mar
24

Documentaire sur l’Univers. CE1/CE2

Image de prévisualisation YouTube

juin
18

Multiplication. Techniques pour apprendre les tables de 4 et 5. CE1

Image de prévisualisation YouTube

mai
31

Reportage sur les rats. Classe de CE1

Ce reportage a été réalisé à l’aide d’un logiciel qui permet des incrustations d’images. Je remercie Laurent, enseignant à Cabourg pour m’avoir initier à cet outil.

Image de prévisualisation YouTube

déc
14

La fin du monde de Gudule : livre virtuel lu par les enfants de CE1

Voici un autre livre virtuel lu par les enfants de CE1 de Charles Péguy.

Il s’agit de « La fin du monde » de Gudule

Vous le trouverez en cliquant ICI.

Bonne lecture

nov
20

Le Géant égoïste et l’enfant dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom…

Le Géant Egoïste et l’enfant  « dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. »

Connaissez-vous «  celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le- nom » ? Voldemort ? Non, vous n’y êtes pas du tout. Je parle de «  celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le- nom »ici et maintenant, dans nos classes, devant nos élèves. Si Voldemort fait figure dans les célèbres aventures d’Harry Potter, de prince des ténèbres, dont prononcer le nom même porte malheur, il semblerait que pour Jésus il en soit de même. Diable ! Il y a désormais dans quelques classes des noms interdits, des références qui effraient, une culture qui sent le soufre, des œuvres littéraires qu’il faut éviter ! Alors on met Jésus et tout ce qui s’y réfère à l’index. Faut-il donc faire preuve d’ignorance pour témoigner de son « attachement » à la laïcité ?  Nous avions jadis peur d’invoquer le nom même de Belzebuth ou de Satan, nous semblons aujourd’hui désemparés quand des références religieuses s’invitent dans la classe.

Les réactions autour de l’œuvre « démoniaque » d’Oscar Wilde : le Géant Egoïste ,  en atteste.

Je suis tombé par hasard sur cette œuvre que je voulais étudier avec ma classe de CE1. Je trouvais intéressant de travailler une œuvre d’un artiste si connu. Je ne m’attendais pas à ce que cet auteur fasse explicitement référence au christianisme dont voici le passage le plus clair : « Car les mains du petit garçon portaient les marques de deux clous et ses petits pieds aussi. « Qui a osé te blesser ? cria le Géant, dis-le moi, je prendrai ma grande épée et j’irai le tuer ! Non, répondit le petit garçon, ce sont les blessures de l’amour. Qui es-tu ? », demanda le Géant. Une crainte respectueuse s’abattit sur lui, et il s’agenouilla devant l’enfant.  Celui-ci sourit au Géant, et lui dit : « Un jour, tu m’as laissé jouer dans ton jardin, aujourd’hui, tu vas venir avec moi dans mon jardin, au paradis. »

Je cherche sur Internet, désormais grand manuel de l’enseignant, comment mes collègues se sont emparés du livre pour le  transmettre à leurs élèves. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant qu’aucune séquence proposée ne fait mention des références chrétiennes du texte ! Pire, le texte est quelquefois modifié pour effacer toute connotation religieuse comme dans cet exemple : « Le petit garçon était blessé alors le géant était très en colère et il voulait tuer celui qui lui avait fait du mal. Mais le petit garçon lui dit que c’étaient les blessures de l’amour. » (http://orpheecole.com)

À effacer la présence du christ-enfant on obombre toute l’intrigue ! On gomme, on raye d’un trait comme on fait disparaitre les cigarettes sur les affiches de cinéma.

Voici par exemple le corrigé de questions posées  à des élèves de CE1 :

« 3) Où vit l’enfant ? Au paradis

4) Que représente-t-il en réalité ? Un ange qui vient chercher le géant ». http://data0.eklablog.com/maliluno/mod_article2299215_5.pdf. Un ange pour ne pas dire « celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.». La figure de Jésus est-elle à ce point malsonnante qu’on ne puisse en parler ? Est-ce la peur de parler de religion en classe ? Est-ce par conviction laïque ? Est-ce par ignorance ?

 

Je continue ma quête sur la toile pour comprendre.  Sur le site de Babelio, une internaute réagit au livre qu’elle a lu : « Les « résonances évangéliques » dont parle la 4ème de couverture et les caractéristiques de l’enfant conviendront aux croyants convaincus, dérangeront ceux pour qui ces « résonances » n’ont aucun sens. »  (http://www.babelio.com/livres/Wilde-Le-geant-egoiste/313845)

L’intervention est intéressante à plus d’un titre. Les résonnances évangéliques d’une œuvre ne peuvent donc convenir qu’aux croyants et dérangeront les autres…Qui sont les autres ?  Ceux dont la culture n’est pas suffisante pour l’interpréter convenablement ?  Est-ce à dire que la dimension religieuse de la culture ne concernerait que les croyants ?

