Le vivant


FICHE LE VIVANT

Vivant :  (etymologie : lat. vivus, vivant, animé, de vivere, vivre).  Le vivant est une catégorie qui regroupe tous les êtres doués de vie, et pourtant on ne définit pas le vivant comme « un être doué de vie ». Pourquoi ? Parce que la  » vie  »  est une notion problématique en ce sens que la vie n’est pas une donnée observable, et que les frontières entre le vivant et le non-vivant sont moins nettes qu’on pourrait le croire (cf un embryon congelé par exemple, ou un germe hiberné pendant plusieurs siècles). On préfère donc définir les êtres (ou  » systèmes)   vivants par des traits caractéristiques communs, observables et aussi  objectifs que possibles. Selon Jacques Monod (dans Le hasard et la nécessité, 1970)  les êtres vivants, depuis l’amibe jusqu’à l’homme,  s’opposent aux êtres naturels et aux choses artificielles (produites par l’homme)  de trois poins de  vue : 1) Le vivant est un individu indivisible doué d’une autonomie relative à l’égard du milieu ambiant et  il obéit globalement à une programmation interne même s’il a besoin d’apports extérieurs pour se régénérer 2)  Il est porteur d’une invariance reproductive, les êtres vivants reproduisent d’autres êtres vivants possédant les caractéristiques essentielles de l’espèce 3) Chaque système vivant, dans son ensemble comme dans chacune de ses parties, répond à une fonction, c’est-à-dire semble poursuivre des fins.
 On retiendra de tout ceci l’essentiel : les êtres vivants sont des systèmes auto organisés, auto normés, dont tous les organes et les éléments sont solidaires et indissociables. On ne peut pas détruire ou décomposer un être vivant  puis le reconstituer par la suite, contrairement à ce que pourrait suggérer la généralisation des opérations de greffes d’organes. Un être vivant  naît et meurt, et la mort est irréversible, tandis  qu’une machine peut toujours être reconstituée.
Biologie : Le mot  » biologie  » apparaît en 1802 avec Lamarck, auteur de Théorie de l’évolution des espèces. Mais la biologie ne se constitue vraiment en science qu’au cours du 19 ième siècle grâce à trois découvertes décisives concernant le rôle de la cellule dans le vivant (A. Leeuwenhoek, 1665), la loi de l’hérédité (Mendel, 1866) et celle de l’évolution des espèces (Darwin 1859) . Jusque là,  les interdits religieux (interdit de la dissection) les préjugés (celui de la génération spontanée) et certaines théories philosophiques (le finalisme hérité d’Aristote, le mécanisme trop schématique de  Descartes)  entravaient les recherches. Aujourd’hui les progrès de la génétique et des neurosciences entraînent des bouleversements constants. L’opposition entre le corps (purement matériel) et l’esprit (purement humain) est remise en cause par  la neurobiologie qui nous apprend à mieux comprendre le rôle du   substrat matériel des opérations mentales (cf  l’ouvrage de  l’américain  Antonio Damasio : L’erreur de Descartes, qui démontre le rôle essentiel des émotions, donc du rapport au corps,  dans l’intelligence humaine).
 Mécanisme : Théorie d’après laquelle le fonctionnement du vivant peut être expliqué comme celui d’une machine. En d’autres termes : les activités du vivant se réduisent aux propriétés physico-chimique de la matière. Ainsi, pour Descartes, le  comportement des animaux ne nécessite pas le recours à la notion de  » vie « , au sens d’Arsistote,  ni d’intention. L’on admet aujourd’hui que la cellule vivante  se comporte en effet comme une  » horlogerie microscopique « , ce qui donne sur ce point , raison à Descartes.
 Finalisme : théorie d’après laquelle, pour expliquer le comportement des êtres naturels, en particulier des êtres vivants, il faut faire appel à la notion de  » causes finales  » ( fins , objectifs ou intentions de ce qui agit).

2 réflexions au sujet de « Le vivant »

  1. Le , Indiana a dit :

    bonjour,
    est-il concevable d’assimiler le vivant à la machine?
    si oui, dans quel sens est-ce possible?
    merci

  2. Indiana,
    Vous avez lu la fiche , ou pas?
    La réponse s’y trouve!
    « Assimilé »: sûrement pas!!!!
    Lisez les innombrables post que j’ai écrits sur l’animal et l’homme sur mes différents blogs…

Laisser un commentaire