Stratégies pour apprendre

image pour apprendreIl est plus facile d’apprendre une langue étrangère si on se constitue des fiches personnelles.

Dans cet article, vous trouverez des techniques pour apprendre le vocabulaire, les verbes, retenir les désinences verbales ainsi que l’adresse de deux sites qui vous livrent leurs « sept astuces pour tout mémoriser » et pour « prendre des notes en cours au lycée ».

tromboneComment apprendre le lexique

Lexique = signification des mots, des expressions.

En français, il est tout aussi important d’apprendre l’orthographe que la prononciation.

Voici 3 façons d’apprendre et de mémoriser les mots de vocabulaire, vous pouvez choisir celle qui vous convient le mieux.

1ère méthode : traduction et visualisation

a) Repérez les mots ou expressions nouveaux (les souligner, les surligner…),

b) Réservez une section de votre cahier (voire un cahier complet) pour écrire le vocabulaire.

c) Constituez 3 colonnesv:

votre langue maternelle français Photo ou image
……………… …………………

d) Lisez le mot dans votre langue et visualisez le mot français correspondant (sa graphie ou le dessin que ce mot évoque dans votre esprit ou encore visualisez un geste qui le représente) ou encore reliez ce mot à d’autres mots ou expressions que vous connaissez déjà (parce qu’ils ont quelque chose en commun ou parce qu’ils s’opposent ou se complètent ou ils appartiennent à la même catégorie…)

e) Ensuite, répétez à haute voix ce mot plusieurs fois avant de l’écrire sur une feuille OU écrivez-le plusieurs fois avant de le répéter à haute voix.

f) Après avoir appris ce premier mot, procédez de la même façon avec les autres mots.

g) Lorsque vous aurez mémorisé tous les mots nouveaux, vérifiez votre apprentissage : cachez la colonne de la traduction française, lisez le mot dans votre langue maternelle et écrivez sa traduction en prononçant le mot à haute voix. Pour la correction, vous pouvez contrôler mot par mot ou lorsque vous aurez terminé l’exercice.

Que faire si vous vous êtes trompé ? Réécrivez le ou les mots sur une feuille et prononcez-les à nouveau.

h) Le lendemain et/ou le surlendemain, répétez l’exercice ou simplement les mots que vous avez eu des difficultés à mémoriser.

i) Après un ou deux jours, recommencez : répétez et/ou écrivez tous les mots, et en particulier ceux qui vous posent des problèmes… Un travail constant prend beaucoup moins de temps qu’un travail acharné..

A deux, on apprend mieux

Si vous avez la possibilité de travailler avec un ami, votre ami pourrait vous dire le mot dans votre langue maternelle et vous le direz et l’écrirez en français (ou le contraire). Puis vous échangerez les rôles. Mais n’oubliez pas de réviser le lendemain et le surlendemain…

2e méthode : faire des « toiles »

On apprend mieux le vocabulaire si on le classe notamment à travers des schémas. Important : écrivez toujours le nom avec son article et indiquez le genre du nom entre parenthèse s’il est différent du mot correspondant dans votre langue.

Créez des fiches lexicales. Donnez un titre à chaque fiche. Ex : un titre = un thème. Chaque fois que vous rencontrerez un mo nouveau, vous l’ajouterez à votre schéma.

Cette méthode convient particulièrement aux personnes qui ont une mémoire visuelle. Pour vérifier votre apprentissage, reproduisez sur une feuille le schéma (après avoir caché l' »original »!).

Voici un exemple de réseau lexical: Exemple de réseau lexical.

Pour créer des cartes « mind map » avec votre ordinateur, c’est ici, un site sur le WebPédagogique.

Regardez les cartes, les schémas et les plans pour étudier la grammaire : sur le site de l’université de Laval au Québec

3e méthode : le classement dans un tableau

On apprend mieux le vocabulaire si on le classe. Les tableaux constituent une manière simple et rapide de classer les mots nouveaux et de les mémoriser.