Sur un autre site je découvre le commentaire suivant : « Une jolie histoire donc, même si l’athée que je suis a eu un peu de mal avec la référence explicite au Christ, d’autant plus que je n’imaginais pas Oscar Wilde croyant en Dieu. Pour cela, je ne suis pas sûre que j’offrirais ce livre à de jeunes enfants, nonobstant la qualité des illustrations de Daniella. » (http://tassedethe.unblog.fr/2011/11/30/le-geant-egoiste-dapres-oscar-wilde/). Ce n’est pas la seule à se plaindre d’une sorte de tromperie sur la marchandise. On ne s’attend pas à ce que Wilde, l’homosexuel à la vie dissolue,  se laisse aller à du  « prêchi-prêcha » ! Et selon cette personne, il est presque dangereux de le mettre entre les mains des jeunes enfants…Pourquoi ? Ils pourraient être choqués ? Prosélytisme ? Leur jeune esprit pourrait être perverti par cette lecture ?

Ces quelques témoignages ne sont que des réactions de quidam. Mais ils peuvent expliquer les tensions que les enseignants peuvent subir s’ils choisissaient d’étudier cette œuvre. Une enseignante témoigne :  « Avec mes ce1, nous étudions Le géant égoïste d’Oscar Wilde. Nous avons les livres et je viens de voir que la fin n’est pas celle que je pensais. Je résume l’histoire: Un géant a un beau jardin et ne veut pas le partager si bien que l’hiver s’installe pour toujours chez lui. Finalement il décide de le partager avec des enfants. A la fin, le géant a une vision et parle a un enfant qui a  » des marques au poignet et aux chevilles et qui veut emmener le géant au paradis »…Je pense que vous comprenez l’allusion à Jésus… Je n’en suis pas encore là mais je pense déjà aux questions des enfants sur cet enfant qui a des marques. Ils vont me demander pourquoi et certains enfants vont savoir que c’est jésus(un enfant a dit à un autre, le petit garçon à la fin ma mère m’a dit que c’était jésus!!) Je pensais donner les 2 fins existantes mais je ne sais pas trop comment expliquer Jésus car beaucoup de mes élèves ne le connaissent pas et à cet âge là certains ne comprennent pas pourquoi tout le monde ne croit pas en Jésus (j’ai quelques musulmans et un témoin de Jéhovah).
Comment ne pas rentrer dans les détails et surtout faire passer ce petit garçon comme un personnage magique et non religieux……merci » (
http://forums-enseignants-du-primaire.com/topic/76093-le-geant-egoiste-do-wilde-parle-de-jesus/ ).

On pourrait épiloguer longtemps sur le désarroi de cette  enseignante qui se lit dans ses contradictions.  Mais le plus frappant, je crois,  c’est qu’elle regrette presque que certains de ses élèves sachent que l’enfant de l’histoire est  Jésus ! La connaissance de l’élève est gênante. Elle aurait préférée sans doute que tout le monde l’ignore.   Je vous soumets la réponse d’un autre prof : « Je ne pense pas que le problème soit de croire ou pas en Jésus. Jésus est un homme qui a existé, maintenant certains croient que c’est le fils de Dieu, certains pensent que c’est juste une sorte de politicien. On doit bien parler de Mahommet en programme d’histoire, sans pour autant être musulman. En fait il s’agit ici d’une référence culturelle plus que religieuse. Tu peux donc simplement leur dire qui il était, que c’est un personnage très importante dans la religion chrétienne (et tu peux comparer justement avec d’autres religions), c’est tout. » (http://forums-enseignants-du-primaire.com/topic/76093-le-geant-egoiste-do-wilde-parle-de-jesus/). Une référence culturelle. C’est tout ?

Si, au moins, ces enseignants cherchent une solution, d’autres se formalisent beaucoup moins : « le géant égoïste est à éviter d’après moi, je me suis fait avoir, j’en ai acheté 15 sans le lire et en fait à la fin du bouquin on se rend compte que le petit garçon de l’histoire est Jésus On s’en rend compte grâce aux « trous » du centre de ses mains et grâce à sa bonté il me semble. . » (http://forums-enseignants-du-primaire.com/topic/141557-lire-cest-partir/).  Quand ce professeur a lu les Misérables,  a-t-il eu aussi le sentiment de se faire avoir ? Victor Hugo au pilon ?

