Comparer pour mieux chercher

11 05 2009

Comme il l’est souvent souligné ici, l’esprit critique est un élément indispensable à une recherche d’information intelligente. Il ne faut jamais croire à tout ce que l’on trouve, surtout sur internet ! Pour aiguiser votre esprit critique, rien de tel que l’exercice de la comparaison : ainsi, des outils vous permettent de chercher sur le web tout en croisant les outils de recherche, donc les résultats.

GrabAll offre ainsi une interface unique qui vous ouvre les portes d’une page de résultats dédoublée : à gauche, les résultats de Google ; à droite, ceux de Yahoo!. Cette présentation a pour intérêt majeur de vous montrer clairement que les mêmes mots clés ne renvoient pas aux mêmes documents selon l’outil de recherche utilisé. Twingine fonctionne exactement sur ce modèle en utilisant les mêmes moteurs de recherche. MyWebSearch propose de croiser les résultats de Google, Yahoo! et Ask ; trois onglets permettent d’afficher successivement les pages.

Ces trois outils semblent particulièrement intéressants parce qu’ils proposent un affichage distinct des résultats obtenus par les outils de recherche. Rien de tel pour comparer, pour prendre conscience des différences et similitudes et… pour trouver l’information la plus pertinente !

MHP



Mediapart : un projet au service d’une information de qualité !

12 03 2008

Avez-vous déjà entendu parler de Mediapart, le projet porté par Edwy Plenel ?
Non ?
Alors il est temps d’explorer le pré-site de ce projet très intéressant !

De quoi s’agit-il exactement ?

Le pré-site de présentation du projet expose clairement ce dont il s’agit :

« Il s’agit d’un journal en ligne d’information généraliste, s’adressant à une clientèle que ni l’offre papier existante ni l’offre en ligne ne satisfont aujourd’hui. Ce projet est né d’un double constat partagé par une équipe de journalistes expérimentés : la crise de la presse papier qui est une crise de l’offre éditoriale ; la crise  de croissance du web, dont les potentialités au service des citoyens éclairés ne sont pas exploitées au mieux et qui appelle l’invention d’un nouveau modèle d’information de presse. »

Mediapart se propose d’être une source de référence en termes d’information, de documentation et de débat, le tout étant inscrit dans une logique d’indépendance, de qualité et de pertinence. L’objectif est de donner au lecteur un outil de gestion de l’information lui permettant de ne pas se perdre dans la surinformation et la désinformation.

Concrètement, comment fonctionnera Mediapart ?

Mediapart s’oppose au principe de gratuité très répandu sur le web et dans certains secteurs éditoriaux « papier ». Une contribution devra être versée par le lecteur afin de permettre au journal de vivre et, ainsi, de garantir la qualité des contenus. Toutefois, la grille tarifaire prévue est loin d’être abusive ! Le tarif normal s’élève à 9 euros par mois, à 5 euros pour les moins de 25 ans et les chômeurs, à 15 euros pour ceux qui désirent soutenir davantage le journal et, enfin, un tarif groupé est à négocier pour les collectivités.

Ce mode de financement vise à assurer au lecteur la qualité à trois niveaux :

  • Sur le plan des journalistes et professionnels constituant l’équipe du projet ;
  • Sur le plan technique, avec une plateforme performante ;
  • Sur le plan temporel, pour assurer la pérennité du journal. 

Un système d’information collaboratif et personnalisé 

L’une des caractéristiques majeures de Mediapart est son aspect collaboratif et personnalisé. En effet, le lecteur adhérent est invité à poster des commentaires, à émettre des demandes et remarques, à s’intégrer au réseau des participants et des journalistes, à prendre part à telle ou telle communauté créée sur un sujet de réflexion et de débat. Le lecteur devient ainsi co-auteur et co-producteur de l’information. Il est actif dans sa gestion informationnelle, ce qui n’est pas du luxe en ces temps de surabondance déroutante en la matière !

Quand sera officiellement lancé Mediapart ?   

Le projet deviendra réalité à partir du 16 mars 2008. Toutefois, le pré-site de présentation regorge d’ores et déjà de ressources et vous permet d’adhérer au projet. Alors n’hésitez pas à fouiner dans les rubriques : vous trouverez forcément quelque chose qui accrochera votre regard !

Pour accéder au pré-site de Mediapart, cliquez ici !  

MHP



Marumushi, ou l’actualité cartographiée !

4 03 2008

Au risque de vous décevoir, Marumushi n’est pas un nouveau sushi à la mode… Eh non, il s’agit (seulement ?) d’un site japonais assez innovant !

