Hegel : la conscience et les ronds dans l’ eau

ronds dans l’eauPour prendre conscience de lui-même, l’homme doit se contempler dans son propre reflet. Il doit s’ « objectiver »:

« Les choses naturelles ne sont qu’immédiatement et pour ainsi dire en un seul exemplaire, mais l’homme, en tant qu’esprit, se redouble, car d’abord il est au même titre que les choses naturelles sont, mais ensuite, et tout aussi bien, il est pour soi, se contemple, se représente lui-même, pense et n’est esprit que par cet être-pour-soi actif. L’homme obtient cette conscience de soi-même de deux manières différentes: premièrement de manière théorique11, dans la mesure où il est nécessairement amené à se rendre intérieurement conscient à lui-même, où il lui faut contempler et se représenter ce qui s’agite dans la poitrine humaine, ce qui s’active en elle et la travaille souterrainement, se contempler et se représenter lui-même de façon générale, fixer à son usage ce que la pensée trouve comme étant l’essence  (2, et ne connaître, tant dans ce qu’il a suscité à partir de soi-même que dans ce qu’il a reçu du dehors, que soi-même. Deuxièmement, l’homme devient pour soi par son activité pratique, dès lors qu’il est instinctivement porté à se produire lui-même au jour tout comme à se reconnaître lui-même dans ce qui lui est donné immédiatement et s’offre à lui extérieurement (3. Il accomplit cette fin en transformant les choses extérieures, auxquelles il appose le sceau de son intériorité et dans lesquelles il retrouve dès lors ses propres déterminations (4. L’homme agit ainsi pour enlever, en tant que sujet libre, son âpre étrangeté au monde extérieur et ne jouir dans la figure des choses que d’une réalité extérieure de soi-même. La première pulsion de l’enfant porte déjà en elle cette transformation pratique des choses extérieures; le petit garçon qui jette des cailloux dans la rivière et regarde les ronds formés à la surface de l’eau admire en eux une oeuvre, qui lui donne à voir ce qui est sien. Ce besoin passe par les manifestations les plus variées et les figures les plus diverses avant d’aboutir à ce mode de production de soimême dans les choses extérieures tel qu’il se manifeste dans l’oeuvre d’art’. Or l’homme ne procède pas seulement ainsi avec les objets extérieurs, mais tout autant avec lui-même, avec sa propre figure naturelle qu’il ne laisse pas subsister en l’état, mais qu’il modifie intentionnellement ».
Friedrich Hegel, Cours d’esthétique (1818-1829), t. I, introduction,texte établi en 1842, trad J.-P. Lefebvre et V. von Schenk, Aubier, colt. «Bibliothèque philosophique», 1995, p. 45-46.
1 « Premièrement de manière théorique» et « Deuxièmement… par son activité pratique» ne renvoient pas à une succession. Hegel examine tour à tour deux faces de la prise de conscience de soi.
2 Par un examen intérieur de soi, la pensée trouve ce qui définit essentiellement l’humain. 3 L’homme se reconnaît dans le monde extérieur en le transformant, en y mettant son empreinte.
4 L’homme «détermine»le monde extérieur en le  transformant. Il fait de ce monde un miroir de son humanité. Hegel considère également le travail comme un mode de constitution de la conscience de soi.

37 réflexions au sujet de « Hegel : la conscience et les ronds dans l’ eau »

  1. Le , Julia a dit :

    Je ne comprends pas très bien l’expression « se produire lui-même au jour » dans ce texte.

  2. « Se produire lui-même au jour » veut dire se manifester, se montrer , se faire voir, se faire reconnaître ou admirer par exemple. S’exprimer -on dirati cela aujourd’hui.
    Chez Hegel c’est : « s’objectiver ».