Enfin , et plus radical encore : « Vous avez lu le géant égoïste ? », « Oui, sinon je n’en parlerais pas. » « La fin, hummm, et bien, on la coupe…Et hop! »(http://www.neoprofs.org/t43888p165-textes-de-la-litterature-accessibles-a-des-eleves-de-ce1-ce2-cm1-cm2). Voilà l’un de ceux qui se fait appeler « neoprof ».

Pour finir, je vous laisse découvrir  deux définitions  du mot obscurantisme :

Larousse : « Obscurantisme :Opposition à la diffusion de l’instruction, de la culture, au progrès des sciences, à la raison, en particulier dans le peuple. »

Wikipédia : « Pour les courants intellectuels et politiques progressistes, héritiers de la philosophie des Lumières, l’obscurantisme est une attitude d’opposition à la diffusion du savoir, dans quelque domaine que ce soit. Le terme est exclusivement péjoratif. Un obscurantiste est une personne qui prône et défend une attitude de négation du savoir (refuser de reconnaître pour vraies des choses démontrées), de restriction dans la diffusion d’une connaissance (sans nier la véracité d’une chose, considérer qu’elle ne peut être diffusée pour des raisons de toutes sortes : intérêt personnel, craintes sociales, etc.), ou de propagation de théories dont la fausseté est avérée. »

Je mesure toute la saveur de ce que Régis Debray voulait dire quand il affirmait qu’il n’était pas nécessaire d’être ignare pour être laïc.

 

Epilogue :

En introduction, je précisais que nous avions carte blanche pour le choix des ouvrages néanmoins quelques précautions. Par ailleurs, les textes officiels soulignent la pertinence de mettre des œuvres en réseaux, autrement dit, d’aider les élèves à relier entre eux des textes de référence étudiés en classe.  « Une culture littéraire se constitue par la fréquentation régulière des œuvres. Elle suppose une mémoire des textes, mais aussi de leur langue, une capacité à retrouver, chaque fois qu’on lit, les résonances qui relient les œuvres entre elles. Elle est un réseau de références autour desquelles s’agrègent les nouvelles lectures. »  (Ressource pour faire classe à l’école, une culture littéraire à l’école, mars 2008) .

Alors, il est tout à fait judicieux de mettre en réseau le Géant Egoïste avec  quelques textes des Evangiles travaillés en classe qui permettraient d’une part, la compréhension de la dimension religieuse du conte, sans prosélytisme, propagande ou autre endoctrinement et, d’autre part, de pourvoir nos élèves de références clés nécessaires au bon entendement de leur culture.

N’ayons pas peur.

oct
27

Le Géant Egoïste : livre virtuel lu et illustré par les CE1 de l’école.

Voici le travail de la classe de CE1. Il a été fait grâce au logiciel DIDAPAGE (gratuit).

Le Géant Egoïste

Bravo à tous

oct
06

Les énergies : cycle 3 diaporama.

Un diaporama sur toutes les énergies. Accessible à tous les élèves de cycle 3.

C’est  ICI


Bonne lecture.

(le texte est inspiré du site d’edf)

juil
12

Poésie : la leçon de choses de Raymond Queneau.

Pour introduire la leçon sur la reproduction ovipare !

La leçon de choses

Venez, poussins,
Asseyez-vous
Je vais vous instruire sur l’œuf
Dont tous vous venez, poussins.
L’œuf est rond
Mais pas tout à fait
Il serait plutôt ovoïde
Avec une carapace
Et vous en venez tous, poussins
Il est blanc
Pour votre race
Crème ou même orangé
Avec parfois collé
Un brin de paille
Mais ça,
C’est un supplément
A l’intérieur, il y a…
Mais pour y voir
Faut le casser
Et alors d’où – vous poussins – sortirez ?

 Raymond Queneau

Pour l’apprendre : avec le son…un peu trafiqué !

la leçon de choses récitée

juil
11

L’oeuf ou… comment un poussin peut-il tenir 21 jours dans une coquille ?

 

Déroulement :

La dévolution ou comment faire pour que le problème de l’enseignant deviennent celui de l’élève ?

L’enseignant apporte un œuf, le montre aux élèves et demande : « Qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ? »

Les réponse : « c’est un œuf de poule, ça sert à être mangé, c’est là où grandit un poussin, il y a un poussin…. »

Problème de l’enseignant : « Vous dites qu’un poussin peut se développer et grandir à l’intérieur….mais comment fait-il pour survivre 21 jours sans mourir ? »

Pré requis : Que faut-il pour qu’un animal puisse vivre ?

