Adresse du Réseau Education Sans Frontières aux citoyens, aux candidats à la présidentielle et aux législatives de 2012

Au moment où le super ministre des expulsions, cerbère zélé de « l’identité nationale », se réjouit, quitte à manipuler les chiffres, d’un bilan qui brise un peu plus de vies et déchire toujours davantage de familles et d’enfants, la rencontre nationale du Réseau Education Sans Frontières qui vient d’avoir lieu à Amiens les 14 et 15 janvier a mis en évidence une autre réalité :  la solidarité quotidienne des écoles, des collèges et des lycées, celle des villes et des quartiers avec des migrants confrontés à des situations de précarité extrêmes, l’exigence du respect des droits pour tous.

Trois militants du RESF30  ont  participé avec plus de 200 militants venus d’une cinquantaine de départements de France et des DOM-COM se sont réunis pour faire le point de la politique actuelle de l’immigration.
-    Ils ont dressé le bilan des résistances citoyennes, souvent victorieuses, face à la politique répressive des préfectures, à la multiplication des mesures d’enfermement et aux tentatives de reconduite forcées à la frontière.
-    Ils ont décidé perspectives d’action et campagnes pour les mois qui viennent.
-    Ils ont adopté une « Adresse aux citoyens et aux candidats aux élections présidentielle et législative 2012« . Ce texte énonce un certain nombre d’exigences immédiates et réclame une refonte de la législation, y compris des législations d’exception qui pénalisent particulièrement les migrants des territoires d’Outre-mer.
Vous la trouverez ci-dessous
Cette rencontre réussie a montré que l’espoir d’une véritable politique alternative en matière d’immigration était partagé, non seulement par des parents d’élèves ou des enseignants, mais par de nombreux citoyens représentant de larges couches de la société française.

Laisser un commentaire