Le réseau Ludus : jouer en classe

Un blog pédago-ludique du WebPédagogique

La valeur  n’attend pas le nombre des années. C’est ce que tend à prouver Alexandra Berguig qui, non contente de démarrer sa carrière dans des conditions pas faciles faciles (on ne reviendra pas ici sur la masterisation mais nous n’en pensons pas moins !), a réussi à trouver le temps de concocter pour ses élèves un jeu d’aménagement du littoral.

Le jeu proposé est destiné à des élèves de seconde mais pourrait sans trop de difficultés être adapté pour d’autres niveaux notamment le collège. Il mêle intelligemment notions (développement durable, aménagement, conflits d’usages, acteurs …), compétences techniques (croquis, légende …) et comportements (coopération).

Organisés en équipes de 5 et endossant les rôles de différents acteurs, les élèves doivent décider d’un certain nombre d’aménagements en prenant en compte les impacts économiques, sociaux et environnementaux de leurs décisions. Ils peuvent coopérer … ou pas. Au final, les aménagements sont représentés sous formes de croquis. Une reprise en classe entière est bien sûr indispensable pour faire le bilan des différentes équipes, de leurs aménagements, de leurs stratégies.

Au total, une excellente base de départ pour qui souhaite créer un jeu coopératif sur le développement durable et/ou sur les littoraux. Merci Alexandra !

Présentation du jeu

Matériel

 

 

 

 

Expérience intéressante découverte ce matin grâce au Café Pédagogique.

Deux enseignants d’un lycée de Maurepas (académie de Versailles) ont créé pour leurs élèves une entreprise fictive dont l’objet est la conception et la commercialisation de produits cosmétiques bio.  Voici ce qu’en disent les concepteurs : « L’objectif est de mettre les élèves en situation. Les séances s’articulent autour d’activités professionnelles destinées d’une part à les faire réfléchir sur une problématique d’autre part à trouver des solutions.

Cette méthode inductive permet de motiver, impliquer et responsabiliser l’apprenant. En effet, il se sent davantage concerné par une formation dont il est « acteur principal ».

A mi chemin du jeu de rôle et de la simulation globale, cette proposition pédagogique innovante et ludique est à découvrir ici : SARL Figue de barbarie

Bon d’accord, le jeu de mot est tiré par les cheveux…

Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est pas à la hauteur du jeu géographique + SVT conçu par Eric Sanchez, Caroline Jouneau-SIion, Alain Prat et Ludovic Delorme dans le cadre d’une recherche INRP : des élèves de seconde doivent, sous la forme d’un jeu de rôles,  proposer, débattre et décider de la politique énergétique de la ville de Sète. Ils incarnent les différents acteurs (entreprises, collectivités, citoyens) et utilisent différents outils (de l’affiche classique à Google Earth) pour convaincre les autres du bien fondé de leurs options. Il y a donc de la réflexion, de la recherche, de l’imagination, du débat… clos par une consultation lycéenne au CDI.

On remarquera notamment le temps alloué au projet, l’utilisation de Google Earth non pas comme simple logiciel de consultation mais comme un vrai outil d’aménagement du territoire, l’importance du débat, les stratégies différentes des élèves pour élaborer leur proposition… Voilà un parfait exemple de ce que peut être un jeu pédagogique dès lors qu’il est conçu par des enseignants et pour des élèves. Il me semble qu’on est au-delà du jeu sérieux, conçu par une institution pour des utilisateurs hypothétiques.

On regrettera juste que toutes les photos ne soient pas encore présentes sur le diaporama, mais il s’agit là d’une curiosité inassouvie à la hauteur de l’intérêt de l’action !

Voici le scénario : l’Iran aidé par la Chine et la Russie a doublé ses stocks d’uranium enrichi. Israël menace de le frapper en représaille et n’écoute plus les conseils de modération des USA. Comment réagir si vous êtes en charge du gouvernement américain ?

C’est le petit jeu de rôle auquel se sont livrés quelques journalistes, diplomates et professeurs à Harvard la semaine dernière. Résultat des courses, c’est l’Iran qui l’a emporté dans la confrontation. Mais les joueurs en ont tiré un certain nombre d’enseignements qui pourraient bien se révéler utiles au vrai gouvernement américain.