Réponses : « De l’eau, de l’oxygène, de la nourriture, de la chaleur. »

Questions de l’enseignant : « Si c’est tout ce dont à besoin un animal, comment le poussin fait-il pour voir tout ça dans son œuf, lui-même en dehors du ventre de la poule ? »

Premières hypothèses individuelles  : Les élèves dessinent un œuf et la manière dont il reçoit de l’eau, de l’oxygène, de la nourriture, de la chaleur. »

Travail de groupe et mutualisation des représentations : Les élèves dessine un œuf et le légende. Il est censé nous expliquer comment il survit dans sa coquille. Les mots importants sont écrits au tableau.

Exemples de représentations :

Controverse ou problématisation : L’enseignant met les dessins dans un ordre mûrement réfléchi…du moins élaboré au plus élaboré est sans doute la meilleure démarche. Un élève par groupe vient expliquer le dessin.

Le rapporteur développe les idées du groupe et ses camarades doivent le questionner sur la faisabilité, la pertinence, la vraisemblance, la crédibilité des arguments. Il ne s’agit pas de dire ce que chacun pense mais de discuter (au premier sens du terme) ce qui est proposé.

La controverse

14 février 2011. Controverse sur la question : « Comment un poussin fait-il pour survivre dans une coquille pendant 21 jours ? ». Durée : 30 minutes. 

1.Enseignant (E) : La règle c’est que vous  allez chercher à critiquer le dessin des autres. Par exemple vous direz : « Mais comment c’est possible ? Je ne comprends pas ce que tu dis ? Je ne vois pas comment c’est possible. ». Ne dites pas , moi je ne suis pas d’accord, moi je pense autre chose. Vous levez toujours la main pour participer.  Je précise que ceux qui passeront, pourront être validés pour la compétence : « sais présenter un travail collectif au groupe ». Donc je peux valider cette compétence à ceux qui ont le courage de le faire. C’est parti. On écoute bien le premier groupe.

2.Louis : Alors… la chaleur elle vient de la coquille. Quand, la coquille absorbe la chaleur, il y a un peu de chaleur qui rentre, qui donne de la chaleur au poussin.

3.Emma : Comment la chaleur elle rentre ?  Je n’ai pas compris.

4.Louis : Quand la coquille elle est près d’un objet chaud ; ça absorbe la chaleur. Et il y a un petit peu  de chaleur qui rentre.

5.Emma : Mais alors, quand ils n’ont plus l’objet qui leur donne la chaleur, comment il fait le poussin pour continuer à en avoir ?

6.Louis : ils ont toujours un peu de chaleur qui reste.

7.E : Avez-vous compris ce qu’a dit Louis là ? Quand il parle d’un objet avez-vous bien compris de quoi il s’agit ?

8.Les élèves : oui.

9.Louis : Pour la nourriture, ce qu’il mange c’est le blanc. Et le jaune c’est l’eau parce que quand on appuie sur le jaune ça coule.

10.E : Tout le monde a compris.

11.Emma : Tu es en train de dire que le jaune c’est sa nourriture ?

12.Louis : non, je dis que le jaune c’est ce qu’il boit.

13.Emma : Mais alors le poussin c’est quoi alors ? Ce n’est pas le jaune ?

14.Louis : Bah, c’est, le petit point qu’il y a dessus.

15.Tom : le poussin, il ne peut pas appuyer sur l’œuf…enfin sur le jaune. Ce que je veux dire par là c’est que s’il ne peut pas appuyer dessus, il ne peut pas le boire.

16.E : Comment fait le poussin pour absorber le jaune ?

17.Arthur : Ben si c’est possible, parce qu’en fait, le poussin est déjà dans le jaune, donc il peut le boire.

18.E : Tout le monde a compris ?

19.Alice : s’il est à l’intérieur du jaune le poussin, ça veut dire que le jaune c’est à peu près lui ?

20.Arthur : si toi tu es dans une maison, tu n’es pas la maison.

21.Alice : sauf que lui c’est pas même chose, la maison est creuse et lui le jaune et tout autour de lui…Pour moi le jaune c’est le poussin.

22.E : Ne dis pas ce que tu penses toi..critique ce que tu vois…Ce que dit Louis te semble impossible ?

23.Alice : Oui. Parce que si il est à l’intérieur…il ne va pas pouvoir le manger.

24.Théo : Il y a un problème.  Le blanc, ça ne peut pas être sa nourriture parce que s’il est dans le jaune il ne peut pas manger le blanc…

25.Louis : Ben, il peut bouger le poussin. Enfin, il peut sortir du jaune et aller dans le blanc.

26.E : Est-ce que ça vous semble possible ?

27.Arthur : S’il perce le jaune pour sortir, le jaune pourra couler et il y aura un peu des deux comme ça.

