O comme OrthOgraphe

19 11 2012

 

 

 

 

La question de l’orthographe a toujours été, dans notre culture scolaire, un sujet délicat, ultra-sensible.

Régulièrement, comme un vieux serpent de mer dont on ne parvient pas à se défaire, la question du niveau refait surface dans les gros titres des journaux ou donne l’occasion d’une nouvelle circulaire. Le constat ne fait de doute pour personne : le degré de performance a bien baissé. C’est pourquoi, et sans entrer dans la polémique stérile du « c’était mieux hier », il convient effectivement de se montrer particulièrement attentif et vigilant sur cette question. Non pas, comme le serait un vigile chargé de veiller au bon respect d’un sacro-saint code, mais plutôt à la manière d’un ami critique et fidèle qui, chaque jour et à chaque fois que la langue française l’y invite, ne cesse d’interroger cette curieuse orthographe, d’en faire un objet rigoureux de questionnement permanent et non un sujet de culpabilité ou de tri sélectif.

Extrait de Réussir sa première classe, p 67, 68

Idée Prep’ le plus du blog

La pêche aux accents

Niveau: Cycle 3 mais peut être adapté au cycle 2

Domaine: Étude de la langue

Rubrique: Orthographe lexicale

Durée: 60 minutes (10+20+20+10)

Objectifs d’apprentissage:

  • apprendre à repérer les différents accents (aigu, grave et circonflexe)
  • mémoriser quelques mots d’usage courant
  • faire le lien entre apprentissage scolaire et compréhension du monde (l’écrit est partout)

Compétences sollicitées:

  • être capable de travailler et s’organiser à deux
  • se repérer dans les différents écrits de manière autonome
  • être capable de prendre des initiatives
  • savoir recopier sans erreur des mots trouvés dans un environnement proche

Matériel:

  • une ardoise par binôme
  • tous les supports écrits disponibles dans la classe
  • un petit carnet répertoire pour la fin de séance

Déroulement:

Dans une courte séance précédente, les élèves ont trié, dans 4 colonnes, les mots d’un court texte en fonction de l’accent qu’ils portaient. Selon un format classique, cette première séance de repérage a eu lieu dans le cahier d’activité de manière individuelle.

  1. é
  2. è
  3. ê
  4. ^ sur les autres voyelles a, i, o, u

Séance du jour: la pêche aux accents

  • Étape 1: au tableau figurent les 4 colonnes avec les mots de la veille classés en 4 couleurs comme ceci: (extrait)

é                      è                        ê                      â  î  ô  û

éperon             près de            tête                  disparaître

  • Étape 2: petite phase de collecte supplémentaire: demander aux élèves de placer dans le tableau quelques autres mots qu’ils connaissent.
  • Étape 3: Les enfants, après s’être constitués en binômes, choisissent le type d’accent qu’ils vont devoir aller pêcher. Veiller à ce que les 4 colonnes soient bien représentées.

Consigne: Vous allez partir à la pêche aux accents. Votre domaine de pêche est celui de la classe; vous pouvez donc vous déplacer dans tout l’espace et dès que vous repérez un mot qui porte l’accent recherché, vous le notez sur votre ardoise. Vous disposez d’un temps limité, 20 minutes, pour pêcher le plus grand nombre de mots en vous servant de tous les supports écrits présents dans la classe. Lorsque nous ferons le point, il faudra également être capable de resituer le lieu où vous avez pêché votre mot. C’est parti, top départ!

Facteurs de motivation, d’apprentissage et de mémorisation:

  • la coopération: travailler en binôme
  • l’aspect ludique: fouiller la classe pour trouver des mots
  • le déplacement: mettre tout le corps au service de l’apprentissage
  • le défi: trouver le plus de mots possible
  • le plaisir: jouer aux explorateurs
  •  Étape 4: Mise en commun. Chaque équipe vient au tableau et nomme les mots trouvés ainsi que l’endroit où ils ont été pêchés. (Ce qui donnera lieu dans une prochaine séance à l’écriture de phrase rigolotes « J’ai trouvé un athlète dans la bibliothèque » « J’ai trouvé la maîtresse accrochée à la porte d’entrée » « J’ai trouvé un éléphant dans le placard à jeux » « J’ai trouvé une sorcière sur l’étagère » « J’ai trouvé un pélican dans le dictionnaire » etc…
  • Étape 5: Chaque binôme choisit, parmi les mots pêchés, 2 mots à ajouter à la liste du tableau.
  • Étape 6: Au fur et à mesure, les mots au tableau sont recopiés dans le petit répertoire personnel des élèves.

Bilan: une séance assez longue mais que tous les enfants auraient aimé prolonger…comme quoi, finalement l’orthographe, ça peut aussi être amusant 😉

Remarque 1: cette séance s’inscrit dans une séquence plus large où les mots seront analysés et découpés en syllabes de manière à expliciter quelques règles relatives à l’accentuation.

Remarque 2: des activités d’écriture seront reliées à cette phase de collecte qui sert à la fois de repérage orthographique et d’amorce de jeux d’écriture.

Reportage photos: à découvrir sur le blog de classe

A discuter, à partager

Tags : , , , , ,

Actions

Informations

3 réponses à “O comme OrthOgraphe”

15 09 2013
Claudia (18:46:40) :

Ostiane,
La question que je me pose est la suivante: comment aider mon fils à la maison afin d’ancrer durablement les règles d’orthographe en lui. Lorsqu’il travaille sur les règles ou les exercices de type exercices à trous ou autres, il réussit toujours parfaitement mais lorsqu’il passe à la production d’écrit, il oublie tout ce qu’il sait et il écrit comme un enfant de CP (il est en CM1). Il ne se concentre que sur ce qui lui est demandé à l’instant T et pourtant c’est un très très grand lecteur.

15 09 2013
Ostiane (19:05:18) :

Bonsoir Claudia,
Première chose, vous n’êtes pas la seule à vous poser cette question! Les exercices d’entraînement, nécessaires pour l’automatisation progressive et rassurants dans le cas de certains enfants comme le vôtre, n’ont pas grand chose à voir avec la production de textes, tâche bien plus complexe et qui fait appel à d’autres capacités cognitives et compétences. L’enfant qui produit un contenu est tout entier dans l’histoire qu’il invente. Il ne fait plus qu’un avec elle et bien souvent alors que les choses lui paraissent évidentes, elles le sont bien moins pour le lecteur… Problème de cohérence, de syntaxe, d’orthographe, etc. Pour l’aider, il faut lui apprendre à se distancer de son texte, TRÈS DIFFICILE mais essentiel pour une réécriture efficace. D’abord l’encourager quant à ce qu’il écrit, sans faire référence à l’écrit lui-même mais plutôt à son sens de l’imagination, à sa créativité, à son humour ou tout autre point positif; puis revenir sur une phrase par exemple. Pas sur tout le texte, de manière à éviter la lourdeur de la réécriture. Transformer cette phrase en texte à trous puisqu’il est bon dans ce domaine. Et une fois la phrase corrigée avec lui, lui reproposer en dictée le jour suivant. C’est une manière de faire, pas trop lourde à mettre en œuvre à la maison. Qu’en pensez-vous?

16 09 2013
Claudia (15:10:24) :

Merci, je vais mettre vos conseils en œuvre ce WE 🙂

Laisser un commentaire