En effet, Maramushi est une interface consacrée à l’actualité utilisant la technologie Newsmap et les données de Google News. Des rectangles multicolores, plus ou moins grands selon l’importance du thème, permettent de visualiser les informations relatives au monde, à un pays ou à un sujet. Placer le pointeur de la souris sur l’un des rectangles fait apparaître un résumé et, en cliquant, l’affichage du site source permet d’accéder à la source primaire de l’information. Une entrée par espace géographique (monde, Australie, France, Canada…) et une entrée par thématique (sport, technologie, santé, loisirs…) sont possibles.

Maramushi est donc un portail intéressant pour tous ceux qui souhaitent accéder à l’actualité de façon efficace, visuelle et rapide !

 

MHP

 



Suivre les fils RSS… sans s’emberlificoter !

12 12 2007

Si vous êtes un internaute attentif, vous n’avez pu manquer les icônes signalant sur les pages les fils RSS. Ici, jetez simplement un oeil sur la droite : une petite icône orange vous propose cette technologie ! rss  Mais qu’est-ce que le RSS ?

Pour faire simple, on peut dire que le RSS est un format de transmission de données. Il permet de transférer sur le poste d’un utilisateur, grâce à des flux, toutes les nouveautés éditées sur un site. Pour ceux qui connaissent l’informatique, il convient de préciser que le RSS est un fichier fondé sur le format XML (extensible mark-up language).

L’acronyme RSS n’est pas très consensuel puisque certains affirment qu’il signifie Really Simple Syndication, tandis que d’autres prônent la déclinaison Rich Site Summary et que les troisièmes affirment que le sigle est l’abréviation de Really Simple Syndication ou Rapid Site Summary. Mais n’entrons pas ici dans les débats techniques et contentons-nous d’éclairer le plus simplement possible le concept des fils RSS.

Quelle que soit la signification de l’acronyme, le RSS reste un format qui permet à des sites de publier de façon automatique la totalité ou une partie des informations : c’est ce principe qui permet de parler de syndication des contenus, autrement dit d’intégration des contenus. L’intérêt de cette technologie est assez évident : plus besoin de réaliser manuellement une veille, celle-ci s’effectue toute seule ! Les sommaires sont ainsi mis à jour au fur et à mesure de leur actualisation, les fichiers les plus divers peuvent être intégrés (webcasting, podcasting…). Pour les sites qui proposent des fils, le RSS génère du trafic puisque le site de l’utilisateur propose uniquement des liens vers les sites sources.

Vous vous demandez peut-être si la pratique de la syndication des contenus respecte le principe des droits d’auteur… et vous avez raison de vous interroger ! Mais vous pouvez être rassuré : un fichier RSS consiste à décrire les titres des nouvelles informations publiées sur un site et en aucun cas à reprendre celles-ci dans leur intégralité. Comme pour le droit de citation classique, il suffit donc d’indiquer de façon correcte la source du fil RSS.

Concrètement, comment peut-on utiliser les fils RSS ? Une nécessité : posséder un logiciel de lecture de fil RSS sur son ordinateur (on appelle ces logiciels des agrégateurs de fils). Il existe des logiciels gratuits ou payants. Les plus populaires sont FeedDemon (payant), RssReader (libre), Internet Explorer (version 7 minimum), Firefox (navigateur), Thunderbird (messagerie de Mozilla) et Opera (navigateur). On peut également citer des agrégateurs en ligne, tels que Bloglines et Google Reader.

Pour en savoir plus…

MHP



La sérendipité : petite explication

20 11 2007

La sérendipité est un terme que l’on rencontre souvent lorsqu’on s’intéresse à internet. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’être confronté à ce mot, voici quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre à quoi il se réfère et, pourquoi pas, d’épater vos copains en l’utilisant, l’air de rien, dans une discussion banale…  sourire

Darwin disait que la sérendipité est la « qualité qui consiste à chercher quelque chose et, ayant trouvé autre chose, à reconnaître que ce qu’on a trouvé a plus d’importance que ce qu’on cherchait ». La sérendipité est notamment mise en avant par le moteur de recherche Exalead : elle désigne une démarche qui consiste à partir d’un questionnement à l’aveuglette, que l’on précise et affine face aux résultats donnés par le moteur. Bref, la sérendipité peut être définie comme l’art de trouver une information intéressante et pertinente un peu par hasard. Elle s’applique non seulement au web (l’internaute peut tomber, au gré des clics sur les hyperliens, sur une page particulièrement riche sans vraiment l’avoir cherchée), mais aussi à la recherche dans une bibliothèque : imaginez un étudiant errant parmi les rayonnages… son regard parcourt les ouvrages et, tout à coup, s’arrête sur un document qui l’intéresse ! Sans véritablement l’avoir voulu, sans avoir adopté une réelle stratégie de recherche d’information, l’étudiant a trouvé !