Ex.: Les adjectifs de nationalité

On peut les classer en fonction de la prononciation de la syllabe finale:

Masc. = fém.(invariables) + e -ais, -aise - ien, – ienne -ain, – aine Autres
suisse Espagnol, espagnole Français, française Italien, italienne Marocain, marocaine Grec, grecque
……………. ……………. ……………. ……………. ……………. …………….
……………. ……………. ……………. ……………. ……………. …………….
……………. ……………. ……………. ……………. ……………. …………….

Chaque fois que vous rencontrerez un mot nouveau, vous devrez l’ajouter dans votre tableau.

tromboneComment apprendre les verbes français

Là aussi, il est important de se constituer des fiches personnelles, permettant une réélaboration active. Voici un exemple de fiche que vous pourrez décharger et modifier en fonction de vos besoins : Comment apprendre les verbes

Sites pour approfondir…

Sept astuces pour mieux mémoriser

Du site de l’Etudiant.fr, nous reprenons l’article de Sophie de Tarlé, mais pour le voir dans son intégralité, vous devez cliquer sur le titre…

1. Apprendre par cœur, répéter

Utile pour : progresser dans une matière scientifique ou littéraire.
Eh non, apprendre par cœur n’est pas bête, c’est même tout le contraire ! La répétition est le mécanisme élémentaire de la mémoire. Elle aboutit à des connexions stables entre neurones (par les points de jonction appelés synapses) et à une communication facilitée (par les neurotransmetteurs). En général, il faut des dizaines, parfois même des centaines de répétitions pour apprendre quelque chose, notamment pour les apprentissages sensori-moteurs (vélo, dactylographie, conduite automobile…).

2. Apprendre en plusieurs fois

Utile pour : consolider n’importe quel apprentissage (exercice, cours…).
L’un des phénomènes découverts dès le début des recherches est « l’apprentissage distribué». En clair, instaurer des périodes de repos au cours de l’apprentissage donne de meilleurs résultats que l’apprentissage d’une seule traite. Le cerveau a besoin de temps et de sommeil, en particulier pour consolider l’apprentissage (notamment pour la construction de prolongements cellulaires). Les étudiants qui bachotent ont donc tout faux ! Il faut apprendre progressivement et régulièrement, en se ménageant des périodes de repos (apprentissage distribué) et en privilégiant le sommeil.

3. Lire : une méthode qui n’en a pas l’air

Utile pour : augmenter son vocabulaire.
Le stock de mots à acquérir au cours de l’évolution scolaire est énorme. D’après des chercheurs américains, les mots ne sont pas assimilés par instruction directe (dictionnaire, lexique, cours…), mais tout simplement par la lecture. Un lecteur moyen lit environ un million de mots par an. C’est donc par inférence d’après le contexte de lecture que les mots seraient principalement acquis. C’est la méthode la plus rapide et la plus économique d’acquisition du vocabulaire.

4. Faire un résumé

Utile pour : retenir un cours complexe en philo ou en histoire.
Les professeurs qui demandaient aux élèves d’apprendre un résumé par cœur avaient raison. Ce dernier fonctionne comme plan de récupération, avec la fonction d’organiser les mots clés importants. C’est pourquoi les fiches sont si utiles pour réviser.

5. Structurer un texte

Utile pour : se souvenir d’un cours tout simplement.
De nombreuses recherches ont montré que tout apprentissage, même par cœur, consiste à faire des groupes d’information solides. C’est ce que l’on appelle l’organisation. La pratique qui consiste à bien structurer les cours, par chapitres, paragraphes et sous-paragraphes, est donc très bonne ; faire des fiches aussi. En revanche, souligner avec des couleurs ne fait pas « rentrer les mots dans une mémoire visuelle » mais permet de faire ressortir un concept parmi d’autres mots ou de différencier des thèmes différents.

