http://www.svt.ac-versailles.fr/IMG/png/adam.pngArticle paru le 8/10/2005 dans Le Monde 2

Dieu contre Darwin

Cet article présente l’opposition qui existe aux Etats-Unis entre Dieu et Darwin. En effet, deux courants de pensées s’opposent considérablement jusqu’à connaître de véritables procès (ex : le procès du singe).

On trouve différentes pensées sur l’origine de l’Homme et sur son évolution :

  • D’un côté nous avons les naturalistes qui pensent que les êtres vivants sont le produit d’une évolution et de transformations biologiques. Ils croient à la « loi du plus fort » : les plus forts survivent dans un milieu et transmettent leurs caractéristiques à leur descendance.
    Cette pensée suit celle des scientifiques et se place donc du côté du Darwinisme.
  • De l’autre côté, nous avons les créationnistes qui se cantonnent à la Bible. En effet, selon eux, l’Homme ne peut descendre du singe car elle s’oppose à la religion, au fait que Dieu a créé l’Homme à son image, que la Terre a été façonné selon Dieu etc. … Conformément au récit biblique car selon les créationnistes, on ne peut venir en l’encontre de Dieu qui a toujours raison. De plus, ils pensent que l’Homme est issu d’une force surnaturelle ou d’un esprit/être supérieur à lui-même (soit Dieu). La théorie de l’évolution parait alors incompatible avec la croyance de Dieu : elle n’est alors qu’une « description acceptable du monde qui nous entoure » (Pape Jean Paul II). Ce mouvement de pensées s’inscrit dans l’ « Intelligent Design ».

L’ « Intelligent Design » est un terme inventé par le paléontologue américain Stephen C. Meyer en 1988. C’est un mouvement de pensées qui remet en cause les théories de Darwin sur l’évolution des espèces. Et plus précisément sur l’évolution humaine : que l’homme et le singe sont étroitement liés par un ancêtre commun. Supporté par les créationnistes, l’ « Intelligent Design » montre que l’Homme est issu d’un phénomène surnaturel, qu’il est le produit d’un être supérieur et non d’un phénomène naturel que ce soit le brassage chromosomique ou la sélection naturelle. L’ « Intelligent Design » se base également sur la Science et se croit alors incontestable puisqu’il se base sur des arguments scientifiques.

Les créationnistes remettent alors en cause les arguments scientifiques de Darwin. L’Homme a été façonné par un « créateur » qui ne peut être que Dieu puisque les Chrétiens relient l’existence de l’Homme à la religion, à la théologie et donc à Dieu.

Ils veulent que la théorie de Dieu soit enseignée. C’est ainsi que s’est construit le Discovery Institute qui prend profit de cette situation afin de « propager les Evangiles ».

Aux Etats-Unis, cette opposition est bien visible dans l’éducation. En effet, la théorie de Darwin (supportée par les scientifiques) s’oppose considérablement à la théorie de Dieu (supportée par les créationnistes). Par exemple, l’ancien président américain, Georges W. Bush, était pour que la théorie de Dieu soit intégrée dans le programme éducatif. Or, le 1er amendement américain est la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Donc cette volonté ne peut se faire, ce qui est contesté par les supporteurs de cette théorie.

Néanmoins, on trouve aux Etats-Unis certains Etats qui critiquent Darwin et sa théorie sur l’évolution humaine dans leur programme scolaire. Par exemple, à l’école de Dover (Pennsylvanie), on accepte l’enseignement de l’Intelligent Design au même titre que la théorie de l’évolution.

L’opposition entre Dieu et Darwin n’est cependant pas la même pour toutes les religions. En effet, même si le Pape Jean Paul II a accepté cette thèse, tous les Chrétiens ne le soutiennent pas. Ensuite, pour les Musulmans, le Darwinisme est également acceptable pour l’Islam lorsqu’il s’agit de l’évolution des espèces mais ne l’est pas pour celle de l’Homme. Ils considèrent que la théorie de l’évolution n’a pas été démontrée, donc elle n’a pas été confirmée, donc elle n’est pas vraisemblable : « les théories évoluent », la théorie de Darwin doit évoluer également.

