Jouer n’est pas le contraire du travail mais de la dépression

24 06 2015

Passionnante conférence TED de Stuart Brown sur l’importance du jeu pour l’homme mais aussi l’animal.




Un jeu coopératif sur la Danse Macabre

17 06 2015

danse macabre    Décidément les collègues d’éducation musicale sont en forme en ce moment ! Au point que j’ai dû ouvrir une section « Education musicale » dans le Pearltrees du réseau Ludus !

Après les jeux présentés récemment, voici une production de Béatrice Cartron (@zikmuable) du collège Mandela de Biscarosse. Il s’agit ici de reconstituer de manière collaborative le plan de la forme-sonate à partir de l’exemple de la Danse macabre de Camille Saint Saëns.

Comme dans les exemples précédents Béatrice mêle astucieusement éléments matériels (cartes) et numériques pour créer ce jeu hybride d’un nouveau genre.

Une étude récente a d’ailleurs montré que les jeux vidéos sont plus efficaces lorsqu’ils intègrent une partie réelle.

Pour finir, et là n’est pas la moindre qualité de cette activité, les réactions des élèves ont été très efficacement recueillies à l’aide d’un enregistreur numérique qui passe de main en main, nous livrant ainsi un matériel de première main et une méthode d’organisation des temps d’oral en classe qui peut être étendue à de très nombreuses situations pédagogiques. Je n’ai qu’un regret : n’y avoir pas pensé moi-même plus tôt !

Le padlet présentant le jeu

Les retours des élèves




Littoral : gérer les espaces terrestres en 2nde

15 06 2015
Titre du jeu Littoral
Auteur denis.sestier@ac -caen.fr
Niveau de classe concerné 2nde (mais possibilité d’adaptation à de nombreux autres niveaux et thèmes)
Description rapide du jeu Jeu de plateau coopératif et d’opposition, jeu de rôle et jeu de négociation. Le modèle d’inspiration est Bénidorm d’Yvan Hochet.
Insertion dans le programme Ce jeu s’intègre à la séquence sur la gestion des espaces terrestres, notamment le chapitre sur les littoraux, espaces convoités. Il permet de travailler la question des enjeux des littoraux et le jeu des acteurs. Il permet également d’aborder les questions de négociation et de compromis. Je l’ai dans cette optique exploité en synergie avec le jeu Des territoires une voie sur la construction de la LGV sud-ouest qui permet lui aussi de travailler ces notions.
Durée Une heure environ (mais deux seraient les bienvenues)
Mode d’organisation (individuel, par équipe…) et nombre maximum et minimum de joueurs Les élèves sont répartis en groupes de taille variable selon le nombre d’élèves de la classe. Chaque groupe joue un acteur différent du territoire.Il faut au moins 16 joueurs (ou alors diminuer le nombre des acteurs) et une trentaine est un maximum.
Matériel
  • 1 plateau de jeu vidéoprojetable + chaque équipe dispose d’un tirage papier du plateau pour pouvoir prévoir ses actions. Plateau_jeu
  • 1 dé
  • une fiche de rôle par groupe :  fiches acteurs
  • Un petit aide-mémoire rappelant aux élèves le déroulement d’un tour de jeu.
Déroulement Chaque acteur du territoire a une mission à réaliser : protéger un type de zone, étendre son emprise… Certains rôles sont moins faciles à appréhender comme le préfet qui doit favoriser l’activité économique mais défendre le patrimoine… Ces imprécisions sont destinées à obliger les élèves à réfléchir et à discuter entre eux. Les groupes commencent par accumuler des points afin de pouvoir agir sur les zones. Mais pour être efficaces ils doivent négocier pour trouver des alliances avec d’autres acteurs du territoire, ce qui n’est pas facile pour tous les groupes. En ce sens ce jeu relève autant de l’éducation à la citoyenneté que de la seule géographie.
Déroulement d’un tour :

1) les groupes tirent le dé et calculent leurs points

2) phase de négociation entre les groupes pour mettre (ou pas) les points en commun.

3) Phase d’action : les groupes annoncent quelle action ils mènent (protection d’une zone, extension de leur zone…), et avec qui.

Les points sont déduits de leur capital (une feuille de calcul est projetée au tableau à cet effet) [Coût d’une zone : 50 points. Mais il est possible d’adapter ce chiffre à ses propres objectifs]

– Coefficient multiplicateur : lorsqu’une zone touristique, portuaire ou autoroutière est construite à côté d’une zone de même nature, elle coûte deux fois moins cher. 