La suite est à lire dans un article de Lorraine Millot sur Libération, ici exactement

Et pour ceux qui maîtrisent la langue de Madonna, voici le compte rendu en anglais.

image1.jpg

Il y a bien longtemps qu’il ne m’avait pas été donné d’assister à une séance de classe aussi stimulante !

Il y a quelques semaines, Rodolphe Bondiguel, jeune professeur d’histoire géographie m’a proposé de tester dans l’une de mes classes son jeu de rôle « Mystère au monastère ». N’étant pas à proprement parler spécialiste ni même un adepte habituel du jeu de rôle j’ai accepté pour voir de quoi il retournait …
Le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçu !

D’abord le matériel de jeu : Rodolphe n’a pas fait les choses à moitié puisque non content d’avoir décrit de manière très détaillée l’univers des moines de l’abbaye de Fontenay il a réussi à convaincre Klem, une illustratrice de talent d’assurer la partie iconographique. Le jeu apparait à ce stade comme une production proche des standards professionnels.

Chaque élève est ainsi pourvu d’une description de l’univers du jeu (ici l’abbaye et la vie des moines au moyen âge) et peut préparer la séance soit à la maison, soit en classe (pour cette première expérience la préparation a eu lieu en classe).

Ensuite par groupe de deux ou trois (selon l’effectif de la classe) les élèves vont prendre en charge un personnage dont la fiche très détaillée leur donne les principales caractéristiques : nom, âge, taille, principaux traits de caractères, habiletés particulières …
Il existe également des personnages non-joueurs, qui interviennent dans le cours de l’histoire mais ne s’incarnent pas dans des joueurs physiques. c’est le meneur de jeu qui les prend alors en charge, ce qui – au passage – exige de lui une grande faculté d’adaptation et des capacités théâtrales certaines.

Dès le début de la partie, le meneur a emporté les élèves dans son scénario et je dois dire que j’ai été vraiment surpris de leur implication, y compris pour certains d’entre eux en difficulté face à l’expression orale. Du début à la fin du scénario, les élèves ont semblé captivés et ont vraiment joué le jeu (sans jeu de mots).
L’exploitation pédagogique qui a suivi la partie a montré que la plupart des objectifs de connaissances historiques poursuivis avaient été atteints par presque tous les élèves.

D’une manière générale, le jeu de rôle pédagogique me semble être une option très intéressante et j’ai bien l’intention de m’y lancer dès la prochaine année scolaire.
Néanmoins, c’est une activité difficile à mener, plus encore que les autres jeux que nous pratiquons au réseau Ludus. Elle nécessite de la part de l’enseignant une réelle pratique de ce type de jeu, en tant que joueur mais aussi en tant que meneur car les qualités d’acteurs sont importantes.

En tous cas, ce jeu a été pour moi une des vraies bonnes surprises de cette année scolaire.

Pour tout savoir et accéder au matériel de jeu, rendez vous sur le site du réseau Ludus :

http://www.discip.ac-caen.fr/histgeo/ludus/sommfiche.htm

image2.jpg

Lire la suite »

La Gen Con (abréviation de General Convention, puisqu’il s’agit d’une invention étatsunienne) est devenue le principal rendez-vous français des amateurs de jeux de plateau et de jeux de rôles.

Il s’agit moins d’un salon où l’on achète (quoique les tentations soient excessivement nombreuses…) que d’un club géant où vous trouverez toujours des amateurs qui vont tester un jeu avec vous (c’est d’ailleurs le sens de « convention »). C’est là son principal intérêt : jouer, jouer et encore jouer. Une place libre à une table ? Vous demandez et vous vous installez. C’est l’idéal pour faire le plein d’idées !

Certains jouent non-stop pendant les trois jours de la Convention (du 25 au 28 avril), qui se tient à Montreuil (Palais des Congrès). Toutes les informations sur leur site.

PS pour nos amis parents : il y a un stand spécial pour les 7-12 ans où des jeux leur seront proposés. Ouf !