Ø Selon vous, la théorie de Darwin doit-elle évoluer ?

Ø Etes-vous en accord avec l’Intelligent Design ? Pensez-vous que l’évolution de l’Homme se distingue des autres espèces ?

DELAPRUNE Elodie

Dieu, Darwin et le prédicateur

La droite chrétienne est composée de différents mouvements politico-religieux qui ont tous une même volonté : refaire de l’Amérique, une nation chrétienne où les communautés extérieures seraient écartés.

Elle s’est réellement fondée dans les années 1920, alors que la théorie de l’évolution de Darwin faisait débat.

La théorie de l’évolution où Darwin affirme que l’évolution est une chose naturelle sépare le protestantisme Etat-Unien en deux. Libéraux (ou modernistes) qui interprètent cette théorie afin de la faire concordé avec leur théologie et Fondamentaliste (ou conservateur) qui rejettent en bloc cette idée.

Les fondamentalistes publient rapidement (dès 1910) des ouvrages à la gloire de leur théorie. Le mouvement se politise avec William Jennings qui déploie une importante campagne anti-évolutionniste. Le but étant d’étouffer la pensée moderniste dans l’enseignement à travers de nombreuses lois.

En 1925, le Tennesse est le théâtre du « procès Scopes » qui symbolise le paroxysme de la lutte anti-Darwin. John Scopes, un jeune enseignant, accepte de se faire inculpe pour avoir enseigné les théories de l’évolution. Cela dans le but de répandre le débat et remettre en cause les fondamentalistes.

Les médias s’emparent rapidement de l’affaire, renommant l’affaire « le procès du singe ». Deux avocats s’opposent. Clarence Darrox, libéral et William J. Bryan, fondamentaliste.

Finalement, les conservateurs remportent le procès mais se fait humilier sur le plan médiatique. En effet, ils sont présentés comme un groupe ancré dans le passé. Du coup, ils se replient dans les états ruraux. Ils ne reviendront officiellement sur la scène politique qu’en 1975. Entre temps, ils se font quand même entendre en 1930, à travers des groupes aux tendances douteuses pronazies puis pendant la guerre froide où ils participent activement à la « chasse aux sorcières ».

Durant les luttes anti-ségrégations dans les années 60, ils se firent plus discrets ne se risquant pas à perdre une nouvelle fois leur notoriété. Les libéraux en profitent pour remporter plusieurs bataille importantes comme l’interdiction de de la prière et de la lecture de la Bible dans les écoles publiques, ou la légalisation de l’avortement.

Les fondamentalistes prennent ça comme une menace pour leur idéal de l’amérique « chrétienne » et repartent au combat. Ils soutiennent en masse Jimmy Carter durant les élections présidentielle de 1976. Cependant, sa politique les déçoit et ils forment une nouvelle droite religieuse encore plus extrème. Ils n’hésitent pas à user de la propagande pour répandre leurs idées. Ronald Reagan se joint à eux et remporte en 1980 les élections. Le nouveau président les abandonne et ne leur donne que peu de pouvoir. En 1984, malgré les réticences qui ont naquis parmi les fondamentalistes, il arrive à se les mettre dans la poche et remporte grâce à eux l’élection. L’histoire se répète et Reagan se désintéresse complètement des causes défendues par les fondamentalistes.

Ces derniers se rendent finalement compte qu’ils ne sont qu’une machine à voix durant les élections. Mais soutiennent quand même George W. Bush qui lui, proposa des lois allant dans le sens de la droite religieuse.

Les attentats du 11 septembre 2001 renforcèrent les liens entre politique et religion en relançant les projets de croisades. Cependant, George W. Bush s’est rendu compte du danger que peut présenter l’alliance avec la droite religieuse et n’hésite pas à s’en démarquer sur plusieurs sujets.

Les fondamentalistes, eux, persévèrent à vouloir percer en politique.

>> Est-ce que des mouvements similaires se sont développés dans d’autres pays durant le 20ème siècle ?

>>Que répondent les fondamentalistes aux multiples preuves qu’apporte la science allant dans le sens de Darwin ?

DELOZIER Thomas

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...