28.Emma : Moi j’ai jamais vu du blanc et du jaune mélangés quand j’ouvre un œuf.

29.Théo : C’est peut-être parce qu’il n’y avait pas poussin.

30.E : Pour l’oxygène maintenant ..

31.Louis : La chaleur affaiblit la coquille et après quand elle est assez affaiblie, l’oxygène rentre.

32.Alice : Quand il fait froid, elle ne s’affaiblit pas. Il suffit de quelques minutes pour que sans oxygène il meurt…alors c’est pas possible.

33.Louis : C’est…la première fois qu’elle s’affaiblit. Et après la coquille reste affaiblie pour toujours même s’il fait froid.

34.Emma : Oui mais vous dites que le poussin est dans le jaune…alors comment fait l’oxygène pour aller dans le jaune ?

35.Louis : On a dit qu’il peut bouger. Donc il peut sortir prendre de l’oxygène.

36.Elise : Oui mais si il est à l’intérieur du jaune, ça sert à rien, parce qu’il ne pourra plus respirer.

37.Louis : Je suis d’accord avec ce que je dis. Il peut sortir et rester un bout de temps.

38.Eléonore : Quand il perce le jaune, l’air rentre par le trou.

39.Tom : C’est trop petit le poussin au début pour percer le jaune.

(Vous trouverez l’ensemble de la controverse dans l’onglet : « sciences et technologie » puis « la controverse du poussin »)

Séance suivante : Documentation recherche ou cours magistral.

Vue la curiosité suscitée par cette démarche, l’attente de savoir qui avait raison, la frustration de ne pas savoir tout de suite, cette séance de recherche (ou de cours magistral : à ce stade, il se justifie pleinement), ne peut être que motivante pour 90% des élèves ! (ce qu’on peut considérer alors comme un succès).

Compétences travaillées dans cette séance :

Je réussis avec de l’aide avec difficulté

Je réussis avec aide sans difficulté

Je réussis sans aide avec difficulté

Je réussis sans aide sans difficulté

Validation de l’enseignant

Rendre compte d’un travail de groupe (pour 6 élèves)

Participer à un débat en argumentant.

Connaitre différents modes de reproduction

Trouver des informations dans un texte.

Savoir légender un schéma.

juil
11

Mam’zelle bulle… Tryo et les orgres de Barback

Nous avons osé chanter une oeuvre difficile…mais très belle ! Les CP et les CE1 ont relevé le défi. Bravo.

Mam’zelle Bulle … A découvrir.

mazelle bullle

Pour ce qui est des accords voici un extrait…mais le reste de la chanson se joue sur les mêmes accords !

La m                             Em
Mam'selle Bulle avait un rêve un peu spécial
         F                          Em          E 
Pour une bulle, quitter la terre c'est peu banal                       Rythme 1
Mam'selle Bulle?
Comme un funambule qui rêverait de s'envoler

A l'envol d'un ballon, Bulle s'est accrochée
Championne de l'aviation, Bulle commence à

(...) Fin de l'extrait.

juil
11

Un chiodo : un canon italien.

Un canon italien, dont voici les paroles :

Un chiodo di ferro vecchio
Della meccanica, della meccanica
Un chiodo di ferro vecchio
Della meccanica di precizione
 
Ay bella meccanechimicco
Meccanechimicco meccanechimicco
Ay bella meccanechimicco
Meccanechimicco mechinecca
 
La chanson : un chiodo
 
Les première notes sont : Do, fa, fa…et les accords sont  FA et DO !
 
 

juil
11

Alphabet swing en chanson + partition fantôme.

La chorale de l’école a chanté : ALPHABET SWING...

La chanson :

alphabet swing en chanson

Si vous souhaitez vous accompagner chez vous :

Partition alphabet swing

juil
11

Supercalifragilistic : chorale de l’école !

En exclusivité la chanson : Supercalifragilistic  ! Du CP au CM2 !

Voici la partition pour ceux et celles qui voudraient reproduire l’exploit dans leur classe ou en famille !

Partition supercalifragilistic

La chanson en live !

supercalifragilistic

 

juil
09

Lettre pour les vacances (Yvon Garel)

« Chers parents,

J’ai hésité à vous écrire cette lettre mais en voyant maman l’autre jour regarder avec beaucoup d’attention les cahiers de vacances en tête de gondole dans le supermarché, je me suis décidé à vous écrire.