  3. Le , Chloé a dit :

    Bonjour,
    Je suis élève de terminale Littéraire et je suis en train d’étudier ce texte de Hegel dans le cadre d’une explication de texte, et l’analyse doit être linéaire. Je pense avoir trouvé un début de plan mais la première phrase « Les choses naturelles ne sont qu’immédiatement et pour ainsi dire en un seul exemplaire » me pose problème.
    Mon ébauche de plan serait la suivante :
    . A la ligne 1 Hegel évoque « les choses naturelles » pour les mettre en parallèle à …
    . la thèse du texte « l’homme, en tant qu’esprit, se redouble, car d’abord il est au même titre que les choses naturelles sont, mais ensuite, et tout aussi bien, il est pour soi, se contemple, se représente lui-même, pense et n’est esprit que par cet être pour-soi actif. » qu’ Hegel annonce de la ligne 1 à 3.
    . Puis de la ligne 4 à la fin (ligne 14) Hegel expose deux faces de la prise de conscience de soi.
    « Premièrement de manière théorique … » de la ligne 5 à 9
    Puis « Deuxièmement … par son activité pratique » de la ligne 9 à la fin.

    (Mon texte prend fin à « L’homme agit ainsi pour enlever, en tant que sujet libre, son âpre étrangeté au monde extérieur et ne jouir dans la figure des choses que d’une réalité extérieure de soi-même. » )

    Je vous remercie de me donner votre point de vue.

  4. La suite de la phrase vous donne l’explication :l a conscience existe en double puisqu’elle se dédouble pour se contempler.
    Hegel appelle « en soi » les choses qui existent simplement (un caillou) et « pour soi  » ce qui a la capacité de se dédoubler (la conscience humaine).
    Pour la suite, attention à ne pas résumer le texte. Il faut l’expliquer et non le répéter, ce que vous appelez faire un plan (un resumé?) Voyez ma méthode sur ce blog

  5. Le , Josie a dit :

    Bonjour, je suis élève en terminale L, mon professeur de philosophie nous a donné ce texte de Hegel a commenter, seulement je ne comprend pas pourquoi la première phrase du texte est différente de votre version. En effet il est écrit: « les choses de la nature n’existent immédiatement et d’une seule façon tandis que l’homme parce qu’il est esprit, a une double existence… » Pouvez vous m’éclairer ?

  6. C’est le même texte, mais la traduction est différente . Votre traduction me semble plus facile à comprendre…

  7. Le , Josie a dit :

    Je vous remercie pour votre aide !

  8. Le , mathilde a dit :

    je trouve pas la these de ce texte =(
    merci de bien vouloir m’aider =) je désespere, ce texte est atrocement dur

  9. Il faut chercher la différence entre l’en soi et le pour soi. En soi : qui est seulement.
    Pour soi: la conscience réfléchie.
    Hegel décrit un processus qui explique le jeu de l’enfant jetant des cailloux dans l’eau , l’activité artistique et le mode d’être du pour soi (la conscience).
    Ce processus comporte trois moments: l’existence immédiate , la projection ou extériorisation (aliténation) et enfin le retour à soi.
    Ce processus permet au sujet de ses contempler dans ses oeuvres, comme l’enfant contemple les ronds dans l’eau….

  10. Le , alexandra a dit :

    Salut, j’ai un peu de mal avec le pb que soulève le texte. Pour l’instant j’ai mis : « le travail permet -il la constitution de la cs de soi? Grace à la consc de soi, comment l’homme prend t-il consc de l’existence? »

    Suis-je hors sujet? :s alala…

  11. Voyez mes précédents posts.
    Il n’est pas spécialement question de travail dans le texte!
    A ma connaissance, il n’y a pas que le sgens qui travaillent qui peuvent prendre conscience d’eux -mêmes..

  12. Le , Madeleine a dit :

    Je ne comprend pas trop la phrase:
    « L’Homme agit ainsi pour enlever, en tant que sujet libre, son âpre étrangeté au monde extérieur et ne jouir dans la figure des choses que d’une réalité extérieure de soi-même. »
    Cela signifie que l’homme[en tant que sujet capable de penser, réfléchir…] tente de transformer son environnement afin d’y retrouver une part de soi?

