Oct 23 2010

les lauréats

Publié par Christophe dans Non classé      


Le lauréat 2010  : Hugo BUAN avec Cézembre noir, éditions Pascal Galodé




Oct 22 2010

Prix Polar Michel Lebrun 2011

Publié par Brigitte dans Non classé      

la sélection 2010 – 2011


1. FLIPO Georges, La Commissaire n’aime point les vers, La table ronde

2. GOUIRAN Maurice, Franco est mort jeudi, Jigal

3. JOSSO Yves, L’Assassin des cathédrales, 10/18 « grands détectives »

4. MANOTTI Dominique, Bien connu des services de police, Série Noire

/ Gallimard

5. ROUX Christian, Kadogos, Rivages / Noir


Avr 8 2010

Réponse de Pierre Hanot aux élèves de 1L

Publié par Christophe dans rencontres      

Tout d’abord merci à tous pour votre accueil lors de notre rencontre au Mans. Merci aussi pour le temps que vous avez passé à commenter cette rencontre.
Je me permets donc à mon tour de vous soumettre les quelques réflexions qui me viennent à l’esprit.
Tout d’abord, à ceux qui n’ont pas été convaincus par la lecture de mon roman, je veux dire que c’est leur liberté totale et incompressible, et qu’heureusement un livre ne peut ni ne doit faire l’unanimité, puisqu’une fois édité, son destin est entre les mains de ses lecteurs.
Il en va de même pour l’impression qu’a pu vous laisser notre rencontre : vos avis semblent pour le moins partagés, voire parfois contradictoires.
Ainsi, certains ont trouvé mes propos clairs et compréhensibles, alors que d’autres évoquent des longueurs ou mes phrases décousues.
Je me suis présenté à vous en toute sincérité, sans calculs et sans a priori, simplement guidé par la passion qui m’aide à poursuivre mon travail d’écrivain et de musicien. Et j’ai voulu vous parler hors schéma scolaire, de la façon la plus naturelle possible.
L’abondance des thèmes abordés a sans doute dérouté certains d’entre vous, mais j’ai le souvenir d’avoir sollicité vos réactions à plusieurs reprises, attentif aux questions que vous auriez pu me poser.
Cette initiative de soumettre nos romans à un lectorat de lycéens m’apparaît très constructive et porteuse d’enseignements pour nous, auteurs, c’est pourquoi j’ai voulu vous être disponible.
Mais sur un point, je n’ai peut-être pas été suffisamment clair. Deux de vos commentaires, en effet, m’interpellent, qui concernent mes interventions en prison : l’un exprime de l’incompréhension, jugeant que les prisonniers feraient mieux de « se remettre en question », tandis que l’autre me reproche de trop insister sur le sujet.
Mon engagement pour une action culturelle en milieu carcéral est fondateur de mon œuvre d’écrivain et de musicien chanteur : j’ai toujours estimé qu’un artiste se devait d’être partie prenante dans les combats que nous menons pour une société plus juste et plus au service des citoyens. Cette démarche trouve bien évidemment son écho dans deux de mes livres : dans « Rock’n taules », en premier lieu, qui est une réflexion sur l’enfermement et à un degré moindre, dans « Les clous du fakir », où j’aborde le thème de l’autodéfense, puisque mon personnage principal veut y faire sa propre justice.
Je pensais vous avoir expliqué les conditions de cet engagement : en aucun cas, je ne veux faire l’apologie du « taulard », mais au contraire, militer pour que la prison nous protège au mieux, ou au moins pire. Cela passe par des conditions d’enfermement qui soient dignes et sources de réinsertion pour ceux qui ont commis des délits ou des crimes. Car à enfermer les détenus dans des établissements inhumains ou insalubres, plutôt que de leur donner les moyens d’une réflexion sur le pourquoi de leur passage à l’acte, on les incite au contraire à la récidive et en bout… de chaîne, c’est nous qui payons l’addition.
Quant à mon roman noir, « Les clous du fakir », j’espère que sa trame, son histoire et le style de son écriture sauront vous interpeller, même s’il n’exploite pas les codes du polar traditionnel.
En tout cas, j’attends de ceux qui se sont arrêtés dans sa lecture ou qui ne l’ont pas encore lu, d’entreprendre ce voyage, vous êtes jurés et comme tout jurés, vous ne pourrez rendre votre jugement… qu’à la fin du procès, et en toute connaissance de cause !
Au plaisir de nous revoir
Pierre Hanot


Mar 30 2010

Rencontre des élèves avec Pierre Hanot : remarques

Publié par Christophe dans rencontres      

Quelques remarques d’élèves après la rencontre au lycée avec Pierre Hanot l’auteur de Les clous du fakir. Les avis sont contrastés.

« Je suis en train de lire Les clous du fakir, le début m’ayant déjà plongée dans l’histoire, l’entretien n’a fait qu’augmenter mon désir d’augmenter la lecture, plus envie de lire Serial looser pour son caractère décalé et Comique »
« Pierre Hanot nous a donné beaucoup de conseils pour lire et écrire. Son langage franc le rapproche peut-être un peu plus de nous dans la façon où on comprend clairement ce qu’il veut. j’ai trouvé également très intéressant (instructif) le moment où Hanot nous a parlé de ce lien avec le mileu carcéral…Cette rencontre m’a donné envie de lire Roc’n taule« 
« Après cette rencontre, je comprends mieux l’histoire. j’aimerais lire le livre avec l’homme qui tue les chanteurs car pierre m’a donné envie de le lire. En revanche les autres oeuvres ne me donnent pas envie de les lire. »
« Je comprends mieux la manière dont est écrit le livre. je cerne mieux le personnage principal car il reflète l’auteur mais il ne change en rien l’idée que j’ai du livre. »
« Une petite facette de l’écrivain s’est éclairée, il pense qu’on ne laisse aucune chance aux prisonniers et qu’ils sont détenus dans des chambres à la limite de l’insalubrité. je ne le comprends vraiment pas puisqu’il y a beaucoup de récidives donc  une libération de prison, ils se retrouvent en liberté. Ils n’ont qu’à se remettre en question. »
« Image d’un écrivain qui peut passer d’un milieu à un autre, d’une histoire à une autre, qui se renferme sur lui dès qu’il écrit un nouveau bouquin, ou devient irritant, et il s’en rend compte. Il écrit pour lui avant d’écrire pour les autres. »
« j’avais déjà commencé le livre mais aux premiers abords il ne m’a pas plu. J’ai donc arrêté la lecture. Mais le fait d’entendre parler l’auteur m’a donner envie de le reprendre. »
« Précurseur en tout mais personne en a entendu parler. Première partie très longue lorsqu’il expose sa vie, ses buts, ses combats. Il aime jouer dans le milieu carcéral : à force de répéter çà on a compris ! Phrases décousues : il s’arrête parfois en plein milieu de phrase pour en commencer une autre… »
« Il nous a parlé sans aucune retenue, il parle avec les mots qui lui viennent tout de suite, cela permet de mieux le comprendre. Pierre Hanot n’est vraiment pas une personne superficielle et cela fait du bien, de temps en temps de rencontrer des personnes simples. »


Mar 29 2010

Patrick pécherot au lycée Marguerite Yourcenar du Mans

Publié par Christophe dans rencontres      

L’auteur de polars Patrick Pécherot sera présent lors d’une rencontre Tous publics au Lycée jeudi 08 avril à 18h00.