http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/37/EmpereurTacite.jpg/169px-EmpereurTacite.jpg

Historique

Après les règnes d’Auguste (27 av. J.-C. / 14 av. J.-C.), de Tibère (14 / 37 ap. J.-C.), de Caligula (37-41 ap. J.-C.), commence celui de Claude (41- 54 ap. J.-C.)

Claude, d’un premier mariage avec Messaline a eu deux enfants, Britannicus et Octavie. Messaline fut répudiée a cause de ses moeurs dépravées puis assassinée. Claude épouse en secondes noces Agrippine, laquelle avait déjà d’un premier mariage un fils, Néron. Agrippine, ambitieuse, n’a qu’une idée, faire régner son fils Néron et elle empoisonne Claude en 54.

Néron accède au trône en 54, il a 17 ans. Très vite, il va se débarrasser de tous ceux qui pourraient lui faire obstacle : d’abord Britannicus, le fils de Claude en 55 ; puis sa propre mère Agrippine qui réprouvait sa liaison avec Poppée en 59 (il a 22 ans !) ; ensuite sa femme Octavie, la soeur de Britannicus en 62 ; Poppée devient sa favorite en titre puis son épouse, il la tuera en 66. Enfin, il disgracie son ancien maître et ministre Sénéque en 62 et le condamne à mort (par suicide commandé) en 65 ; il condamne également les autres membres de la conjuration de Pison, Pétrone et Lucain (conjuration née en 62 de la révolte du milieu sénatorial contre les excès et les crimes de Néron.

Agrippine avait espéré régner à travers son fils, mais le tout jeune homme s’affranchit rapidement de son autorité. Excédé de ses reproches, (notamment concernant sa liaison avec Poppée) il tente une première fois de la faire assassiner au cours d’un retour par mer. Un plafond chargé de plomb s’effondre, mais juste à coté d’Agrippine. Celle ci en réchappe et parvient à regagner la côte à la nage. Néron épouvanté et craignant sa vengeance, envoie aussitôt une troupe d’assassins sous la direction de son affranchi Anicetus. Agrippine était si impopulaire que personne ne protesta contre ce crime. C’était pourtant le début d’une folie débridée à laquelle mettra fin le légat d’Espagne Galba, prenant la tête de la révolte, proclamé empereur par le sénat, et déclarant Néron ennemi public. Celui-ci se suicide en 68. Galba sera assassiné en 69 et il faudra attendre le règne de Vespasien (après Othon et Vitellius) pour que Rome trouve enfin un peu de paix et de stabilité.

Écrire l’histoire

Dans l’antiquité, l’histoire n’est pas une discipline méthodique mais un genre littéraire majeur qui consiste à retracer les faits (fata = les événements) avec art, c’est l’historiographie. L’histoire, pour les romains se lit comme une succession d’actes accomplis (res gestae), ce qui engage la responsabilité morale des individus qui les réalisent :  c’est une vision  humaniste qui se fait jour en affirmant les rôles des peuples et des gouvernants à l’instar des divinités ou autres destins. Par là même l’histoire devient un auxiliaire de la politique et de la morale. L’histoire écrira Cicéron est magistra vitae, là où se trouvent les bons et les mauvais exemples (exempla historica).

Cette valeur de l’histoire doit être nuancée dans la mesure où le travail de l’historien est subjectif : il ne dispose bien souvent que de la tradition orale pour construire ses récits, les arcives sont réduites, celles de Rome ont été conservées sur des rouleaux de lin : les libri lintei notaient des noms de magistrats, la chronique des pontifes les noms des grands prêtres, les annales maximi ont été détruites par un incendie en 120… Enfin, à ces faits qui sont souvent relatés (narrare) avec la grandeur des drames héroïques se mêlent des jugements moraux, des confusions ou des vraisemblances tirées de l’imagination de l’historien. Il faut que  le récit soit ornata conseille Cicéron !

TACITE

P. Cornelius Tacitus né 55 ap. J.-C.

Né selon toute vraisemblance en Gaule narbonnaise, issu de la bourgeoisie provinciale, il doit à Vespasien d’être appelé au sénat et d’entamer ainsi la carrière des honneurs. Questeur en 81, préteur en 88, il assure ensuite un commandement militaire en Germanie, puis regagne Rome en 93. Pendant les dernières années du siècle de Domitien, il reste au sénat. En 97 il aborde les temps nouveaux inaugurés par Nerva : ses talents d’orateur et d’avocat font de lui un homme reconnu et influent. Il est très lié à Pline et Trajan. Vers 104 il commence les histoires achevées en 109. Puis il est nommé proconsul d’Asie et commence les Annales vers 117.

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...