  13. Le , Julia Leblanc a dit :

    je ne comprend pas tres bien l’exemple de l’art…

  14. A Julien: un artiste s’approprie le monde en le représentant. Il le rend moins inquiétant, il l’humanise.
    A Madeleine : l’homme en s’appropriant le réel , en lui imposant sa signature (faire un temple par exemple, aménager un paysage, ou simplement jardiner) le rend moins hostile, il lui enlève son agressivité, son caractère inhumain. Comme quand on domestique les animaux.
    l’animal domestiqué est notre reflet, dans le quel nous nous contemplons, ou même nous nous admirons;..

  15. Le , Deborah a dit :

    Vous venez d’éclaircir ma pensée qui était perdue dans un grand brouillard quant à une multitude de concepts non-compris de ce texte !
    Grâce à vous, maintenant, la rédaction de mon analyse sera extrèmement plus aisée!
    Je tiens donc à vous remerciez trés chaleureusement ainsi qu’à vous félicitez pour vos performances en sujet de philosophie!
    De plus je tiens à vous complimentez quant à votre patience et votre présence pour tout ceux qui en ont besoin !
    Encore merci !
    Et bonne continuation

  16. Le , thiane a dit :

    je crois que le texte lui peut retourner dans son contexte c’est a dire le phénomenologie. dans cet ouvrage lesdeux premieres figures la conscience et la conscience de soi sont les deux niveaux ou le texte prend sa source. dans la premiere figure l’homme s’investi dans le monde exterieur et crois y trouver toute verité car celui ci lui semble d’une richesse infinie.le point de vue ou se tient la conscience est celui de l’immediateté c’est a dire dans le recueillement immediat donc sans mediation des données que lui livre ce monde. mais c’est un monde d’illusion car ce qui s’y trouve c’est l’absence d’unité donc de verité fixe.(l’ici et le maintenant.) ce sont les universels mais leur contenu s’evapore et rendent toute affirmation contingente. et comme ce qui visée c’est l’universel la conscience se voit dans le desespoir car n’ayant trouver le pariculier le relatif. c’est perte de latotalité qui l’amene a un repli sur soi et a poser la verité de son egalité a soi JE=JE. c’est une attitude reflechi parce qu’elle oriente la reflexion sur soi meme et non sur un ceci factuel. en cela il se distingue des animaux qui ne peuvent exprimer ce JE. l’homme seule peut dire JE et agir en soi dans l’intimité de son dire.c’est d’abord théporique puisqu ‘elle est sans contenu autre que cette egalité subite. elle est pratique dans le mesure ou c’est face a ce dont il s’oppose qui peut arrive a se connaitre comme limité mais faisant un tout avec l’universel a quoi il participe. cette ouverture ou monde marque sa reconnaissance. en resumé l’homme s’oppose au monde, a son etrangete en tant qu’il se le donne pour lui meme en le transformant. l’homme etant le logos icarné fixe les modalités qui definisse le sens que le monde exterieur revet.( c’est un Kant= le monde comme objet de mes représentations)
    bon j’arrete je m’arrete la pour le moment.

  17. merci Déborah, à bientôt..
    Thiane, je ne comprends rien à votre texte; J’espère que ce n’est pas une dissert ni un projet de dissert.

  18. Le , BOBO a dit :

    hegel est un être rempli d’amour de mystère, de sagesse. il pense à nous misérables créatures terrestres. malheur à toi, petit homme, Hegel par les choses naturelles et immédiates que ce soit théoriquement ou pratiquement va vous jeter dans l’eau par la bouche de l’enfant. DEUX POUR TOI ET RAMI POUR SOI

  19. Le , Sophie a dit :

    bonjour, je voulais savoir combien de parties faut-il faire pour l’explication de ce texte?