– Cas particulier : les Zadistes. Leur but n’est pas de développer des zones mais d’empêcher certaines types de construction en occupant le terrain. 

4) A la fin du jeu une phase d’exploitation pédagogique permet d’identifier les principaux acteurs et les enjeux majeurs des littoraux. une étude de cas suivie d’une mise en perspective complète l’étude.

Ce type de jeu introduit une vraie dynamique en classe et favorise la compréhension du jeu des acteurs et des enjeux de la gestion des littoraux mais à 35 élèves, on atteint les limites de ce qu’il est humainement possible de gérer … Ou alors c’est moi qui vieillis :-)

elevesDes élèves en pleine phase de négociation…

 




L’Atelier des médias sur RFI : l’empire du jeu

13 06 2015

L’empire du jeu c’est un livre du jeune philosophe et sociologue Aurélien Fouillet paru aux éditions François Bourin. Il est l’invité principal de ce numAdMéro fort intéressant de l’émission L’Atelier des médias, animée par Ziad Maalouf sur RFI.

On y entend parler entre autre de Huizinga, Minecraft ou Emma Bovary, mais aussi de gamification et d’apprentissage ou de pratiques culturelles.

Si je ne devais en retirer qu’une seule idée, ce serait cette citation qui illustre parfaitement notre vision de la pratique du jeu pédagogique : « Le jeu est un espace d’expérimentation des possibles »

L’émission est écoutable à l’adresse suivante :

http://www.rfi.fr/emission/20150613-jeu-empire-ludique-espace-construction-culturelle-fouillet/




Jouer de la musique ou jouer en musique ?

12 06 2015

En ce moment une jolie brise ludique souffle particulièrement depuis les rives de l’éducation musicale. Allez faire un tour sur Twitter du côté du #EdMus et vous allez découvrir une jolie bande d’allumés (dans le bons sens du terme) qui secouent le monde de la flûte à bec :-) et qui remettent du vent dans les voiles du jeu en classe.
Rémi Massé est l’un d’eux, particulièrement prolifique et inventif dans le domaine du jeu pédagogique. En voici un nouvel exemple. Un vol bien orchestré est destiné à faire découvrir les instruments de l’orchestre aux élèves. C’est un jeu de rôle.. euh non … de plateau… enfin les deux. Et en plus il y a du numérique dedans … C’est donc un jeu traditionnel… euh non en fait … un jeu sérieux… enfin pas tout à fait … Bref de quoi faire exploser la définition canonique du serious game et revenir à la nettement plus ouverte et intéressante notion de jeu pédagogique. Une belle synthèse en tous cas entre les aspects matériels et numériques du jeu qui, astucieusement mis en synergie, renforcent sérieusement l’efficacité du jeu en classe, sans pour autant déposséder l’enseignant de la conception et de la réalisation de son projet. Ce n’est pas le cas des gros serious games conçus et réalisés par des structures extérieures à gros moyens et qui ne répondent pas toujours aux besoins réels des enseignants et des élèves. Vive l’artisanat ludo-pédagogique !
En tous cas cette synergie entre les jeux traditionnels et les outils numériques est à mon avis l’une des incarnations les plus intéressantes et porteuses d’avenir du jeu pédagogique.

Juste un truc, Rémi ! J’ai pas trouvé ma Fender dans les instruments de l’orchestre… Tu pourrais pas faire un autre jeu avec les instruments du rock et du blues ?

Voir aussi une description du jeu sur le blog de Rémi Massé

Fiche de présentation et règles du jeu : un vol bien orchestré




Le climat, le jeu de rôles et sciences po

6 06 2015

France Culture a relayé une initiative plus qu’intéressante : un jeu de rôles à grande échelle, animé par et pour des étudiants de plusieurs pays. Le but est de simuler les futures négociations du sommet sur le changement climatique de Paris à la fin de l’année. Les témoignages de l’émission, dont ceux des concepteurs (notamment Bruno Latour, éminent sociologue des sciences), montrent à quel point cette forme de pédagogie ludique est à la fois simple à concevoir et riche pour les participants, qui se prennent, littéralement « au jeu ».