Bref, vous l’aurez compris : dans le domaine de la recherche d’information, la sérendipité consiste à transformer en richesse exploitable des données ou des documents glanés au hasard. Autant dire qu’elle est une alliée potentielle, voire providentielle, du chercheur ! Elle permet non seulement de découvrir des informations auxquelles on ne s’attendait pas, mais aussi d’élargir l’horizon de la recherche et, plus globalement, de la connaissance.

Il n’empêche que la sérendipité ne saurait remplacer une vraie stratégie de recherche, pas seulement fondée sur l’heureux hasard celle-là…

Voir ailleurs…

Un article de fond proposé par des universitaires au cours de l’atelier d’un colloque.  

Un point très complet sur l’histoire et le sens du concept de sérendipité sur le site Automates Intelligents.  

L’article proposé sur Wikipédia retrace les différents usages et sens de la sérendipité.

MHP



Des dictionnaires à volonté !

14 06 2007

Le vieux dictionnaire papier qui moisit dans votre bibliothèque vous semble directement sorti d’une tombe égyptienne avec ses pages jaunies qui ressemblent à du papyrus ?
Ouvrir un livre aussi énorme qu’un dictionnaire vous paraît être une pratique ancestrale à la limite du comique ?
Ou alors, tout simplement, vous aimez naviguer sur les sites web ?
Jetez-vous donc sur www.dicoperso.com ! Ce site vous propose l’accès simple et gratuit à toute une série de ressources :
– Dictionnaire de l’académie française – Septième édition (1877) ;
– Proverbes et dictons : sélection de proverbes et de dictons classés par thème ;
– Les mots qui restent : répertoire de citations françaises, expressions et formules proverbiales ;
– Les Munitions du Pacifisme : Anthologie de plus de 400 pensées et arguments contre la guerre recueillis par Ermenonville en 1933 ;
– Dictionnaire des curieux : complément pittoresque et original de divers dictionnaires ;
– Dictionnaire Argot-Français : argot en usage en 1907 ;
– Dictionnaire des idées reçues : perle d’humour noir, où Gustave Flaubert répertorie les préjugés de ses contemporains ;
– Mythologie grecque et romaine : dictionnaire créé à partir du livre de Pierre Commelin (né en 1837), Mythologie grecque et romaine ;
– Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada ;
– Dictionnaire Français-Anglais ;
– Codes postaux des communes françaises ;
– Codes postaux des communes belges ;
– Sigles et acronymes.

Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans tout cela, vous n’aurez plus qu’à ressortir le bon vieux dico de vos étagères…

MHP



L’Europe au bout de la souris

8 05 2007

L’Europe… vaste sujet ! Pour défricher le terrain, je vous propose quelques pages de sources fiables qui vous permettront d’aborder différents aspects de l’Europe, des points les plus simples jusqu’à des considérations plus approfondies :

  • Sur le site de la Documentation Française, un dossier très complet réalisé à l’occasion du 50e anniversaire du Traité de Rome. Vous y trouverez des jalons historiques, des liens vers des sites web, une réflexion sur les enjeux et les défis européens ainsi que le programme de la présidence allemande en 2007.
  • Sur le site de l’OCDE (organisation de coopération et de développement économique), des dossiers d’actualité permettent d’aborder des points précis concernant les pays européens, dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’aide au développement, l’eau, les relations avec la Chine, la mondialisation ou encore le vieillissement démographique.
  • Le site baptisé « Toute l’Europe » se veut facile d’accès, destiné à tout public et complet. Une approche intéressante car claire et simple.
  • Dans le même esprit mais plus orienté « portail », le « Site d’orientation sur l’Europe » réalisé par le gouvernement français. Là encore, la clarté et la diversité des informations proposées en font une ressource très riche.
  • « L’Europe à l’école » est un site qui propose aux enseignants des pistes et des informations qui leur permettent de mettre en oeuvre la formation du futur citoyen européen au sein de la classe.
  • Une approche originale est offerte par Euratlas, un site géré par une société suisse qui met à disposition une série de cartes de l’Europe (géographie physique, atlas historique, photographies).
  • Toutes ces ressources pointent vers d’autres pages. En provenance d’institutions ou de sociétés fiables, elles sont à consulter sans modération !