Oui, voilà les grandes vacances et, comme chaque année, vous allez me parler des devoirs de vacances. Est-ce que je dois vous rappeler que ce sont les vacances et comme papa, quand il rentre à la maison la veille de ses congés, j’ai envie de vous dire : « Je suis en vacances. Je ne dois pas lâcher la cravate et le veston comme papa ou encore oublier le téléphone et les râleurs au bout du fil. Mais je range mon cartable et mes cahiers et j’oublie les sempiternelles recommandations des professeurs, pour profiter de ces quelques semaines !! »

Écoutez, cette année, je vous propose de faire l’économie d’un cahier de vacances. En cette période de crise, n’est-ce pas une bonne idée ! Alors voici comment je veux bien occuper mes vacances.

D’abord, comme vous, profiter de chaque journée en la vivant sur un autre rythme : le lever moins matinal, la récréation toute la journée … Et en même temps, faire de mes vacances un temps utile et j’ai quelques idées à vous proposer.

T’aider à la cuisine, ma chère maman : laisse-moi assumer la recette de bout en bout ! Cela me permettra de mettre en œuvre quelques notions de proportionnalité étudiées à l’école.

Et je sais aussi que toi, Papa, tu as quelques bricolages en plan : tu attends avec impatience les vacances pour t’y mettre. Je peux te donner un coup de main. Je crois que j’ai pas mal de choses à apprendre car le vocabulaire technique du bricolage, c’est ton domaine.

Et puis, je crois que vous avez un projet de congé du côté de la Corrèze ; il vous reste pas mal de choses à mettre au point avant notre départ : itinéraire, matériel à prévoir, … Et si je m’en occupais ? C’est super de rechercher les infos sur internet et je vous concocte une super-découverte de toutes les richesses de cette région. Et au retour, nous pourrions préparer un diaporama avec les photos prises durant le séjour : on invitera Grand-père et Grand-mère à venir voir toutes ces photos avec bien entendu les commentaires à l’appui. Je m’en occupe. Juste, maman, tu m’aideras pour éviter trop d’erreurs d’orthographe.

Voilà quelques idées. Je peux encore vous en donner d’autres de vive voix. Je suis sûr que vous m’avez compris car vous êtes de véritables professeurs d’intelligence.

Je vous aime
Votre garçon »

juil
05

Ecrire un conte avec une classe. Rédaction.

(Vous trouverez l’ensemble des chapitres réunis dans la partie rédaction).

Le plus difficile est de commencer.

Voici une suggestion pour favoriser la motivation, l’attention et l’enthousiasme (rien que ça). Cette technique a été expérimentée par de nombreux enseignants et étudiants qui n’en disent que du bien.

Séance 1

But : construire la trame du conte.

Déroulement :

Les élèves se mettent par groupe de 10 par exemple.

Dans un premier temps, 1 groupe seulement va agir.

Chaque élève du groupe 1 tire au hasard un mot écrit sur une feuille qu’il ne montre à personne. Il devra insérer ce mot dans l’histoire. Exemple :  bave, lutin, château, couscous, concombre, grimoire etc…

Les élèves du groupe 2 doivent deviner le mot de chacun des élèves. Ils ont une feuille sur laquelle est écrit le nom des enfants participants, et un crayon pour écrire les mots mystères qu’ils croient avoir trouvé.

Les élèves du groupe 1 se disposent en cercle autour d’un dictaphone.

L’enseignant donne les consignes suivantes :  « Je vais commencer un conte que vous devrez poursuivre. Vous devrez insérer votre mot mystère dans l’histoire quand vous le souhaitez.

Vous avez 10 minutes pour créer l’histoire. Essayez de ne pas insérer votre mot dans l’histoire dès le début car les autres élèves doivent deviner votre mot. Vous pouvez vous couper la parole et intervenir quand vous le souhaitez. Vous devez tous intervenir au moins une fois ! »

L’histoire terminée, l’enseignant écrit le conte et le découpe en chapitre.

Séance 2

Réécriture du texte initial :

Voici des exemples de réécriture, inspirés du livre de Yak Rivais dans « Les sorcières sont N.R.V » ( 1988).

(Je vous conseille vivement cet auteur pour avoir des idées d’écriture !)

Dans les textes qui suivent, vous trouverez la consigne d’écriture pour chacun des chapitres, puis le texte initial et enfin le texte modifié.

