http://pedagogie.ac-amiens.fr/lettres/Latgrec/persona.jpg « Peut-être, dans beaucoup de moments de ma vie, autrui se réduit-il pour moi à ce spectacle qui peut être un charme. Mais que la voix s’altère, que l’insolite apparaisse dans la partition du dialogue, ou au contraire qu’une réponse réponde trop bien à ce que je pensais sans l’avoir tout à fait dit, – et soudain l’évidence éclate que là-bas aussi, minute par minute, la vie est vécue : quelque part derrière ces yeux, derrière ces gestes, ou plutôt devant eux, ou encore autour d’eux, venant de je ne sais quel double fond de l’espace, un autre monde privé transparaît, à travers le tissu du mien, et pour un moment c’est en lui que je vis, je ne suis plus que le répondant de cette interpellation qui m’est faite. Certes, la moindre reprise de l’attention me persuade que cet autre qui m’envahit n’est fait que de ma substance : ses couleurs, sa douleur, son monde, précisément en tant que siens, comment les concevrais-je, sinon d’après les couleurs que je vois, les douleurs que j’ai eues, le monde où je vis ? Du moins, mon monde privé a cessé de n’être qu’à moi, c’est maintenant l’instrument dont un autre joue, la dimension d’une vie généralisée qui s’est greffée sur la mienne. »

Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Gallimard, p. 26-27.

http://image.evene.fr/img/agenda/lieu/g/1702.jpg « Les autres » ne désignent pas la totalité de ce que je ne suis pas, de ce dont je me distingue ; au contraire, les autres sont plutôt ceux dont le plus souvent on ne se distingue pas soi-même et parmi lesquels on se trouve aussi. Le monde auquel je suis est toujours un monde que je partage avec d’autres, parce que l’être-au-monde est un être-au-monde-avec… Le monde de l’être-là est un monde commun. L’être-là… est un être-avec-autrui. L’Etre en soi intramondain d’autrui est coexistence.

Heidegger, L’Etre et le Temps (1927), Paris, Gallimard, 1964, p.150.

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...