    MHP



De la pédagogie dans la poubelle…

1 05 2007

Incontournable.
Eh oui, aujourd’hui, la poubelle est devenue incontournable !
Elle est partout : dans les maisons, dans les rues, dans les campagnes, dans les villes, dans les pays riches, dans les pays pauvres…
La poubelle, et plus globalement les déchets, sont une thématique très fréquemment abordée à l’école, surtout avec l’essor de la sensibilisation au développement durable et à la protection de l’environnement. Un projet québécois propose ainsi une « trousse pédagogique sur le recyclage » pleine de ressources intéressantes et ludiques.
Cette trousse est bourrée d’informations interactives destinées aux élèves et aux enseignants du primaire et du secondaire. Fiches pédagogiques, questionnaires, exemples, concours, liens vers d’autres ressources, composent ce site très bien conçu et graphiquement très agréable.
Voici de quoi apprendre à regarder d’une autre oeil les bennes à ordures et les petits monstres qui se cachent dans nos cuisines…

Voir ailleurs…

Développé par le même réseau québécois, un autre site propose des ressources sur d’autres points très actuels : le multiculturalisme, la consommation responsable, les droits humains, l’environnement, la mondialisation, la paix et la guerre. Pour devenir un citoyen du monde responsable !

MHP



Elaborer un dossier (épisode 2)

28 04 2007

Voici le deuxième volet de la série consacrée à l’élaboration d’un dossier. Abordons les deux premières étapes…

1) Du choix du sujet à l’analyse des informations collectées 

  • Le choix du sujet ou du thème                    

Dégager les différents axes de la réflexion et de la recherche
Elaborer les lignes directrices d’un premier plan schématique 

  • La recherche des documents 

Natures différentes (graphique, tableau numérique, photographie, article de presse, carte, caricature, bande dessinée…)
Sources différentes (dictionnaires, journaux, encyclopédies, manuels scolaires, ouvrages spécialisés, données économiques, statistiques…)
Date des documents
Auteurs des documents
Domaines traités (économique, juridique, social, politique…)     

  • Analyser des documents      

Mettre en relation des documents de même nature ou de nature différente
Trier (conserver, éliminer)
Sélectionner les documents significatifs : 
– diversité de natures et domaines
      
– justification du choix
Analyse de chaque document conservé :
  
Lecture d’un tableau numérique
 
Résumé d’un texte    
Analyse d’un graphique 
– 
Analyse d’une image 
Lecture d’une carte…
         

Est-ce qu’il me manque des documents ou des informations ? Lesquel(le)s ?
Je complète ma recherche documentaire si besoin.  

2) L’élaboration d’un plan 

  • Elaboration d’un plan précis           

Raisons du choix du sujet
Définition des grands ensembles et sous-ensembles, en liaison avec les domaines (historique, géographique, politique, économique…)
Justification de l’emploi des documents dans les ensembles et sous-ensembles
 
Je choisis un document significatif, accrocheur, qui me servira de SITUATION DE DEPART pour aborder, susciter ou introduire le sujet ou le problème posé dans le dossier.
Documents possibles :  graphique, tableau numérique, carte, article de presse,
 image…
J’élabore une fiche de vocabulaire.
Je précise, je complète, je développe l’analyse première de ce document.  

Remarque relative à l’élaboration du plan : Il peut parfois sembler difficile de faire émerger un plan, même à l’aide des documents sélectionnés. Afin de dépasser les blocages éventuels, une méthode toute simple permet de mettre en évidence les idées essentielles liées à un sujet d’étude :  

1ère étape : Dessiner un grand tableau sur une feuille A3 (ou deux feuilles A4), sur le modèle suivant et le remplir :  

Identification du document(numéro, titre, auteur…) Mots importants Idées principales
        

2ème étape : Munissez-vous de stylos de couleurs différentes (au moins trois). Dans le tableau, identifiez les thèmes et mots récurrents, contraires, complémentaires… Effectuez des rapprochements en les identifiant grâce aux différentes couleurs.  

3ème étape : Les documents sont désormais triés. Il vous suffit à présent d’organiser de façon cohérente les idées dégagées dans le tableau, en prenant soin de l’emploi des mots importants relevés dans les documents. A cette étape, vous verrez aisément si vos parties et sous-parties du plan sont équilibrées ou non : si la première implique la moitié des documents tandis que les deux suivantes se battent pour en inclure un ou deux, il y a certainement un problème ! Interrogez-vous dès lors sur la pertinence du choix de vos documents ou, si le dossier est déjà constitué et que les documents vous sont imposés, tentez d’analyser plus finement les informations afin d’équilibrer le plan.   

