Quelle est la symbolique générale et quelle est la progression de ce texte ?

Ce texte symbolise l’apprentissage, l’éducation. Le passage de la période où l’on croit à la période où l’on sait. Le récit progresse de manière à montrer le changement de point de vu du prisonnier qui a été délivré. Le déroulement, c’est le drame de la condition humaine par opposition aux étapes de l’éducation véritable. Platon met en scène la délivrance autoritaire d’un prisonnier enchaîné dans la caverne.

Le prologue, c’est la description des prisonniers enchaînés depuis l’enfance devant la paroi du fond.

Au premier acte, c’est la libération forcée d’un prisonnier qu’on contraint à se mouvoir.

Au second acte, c’est la lente et progressive accoutumance à l’extérieur de la caverne, à la lumière du jour.

Au troisième acte, c’est l’arrachement à ce séjour de bonheur et la rentrée forcée dans la caverne.

Pourquoi Platon dit-il qu’ils nous ressemblent ?

« Nous », les hommes du commun, qui sommes prisonniers de nos croyances, de nos préjugés, de nos illusions et de nos faux savoirs. C’est le conformisme de l’opinion qui fait que nous sommes confortablement installés dans nos certitudes. La force de l’habitude devient notre nature.

Comment expliquer que le prisonnier que l’on délivre se plaint de ces violences ?

Le prisonnier délivré se plaint en raison du passage brutal de son univers familier et donc rassurant à celui inconnu de la réalité et de la vérité. Il est attaché à son monde familier et connu.

Il subit deux sortes de violence : la première est physique, on le contraint à se mouvoir. Il est tout ankylosé et ses membres sont douloureux. Il subit des éblouissements successifs, obscurité de la caverne, puis luminosité du feu, puis luminosité de l’extérieur, et enfin, contemplation des sources lumineuses directement. La seconde violence est celle qu’il subit en comprenant que ce qu’il a toujours tenu pour réel est une copie de la réalité, que ce qu’il a tenu pour vrai est un faux-semblant, une illusion.

Expliquer ce qu’est pour Platon l’éducation, relativement à la libération forcée d’un prisonnier

L’éducation, c’est le chemin qui permet d’accéder à la connaissance, c’est un chemin semé de pièges et d’embuches. Platon met en évidence ces derniers par les difficultés du prisonnier à s’habituer aux différentes luminosités. L’éducation est une contrainte, elle consiste à convertir l’âme, à la tourner en direction de la vérité et non pas à la remplir de divers savoirs. En ce sens Platon s’oppose à l’éducation des sophistes qui se vantent d’introduire « du dehors » le savoir chez l’ignorant. Cela revient à vouloir imposer la faculté de voir dans des yeux aveugles. La faculté de l’âme qui permet la connaissance, l’intelligence, tout le monde la possède, le rôle de l’éducation est de la détourner des apparences sensibles pour lui faire contempler la vérité. Les étapes de l’éducation sont les sciences propédeutiques (mathématiques, astronomie, musique…) qui préparent à la contemplation directe des idées : la dialectique.

Qu’est-ce que connaitre ? Que pouvons-nous connaitre ?

Nous ne connaissons pas les copies, les images ou les ombres, mais les originaux. C’est à dire les idées. La question de savoir ce que nous connaissons est la même que celle de savoir comment s’ordonne selon leurs degrés de clarté ou d’obscurité les objets que nous nous efforçons de saisir par l’intelligence. Il y a une correspondance entre les degrés de l’être et les degrés de la connaissance. Nous connaissons ce qui est clair. Nous ne connaissons pas ce qui est obscur, c’est à dire ce qui n’a pas en lui-même sa raison d’être.

Comment le prisonnier peut-il passer de la contemplation du soleil à la compréhension des saisons ?

La contemplation du soleil permet de saisir les idées ( le vrai, le bien ) et de comprendre quelles sont l’original de toute production sensible comme le soleil est l’origine de la vie, du cycle des saisons de la nature. Pour Platon, sa contemplation représente la connaissance la plus haute, la science des sciences, qui engendre la vertu pratique permettant le pouvoir, le gouvernement de la cité. Savoir et pouvoir ne sont pas séparés.

Quel est le but de l’allégorie ?

Le but de Platon est politique, il s’agit d’éduquer celui qui sera le futur gardien de la cité, mais l’éducation est paradoxale car la cité la mieux gouvernée est celle où ceux qui sont destinés à gouverner n’en ont pas envie. On contraint le prisonnier à redescendre dans la caverne pour enseigner ce qu’il a apprit  » La cité sera juste lorsque les philosophes seront rois ou que les rois deviendront philosophes » écrit Platon. On comprend mieux cette phrase lorsqu’on sait que l’éducation consiste a acquérir l’idée de justice et à l’enseigner à des hommes qui ne veulent pas écouter. On se moque de celui qui possède le savoir et s’il insiste un peu trop : On le tue. C’est une allusion directe au procès de Socrate.

caverne1caverne2

Conclusion :

L’intérêt du texte est double

Tout d’abord pour la connaissance : il faut qu’il y est une connaissance stable et valable pour tous, relativement aux objets à connaître. C’est l’adéquation entre le discours et l’Idée de VRAI

Pour la morale : différent de l’acte, de l’homme de l’exemplaire, c’est l’Idée du BIEN. Les différentes vertus (justice piété, courage) sont à rechercher pour elle-mêmes en dehors des cas particuliers.

Ce qui est véritable pour Platon, c’est le monde des Idées, on y accède après s’être affranchi des idoles (opinions, certitudes, etc..)

[Dans le texte du Banquet, on trouve une dialectique analogue à l’ascension vers le monde des Idées de Vrai et de Bien. L’amour permet cette progression vers l’Idée du Beau par les degrés des beaux corps et des belles âmes]

Les trois idées essentielles le vrai, le bien le beau, ce sont les trois domaines de réflexion du philosophe, ce à quoi il tend, ce qu’il recherche à la fois pour la connaissance et pour fonder une morale autonome. L’éducation est cette conversion de l’âme qui lui permet de se détacher du sensible pour s’orienter en cette direction idéelle.

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...