Il ne suffit peut-être pas de vouloir être philosophe pour le devenir et obtenir de bons résultats aux épreuves du baccalauréat, car il faut comprendre que la philosophie n’est pas une matière comme les autres qui s’acquiert seulement par un travail studieux sur des contenus de pensées. On parlera alors cette année de l’effort de philosopher, c’est-à-dire une manière particulière de désirer, de rechercher le savoir.

En effet philosopher c’est rechercher la sagesse, mot grec sophia qui désigne à la fois le savoir, la connaissance, mais aussi le savoir faire, l’habileté  et enfin la prudence. L’homme sage est celui qui sait, celui qui réfléchit avant d’agir, bref, celui qui fait usage de sa raison (il est à la fois rationnel et raisonnable). Le philo- sophe (du grec philos) est celui qui aime la sagesse, celui qui la désire, la recherche, car il a conscience que c’est cela qui manque aux hommes. De ce point de vue, le philosophe ne met pas fin aux inquiétudes mais il provoque, par l’étonnement qui caractérise son effort de penser, les recherches théoriques (la verité) et pratiques (la morale). Cette recherche est une réflexion supposant une méthode que l’étudiant doit acquérir s’il désire philosopher. On ne philosophe pas sur tout, ni n’importe comment, cela s’apprend.

Bonne rentrée à tous !


Les commentaires sont fermés.