  20. Le , Laura a dit :

    bonjour, je dois rendre ce commentaire pour demain et j’ai du mal à trouver le problème du texte…
    Je m’interroge sur plusieurs idées :
    – est ce le rapport de la conscience pour soi et la conscience en soi?
    – est ce plutôt à propos du fait qu’il n’y a pas que deux manières d’atteindre la conscience de soi? et qu’il y a le travail en plus?

  21. Le pb est : qu’est-ce qui oppose les choses (sans conscience) et les êtres conscients.
    Et la réponse : les êtres conscients sont « pour soi » ce qui signifie qu’ils se déboublent en se projetant hors de soi, pour se reconnaître ensuite dans l’autre que soi..
    Remarquez que tout est expliqué dans les post précédents…

  22. Le , lilicee a dit :

    Bonjour, je suis élève en terminale S je dois faire le commentaire de ce texte mais j’ai un petit problème pour rédiger mon introduction. Je n’arrive pas a différencier le thème de la thèse. La thèse et t-elle forcément sous forme de question? Merci de bien voiloir m’aider.

  23. Le , Farah a dit :

    Bonjour, je suis élève de Terminale L et je dois faire une étude de ce texte, je bloque un petit peu sur le thème ! Je pense qu’il s’agit de « l’homme est un être pour soi actif, soit un être capable de se représenter » Mais j’aimerais savoir si cela est bon, et si possible comment développer cette idée ! Merci d’avance :)

  24. Je ne comprends pas votre question!!!!!!!
    Le thème?
    Ou la thèse?
    Le thème est : la conscience.
    Ce que vous énoncez est une thèse.
    La thèse de Hegel est énoncée dans les premières lignes;: par opposition aux êtres naturels , l’homme est un être qui se dédouble ( ou se rédouble). Toute la suite développe cette thèse

  25. Le , Séverine a dit :

    j’ai également à faire ce texte, cependant notre prof nous demande de citer avec des « … » la these et de la reformuler mais je ne sais pas quoi citer je pense que la these est la première phrase mais je n’en suis pas sur

  26. boujour, je suis en terminale et j’ai l’explication de ce texte à faire ! j’ai compris grâce à vos commentaires le texte , de quoi il traite , la thèse… mais je ne comprends pas comment écrire tout une double feuille sur ces quelques lignes ? je n’arrive pas du tout à développer mes idées car pour il n’y a pas grnad chose à dire !!!
    pouvez-vous m’aider svp ?

  27. Regardez mes commentaires successifs, il y a beaucoup à dire.
    Prenez une phrase après l’aure, et expliquez là en vous servant de tous mes posts ci-dessus…

  28. Le , Tara a dit :

    Bonjour, je suis en terminale ES et je dois commenter ce texte à partir de « deuxièmement… » donc seulement la prise de conscience pratique, mais il y a deux phrase que je ne comprends pas: tout d’abord celle-ci “L’Homme agit ainsi pour enlever, en tant que sujet libre, son âpre étrangeté au monde extérieur et ne jouir dans la figure des choses que d’une réalité extérieure de soi-même.” Je sais que vous l’avez déjà expliqué mais je ne comprends toujours pas ce que signifie « et ne jouir dans la figure des choses que d’une réalité extérieure de soi-même. » La deuxième phrase qui me pose problème est la dernière: est ce que cela a un rapport avec l’image que nous donnons de nous-même, ou peut être est ce que cela veut dire que nous pouvons changer notre nature si nous le désirons ? Merci de l’aide que vous m’avez déjà apportée, elle a été plus que bienvenue.

  29. Tara,
    Cela veut dire que l’homme s’empare du monde extérieur en lui imposant sa marque, sa signature. Il le rend moins effrayant. Exemple : les cinéastes qui font des films sur les vampires; c’est une manière de dédramatiser la sexualité adolescente, et notamment la peur su SIDA;
    Comprenez-vous?
    On appelle cela aussi la sublimation, ou la catharsis; Cherchez ces termes sur le blog.
    Il ne s’agit pas de notre nature, mais de notre rapport à la Nature.

