel, jusqu’à la réunion de la CTPA ( dans 5 jours) … !

Quelle considération a donc ma hiérarchie, pour ne pas me recevoir, étudier ensemble les effectifs, réfléchir sur les flux d’orientation et relier tout cela au projet d’établissement , qui cette année est riche de nouveautés …( Pôle espoir sportif, expérimentation d’un nouvel ENT, la réforme du lycée, et beaucoup d’actions innovantes et particulière … ( formation à recevoir les jeunes sourds ..) etc … ?

Ne faudrait-il , tout simplement, ne pas confondre, moyens et pédagogie… ? Faut-il laisser l’innovation, serait-elle dans les textes ( : accompagnement personnalisé, tutorat et stages passerelles … ! Livret de compétences, et évaluation formative au collège… ! ) … Faut-il laisser l’innovation, donc, au passe –temps ( superflu ) des ‘pédagogues’… ?

Je reviens à l’actualité de la DHG, de la fermeture de classes et de formations…. Chef d’établissement, je regrette de ne pas avoir été consulté, et même ignoré . Aussi, les quelques jours avant la CTPA, me permettent de corriger peut-être certaines informations, que je considère importantes à signaler au Recteur de mon académie. J’écris une lettre brève (1), et tente de ne pas m’étendre sur tout ce qui fait qu’un établissement est particulier, vivant, et d’une complexité humaine assez éloignée d’une entreprise de production industrielle …

La CTPA n’a pu se tenir, suite au boycott syndical ; et s’est réuni une semaine plus tard. Et … de réponse à ma lettre : point … ! Je sais, pourtant, que si un parent prend la peine d’écrire à monsieur le recteur, je sais que j’en suis informé assez vite, avec prière de préparer une réponse, voire de me justifier sur tel ou tel point … Ce qui, d’ailleurs, dans le cadre d’échanges réguliers ne me gênerait pas outre mesure …

Par contre, il y a quinze jours ( avant les rumeurs ); je fus invité fort courtoisement à rencontrer Monsieur l’Inspecteur d’académie, pour finaliser la signatures du « Contrat d’objectifs » du lycée… Mais, curieusement, cela n’avait rien à voir ! Ni les moyens, ni la cohérence de la structure pédagogique ne fut abordée  … !

Je n’ai pas parlé de  » contrôle  » . Là, et ce sera peut-être , pour une prochaine fois, – j’évoquerai volontiers l’accompagnement ( pratique …) lors de la mise  en place des réformes ( celle du lycée, et celle du collège avec le Livret de validation des compétences et le Socle …)

Quelle leçon de management !

(1)Cette lettre, qui aurait pu être confidentielle  ( …) ; n’est actuellement déjà plus d’actualité. Dépité, plutôt que de la laisser dans son classement vertical ; je la soumets à mes lecteurs :

OBJET :      Formation « Sciences de l’ingénieur » au Lycée …

Formation STG, « Communication et gestion des Ressources Humaines »

Nombre de classes de Première à la rentrée 2011

…………

Chef d’établissement du lycée … et du Collège … à …, je me permets de solliciter votre attention sur les observations suivantes , relatives au projet de fermeture des classes et formations au lycée.

Notre lycée, serait à mon avis durement touché par la fermeture de deux formations, et injustement pour ce qui est de la terminale STG-CGRH.

Cette formation qui s’est distinguée par ses excellents résultats ( 100%, au BAC 2010 ) conduit régulièrement , en complément de la mercatique, à des effectifs raisonnables : ( 35 élèves en Term STG, 24 en 1ère : cette année..). Et, si la suppression d’une spécialité, conduit à dédoubler la mercatique, ce qui pourrait se passer l’année prochaine, nous ne gagnerons rien.. !

( …)

D’autre part, nous scolarisons cette année 175 élèves en seconde ( cinq divisions à 35 élèves !) et vos services prévoient cinq divisions de Première : ( 2*1ère S, 1*1ère ES, 1*1ère L et 1*1ère STG ). D’après nos sondages, nous n’aurons pas les structures suffisantes pour accueillir nos élèves en S ou ES … ! Ces familles comprendront difficilement que leurs enfants ne puissent continuer leur scolarité, sur … : deuxième ville de …. et actuellement en pleine expansion. ( A titre de comparaison, au lycée … : alors qu’ils n’ont que 136 élèves en Seconde, ils ont 6 divisions de 1èreère ES en plus … ! ) et une classe de 1

Enfin, en seconde nous avons cette année 28 élèves qui ont choisi l’E.E. « Sciences de l’Ingénieur » et 53 pour l’E.E.  «  PFEG » … ( …) Je pourrais également argumenter sur nos résultats au BAC S-SI, et l’investissement de nos professeurs sur la formation SI…

Monsieur le Recteur, la perte de ces formations et classes serait à mon avis, une très mauvaise nouvelle pour notre lycée et pour le service public sur le bassin de ….. Je suis, bien sûr, à votre disposition pour vous rencontrer et m’en expliquer davantage, si vous le souhaitez.

Je vous remercie de m’avoir accordé votre attention et je vous prie de croire, Monsieur le Recteur, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Laisser un commentaire

You must be connecté pour poster un commentaire.