4ème étape : Rédigez les titres des parties et sous-parties en veillant au choix de mots significatifs, de titres parlants, ni trop vagues, ni trop longs. Les périphrases sont généralement bien adaptées à un plan détaillé. Evitez donc les formules trop classiques et peu signifiantes telles que : « les causes », « les conséquences »… Lisez votre plan comme si vous ne connaissiez pas du tout le sujet, ni le dossier. Mettez-vous à la place d’un lecteur ignorant tout du thème traité. Votre plan est-il sensé ? Comprend-on la logique, la cohérence ?…

Rendez-vous au prochain épisode pour les trois dernières étapes !

MHP



Elaborer un dossier (épisode 1)

25 04 2007

Raconter ses vacances, que ce soit oralement ou par écrit (album photo, carnet de voyage…), est un acte d’écriture, donc de communication. Vous créez une situation dans laquelle vous êtes celui qui raconte. Pour garder toute l’attention de l’auditeur ou du lecteur, il faut faire attention à tout un tas de petites choses : être clair, structurer le récit, prendre soin du suspense… Sinon, vous serez vite oublié par celui qui vous écoute ou vous lit !
Ainsi, dans toute communication (dossier, rapport de stage, note d’information ou de service, lettre…), il convient de respecter quelques règles essentielles afin que le message parvienne dans les meilleures conditions au destinataire. Je vous propose donc, au fil de plusieurs épisodes, d’aborder les points essentiels qui permettent d’élaborer un dossier de qualité. Commençons par évoquer les fondements, à savoir les caractéristiques d’un dossier.

Définition
Un dossier est un ensemble de pièces relatives à un sujet, souvent placées dans une couverture cartonnée ; il peut être un travail organisé en vue de montrer, démontrer ou poser un problème, associant un texte personnel et une série de documents complémentaires. Dans tous les cas, un dossier est l’oeuvre personnelle d’un groupe ou d’un individu (élève, employé, enseignant…). A ce titre, il doit faire preuve d’originalité et de créativité.

Intérêt et finalité
Pourquoi réaliser un dossier ?
– Pour laisser une trace écrite d’un travail effectué en groupe ou individuellement.
– Pour pouvoir communiquer un travail.
– Pour donner un point de départ concret à un autre travail ou à une réflexion.

Caractères et critères de qualité
Pour être communicable, un dossier doit être clair, esthétique et bien écrit. A cette fin, quelques règles de présentation doivent être respectées :

Au début du dossier, doivent figurer :
– le titre,
– le nom des participants,
– la bibliographie (références précises et classées) éventuellement commentée,
– le plan détaillé.
Tout au long du dossier, il faut que :
– les feuilles soient paginées,
– les feuilles soient écrites lisiblement et d’un seul côté,
– le vocabulaire et l’orthographe soient corrects,
– la mise en page soit soignée, c’est-à-dire :
un texte aéré (marge, paragraphes…)
un plan mis en évidence par la numérotation des divisions, des titres soulignés ou encadrés, l’utilisation de couleurs différentes et de polices de caractères différentes.
A la fin du dossier, doit figurer une table des matières : elle diffère du plan détaillé placé au début du dossier en ce qu’elle comporte une référence aux illustrations ainsi que l’indication de la pagination.

Quatre éléments essentiels aux fonctions spécifiques jalonnent un dossier :
Le titre : annonce le sujet
Le plan détaillé :
* donne l’organisation
* évite l’émiettement, les répétitions, les contradictions car il donne une vision d’ensemble du dossier
* doit être clair : la matière est découpée en plusieurs chapitres, eux-mêmes décomposés en paragraphes numérotés et titrés. Les différentes parties doivent être aussi équilibrées que possible.
L’introduction :
* délimite le sujet
* précise ce que l’on veut montrer ou démontrer
* pose le problème
La conclusion :
* apporte des éléments de réponse
* dresse un bilan, une synthèse de la réflexion menée tout au long du dossier

La définition préalable a permis de noter qu’un dossier se composait d’un texte et d’un ensemble de documents. Quelles sont leurs caractéristiques respectives ?
1) Le texte de présentation et d’enchaînement :
– il est original (ni recopiage, ni paraphrase) ;
– il assure la liaison entre les éléments du dossier ;
– il est simple et concis.
2) Des documents destinés à :
– constater un fait ;
– expliquer ;
– justifier une affirmation ;
– schématiser ;
– décorer le dossier…

Les éléments proposés dans ce premier épisode peuvent vous paraître particulièrement ciblés sur la réalisation d’un dossier. Cependant, nombre des indications peuvent s’appliquer à d’autres productions (rapport de stage, compte rendu…).

Rendez-vous au prochain épisode pour connaître les étapes de constitution d’un dossier !

MHP