Emission La Suite dans les Idées du 30 mai 2015, environ 30 minutes.




ludification : un exemple en primaire

25 05 2015

ludificationOn parle beaucoup de gamification ou ludification ces derniers temps, ce concept qui consiste à organiser une ou des situations d’apprentissage selon les modalités de fonctionnement des jeux et en particulier des jeux de rôles : quêtes, récompenses, déblocages de niveau, situations perturbantes ou personnages non joueur… on peut faire flèche de tout bois pour parvenir au graal de l’enseignant : susciter et maintenir la motivation et l’engagement des joueurs… pardon, des élèves. En effet toutes les études sérieuses montrent que l’engagement dans la tâche est un des piliers de la réussite scolaire. Il faut être de très mauvaise foi ou très mal informé, (ou ne jamais avoir travaillé avec de jeunes élèves de primaire ou de collège) pour considérer que la noblesse de la connaissance et la beauté des textes classiques doit suffire à captiver les jeunes têtes blondes qui nous sont confiées…. Si c’était vrai, ça se saurait depuis longtemps. Il y en a même qui prétendent que l’ennui fait partie intégrante de l’acte d’apprendre…. On a eu droit ces dernières semaines à un florilège consternant en la matière…

Proposé par E. Quatrefages et R. Masse cette activité est un exemple intéressant de ce qui peut se faire en la matière, ici dans le premier degré. Au passage, pour ceux qui croient encore (si, si il y en a) que le jeu pédagogique consiste à organiser des concours de belote en classe, il sera possible de constater l’ampleur du travail en amont pour l’enseignant (autrement plus long et difficile que de préparer un cours classique) et la diversité du travail en aval pour les élèves (autrement plus riche et varié que bien des séances de cours). Bref, voilà une lecture conseillée pour tous et en particulier pour ceux qui confondent encore, et avec quel mépris pour l’éducation dite informelle, le jeu pédagogique avec de « l’animation »…

Voir la présentation de la séquence.




La sexualité est-elle un jeu ?

23 05 2015

« La sexualité est-elle un jeu ? » est un article fort intéressant d’Agnès Giard publié sur le blog sexo de Libération. Elle reprend la thèse d’un ouvrage récent sur la condamnation des jeux par l’Eglise au début de l’histoire du christianisme, à partir du Bas-Empire.

Quel est le point commun avec le réseau Ludus ? Le plaisir, voire l’excès, engendrés par les jeux rend l’Eglise méfiante et prohibitrice. On serait donc là à l’origine de l’attitude culturelle de défiance envers les jeux, donc de leur opposition au sérieux.

Mais on ne va pas davantage commenter un article qui lui-même commente un ouvrage savant : remontez donc à la source !




Jeux video et épistémologie de l’histoire

23 05 2015

Sous ce titre qui pourrait surprendre pas mal de praticiens de la discipline, se cache un blog particulièrement intéressant. Plutôt que de paraphraser les propos de son auteur, voici comment il en définit l’objet : « il est probable que l’appréhension et les représentations du passé historique se réalisent aujourd’hui majoritairement à travers les environnements ludiques de l’univers des jeux vidéos et de l’industrie culturelle de divertissement liée au numérique.« 

En bref, en quoi les jeux video induisent-ils une certaine forme particulière d’appréhension du passé ? Là où les billets dépassent la déjà fatigante question des représentations-des-vilains-yankees-dans-leurs-jeux-impérialistes, c’est dans la dimension positive de l’approche : les jeux video induisent un rapport original de la rencontre d’un individu (ou d’une communauté) avec le passé, par le biais de la ludification. Et on aurait tort de s’en passer…

Le blog est savant et érudit, ce qui est une vraie qualité dans ce champ d’étude : les billets sont denses, très référencés (notamment vers les game studies nord-américaines) et très stimulants à lire. Globalement, c’est typiquement ce qui manque à la réflexion pédago-ludique française.

On notera notamment un point de vue critique envers les serious games (pur produit marketing selon l’auteur) et une réévaluation du serious gaming (le détournement pédagogique de jeux video du commerce). L’auteur évoque plusieurs fois Crusader Kings, à côté duquel nous étions passés, pour le Moyen Age. Au passage, il cite aussi les liens entre jeux et histoire contrefactuelle (l’uchronie dans le domaine de la SF) : on appelait ça les effets de la simulation divergente dans le réseau Ludus.

On devine que l’auteur est universitaire. S’il veut se présenter dans notre blog, il est le bienvenu !




VousNousIls promeut les serious games

6 05 2015

 

Le site VousNousIls promeut les serious games à travers 8 articles balayant tous les niveaux et tous les thèmes.

En prime, un jeu : cherchez-nous, on est dedans !