Vous aurez un chapitre par jour  !

juil
05

Ecrire un conte : chapitre 1. les noms enchâssés

Chapitre 1 : Commencer chaque nom par la dernière lettre du précédent. (force 3)

Texte initial dit à l’oral devant le dictaphone :

« Il était une fois dans un pays très lointain Petit-Homme qui sortit de sa chaumière. Il alla se promener et rencontra une autruche. Cette autruche lui proposa de se rendre dans un restaurant de couscous très fameux dans la région. »

Travail de réécriture :

Il était une fois un savant appelé Petit-Homme. Il passait son temps à manger son sandwich préféré à l’harissa, quand il rencontra l’autruche dans un endroit très animé. Ils marchaient sur le trottoir lorsqu’ils entendirent à la radio :

« Ouverture d’un établissement pour touristes ! Venez avec votre sac et emportez votre couscous, ou dégustez-le chez nous en écoutant de la salsa ! »

-Génial, dit l’autruche, allons-y !

Retrouvez tous les autres chapitres dans l’onglet « Rédaction » !

juil
05

Ecrire un conte : Chapitre 2. Des verbes dans l’ordre alphabétique.

Chapitre 2 : Choisir les verbes dans l’ordre alphabétique (force 2)

texte initial :

Chemin faisant ils passèrent à côté d’un lac. Suisse le lac ? Et près de ce lac, dans une petite grotte habitait un petit bonhomme et il y avait également un petit crapaud assis à côté de ce petit bonhomme.

Travail de réécriture :

Soudain, ils ARRIVERENT devant un chemin, l’autruche BATIT de l’aile droite pour COMMUNIQUER la direction vers laquelle se DIRIGER. Elle EMMENA Petit- Homme sur son dos pour lui FACILITER le trajet. L’autruche fatiguée, GROGNA, HURLA et s’INDIGNA, Petit-Homme se JETA à terre.

-« Silence, ou je te KIDNAPPE et te LANCE dans le lac Suisse. »

-« Tu MENTS, même pas cap ! »

-« De toute façon avec une corde autour de toi, impossible de NAGER. »

Petit à petit, le ciel s’OBSCURCIT, ils PORTERENT leur regard au loin vers une lumière.L’autruche QUEMANDA à Petit-Homme de s’y RENDRE. Sur place, SURGIRENT un petit homme et son crapaud. Ils TENAIENT dans leurs mains une lanterne. Petit-Homme USA d’arguments pour qu’ils VINSSENT au restaurant avec eux. A la queue leuleu ils WAGONNERENT tous ensemble. Le crapaud avec sa langue, XYLOPHONA et YANTA un air de musique. Heureux ils ZIGZAGUERENT vers le restaurant.

Retrouvez tous les autres chapitres dans l’onglet « Rédaction » !

juil
05

Ecrire un conte : Chapitre 3. Un dialogue Abécédaire

Chapitre 3 : Faire un dialogue abécédaire. (commencer chaque tirade dans l’ordre alphabétique) Force 1

texte initial :

Petit Homme leur propose d’aller au restaurant. Mais le crapaud ne voulait guère aller au restaurant. Il préférait voir le monde des châteaux. Il trouva dans la grotte son livre préféré qui parlait des châteaux.

Travail d’écriture :

Petit Homme :- Allons tous ensemble au restaurant « chez Gusto »

TêtardBeurk, je n’aime pas sa cuisine.

Petit BonhommeChoisis donc un autre endroit.

TêtardD’accord, je vous propose d’aller manger au château de la Licorne.

Petit Homme :- Eh mais on est mercredi ! C’est fermé !

TêtardFlûte ! bah allez-y sans moi.

Petit Bonhomme - Grogne pas têtard, arrête de nous parler comme ca.

TêtardHargneux ? Tu me trouves hargneux ?

Petit Homme : - Imbécile ! Retourne dans ta grotte

Têtard - Je trouve que c’est une bonne idée. J’y vais de ce pas. J’en profiterais en passant pour aller voir le monde des châteaux.

Petit Bonhomme - Kiwi farci pour tout le monde ! C’est le meilleur dessert des restaurants de la contrée.

Petit Homme :- Le couscous de Ratatouille  le cuistot de Gusto, y est excellent.

AutrucheMiam, on va se régaler ! Têtard a eu tord de partir.

Petit Bonhomme - Ne t’en fais pas pour lui, il trouvera son livre préféré sur les châteaux. Je viens de lui rendre.

Petit Homme :- Ok, allons-y.

AutruchePrenons tous le même menu, celui des dragons.

Petit Bonhommequelle bonne idée ! J’en ai l’eau à la bouche.

Petit Homme :- Restaurant «  chez Gusto », nous y voilà ! A table.

AutrucheS’il vous plait une table pour 3 personnes et 3 menus des dragons.

Petit BonhommeTiens, écoutez cette musique ! Mais quels sont ses instruments ?

Petit Homme :- Une lyre, c’est sur. J’en ai fait pendant 10 ans. Mais j’hésite pour les autres.

AutrucheVoyons voir…ce son grave me fait penser à un cor de chasse.

