Le monde de l’édition classique menacé par les livres électroniques ?

23 03 2009

De grosses entreprises comme Amazon ou Sony ont déjà lancé des ouvrages électroniques dans la sphère commerciale « grand public ». Aujourd’hui, Amazon offre plus de 140 000 titres sous format électronique ! Mais cela signifie-t-il pour autant que l’édition « papier » traditionnelle est vouée à disparaître ? Les livres vont-ils devenir des objets obsolètes, voire dignes d’entrer dans les musées ? Il semble bien que ce temps-là ne soit pas encore arrivé !

En effet, l’édition électronique ne peut prendre son essor si elle se cantonne à des ouvrages « anciens » sans proposer des titres récents, modernes, bref, des titres que les lecteurs achètent dans les librairies. Les livres électroniques ne pourront donc se développer, voire menacer l’édition classique, que s’ils viennent concurrencer l’édition « papier » dans le domaine des ouvrages contemporains. Dans cette veine, si l’on considère les avantages des livres électroniques, on constate qu’ils pourraient permettre aux jeunes auteurs d’être publiés, donc de diffuser leurs oeuvres plus facilement auprès du public. Donner leur chance à des auteurs inédits est un élément ô combien encourageant et positif pour la création littéraire qui est aujourd’hui, à mon sens, trop souvent soumise aux dures réalités économiques éditoriales. Oui, éditer un livre constitue une prise de risque pour l’éditeur, lequel « parie » sur l’auteur qu’il choisit de… mettre en page, si j’ose dire… prise de risque qui n’est pas sans conséquence dans le secteur très concurrentiel qu’est l’édition ! Ceci dit, la fin de l’édition « papier » est loin d’avoir sonné car le prix des équipements permettant de lire de manière électronique est encore bien trop élevé. Par ailleurs, les éditeurs doivent proposer des services en ligne, voire négocier avec les opérateurs de téléphonie mobile, afin d’apporter une valeur ajoutée différente et nouvelle aux lecteurs.

Trève de longs discours, résumons : quels sont les arguments qui plaident pour l’essor des livres électroniques ?

  • Si les prix des équipements baissent, alors les livres électroniques pourront séduire les adeptes des technologies et les dévoreurs de livres.
  • Si les livres électroniques ne se limitent pas uniquement à la lecture, alors ils permettront aussi à l’utilisateur d’accéder à d’autres applications, ce qui rendra le support polyvalent et, ainsi, séduisant !
  • Finalement, il semble que peu de lecteurs sont attachés au fait de posséder des ouvrages à ranger chez eux, dans leur bibliothèque, ou à transporter dans leur poche ou leur sac. Ainsi, si une majorité de lecteurs est prête à renoncer au bon vieux livre en papier, les livres électroniques ne pourront que prendre leur essor !

Et quels sont les arguments qui semblent les vouer à l’échec ?

  • Qui serait prêt à transporter dans sa poche un équipement cher et précieux ? Qui prendrait le risque de le perdre ou de se le faire dérober ? Un livre « papier » reste un support bon marché qui, a priori, peut être transporté sans créer d’angoisse démesurée chez son propriétaire.
  • Les livres « papier » sont pratiques : ils ne se brisent pas lorsqu’on les fait tomber, ils n’aiment pas l’eau mais la supportent (dans la mesure du raisonnable, évidemment !) et, surtout, ils apprécient de passer de main en main ! On ne peut pas en dire autant d’un joli lecteur d’ouvrage électronique…
  • Beaucoup de personnes n’aiment pas lire sur un écran (il faut bien admettre que le confort de lecture est plus grand sur une feuille de papier… non ?), ce qui laisse augurer une longue vie aux livres imprimés !

Néanmoins, restons prudents quant aux prédictions car… certains avaient affirmé que les lecteurs de musique MP3 n’emporteraient jamais l’enthousiasme des consommateurs… or, qui aujourd’hui n’a pas son « MP3 » dans sa poche ?

MHP

Tags : , , ,

Actions

Informations

3 réponses à “Le monde de l’édition classique menacé par les livres électroniques ?”

23 03 2009
zero (15:31:10) :

Je ne crois pas à la menace !

15 05 2009
Marie-Hélène Paturel (09:18:06) :

Suffit-il de ne pas y croire pour qu’elle ne se concrétise pas ?… Je pense que l’édition classique n’est pas près de disparaître, mais que l’essor de l’édition électronique est susceptible de générer de nouvelles pratiques de lecture. La technologie doit cependant encore évoluer, non seulement en termes de coûts des équipements, mais aussi en termes de confort d’utilisation des équipements. Et puis… quand la photo numérique est apparue, on a enterré d’office la photo argentique… mais n’a-t-on pas conservé symboliquement sur les appareils numériques le petit bruit typique des « vieux » appareils ?… Les évolutions n’annulent jamais totalement les pratiques précédentes, elles les complètent et s’en nourrissent… non ?

15 05 2009
REGARD (12:52:11) :

Je voudrais à la fois appuyer et compléter certains points.

Avantage :

On peut stocker et sauvegarder un grand nombre de livres, comme par exemple sur ordinateurs portables et/ou support de sauvegarde (carte sd ; petit disque dur portable ; clé USB…). Le phénomène d’obsolescence, dû à l’avancée exponentiel de l’évolution des nouvelles technologies, facilite de plus en plus l’acquisition de ces produits ou supports informatique.

De plus les livres électroniques, semble t-il, sont moins couteux, et pas besoin de se déplacer si on achète en ligne. Donc gain de temps, et comme le temps c’est de l’argent… ça c’est pour l’aspect économique.

Pour l’aspect pratique, outre le stockage qui est un gain de place, il peut y avoir des liens hypertextes qui font par exemple référence à d’autres ouvrages ou à des fichiers vidéos et/ou sonores.

Inconvénient :

Sur la plage, dans les transports en commun, le livre « classique » est franchement beaucoup mieux. En plus, un livre papier c’est beau ! Et personnellement, j’aime bien sentir l’odeur du papier d’un bouquin neuf.

En vacances, dans la campagne profonde avec les vaches et la bouse dans les près, et que l’électricité se coupe pour une durée indéterminée…

Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce sujet, mais je pense le support papier diminuera, certe, mais ne diparaîtra jamais, même au nom de l’écologie.

A moins qu’on ne décide un jour de graver sur de la pierre… 😉

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire