D comme Dictée-flash

26 09 2013

http://ts1.explicit.bing.net/th?id=H.4855702189968060&pid=15.1&H=160&W=104Il existe de multiples modalités pour travailler l’apprentissage de l’orthographe et la dictée en est une parmi d’autres. De même il existe différents types de dictées: nous évoquerons aujourd’hui la dictée flash, facile à mettre en œuvre en début d’année et ce, quel que soit le niveau de classe puisqu’il s’agit de se limiter à une seule phrase.

Nous parlons bien ici d’apprentissage et non de contrôle. Il paraît très important d’exprimer clairement cela aux élèves dès le départ, pour lever toute ambiguïté et soulager les esprits anxieux. Et oui, l’orthographe, ça rend anxieux dans notre culture scolaire et l’anxiété, ça n’est pas très bénéfique pour l’apprentissage…

« Vous êtes là pour apprendre, cette activité va vous permettre de mieux comprendre le fonctionnement de la langue française et de son orthographe. Les erreurs sont normales, elles ne seront pas sanctionnées mais mises en évidence pour ensuite être observées à la loupe, comprises et ainsi éviter avec le temps de les répéter. Les réussites aussi seront valorisées. Si vous produisez une dictée sans erreur, vous aurez le droit de la publier sur notre compte twitter de classe et à partir de 5 dictées sans erreur, vous serez nommés « Expert orthographique » et gagnerez le droit de proposer vous-mêmes une dictée à vos camarades. »

Alors, prêts?

 

Mise en scène et méthodologie:

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRcIgtuBhAKULc2x89auE1FL3r_I3waCkZjZU3UsB2QEQwnTDC4Aw1/ Rituel d’échauffement (5 minutes en restant à sa place derrière sa chaise)

  • Quelques mouvements de Brain-gym pour une bonne stimulation physique. 
  • Quelques massages chinois centrés sur la tête, les épaules, les bras, les poignets et les doigts pour une bonne dynamique posturale.
  • Une ou deux postures de yoga pour l’ancrage et la concentration.

2/ Annonce de la méthodologie

  • Avant de commencer à écrire, je vais vous lire 3 fois la phrase dictée-flash. Aucun stylo dans les mains!
  • La 1ère fois, vous écoutez comme une histoire et si vous ne comprenez pas le sens d’un mot, nous l’expliquons.
  • La 2ème fois, les yeux fermés, vous laissez les mots ou les images apparaître dans votre tête, comme un mini-film qui défilerait derrière vos paupières.
  • La 3ème fois, vous vous imaginez en train d’écrire la phrase.
  • Enfin, à mon signal, je dicterai le texte et chacun écrira sa phrase sur sa feuille en prenant soin de sauter une ligne pour la correction.
  • Une fois que vous aurez terminé d’écrire, vous prendrez un temps pour vous relire, c’est une étape très importante. Nous élaborerons ensemble une prochaine fois, une méthode de relecture. Pour cette fois-ci, vous faites comme vous pensez savoir faire!

Attention, c’est parti 🙂

1/ Aujourd’hui, au cirque, les enfants rient de bon cœur.

2/Aujourd’hui, au cirque, les enfants rient de bon cœur.

3/ Aujourd’hui, au cirque, les enfants rient de bon cœur.

Remarque: La phase de dictée varie selon la longueur du texte. En ce début d’année, il s’agit de mettre les élèves en confiance, de valoriser leurs acquis et de viser les premiers besoins d’apprentissages. Une phrase simple donc pour commencer. Simple au sens grammatical du terme, car du point de vue orthographique, rien n’est jamais aussi simple qu’il y paraît; voilà pourquoi il est essentiel de travailler l’orthographe aussi régulièrement que possible et sous des formes très diverses.

3/ Phase de correction et d’analyse des erreurs:

Il s’agira dans un troisième temps d’analyser et de corriger les erreurs.

  • Corrections individuelles pour les erreurs de lexique via un carnet répertoire personnel dans lequel les erreurs corrigées de chacun sont consignées. Par exemple ici selon les élèves (aujourd’hui à A/un cœur à C/ l’enfant à E)
  • Correction collective au tableau avec analyse grammaticale et élaboration d’un projet de recherche d’erreurs. (Repérage du verbe, du sujet, du temps, de la personne et de la terminaison.) On pourra ici proposer une carte mentale qui sera conservée et affichée en classe.
  • Élaboration d’une méthodologie de relecture qui restera dans le classeur d’outils.
  • Correction individuelle sur la feuille de dictée sur la fameuse ligne hôpital, je l’appelle comme cela depuis le jour où un enfant l’a nommée ainsi.

Voilà pour une première séance. Ultérieurement, on pourra proposer aux enfants de se mettre à deux, pour une correction négociée, pour travailler leur carnet répertoire ou rédiger leur analyse d’erreur, mais chaque chose en son temps, et gardons cela pour un prochain article…

Un pas après l’autre, en début d’année, il s’agit de poser le cadre, construire des outils et d’engager les élèves vers leurs premiers progrès 🙂

D’autres classes qui pratiquent la dictée-flash

Chez Mallory  et Classe bleue (cycle3)

Chez Crevette et Sanléane (cycle 2)

 

Tags : , ,

Actions

Informations

37 réponses à “D comme Dictée-flash”

27 09 2013
David (15:09:15) :

… Je suis scotché !

« on pourra ici proposeR une carte mentale »… à mettre dans votre classeur d’outils après une bonne stimulation neuronale…

27 09 2013
Ostiane (15:38:23) :

Oui, vous avez raison David, et votre commentaire m’a fait sourire. Je devrais vous proposer mes articles à la relecture avant de les publier, surtout sur un tel sujet! Shame on me..

27 09 2013
David (16:45:57) :

A la lecture de votre topic, dont le flash m’a ébloui, j’ai été orienté vers le compte gazouilleur de votre classe.
Un groupe-élève (voilà que je poste pédago…) écrit que la jument joyeuse est absolument terrifiée à la vue d’une astucieuse « sanglière »… Je n’ai rencontré que des laies peureuses, mais pas ce genre de bestiole même avec un projet de recherche !

27 09 2013
Ostiane (17:06:28) :

Amusante invention je trouve. L’élève du compte d’à côté lui a répondu qu’erreur il y avait. Mardi, en réponse, nos trois compères devront donc rectifier et proposer autre chose.. Trouveront-ils l’existence de la laie? À suivre donc!

27 09 2013
David (18:31:52) :

Question sérieuse :
Combien de temps passez-vous (la classe) sur ce genre de phrase (9 mots au total) ? Il n’y a (pour un CM1) aucune difficulté majeure…
L’équation « temps / apprentissage » n’est pas très favorable, car, OUI, sur le cursus annuel c’est à prendre en compte. D’où problème d’efficacité… le nœud se situe là !
Passer 1/2 heure sur une phrase aussi simple, hum… je ne vois franchement pas une grande avancée pédagogique ! (Hormis tout le blabla que vous avez mis comme sauce autour).
De toutes façons, on survole ! Soit on fait bcp sans approfondir ou peu en insistant et passant à côté d’autres choses…

28 09 2013
David (13:56:48) :

Suis ok avec vous pour la « dictée flash » A CONDITION que cela n’excède pas 10 minutes. Exercice quotidien de réinvestissement… Point barre !
Dans le mm style connaissez-vous le « texte reconstitué » ?

28 09 2013
Ostiane (17:27:37) :

David, 10/15 minutes certainement d’ici un petit mois; pour le moment, il s’agit de travailler la méthodologie pour que l’exercice devienne « efficace », un mot que vous affectionnez et que j’approuve dans la mesure où il serve le temps d’apprentissage de l’enfant et non le temps d’enseignement de l’enseignant…vous me suivez? Certains enfants ont terminé en 10 minutes sans être très efficaces dans leur relecture, d’autres ont eu besoin de davantage de temps mais ont mieux réussi…Seuls 3 d’entre eux ont produit une #dictée0Faute comme je les appelle. Comme quoi, il aurait été vain de proposer une phrase plus complexe.
Le texte reconstitué existe, j’imagine, sous plusieurs formes. Quelle est la vôtre?

2 10 2013
David (18:20:06) :

Visiblement vous ne connaissez pas ce genre d’exercice… cela ne m’étonne pas !
C’était à la mode dans les années 70′. Comme bcp de choses il y a phénomène de mode ; panacée puis ça tombe dans l’oubli ! Autre exemple les maths modernes… une génération d’enfants sacrifiés !
Bon…
Texte reconstitué :
Court texte écrit au tableau (5 ou 6 phrases). Lecture par qq élèves. Explication de vocabulaire, grammaire, difficultés orthographiques. Après qq lectures on efface peu à peu qq éléments. On essaie (les élèves) de restituer le texte. On retire petit à petit d’autres éléments jusqu’à laisser un mince squelette.
Les élèves doivent restituer le texte.
Dans une des variantes on peut laisser les mots « effacés » du texte sur une autre partie du tableau, mais en vrac.
TT cela prend bcp de temps et bof… pas terrible comme exercice ! mais c’était follement tendance et gare à ceux qui ne pratiquaient pas !

2 10 2013
David (18:21:25) :

Je n’ai pas pu répondre avant j’étais parti en week-end à Nice…

3 10 2013
Ostiane (13:43:58) :

Ce qui me semble très important David, à côté des rituels et des routines collectives qui sont nécessaires, c’est de diversifier au maximum les approches, les exercices, les supports, les consignes, des modalités de travail. Vous le savez aussi bien que moi, il n’y a pas deux enfants qui apprennent de la même manière ou soient motivés par les mêmes intérêts. Une dictée flash par ci un texte reconstitué (si si je connais) par là, une dictée négociée ici une auto-dictée là, etc. Répétition ET diversification, collectif ET individuel, par cœur ET raisonnement…en espérant ainsi toucher à un moment ou un autre tel ou tel profil et au final s’être adressé à un maximum d’élèves. Enfin, c’est ce vers quoi je tente de tendre…avec humilité je vous l’assure mais avec foi aussi 🙂

3 10 2013
David (15:29:18) :

Ben finalement vous êtes… hyper classique !

3 10 2013
Ostiane (15:46:46) :

Je vais vous faire une confidence David: je peux être hyper classique à 9h, anticonformiste à midi et totalement anarchiste à minuit! J’ai toujours eu horreur des étiquettes et des modèles figés, j’aime le mouvement, la pluralité, le droit à être multiple. Dans la vie, dans la manière de m’habiller, dans le choix de mes amis comme dans mon métier. Ma ligne de conduite et de cohérence dans tout ça me direz-vous? Essayer d’être moi-même.

3 10 2013
David (16:23:46) :

Ah ça je le savais… et vous l’avais déjà dit ! Disons que dans votre post vous étiez dans votre quart d’heure hyper classique… et que vous êtes anticonformiste le temps d’un karaoké… lol. Pas facile de vous suivre qd même, pour moi qui suis un vieux réac !

3 10 2013
Ostiane (16:29:48) :

Et bien voilà que vous vous mettez à loler maintenant? Vous devez être dans votre minute djeun’ … pas très sérieux tout de même pour un vieux réac comme vous, non? Quant à me suivre, vous y parvenez très bien! Depuis le temps, je vous trouve même très fidèle!

3 10 2013
Da Vid... (17:55:31) :

Ma meuf me dit souvent ke je la joue trop souvent djeun’… Ja sume ! C vrai C pa sérieux !
Dans « réac » il y a réaction mais aussi réactif (qualité…).
Je taquine !

3 10 2013
David (18:36:49) :

Voici le genre de dictée que j’affectionne :

Si six scies scient six cyprès, six cents scies scient six cents cyprès et six cent six scies scient six cent six cyprès…

Mathématique, non ?

(Faut bien rigoler de temps en temps… y’a pas que la pédagogie)

3 10 2013
Ostiane (18:48:24) :

Il y a aussi celle-ci

Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère. De ce mariage est né un fils aux yeux pers (*). Monsieur est le père, Madame est la mère. Les deux font la paire. Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d’être Lamère était Lepère. Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu’il est Lamère, et la mère est Lamère, bien que née Lepère. Aucun des deux n’est maire. N’étant ni le maire ni la mère, le père ne commet donc pas d’impair en signant Lamère. Le fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire. Il sera le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère. La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd. Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils. Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère,
ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s’y perd ! »
Pas mal hein 😉

3 10 2013
David (19:09:00) :

Alors là… je suis bluffé ! et je m’y connais !

4 10 2013
David (18:51:47) :

Pour tout vous dire je faisais une dictée CHAQUE jour ! Dictée de mots, dictée préparée… et LA DICTEE
Je m’étais constitué un stock de textes (une cinquantaine) d’auteurs, calibrés en longueur, difficultés et testées…
Les élèves avaient un cahier grand format.
Lecture puis dictée 1er jet sur la page de gauche. Relecture et ramassage des cahiers. Correction des fautes UNIQUEMENT SOULIGNEES suivant un code (orth.usage, gramm.).
Redistribution et correction PAR LES ELEVES qui avaient à dispo dictionnaires, Bescherelle et autres doc. Parfois en groupe.
Réécriture de la dictée sur la belle page (celle de droite). Correction collective.
Evidemment ça prend du temps et nécessite de l’organisation…

Dictée made in BATCH (registered…) !

7 10 2013
David (18:24:17) :

Evidemment ce n’est pas politiquement correct… J’imagine le politique écolo Philippe Meirieu en train de lire ce post ! J’en rigole…

7 10 2013
Ostiane (18:55:48) :

Restons sur notre sujet David.. Évitons de nous disperser si vous le voulez bien. Un peu fatiguée ce soir pour un long commentaire mais je prendrai le temps de répondre à votre pré- précédent post.
Bonne soirée à vous.

8 10 2013
David (18:11:36) :

 » à partir de 5 dictées sans erreur, vous serez nommés « Expert orthographique » et gagnerez le droit de proposer vous-mêmes une dictée à vos camarades. » »
Cela me fait penser aux bons vieux temps de la CCCP… (J’ai connu de près…)

Tout cela va à l’encontre de votre doctrine… (pas de sélection).
C’est quoi ce truc ?
Moi affreux réac, à vos yeux, je n’ai jamais osé ce genre de sélection « naturelle ».
Vous qui êtes cultivée réfléchissez un peu… vous êtes sous influence !
CCCP, CCCP . Remember !

9 10 2013
Ostiane (06:14:40) :

La CCCP? Ce sigle ne me dit rien, pourriez-vous m’éclairer?
Pour répondre à votre post sur la méthodologie de la dictée, je vous retrouve sur plusieurs points: le fait d’y travailler chaque jour, sous une forme ou une autre, le codage de la correction par mes soins ( lexique, grammaire, ponctuation, oubli de mots) puis la réécriture en classe par les élèves avec analyse et recours aux outils de référence. J’y ajoute un travail sur un répertoire personnel, le fameux carnet 0 faute ainsi que des séances écrites d’analyse d’erreur sur twitter. (Et oui, je suis incorrigible.. ) Mode d’emploi dans un prochain billet.
Pour ce qui est des experts, c’est une manière pour moi de motiver les enfants et de les enrôler en fonction de leurs compétences. Bien plus signifiant à mes yeux que la récompense par les notes. Je ne vois pas de sélection dans cette façon de procéder mais plutôt une valorisation des réussites qui me semble essentielle. Je n’ai rien contre le mot « excellence », voyez-vous, je la sollicite, l’encourage, la valorise. J’assume parfaitement quelle que soit la soit-disant influence à laquelle selon vous je serais soumise…dans une classe il doit y avoir une place pour chacun et les erreurs comme les réussites y ont droit de cité, sans jugement, sans honte, sans sentiment d’exclusion. On a le droit d’être compétent en orthographe et d’être reconnu par le groupe pour cela tout comme on a le droit de peiner dans ce domaine et d’être encouragé pour progresser. Ce qui m’importe c’est que chacun progresse vers sa propre excellence et que ces excellences diverses et variées soient vécues comme autant d’atouts au service du groupe classe et non comme autant de moyens de briller individuellement aux dépends des autres.
Vous ai-je un jour traité d’affreux réac?

9 10 2013
David (14:59:52) :

Je reviens sur vos « experts »… Figurez-vous que les élèves savent très bien au bout de trois dictées quels sont les experts … en orthographe. De même en maths, en dessin, en course ou en foot ou en … … … C’est bien pour cela qu’il y a une place pour chacun à l’école et de même dans la vie… n’est-il pas ?
NB En ce qui concerne CCCP il s’agit d’alphabet cyrillique.
NB 2 En ce qui concerne l’influence que vous subissez involontairement c’est tout simplement celle de la logorrhée pédago. Il doit être possible, sans enluminure, d’expliquer SIMPLEMENT les choses, non ?
NB 3 Votre répertoire 0 faute… Bien joli mais est-il vérifié ? Cela fait une correction supplémentaire (c’est hallucinant de nbre de fautes de copie). Je donnais AVANT les dictées, une liste de mots PHOTOCOPIEE… (Tous les soirs une dizaine de mots à apprendre). C’est plus sûr….

Je suis toujours dans l’efficacité… Organisation tel était mon leitmotiv…

9 10 2013
David (18:37:20) :

Ni politique, ni journaliste, mais enseignante… C’était en 2008 sur un blog Blog Bleu Primaire, voila que vous vous déjugez et donnez dans la revue de presse… engagée ! Avec vous le sieur Peillon a grand avenir… les références que vous donnez dans votre article sont édifiantes !
Dormez bien…

9 10 2013
Ostiane (18:58:12) :

Je me demandais David combien de temps vous mettriez pour tomber sur une de mes revues de presse hebdomadaires. Et bien voilà qui est fait et vous voilà tout fâché! Je persiste pourtant ni politique ni journaliste juste instit’ (engagée certes). Depuis 2008 l’eau a coulé sous les ponts, sans me dédire je me suis impliquée dans la formation et la réflexion collective, l’écriture.
Allez cadeau du soir: je vais vous livrer un scoop: demain, dans Le Monde, vous devriez avoir de quoi vous mettre sous la dent. Je crois qu’il y sera question des nouveaux programmes…D’ici là faites de beaux rêves!

10 10 2013
David (11:01:53) :

Vos références dans votre revue de presse ne font que confirmer ce que j’avais constaté depuis fort longtemps…

10 10 2013
Ostiane (11:29:46) :

Bonjour David, sur cet espace-ci, ne pourrions-nous pas nous en tenir à des échanges autour de nos pratiques comme nous venons de le faire à propos de l’orthographe? Il me semble que de ce point de vue au moins nous avons à partager, alors tentons de ne pas trop nous égarer, qu’en dites-vous?

10 10 2013
David (16:25:10) :

Vous n’êtes quand même pas assez naïve pour savoir que nos pratiques sont quand même largement influencées par nos références… Quand je vois les vôtres : Meirieu, Frackowiak, Morin, Charmeux, etc., dites-moi tout de suite qu’ils ne sont pas politisés ! Il faut quand même que vos lecteurs sachent où ils mettent les pieds… Je ne pense pas m’égarer trop. Qu’en dites-vous ?

10 10 2013
Ostiane (16:43:53) :

David, vous oubliez Decroly, Freinet, Montessori, mais aussi en vrac Gardner, Neil, Ken Robinson, Salman Khan, Gopal Krishnmamurthy, ou encore Don Bosco…ainsi que des centaines d’autres influences, dont celles des praticiens que je côtoie au quotidien et dont je ne connais pas les axes politiques. De toutes ces influences je fais mon propre miel…je prends ce qui me correspond, ce dont mes élèves ont besoin, j’élague, je redimensionne…le monde ne s’est pas fait en un jour. Avez-vous lu mon ouvrage?

10 10 2013
David (17:09:56) :

Ah oui ! Mille excuses pour avoir oublié Decroly, Freinet et Montessori qui sont les références de Meirieu, Frackowiak, Morin, Charmeux… et Mathon.
On tourne en rond !
Quant aux autres : Ava Gardner, Neil Armstrong, Ray Sugar Robinson, Salman Rushdi et don Bosco (parrain mafieux ?)… je ne les connais pas pédagogues. Mais je suis un grand ignorant en pédagogie…

Sans rancune !

10 10 2013
David (17:11:57) :

Ca tourne au dialogue cette affaire… Personne pour venir se mêler à notre joute ! Faudrait vous mouiller et se réveiller un peu les pédagos !

11 10 2013
David (11:31:02) :

Je comprends que vous soyez fan de Salman Khan … (voir sa bio) :

Salman Khan (hindi : सलमान ख़ान, ourdu : سلمان خان), de son vrai nom Abdul Rashid Salim Salman Khan et surnommé « Sallu », est un acteur de Bollywood né le 27 décembre 19651 à Indore (Madhya Pradesh, Inde). Il est le fils du scénariste Salim Khan. Ses deux frères, Arbaaz Khan et Sohail Khan, sont également acteurs et producteurs.

Il connaît le succès dès son deuxième film, Maine Pyar Kiya (1989), qui lui permet de recevoir le Prix du meilleur espoir aux Filmfare Awards 1990. S’ensuit une carrière contrastée de plus de 70 films, comédies romantiques, films d’action, comédies, où se côtoient d’énormes succès populaires tels que Saajan (1991), Hum Aapke Hain Koun…! (1994), Karan Arjun (1995), No Entry (2005), Partner (2007) ou les récents Dabaang (2010) et Ek Tha Tiger (2012), mais aussi de nombreux échecs.

Salman Khan peine à faire reconnaître ses qualités de comédien, il lui faut attendre Khamoshi : The Musical (1996) de Sanjay Leela Bhansali qui l’emploie à plusieurs reprises, puis Kuch Kuch Hota Hai (1998) de Karan Johar, pour que les critiques conviennent de ses mérites.

Ses démêlés avec la justice, ses nombreuses et tumultueuses relations amoureuses, ses liens supposés avec la mafia et sa liberté d’esprit, lui valent de défrayer fréquemment la chronique. Cependant, le bad boy de Bollywood est également réputé pour sa grande générosité, ce qui l’a conduit à fonder une institution caritative, Being Human.

Malgré une carrière en dents de scie et une vie privée agitée, sa forte présence à l’écran et une musculature qu’il exhibe volontiers ont permis à Salman Khan de conquérir un public large et fidèle, ce qui en fait une des plus grandes stars du cinéma indien aux côtés des deux autres « Khan » de Bollywood, Shahrukh et Aamir.

11 10 2013
Ostiane (16:09:33) :

Cherchez encore David, ne vous arrêtez pas au premier clic, c’est ce que j’explique à mes élèves lorsqu’ils font des recherches sur internet. Vérifier les sources, confrontez les informations, et lorsque vous pensez avoir trouvé la réponse, citez vos sources 😉 Allez David, cherchez encore!

12 10 2013
David (12:05:28) :

Si on ne peut plus rigoler ! N’empêche que l’acteur susdit passe avant le pédagogue… C’est peu dire !
Deux petites remarques sur votre commentaire « lorsqu’ils font des rechercheS sur Internet ».
Rassurez-vous je vais être absent quelques jours pour faire un convoyage de bateau entre La Rochelle et Bénodet via Le Croisic… Je préfère les embruns et le vent frais plutôt que le « vent » que nous vend les pédagogues…
Bonne semaine !

12 10 2013
Ostiane (12:14:52) :

Bon vent donc! Je vous envie! (si!si!)
Et soyez prudent, le mauvais temps semble annoncé!
Avez-vous pris de la lecture pour votre voyage? Parce que sinon, mon ouvrage est en promo! http://www.priceminister.com/offer/buy/163244376/reussir-sa-premiere-classe-de-ostiane-mathon.html#xtatc=INT-130442-0

12 10 2013
David (13:26:03) :

Désolé de vous décevoir… On n’a pas besoin de bouquin en mer hormis l’indispensable l’Almanach du Marin breton dans ce secteur de l’hexagone… il n’a pas subi de réforme puisqu’il existe depuis la fin du XIX°… il fait œuvre humanitaire puisqu’il aide les familles de marins péris en mer.

Laisser un commentaire