Petit BonhommeWahouh tu t’y connais en musique !

Petit Homme :- Xylophone ! J’ai trouvé le xylophone !

AutrucheY en a-t-il d’autres ?

Petit BonhommeZut ! Vous m’agacez à la fin ! Mangeons ce bon couscous avant qu’il ne refroidisse.

Retrouvez tous les autres chapitres dans l’onglet « Rédaction » !

juil
05

Ecrire un conte en classe de primaire. Chapitre 4. Gommer les gros mots.

Chapitre 4 : gommer les gros mots.

Texte initial.

Quand Petit Bonhomme et Petit Homme sortirent du restaurant ils rejoignirent Têtard dans la grotte qui réussit à les convaincre d’aller au pays des châteaux avec lui.

Travail d’écriture :

Petit bonhomme et petit homme sortirent d’un restaurant qui était très posansmauvaislaire.

Sur le chemin du retour, ils rensottrèrent Derrièrenégonde la crotte Têtard. Elle leur dit :

-      Bonjour les garçons, Tétard n’est pas avec vous ?

-      Non, nous ne l’avons pas sotvainderrière de venir manger du couscous avec nous. Il préférait sottempler son encycopédie sur les châteaux.

Affolée, la crotte Têtard leur sotseilla de se dépêcher car une temflatulence est annoncée.

-      Mais avant de partir, pouvez-vous nous donner la recette de derrièreisine préférée de Têtard.

-      Je vous donne encore mieux, voilà son menu préféré :

Des amuses-bouche, du poulet asotpagné de sotsotbre, son derrièrederrièrezizitacée préféré, et en dessert, un gâteau  de sotfiture de urineenlit.

-      Excusez moi, dit petit bonhomme, est-ce que vous pouvez régazer, je n’ai pas tout sotpris, de la sotfiture de quoi ?

-      De urineenlit ! Je peux vous assurer qu’il sera sottent. Je peux sotter sur vous ? Oderrièrepez-vous bien de lui.

-      Pas de problème. Vite ! Voilà la temflatulence qui arrive.

Préoderrièrepés, les deux amis sottinuèrent leur chemin au pas de course. Quand ils rejoingnirent, Têtard à la grotte, celui-ci après un bon derrièretin, réussit à les sotvaincre de l’asotpagner au pays des châteaux.

Retrouvez tous les autres chapitres dans l’onglet « Rédaction » !

juil
05

Ecrire un conte. Chapitre 5. Intégrer des noms de nombres.

Chapitre 5 : Les nombres

Texte initial conçu à l’oral :

Sur le chemin ils passèrent le long d’un potager où il y avait des carottes, des courgettes, des tomates, des pommes de terre. Ils ramassèrent des pommes de terre pour Têtard qui n’avait pas mangé.

Travail d’écriture

Tous ces animaux un à un, marchaient 2 par 2 main dans la main. Sur le chemin, ils rencontrèrent les 3 petits cochons. Ils s’appelaient : Tic, Tac, Toc. Ces derniers, se disputaient pour savoir quel chemin ils devaient prendre pour se rendre au pays des châteaux. Tic proposa : « si on passait par la forêt ? ». Toc n’était pas d’accord, car il avait peur du loup, et dit : « Moi je préfère longer le fleuve ».

Tac le grand frère se fâcha : « Ecoutez, ne passons pas par 4 chemins. Il faut choisir ! » Ensemble, ils répondirent en cœur : « message reçu 5 sur 5 !!! » Ils savaient bien que ce grand frère avait un 6ème sens. Tous les animaux partirent donc dans la même direction, comme la 7ème compagnie. Au bout de 8 kilomètres de marche, Petit Homme reçu un texto de neuf télécom, à propos de son abonnement internet. Il ne lui restait que 10 minutes de communication vers la Suisse. Ils passèrent devant un potager qui mesurait 11m2. Il y avait une douzaine de variétés de légumes. Mais, au milieu du potager, passait l’A 13, liaison directe pour se rendre au pays des châteaux. Tous ces amis avaient bien faim, et prirent le temps de faire une pause déjeuné. Ils dévorèrent 14 carottes, 15 courgettes, 16 tomates, 10 cèpes (17), et dix huit pommes de terre. Ils avaient tous pris au moins 19 kilos. Il commençait à se faire tard, et l’autruche, qui était folle amoureuse d’Harry ROSELMALK, râla : « dépêchons nous, je vais louper le journal de 20H ». Alors, pour se donner des forces chacun avala cul sec, une bouteille de jet 21.

Retrouvez tous les autres chapitres dans l’onglet « Rédaction » !

Articles plus anciens «