  30. Le , Tara a dit :

    Oui, merci beaucoup, je comprends mieux le rapport avec l’art…mais toujours pas la dernière phrase « Or l’homme ne procède pas seulement ainsi avec les objets extérieurs, mais tout autant avec lui-même, avec sa propre figure naturelle qu’il ne laisse pas subsister en l’état, mais qu’il modifie intentionnellement”: pourquoi y a t-il ce « or », et je ne comprends pas ce que veut dire Hegel dans cette phrase…

  31. Le , Vlad a dit :

    Bonsoir, je suis en Ts et je travaille sur une explication de ce texte de ce texte. Je n’est pas la même traduction à traduire, et mon extrait se termine à la fin de l’exemple de l’enfant et des ronds dans l’eau. J’ai plusieurs questions:
    1) « L’homme agit ainsi pour enlever, en tant que sujet libre, son âpre étrangeté au monde extérieur » ce fragment n’apparait pas dans mon texte, à aucun moment on ne fait référence de l’âpreté du monde extérieur. puis-je quand même en parler dans mon explication?
    2)Pour moi, la thèse du texte était plutôt : »Comment s’acquiert la conscience humaine ». il donne deux manieres d’y parvenir, et je comptais calquer mon plan la dessus. est-ce une bonne idée?
    3)Je ne comprends pas vraiment en quoi « Par un examen intérieur de soi, la pensée trouve ce qui définit essentiellement l’humain » et « Il fait de ce monde un miroir de son humanité ». il me semblait que l’homme analysant son être intérieur, ses propres senitments trouvait ce qui faisait de lui ce qu’il était, et en trouvant cela il prenait conscience de lui. de même pour la transformaition du monde qui l’entoure, comme il y dépose sa signature personnel, je pensais qu’il se reconnaissait lui-même plutôt que son humanité (ce qui est propre à tous les hommes)
    4) est-il judicieux de comparer ce texte avec la conscience réflexive de Descartes?
    Merci de bien vouloir éclaircir ces points
    et merci beaucoup d’aider de pauvres lycéens en pleine détresse philosophique…

  32. A tara,
    or signifie ici: en outre….
    Hegel explique que le processus est identique dans le cas où l’objet d’étude est le sujet lui-même.
    Pour connaître quoi que ce soit, on le modifie…

  33. Le , delphine a dit :

    bonjour, merci pour toutes ces explications utiles mais je n’ai pas bien compris ce que vous vouliez dire lorsque vous expliquez l’exemple de l’enfant jettant des cailloux dans l’eau. « Ce processus comporte trois moments: l’existence immédiate , la projection ou extériorisation (aliténation) et enfin le retour à soi » A quoi correspondent exactement ces trois moments?

  34. Existence immédiate: avant de jeter le caillou
    Extériorisation: jeter le caillou
    Retour à soi : reconnaissance de soi dans son image, ici les ronds dans l’eau.
    Le mot exact est « aliénation » qui est ici synonyme d’extériorisation. (il y avait une coquille)

  35. Le , 13myssy a dit :

    Bonjour! je voudrais savoir si Hegel apporte plus d’importance a laspect theorique ou pratique de la conscience de soi. et je voudrais savoir si d’apres Hegel l’homme a immediatement conscience de lui meme ou s’il s’agit d’un processus et les expressions qui permettent de le justifier

  36. Le , 13myssy a dit :

    Pouvez vous m’aider et me dire si Hegel accorde pkus d’importance a l’aspect theorique ou pratique de la conscience en soi.
    Si on peut dire selon Hegel que l’homme a immediatement conscience de lui-meme ou s’agit il d’un processus.
    Merci

Laisser un commentaire