6. Inventer une histoire comme plan de rappel

Utile pour : retenir des noms propres, les différentes parties du plan d’une fiche, etc.
Une expérience menée en 1969 montre que l’histoire clé peut être une technique très efficace. Il s’agit, pour retenir une liste de mots, d’inventer une histoire qui relie les différents termes de la liste. Dans cette expérience, le groupe qui a utilisé cette méthode a obtenu un taux de mémorisation de 93 % (soit 100 mots retenus), contre 13 % pour le groupe qui n’avait reçu aucune instruction. Voici un exemple (les mots de la liste sont en capitales) : « Un VÉGÉTAL peut être un INSTRUMENT utile pour un collège d’étudiants. Une carotte peut être un CLOU pour votre CLÔTURE ou BASSIN. Mais un MARCHAND de la REINE voudra mesurer cette clôture et donne la carotte à la CHÈVRE. » Le résumé est un cas particulier d’histoire clé reliant les principaux thèmes ou concepts.

7. Les plans basés sur les mots

Utile pour : se souvenir de mots complexes en sciences (très utilisé par les étudiants en médecine).
Une méthode très courante consiste à faire des mots avec les premières lettres ou syllabes d’une liste ou des termes d’un texte. Sur le plan de la mémoire, il s’agit d’un plan de récupération. Mais cette méthode fonctionne uniquement si les mots à retenir sont déjà connus.
Par exemple :
• SATURNE sert de mot clé pour se souvenir des trois planètes dans l’ordre de leur éloignement par rapport au soleil : SATurne, URanus, NEptune.
• La phrase « Me Voici Tout Mouillé, Je Suis Un Nageur Pressé » permet de se remémorer toutes les planètes du système solaire : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.
• « Cambronne, s’il eut été dévot, n’eût pas carbonisé son père » permet de faire la liste des périodes géologiques de l’ère primaire : cambrien, silurien, dévonien, carbonifère, permien.
• « Mais où est donc Ornicar ? » permet de se souvenir des conjonctions de coordination : mais, ou, et, donc, or, ni, car.
• « Sur la racine de la bruyère, la corneille boit l’eau de la fontaine Molière », pour se rappeler des grands écrivains du XVIIe siècle : Racine, La Bruyère, Corneille, Boileau, La Fontaine, Molière.

Prendre des notes en cours au lycée

Du site www.orientation.fr, nous reprenons cet article. Pour le lire dans son intégralité, cliquez sur le titre…

1. Ne prenez en note que l’essentiel :

Tout ce qui se dit en classe n’est pas à retenir.
Chaque prof a un ou deux « trucs » pour signaler aux élèves que ce qui va suivre devrait figurer dans leurs notes. Cela peut-être un début de phrase comme « il faut retenir que� », « notez que « , « ce qui est important ici, c’est que  » etc Cela peut aussi être un geste, une voix dont le ton monte ou dont le débit ralentit. A vous de repérer ceux de vos profs� lors des premiers cours, beaucoup d’entre eux vous aideront d’ailleurs à le faire. Ayez aussi le réflexe de ne pas forcément prendre en note ce qui vous semble évident, déjà connu pour vous concentrer sur ce qui est nouveau.

2. Simplifiez les phrases :

Dans toute phrase, il y a de nombreux mots (comme les articles, le verbe être etc�) qui sont nécessaires à l’oral, mais dont vous pouvez vous passer quand vous prenez des notes, car cela ne vous empêchera pas de comprendre la phrase quand vous vous relirez.

3. Créez votre répertoire personnel d’abréviations et de symboles :

Certains de vos profs vous feront peut-être des suggestions pour enrichir ce répertoire d’abréviations (par exemple  » politique  » est un mot qui revient trop souvent dans la bouche des profs d’Histoire-Géo, d’ECJS, de SES etc� pour être écrit en entier) et de symboles (la flèche vers le haut pour « augmenter », « monter », « croître », celle vers le bas pour « baisser », « descendre », « décroître » etc�).

Reprenez aussi les abréviations et symboles de vos camarades que vous trouvez claires, et inventez vos propres raccourcis.

4. Que faire si vous avez « manqué » la prise de notes d’un point important ?

Ne tentez pas de le recopier en regardant par dessus l’épaule de votre voisin alors que le prof est déjà passé à la suite, car vous risquez alors d’accumuler les retards, contentez-vous de laisser quelques lignes blanches et profitez d’une pause pour compléter ces lignes en empruntant le cahier du fameux voisin.

2 réflexions au sujet de « Stratégies pour apprendre »

Laisser un commentaire